Alexandre Ier d'Écosse

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 02 décembre 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Seal of Alexander I of Scotland (by Unknown Artist, Public Domain)
Sceau d'Alexandre Ier d'Écosse
Unknown Artist (Public Domain)

Alexandre Ier d'Écosse régna de 1107 à 1124. Alexandre poursuivit la réorganisation de l'Église écossaise en s'inspirant de l'organisation de l'Église catholique romaine. Il fonda le célèbre prieuré de Scone, lieu d'acclamation des rois écossais, qui deviendrait plus tard l'abbaye de Scone. Le roi renforça les relations pacifiques avec l'Angleterre en épousant une fille d'Henri Ier d'Angleterre (r. de 1100 à 1135). Son règne fut marqué par la première frappe de monnaie en Écosse et par une certaine modernisation de l'administration locale. Alexandre mourut en 1124 et son frère David Ier d'Écosse (r. de 1124 à 1153) lui succéda et poursuivit la politique de son prédécesseur visant à créer un royaume plus unifié.

Jeunesse

Alexandre vit le jour vers 1077, membre de la maison de Canmore. Son père était Malcolm III d'Écosse (r. de 1058 à 1093) et sa mère anglaise était la reine Marguerite (c. 1046-1093), plus connue sous le nom de Sainte Marguerite d'Écosse. Malcolm III avait épousé sa seconde femme Marguerite, une princesse saxonne, en 1070 après qu'elle se fut réfugiée en Écosse pour échapper à la conquête normande de l'Angleterre. Marguerite introduisit certains aspects de la culture anglaise à la cour écossaise et promut le catholicisme romain au détriment du christianisme gaélique qui prévalait auparavant. À la mort de Malcolm et de Marguerite en 1093, cette anglicisation suscita une réaction et les princes et princesses royaux, dont Alexandre, durent quitter l'Écosse pour trouver refuge dans le nord de l'Angleterre.

Supprimer la pub
Advertisement
Les plus anciennes pièces de monnaie écossaises conservées datent du règne d'Alexandre Ier.

Le frère cadet de Malcolm III, Donald, monta sur le trône sous le nom de Donald III d'Écosse (r. de 1093 à 1097). Le règne de Donald fut brièvement interrompu par son neveu Duncan (fils de Malcolm et de sa première femme Ingibiorg) en 1094. Donald reprit le trône, mais ce ne fut qu'un bref répit car Edgar, le frère aîné d'Alexandre, revint en Écosse et s'empara du trône en 1097. Edgar fit de son frère Alexandre le comte de Gowrie. À la mort d'Edgar, âgé de 33 ans et sans enfant, en janvier 1107, Alexandre devint roi sous le nom d'Alexandre Ier d'Écosse. Le nouveau roi suivit les souhaits de son frère et permit à son autre frère David de gouverner les basses terres d'Écosse (Lothian, Teviotdale et le sud de Strathclyde) pendant qu'il gouvernait le reste du royaume. Alexandre avait tenté de priver David de ces terres, mais son frère était devenu l'un des favoris d'Henri Ier d'Angleterre et le roi écossais avait peut-être agi par crainte des représailles anglaises plutôt que par amour fraternel. Le côté impitoyable d'Alexandre se révéla en 1107 lorsqu'il décida d'exécuter Donald III qui croupissait dans une cellule de prison depuis dix ans.

Moderniser l'Écosse

Alexandre s'attela à la difficile tâche de moderniser son royaume médiéval qui avait peu évolué au cours des siècles précédents. Des pièces de monnaie furent introduites, ou plus précisément, les plus anciennes pièces écossaises conservées datent du règne d'Alexandre. Le roi créa de nouvelles fonctions qui existaient déjà en Angleterre: le chancelier, les connétables et les shérifs, qui aideraient à mettre en œuvre la volonté d'Alexandre dans tout le royaume.

Supprimer la pub
Advertisement

Map of Feudal Scotland
Carte de l'Écosse féodale
Unknown Artist (Public Domain)

Alexandre poursuivit la politique de sa mère, la reine Marguerite, et s'intéressa de près aux affaires ecclésiastiques. Il invita davantage de prêtres du nord de l'Angleterre pour aider à moderniser l'Église écossaise et jeta les bases de la division de l'Écosse en diocèses, chacun dirigé par un évêque, comme dans le système administratif de l'Église catholique romaine observé dans d'autres pays européens. Alexandre nomma également le moine bénédictin Turgot de Durham (c. 1050-1115) - autrefois aumônier privé de la reine Marguerite - évêque de Saint-André et donc chef de l'Église écossaise. À la mort de Turgot en 1115, les liens avec l'Angleterre se poursuivirent avec son successeur Eadmer de Canterbury (c. 1060 - c. 1126). Cependant, Alexandre était déterminé à maintenir l'indépendance de l'Église écossaise et il s'opposa activement aux tentatives des archevêques d'York et de Canterbury d'interférer directement dans les affaires ecclésiastiques de son royaume. Ce sentiment d'indépendance est consigné dans des lettres écrites par le roi à la papauté de Rome.

La mainmise d'Alexandre sur son royaume était loin d'être absolue car l'Écosse était encore en train de se constituer en une seule nation.

Ces politiques de modernisation se heurtèrent à une certaine résistance, notamment dans le nord du royaume. Les peuples celtes de Mearns et de Moray, beaucoup plus traditionnels, furent repoussés par la force encore plus au nord, dans la région de Ross, et le roi y fut surnommé "Alexandre le Féroce" ou "le Fort" d'après les chroniques médiévales. L'origine de son surnom est plus probable que sa réputation, souvent citée, de pourchasser et de pendre les voleurs. Le roi était certainement un chef militaire pratique, et il était connu pour porter une armure turque et monter un étalon arabe.

Supprimer la pub
Advertisement

C'est probablement en remerciement du succès de ses campagnes dans le nord qu'Alexandre fonda le prieuré de Scone, dans le Perthshire, vers 1115. Scone était le lieu traditionnel de couronnement des rois écossais et l'emplacement de la célèbre pierre de Scone (également appelée pierre du destin) qui était un puissant symbole national de la nation écossaise. Alexandre invita des chanoines augustins de l'abbaye de Nostel, dans le Yorkshire, à fonder le prieuré, qui devint par la suite une abbaye à part entière et qui accueillit lui-même des couronnements. Néanmoins, la mainmise d'Alexandre sur son royaume était loin d'être absolument sûre, car l'Écosse était encore en train de se former en tant que nation unifiée. Comme le disent les chroniqueurs, "il a tenu son royaume avec beaucoup d'efforts" (Oram, 63).

Henry I of England
Henri Ier d'Angleterre
Unknown Artist (Public Domain)

Relations avec l'Angleterre

Les monarques écossais avaient enfin réglé leurs différends avec les Scandinaves, présents depuis longtemps dans l'est de l'Écosse. En 1098, le roi Edgar avait conclu un traité de paix avec Magnus III de Norvège (alias Magnús berfœttr ou Magnus aux pieds nus) qui lui concédait les îles occidentales. Entre-temps, les relations avec l'Angleterre étaient, pour une fois, pacifiques puisqu'en 1100, la sœur d'Alexandre, Edith, avait épousé Henri Ier d'Angleterre et changé son nom en Mathilde. L'alliance fut encore renforcée lorsqu'Alexandre accepta de devenir le vassal féodal d'Henri. Un autre lien entre les deux monarques fut forgé lorsqu'Alexandre épousa Sibylle, la fille illégitime du roi d'Angleterre. Les chroniques médiévales écossaises décrivent Sibylle de manière peu flatteuse, comme manquant à la fois d'allure et de modestie. Les relations entre les deux pays allèrent au-delà des simples liens diplomatiques lorsqu'Alexandre conduisit en personne une armée écossaise pour aider Henri dans sa campagne de 1114 au Pays de Galles.

Mort et successeur

Alexandre mourut le 23 avril 1124 au château de Stirling, près de la chapelle qu'il avait fondée; il fut enterré à Dunfermline. Le roi eut un fils illégitime, Malcolm, qui bénéficia d'un certain soutien, notamment dans les régions d'Écosse les plus gaéliques. Les prétentions de Malcolm au trône furent renforcées lorsqu'il épousa la sœur de Somerled, le seigneur d'Argyll. Néanmoins, la légitimité restait une condition essentielle de la monarchie et le frère cadet d'Alexandre, David, monta sur le trône en tant que David Ier d'Écosse en 1124. Le nouveau roi réprima ensuite une grave rébellion en faveur de Malcolm en 1125. L'homme qui allait devenir roi n'abandonna pas pour autant et une nouvelle rébellion fut lancée en 1130, cette fois avec le soutien d'Angus, souverain de la région de Moray et descendant de Macbeth, roi d'Écosse (r. de 1040 à 1057). Une fois de plus, David écrasa son adversaire sur le champ de bataille, Angus fut tué et, quatre ans plus tard, Malcolm fut emprisonné au château de Roxburgh. David irait de succès en succès et forgerait un royaume écossais plus grand et plus unifié que jamais. La Maison de Canmore continuerait à régner sur l'Écosse jusqu'à la mort d'Alexandre III d'Écosse (r. de 1249 à 1286).

Supprimer la pub
Advertisement

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2020, décembre 02). Alexandre Ier d'Écosse [Alexander I of Scotland]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19314/alexandre-ier-decosse/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Alexandre Ier d'Écosse." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 02, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19314/alexandre-ier-decosse/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Alexandre Ier d'Écosse." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 02 déc. 2020. Web. 24 avril 2024.

Adhésion