Hongwu

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 13 février 2019
Disponible dans ces autres langues: anglais, chinois
X
The Hongwu Emperor (by Unknown Artist, Public Domain)
L'empereur Hongwu
Unknown Artist (Public Domain)

L'empereur Hongwu (r. de 1368 à 1398) fut le fondateur de la dynastie Ming (1368-1644), qui succéda à la dynastie mongole des Yuan (1276-1368) comme souveraine de la Chine. Né paysan sous le nom de Zhu Yuanzhang, le futur empereur prit la tête d'un groupe de rebelles appelé les Turbans rouges et s'empara de la capitale des Yuan, Nanjing. Après avoir vaincu ses rivaux, Yuanzhang se proclama empereur sous le nom de règne de Hongwu en 1368. Hongwu superviserait la résurgence du pouvoir des Chinois Han et établirait une dynastie qui connaîtrait une croissance économique sans précédent et un épanouissement des arts. Dirigeant sévère qui centralisa le gouvernement et réforma le système agricole chinois en difficulté, Hongwu se montra impitoyable à l'égard de toute dissidence à sa cour, exécutant des milliers de personnes au cours des nombreuses purges qu'il mena. Probablement peu aimé, l'empereur jeta au moins les bases sur lesquelles ses successeurs purent s'appuyer pour transformer la Chine en une puissance mondiale. Le nom posthume de l'empereur, auquel des sacrifices étaient faits en son honneur, est Ming Taizu.

Jeunesse

L'histoire de Hongwu est un conte de fées classique où l'on passe de la misère la plus totale à la richesse. La partie miséreuse fut peut-être été longue et difficile, mais au moins, lorsqu'il arriva à la partie richesse, il resta l'un des hommes les plus riches et les plus puissants du monde pendant 30 ans. Né en 1328 dans la province d'Anhui, dans l'est de la Chine, sous le nom de Zhu Yuanzhang, la famille paysanne du futur empereur souffrait d'une extrême pauvreté, et ses parents se voyaient souvent obligés de déménager pour éviter les percepteurs de loyers.

Supprimer la pub
Publicité

La peste qui frappa la Chine dans les années 1340 fut un désastre encore plus grand. Son père et son frère aîné succombèrent à la maladie et la famille se retrouva sans le sou. À l'âge de 16 ans, Zhu fut obligé de rejoindre un monastère bouddhiste, où il put au moins trouver de la nourriture et un abri. Malheureusement, le monastère ne roulait pas non plus sur l'or et Zhu dut parfois mendier dans la rue pour obtenir son pain quotidien. Le jeune homme erra dans le centre de la Chine pendant plusieurs années, mais il finit par retourner au monastère d'Anhui. La tocade de Zhu avec le bouddhisme lui permit d'apprendre à lire et à écrire, mais ne l'empêcha pas d'adopter plus tard les principes confucéens; il rédigerait même sa propre édition du livre de Mencius (372-289 av. J.-C.), le célèbre érudit confucéen.

Les Turbans rouges apparurent en réaction à la politique des Yuan consistant à utiliser le travail forcé des paysans dans les projets de construction du gouvernement.

Les turbans rouges et la chute des Yuan

La dynastie des Yuan régnait sur la Chine depuis les invasions mongoles du troisième quart du XIIIe siècle, mais elle perdait progressivement son emprise sur le pays. Assaillis par les famines, les pestes, les inondations, le banditisme généralisé et les soulèvements paysans, les souverains mongols se disputaient le pouvoir entre eux et ne parvenaient pas à étouffer les nombreuses rébellions. L'un des groupes rebelles les plus efficaces fut le mouvement des Turbans rouges.

Supprimer la pub
Publicité

Les Turbans rouges, ainsi appelés parce que leurs membres portaient un couvre-chef de cette couleur, étaient en fait une émanation du mouvement bouddhiste radical du Lotus blanc. Les Rouges étaient nés d'une réaction plus large des paysans à la politique des Yuan consistant à recourir au travail forcé pour les projets de construction du gouvernement, en particulier sur le Grand Canal et le Fleuve Jaune. Plus actifs dans le nord de la Chine, les rebelles se heurtèrent souvent aux forces mongoles et, lors d'un de ces épisodes, le monastère où séjournait Zhu fut incendié.

Coin of Zhu Yuanzhang
Pièce de Zhu Yuanzhang
Scott Semans World Coins (CoinCoin.com) (CC BY)

Zhu, alors âgé de 24 ans et n'ayant pas beaucoup d'autres options, décida de rejoindre les Turbans rouges. Peu à peu, il devint de plus en plus indispensable à la cause. Il épousa la fille de l'un des chefs du mouvement, puis en prit lui-même la direction en 1355. Établissant sa base de pouvoir dans la vallée du Yangzi, Zhu finit par avoir 20 à 30 000 hommes sous son commandement. Zhu remplaça l'objectif politique traditionnel des Turbans rouges, qui était de rétablir l'ancienne dynastie Song (960-1279), par ses ambitions personnelles de régner, et il obtint un soutien plus large en abandonnant les politiques anti-confucéennes qui avaient aliéné les classes éduquées. Seul parmi les nombreux chefs rebelles de l'époque, Zhu comprit que pour établir un gouvernement stable, il avait besoin d'administrateurs, et pas seulement de guerriers en quête de butin.

Supprimer la pub
Publicité

Zhu Yuanzhang prend le pouvoir

Le premier grand pas de Zhu Yuanzhang vers la domination de la Chine fut la prise de Nanjing, la capitale de la dynastie Yuan, en 1356. Les souverains mongols n'avaient pas aidé leur cause en renvoyant l'année précédente leur général le plus compétent, le chancelier Toghto, au motif qu'il était trop favorable aux Chinois. Les succès de Zhu se poursuivirent et il vainquit ses deux principaux chefs rebelles rivaux et leurs armées personnelles. Le premier à disparaître fut Chen Youliang, qui s'était proclamé empereur Han en 1360. Chen fut tué et son armée vaincue lors de la bataille du lac Poyang en 1363. Vint ensuite Zhang Shicheng, contrebandier de sel et pirate disposant d'une importante force navale, qui fut vaincu en 1367. À la mort de Han Lin'er, qui prétendait être l'héritier légitime de la lignée des empereurs Song, Zhu devint le dirigeant le plus puissant de Chine et, après avoir chassé les restes de l'armée mongole jusqu'en Mongolie, il se proclama empereur le 23 janvier 1368, le jour de la nouvelle année lunaire.

Zhu prendrait le nom de règne Hongwu (signifiant "abondamment marié") et la dynastie qu'il fonda Ming (signifiant "brillant").

Zhu prit le nom de règne Hongwu (signifiant "abondamment marital") et la dynastie qu'il fonda Ming (signifiant "brillant" ou "léger"). Le nouvel empereur chercha à asseoir sa légitimité en rétablissant les sacrifices traditionnels des souverains chinois au Ciel et à la Terre. Pour la même raison, d'autres rituels confucéens et bouddhistes firent également leur retour. Quelle qu'ait été sa légitimité, Hongwu éradiqua tout mouvement de rébellion persistant au cours des deux décennies suivantes et régna jusqu'en 1398. Ses successeurs poursuivirent ses efforts pour unifier la Chine par le biais d'un gouvernement centralisé fort et consolidèrent ainsi la mainmise de la dynastie Ming sur le pouvoir. Ce fut le début d'un nouvel âge d'or de l'histoire chinoise.

Politiques du gouvernement

Hongwu, soucieux de ne pas perdre son trône de la même manière violente qu'il l'avait conquis, était déterminé à imposer à la Chine un gouvernement centralisé fort, dans lequel il exercerait en personne un contrôle sur toutes les questions. L'institution de l'empereur chinois allait redevenir ce qu'elle était autrefois: un monarque absolu, détenteur d'un mandat divin pour régner, le "Mandat du Ciel". Pour renforcer sa position, même le Secrétariat, qui avait auparavant servi de limite bureaucratique au pouvoir de l'empereur, fut aboli (mais pas avant 1380 et il reviendrait sous les empereurs suivants). Tout fonctionnaire dissident était impitoyablement puni ou exécuté, et pour s'assurer que le contrôle de Hongwu s'étende bien au-delà de la capitale à Nanjing, les gouvernements provinciaux furent réorganisés et des membres de la famille impériale furent placés à leur tête. Dans le même temps, les autorités locales se virent accorder juste assez d'autonomie pour pouvoir créer un équilibre des pouvoirs avec ces chefs régionaux et s'assurer ainsi que personne - famille, ami ou ennemi - ne se lève pour défier l'empereur.

Supprimer la pub
Publicité

Ming Taizu, aka Hongwu Emperor
Ming Taizu, alias Empereur Hongwu
Unknown Artist (Public Domain)

Parmi les autres politiques menées par Hongwu, citons la compilation d'un code de lois draconien (le Da Ming lü ou Grandes déclarations); les obligations foncières et fiscales étaient méticuleusement enregistrées, le service militaire héréditaire continuait d'être imposé à la paysannerie dans les régions menacées (comme il l'avait été sous les Mongols), le commerce international était limité car tout ce qui était étranger était considéré comme une menace pour le régime, et l'ancien système de tribut exigé des États voisins fut rétabli.

La réduction du commerce par rapport aux Mongols, plus ouverts à l'international, signifiait que l'agriculture était à nouveau au centre de la politique économique du gouvernement. Après la dévastation de vastes pans de la Chine à la suite de l'invasion mongole et des rébellions qui marquèrent la fin des Yuan, les terres cultivables furent méticuleusement répertoriées et redistribuées à la paysannerie, des zones furent drainées, les systèmes d'irrigation furent améliorés et certaines régions furent reboisées. La région du sud-ouest fut conquise et une nouvelle province fut créée: le Guizhou.

L'empereur, qui avait lui-même bénéficié d'une éducation bouddhiste gratuite, était partisan de l'apprentissage pour tous et encouragea les écoles locales à cette fin. En 1370, Hongwu réintroduisit le système traditionnel d'examen de la fonction publique, qui avait été une voie essentielle de progression sociale dans la Chine pré-mongole et qui se poursuivrait jusqu'au 20e siècle. En ce qui concernait les arts, ils ne connaîtraient un véritable essor que sous les successeurs de Hongwu, qui fonda toutefois une académie de peinture à Nanjing.

Supprimer la pub
Publicité

La paranoïa du pouvoir

Peut-être plus un souverain hyperparanoïaque avec quelques bonnes intentions qu'un despote maléfique à proprement parler, Hongwu n'avait aucun scrupule à punir ses fonctionnaires, comme l'illustre cette citation qui lui est attribuée:

Le matin, j'en punis quelques-uns; le soir, d'autres commettent le même crime. Je les punis le soir et le matin, il y a de nouveau des violations. Bien que les cadavres des premiers n'aient pas été enlevés, d'autres suivent déjà leur chemin... Jour et nuit, je ne peux pas me reposer. (cité dans Brinkley, 168)

Au fil du temps, Hongwu devint plus erratique et plus paranoïaque. Des punitions et des purges régulières de la bureaucratie de l'État furent effectuées, la plus tristement célèbre étant celle de 1376, lorsque plusieurs milliers de fonctionnaires furent exécutés à la suite d'accusations de mauvaise gestion de la taxe sur les céréales. Tous ceux qui s'opposaient au penchant de l'empereur pour le bouddhisme étaient traités de la même manière. À partir de 1380, une purge encore plus importante eut lieu, au cours de laquelle 15 000 fonctionnaires et leurs proches furent exécutés, Hongwu pensant avoir découvert un complot d'assassinat de la part de son chancelier, Hu Weiyong. La purge, commencée avec l'exécution du chancelier, se poursuivit pendant plus d'une décennie et élimina toute personne ayant le moindre lien - réel ou imaginaire - avec Weiyong. Les effets de ce règne de terreur et le manque d'enthousiasme de la classe des lettrés éduqués à participer au gouvernement furent tels que Hongwu fut obligé de contraindre les bureaucrates à accepter des nominations officielles et d'interdire les démissions. Même les militaires n'y échappèrent pas et les trois principaux généraux des Ming furent exécutés entre 1393 et 1395. À l'approche de la soixantaine, il semblait que plus Hongwu s'accrochait au pouvoir, moins il avait l'impression d'avoir de prise.

Mort et héritage

Hongwu eut 26 fils, mais l'héritier qu'il avait soigneusement préparé devait être son premier fils, Zhu Biao, qu'il avait eu avec l'impératrice Ma. Cependant, la mort prématurée de Biao en 1392 entraîna un remaniement de la hiérarchie de la cour qui eut des conséquences désastreuses. À la mort de Hongwu en 1398, son second héritier, le fils aîné de Biao, Zhu Yunwen (alias Huidi), prit le nom de règne d'empereur Jianwen (r. de 1398 à 1402). C'est ainsi que la dynastie Ming choisirait les héritiers du trône: le fils aîné de l'impératrice était le premier dans l'ordre de succession et, s'il mourait avant d'entrer en fonction, c'est son fils aîné qui hériterait. Jianwen ne ferait pas long feu car le second fils de Hongwu, connu sous le nom de Prince de Yan (et de Zhu Di), avait ses propres ambitions et n'appréciait pas du tout avoir été mis de côté. Après une guerre civile de trois ans, ce second fils devint l'empereur Chengzu, alias l'empereur Yongle (r. de 1403 à 1424), qui allait superviser un épanouissement encore plus grand de la Chine des Ming.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, février 13). Hongwu [Hongwu Emperor]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17860/hongwu/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Hongwu." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 13, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17860/hongwu/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Hongwu." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 13 févr. 2019. Web. 23 juin 2024.

Adhésion