Tarquin le Superbe

Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$41 / $21000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 03 mars 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Rape of Lucretia (by Titian, Public Domain)
Le viol de Lucrèce
Titian (Public Domain)

Lucius Tarquinius Superbus ("Tarquin le Superbe") est connu pour avoir été le septième et dernier roi de la Rome antique avant que celle-ci ne devienne une république. Il appartenait au clan étrusque des Tarquinii, régna de 534 à 510 avant J.-C. et est tristement célèbre pour son règne tyrannique, bien que Rome ait élargi son territoire pendant cette période. Après son exil à la suite du viol de Lucrèce par son fils Sextus, il s'allia au roi étrusque Lars Porsenna qui assiégea Rome vers 508 avant Jésus-Christ. Porsenna ne rétablit cependant pas Tarquin sur le trône, et l'ex-roi s'enfuit à Cumes où il mourut en 495 avant J.-C.

L'accession au trône

Comme pour une grande partie de l'histoire ancienne de Rome, où la légende remplace les faits réels, la chronologie et les événements de la vie de Lucius Tarquin sont souvent confus et inconciliables. Selon certaines sources anciennes, Lucius Tarquin serait le fils de Lucius Tarquin l'Ancien, cinquième roi de Rome (r. de 616 à 579 av. J.-C.), originaire de la cité étrusque de Tarquinia, à environ 90 km au nord de Rome. Cependant, ces dates ne concordent pas, et donc soit elles sont erronées, soit Tarquin le Superbe était le petit-fils de Tarquin l'Ancien.

Supprimer la pub

Advertisement

Tarquin le Superbe épouserait sa belle-sœur Tullia, la fille cadette de Servius Tullius, le 6e roi de Rome. Ensemble, ils s'arrangèrent pour tuer le mari de Tullia, Arruns Tarquin, puis pour assassiner le roi, permettant ainsi à Tarquin le Superbe de s'emparer du trône. Il est choquant d'apprendre que Tullia aurait écrasé le cadavre de son père de son char, éclaboussant ses vêtements de sang (une femme aux commandes d'un char n'était pas concevable pour les Romains, sans parler du manque de respect familial). Toujours selon l'historien romain Tite-Live, le nouveau roi écarta rapidement tous les sénateurs dissidents et s'imposa comme le dictateur de Rome, calquant son règne sur celui des tyrans grecs de l'époque. Des descriptions aussi colorées de la part d'un auteur romain écrivant cinq siècles après les événements sont probablement teintées d'un parti pris désireux de montrer la différence entre des Romains vertueux et amoureux de la république et d'ignobles rois étrangers venus de l'immorale Étrurie.

Au début du règne de Tarquin le superbe, le roi se lança dans une campagne d'expansion ambitieuse menant la guerre contre les Étrusques, les Volques et les Latins.

Le règne de Tarquin

Au début du règne de Lucius Tarquin, le roi se lança dans une campagne d'expansion ambitieuse menant la guerre contre les Étrusques, les Volques et les Latins. Il établit fermement Rome à la tête de la Ligue latine, désormais une association à vocation plus militaire, et il conquit plusieurs villes latines. La guerre associée à la diplomatie, des traités et des alliances furent conclus avec des villes latines, notamment avec Tusculum, dont le dirigeant Octavius Mamilius épousa la fille de Lucius Tarquin. En 510 ou 509 avant Jésus-Christ, le statut de Rome en tant que puissance importante fut confirmé par la signature de son premier traité avec Carthage. Une autre réalisation fut l'achèvement de la construction de l'énorme temple de Jupiter Capitolin à Rome, un projet commencé par Tarquin l'Ancien et terminé par des sculpteurs étrusques importés tout spécialement pour ce travail. Tarquin le Superbe ajouta également des sièges au Cirque Maxime et étendit le système de drainage de la Cloaca Maxima, bien que son recours au travail forcé de la plèbe ait suscité un large mécontentement au sein de la population.

Supprimer la pub

Advertisement

Etruscan Civilization
Civilisation étrusque
NormanEinstein (GNU FDL)

Viol de Lucrèce et exil

Le règne de Tarquin le Superbe, le clan des Tarquins et la monarchie de la Rome primitive, prirent fin dans la dernière décennie du 6ème siècle avant J.-C.. Comme pour toute autre partie de la vie du roi, la légende de sa chute fut brouillée et manipulée au fil du temps et par les auteurs romains ultérieurs afin de dépeindre une transition idéalisée et symbolique de la monarchie à la république. L'étincelle qui mit le feu aux poudres du règne de Lucius Tarquin fut le viol de Lucrèce. Lucrèce était l'épouse de Lucius Tarquin Collatin, petit-neveu de Tarquin l'Ancien, et elle fut violée sous la menace d'un couteau par Sextus, le fils de Tarquin le Superbe. Suite au déshonneur qu'elle ressentit après cette agression, elle se suicida et devint ainsi pour toujours un symbole de la chasteté des matrones romaines. Lucius Iunius Brutus (qui, de suite, jura de venger Lucrèce) et Lucius Tarquin Collatin utilisèrent cette tragédie comme catalyseur pour débarrasser Rome de son roi tyrannique qui assiégeait alors la ville d'Ardée, et s'imposèrent ainsi en tant que premiers consuls de Rome en 509 avant Jésus-Christ. Une fois encore, la légende dépeint commodément les Étrusques comme dépourvus de toute classe et les Romains comme les sauveurs de la vertu, mais, selon toute probabilité, l'histoire entière couvre une lutte dynastique plus banale pour le pouvoir entre la maison royale et la haute aristocratie qui étaient toutes deux, peut-être de manière inconfortable pour les auteurs romains ultérieurs, largement d'origine étrusque.

Brutus alla bientôt plus loin et saisit l'occasion de se débarrasser de tout le clan Tarquin, y compris Collatin (cette version passe sous silence le fait que Brutus était lui-même le neveu de Tarquin le Superbe). Il y parvint avec l'appui du peuple romain. Ces événements légendaires furent davantage enrichis par le fait que Brutus tua deux des fils de Collatin lorsqu'ils tentèrent de rétablir leur père. Ces ajouts furent réalisés par opportunisme politique après l'assassinat de Jules César par le descendant de Brutus, Marcus Iunius Brutus, au Ier siècle avant Jésus-Christ, afin de montrer que Brutus et les Iunii Bruti en général n'étaient pas des défenseurs irréprochables des idéaux républicains, loin de là. Pour en revenir à notre histoire, Rome était désormais bel et bien une république, mais Tarquin le Superbe n'abandonnerait pas son trône si facilement.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Oath of Brutus
Serment de Brutus
Georges Jansoone (JoJan) (Public Domain)

Lars Porsenna et décès

Après son exil de Rome, Tarquin le Superbe s'allia aux villes étrusques de Cerveteri, Tarquinia et Veii. Une force attaqua Rome mais fut vaincue à la bataille de Silva Arsia. Sans se décourager, Tarquin convainquit alors le roi de Chiusi, Lars Porsenna, d'assiéger Rome vers 508 avant Jésus-Christ. Traditionnellement, cette seconde attaque est considérée comme une tentative de restaurer la monarchie de Rome et de rétablir Tarquin sur le trône, mais après le siège de la ville par Porsenna, mais celui-ci fit l'une des deux choses suivantes. Dans la première version, Porsenna finit par se retirer après avoir été impressionné par le courage de la ville et partit attaquer la ville latine d'Aricia, mais sans succès. Dans la deuxième version de l'histoire, la plus crédible, Porsenna fut victorieux et Rome se rendit au roi étrusque qui, loin de réinstaller Tarquin le Superbe sur le trône, abolit la monarchie de Rome et se servit de la ville comme base pour attaquer les cités latines, à commencer par Aricia en 504 avant Jésus-Christ.

Tarquin le Superbe s'avérera en effet être le dernier roi de Rome, et la République s'engagea sur la voie de la grandeur. Pendant ce temps, l'ex-roi fut contraint de se réfugier chez son gendre Octavius Mamilius, le dictateur des Latins (selon une version de la légende), qui aurait tenté, ce qui est assez improbable compte tenu de la longue rivalité entre Rome et les cités latines, de rétablir Tarquin sur le trône. Après la défaite de Mamilius à la bataille du lac Régille (499 ou 496 avant J.-C.) face aux Romains aidés de Castor et Pollux, Tarquin se rendit à Cumes, en Campanie, où il fut hébergé par le tyran Aristodème jusqu'à sa mort, en 495 avant J.-C.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, mars 03). Tarquin le Superbe [Lucius Tarquinius Superbus]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15776/tarquin-le-superbe/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Tarquin le Superbe." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 03, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15776/tarquin-le-superbe/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Tarquin le Superbe." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 03 mars 2017. Web. 03 févr. 2023.

Adhésion