Peste Antonine

Définition

John Horgan
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 02 mai 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, afrikaans
Roman Votive Male Torso, from Isola Farnese (by Science Museum, CC BY-NC-SA)
Torse d'homme votif romain, Isola Farnese
Science Museum (CC BY-NC-SA)

La peste antonine, parfois appelée peste de Galien, éclata en 165 de notre ère, à l'apogée de la puissance romaine dans le monde méditerranéen, sous le règne du dernier des cinq bons empereurs, Marc Aurèle Antonin (161-180 de notre ère). La première phase de l'épidémie durera jusqu'à l'an 180 et touchera l'ensemble de l'Empire romain, tandis qu'une seconde épidémie se produira en 251-266, aggravant les effets de l'épidémie précédente. Certains historiens ont suggéré que la peste représente un point de départ utile pour comprendre le début du déclin de l'Empire romain en Occident, mais aussi le fondement de sa chute finale.

Symptômes

Galien (129 - c. 216 de notre ère), médecin grec et auteur de Methodus Medendi, fut non seulement témoin de l'épidémie, mais il décrivit également ses symptômes et son évolution. Parmi les symptômes les plus courants figurent la fièvre, la diarrhée, les vomissements, la soif, l'enflure de la gorge et la toux. Plus précisément, Galien nota que la diarrhée était noirâtre, ce qui suggère une hémorragie gastro-intestinale. La toux produisait une odeur nauséabonde dans l'haleine et un exanthème, éruption cutanée ou érythème, sur l'ensemble du corps se distinguant par des papules ou des éruptions rouges et noires :

Supprimer la pub

Advertisement

Dans certains cas, la partie de la surface qui s'était ulcérée, appelée croûte, est tombée et la partie restante, qui était saine, s'est couverte de cicatrices au bout d'un ou deux jours. Dans les endroits où il n'y avait pas d'ulcération, l'exanthème était rugueux et galeux et tombait comme une enveloppe et donc tout redevenait sain. (Littman & Littman, p. 246)

Les personnes infectées souffraient de la maladie pendant environ deux semaines. Tous ceux qui attrapèrent la maladie ne moururent pas nécessairement, et ceux qui survécurent développèrent une immunité contre d'autres épidémies. Sur la base de la description de Galien, les chercheurs modernes ont conclu que la maladie qui touchait l'empire était très probablement la variole.

Cause et propagation de la maladie

L'épidémie apparut très probablement en Chine peu avant 166 de notre ère et se propagea vers l'ouest le long de la route de la soie et par les navires de commerce en direction de Rome. Entre la fin de l'année 165 et le début de l'année 166 de notre ère, les militaires romains entrèrent en contact avec la maladie pendant le siège de Séleucie (une grande ville sur le Tigre). Les troupes revenant des guerres d'Orient propagèrent la maladie vers le nord, en Gaule et parmi les troupes stationnées le long du Rhin.

Supprimer la pub

Advertisement

Roman Military Hospital, Novae
Hôpital militaire romain de Novae
Janusz Recław (CC BY-NC-SA)

Deux légendes différentes virent le jour sur les origines exactes de la façon dont la peste fut libérée dans la population humaine. Selon la première, le général romain, puis co-empereur, Lucius Verus, aurait ouvert une tombe fermée à Séleucie lors du pillage de la ville, libérant ainsi la maladie. Le récit suggère que l'épidémie était une punition, les Romains ayant violé le serment fait aux dieux de ne pas piller la ville. Dans la seconde histoire, un soldat romain ouvrit un coffret d'or dans le temple d'Apollon à Babylone, permettant à la peste de s'échapper. Deux sources différentes du IVe siècle de notre ère, les Res Gestae d'Ammien Marcellin (c. 330-391 - 400 de notre ère) et les biographies de Lucius Verus et Marc Aurèle, attribuent l'épidémie à la participation à un sacrilège, à la violation du sanctuaire d'un dieu et à la rupture du serment. D'autres Romains accusèrent les chrétiens d'avoir mis les dieux en colère, ce qui aurait précipité l'épidémie.

Taux de mortalité et effets économiques

Les spécialistes débattent actuellement des effets et des conséquences de l'épidémie sur l'Empire romain. Ce débat se concentre sur la méthodologie utilisée pour calculer le nombre réel de personnes décédées. L'historien romain Dion Cassius (155-235 de notre ère) estima à 2 000 le nombre de morts par jour à Rome au plus fort de l'épidémie. Lors de la deuxième épidémie, l'estimation du taux de mortalité était beaucoup plus élevée, dépassant les 5 000 par jour. Il est très probable que le nombre extrême de décès était dû au fait que l'exposition à cette maladie était nouvelle pour les personnes vivant autour de la Méditerranée. La mortalité augmente lorsque des maladies infectieuses sont introduites dans une "population vierge", c'est-à-dire une population qui ne possède pas d'immunité acquise ou héritée contre une maladie spécifique. Au total, il a été suggéré qu'un quart à un tiers de la population totale périt, soit environ 60 à 70 millions de personnes dans l'ensemble de l'empire. Ce qui est incontestable, c'est que Lucius Verus, co-empereur avec Marcus Aurelius, mourut de la maladie en 169 de notre ère ; Marcus Aurelius mourut 11 ans plus tard de la même maladie. Ironiquement, ce sont les soldats de Verus qui contribuèrent à la propagation de la maladie du Proche-Orient au reste de l'empire.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Il a été suggéré qu'un quart à un tiers de la population totale périt, soit environ 60 à 70 millions de personnes dans tout l'empire.

Au moment de l'apparition de la peste, l'armée romaine se composait de 28 légions totalisant environ 150 000 hommes. Ces légions étaient bien entraînées, bien armées et bien préparées, mais rien ne les empêchait d'attraper la maladie, de tomber malades et de mourir. Quel qu'ait été leur poste, les légionnaires contractaient la maladie auprès de camarades soldats qui avaient été en permission et qui revenaient au service actif. Les maladies et les décès provoquèrent une pénurie de main-d'œuvre, en particulier le long des frontières allemandes, ce qui affaiblit la capacité des Romains à défendre l'empire. Le manque de soldats disponibles poussa Marc Aurèle à recruter tout homme valide capable de se battre : esclaves affranchis, Germains, criminels et gladiateurs. L'épuisement des réserves de gladiateurs entraîna une diminution du nombre de jeux à domicile, ce qui mécontenta le peuple romain qui exigeait plus, et non moins, de divertissement en cette période de stress intense. L'armée disparate manquait à son devoir : en 167 de notre ère, des tribus germaniques traversèrent le Rhin pour la première fois depuis plus de 200 ans. Le succès des attaques extérieures, en particulier celles des Germains, précipita le déclin de l'armée romaine, ce qui, avec les perturbations économiques, finit par contribuer au déclin et à la chute de l'Empire.

Artist's Depiction of an Ailing Roman
Représentation artistique d'un Romain malade
Mohawk Games (Copyright)

De manière plus générale, le nombre effroyable de morts réduisit le nombre de contribuables, de recrues pour l'armée, de candidats aux fonctions publiques, d'hommes d'affaires et d'agriculteurs. À une époque où les dépenses pour maintenir l'empire et les forces militaires nécessaires pour assurer la sécurité de l'empire augmentaient, les revenus du gouvernement diminuèrent. La diminution des recettes fiscales était attribuable à la baisse de la production dans les fermes, la diminution du nombre de fermiers signifiant que trop de terres restèrent non cultivées. La rareté des récoltes entraîna une forte hausse des prix et une diminution des réserves alimentaires. L'effet de la peste sur l'économie ne se limita pas au secteur agricole. La réduction du nombre d'artisans se traduisit par une diminution de la production, ce qui entrava les économies locales. La pénurie de main-d'œuvre entraîna également une hausse des salaires pour ceux qui survécurent à l'épidémie et le manque d'hommes d'affaires, de marchands, de commerçants et de financiers provoqua de profondes interruptions dans le commerce national et international. Tous ces ralentissements signifiaient moins d'impôts pour l'État qui avait déjà du mal à faire face à ses obligations financières.

Effet sur la religion

L'effet de la maladie ne se limitait pas à l'armée et à l'économie. Marc Aurèle lança des persécutions contre les chrétiens qui refusaient de rendre hommage aux dieux, ce qui, selon l'empereur, les mettait en colère et se manifestait sous la forme d'une épidémie dévastatrice. Ironiquement, les attaques anti-chrétiennes produisirent l'effet inverse au sein de la population générale.

Supprimer la pub

Advertisement

Contrairement aux adeptes du système polythéiste romain, les chrétiens croyaient en l'obligation d'aider les autres en cas de besoin, y compris en cas de maladie. Les chrétiens étaient prêts à répondre aux besoins les plus élémentaires, à savoir la nourriture et l'eau, pour les personnes trop malades pour se débrouiller seules. Ce simple niveau de soins infirmiers fit bonne impression sur leurs voisins païens. Les chrétiens restaient souvent sur place pour apporter leur aide alors que les païens, eux, fuyaient. En outre, le christianisme donnait un sens à la vie et à la mort en temps de crise. Ceux qui survivaient étaient réconfortés de savoir que leurs proches, morts en chrétiens, pouvaient recevoir la récompense du paradis. La promesse chrétienne du salut dans l'au-delà attirait de nouveaux adeptes, favorisant ainsi la croissance du monothéisme dans une culture polythéiste. Ce gain en adhérents établit le contexte dans lequel le christianisme allait émerger en tant que seule religion officielle de l'empire.

La chute de l'Empire

Toute discussion sur l'effondrement de l'Empire romain en Occident commence par l'ouvrage d'Edward Gibbon, Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain. Gibbon n'exclut pas le rôle des effets des épidémies ; en ce qui concerne la peste de Justinien (541-42 de notre ère), Gibbon affirme dès le début de son œuvre en plusieurs volumes que " la peste et la famine ont contribué à combler la mesure des calamités de Rome " (Vol. 1., p. 91). Gibbon n'accorde que peu d'attention à la peste des Antonins, soutenant plutôt que les invasions barbares, la perte de la vertu civique romaine et la montée du christianisme jouèrent les rôles les plus importants dans le déclin de l'empire.

Plus récemment, des chercheurs et des historiens, comme A. E. R. Boak, ont suggéré que la peste antonine, ainsi qu'une série d'autres épidémies, représentent un point de départ utile pour comprendre le début du déclin de l'Empire romain en Occident. Dans Manpower Shortage and the Fall of the Roman Empire, Boak soutient que l'épidémie de peste survenue en 166 de notre ère contribua à une baisse de la croissance démographique, conduisant les militaires à enrôler davantage de paysans et de fonctionnaires locaux dans leurs rangs, ce qui entraîna une baisse de la production alimentaire et un manque de soutien pour les affaires quotidiennes dans l'administration des villes et des cités, affaiblissant ainsi les capacités de Rome à repousser les invasions barbares.

Supprimer la pub

Advertisement

Plague of Rome
Peste de Rome
Levasseur after J. Delaunay (CC BY-SA)

Eriny Hanna, dans The Route to Crisis : Cities, Trade and Epidemics of the Roman Empire, soutient que "la culture romaine, l'urbanisme et l'interdépendance entre les villes et les provinces" facilitèrent la propagation des maladies infectieuses, créant ainsi les bases de l'effondrement de l'empire (Hanna, 1). Des villes surpeuplées, une mauvaise alimentation entraînant la malnutrition et un manque de mesures sanitaires faisaient des villes romaines des épicentres pour la transmission des maladies. Les contagions se propageaient facilement le long des routes commerciales terrestres et maritimes qui reliaient les villes aux provinces périphériques.

Plus récemment, Kyle Harper a suggéré que "les paradoxes du développement social et l'imprévisibilité inhérente de la nature ont travaillé de concert pour provoquer la chute de Rome" (Harper, 2). En d'autres termes, le changement climatique a fourni le contexte environnemental nécessaire à l'introduction de nouvelles maladies plus catastrophiques, notamment la peste antonine, qui est arrivée à la fin d'une période climatique très favorable et a fait découvrir au monde la variole. Harper soutient que la peste antonine a été la première de trois pandémies dévastatrices, dont la peste de Cyprien (249-262 de l'ère chrétienne) et la peste de Justinien (541-542 de l'ère chrétienne), qui ont ébranlé les fondations de l'Empire romain en grande partie à cause des taux de mortalité élevés. Les atouts mêmes qui caractérisent souvent les descriptions flatteuses de l'empire romain - l'armée romaine, l'étendue de l'empire, les vastes réseaux commerciaux, la taille et le nombre des villes romaines - ont fini par servir de base aux transmissions de maladies dévastatrices qui ont conduit à la chute de l'empire.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

John Horgan
Professeur adjoint d'histoire à l'Université Concordia-Wisconsin, aux États-Unis. Ses cours et ses recherches en cours portent sur les fléaux et les maladies, ainsi que sur l'alimentation dans l'histoire du monde.

Citer cette ressource

Style APA

Horgan, J. (2019, mai 02). Peste Antonine [Antonine Plague]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18080/peste-antonine/

Style Chicago

Horgan, John. "Peste Antonine." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 02, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18080/peste-antonine/.

Style MLA

Horgan, John. "Peste Antonine." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 02 mai 2019. Web. 14 août 2022.

Adhésion