Civilisation Tayrona

Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$2311 / $21000

Définition

Prapti Panda
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 décembre 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, malais, espagnol
Tairona Pendant (by Jastrow, Public Domain)
Pendentif tayrona
Jastrow (Public Domain)

La civilisation Tayrona - l'une des tribus de la famille Chibcha - prospéra dans le nord de la Colombie entre 200 et 1600 de notre ère. Comme les Muisca de Cundinamarca, les Tayronas étaient connus pour leur expertise en matière d'artisanat et de métallurgie, notamment l'orfèvrerie. Occupant principalement la région de la Sierra Nevada de Santa Marta dans l'actuel Magdalena, ils ont laissé derrière eux une abondance de preuves archéologiques de leur mode de vie qui était étonnamment moderne du point de vue de leur isolement relatif par rapport aux civilisations plus développées.

Aperçu historique

Les Tayronas étaient aussi habiles en agriculture qu'en métallurgie. Des découvertes archéologiques datant d'aussi loin que 200 de notre ère montrent qu'ils avaient les connaissances et l'expertise de l'agriculture en terrasse, de la construction de canaux et de la construction de fondations en pierre. Mais ce n'est pas pour cela qu'ils sont renommés ; on se souvient d'eux pour leurs compétences guerrières exceptionnelles, qui en ont fait l'une des tribus les plus difficiles à coloniser par les conquistadores espagnols qui avaient réussi à renverser l'empire inca, aztèque et maya sans trop d'efforts. Les Tayronas finirent par se battre avec les conquistadores pendant plus de 75 ans.

Supprimer la pub

Advertisement

Il n'est pas surprenant que de nombreux Espagnols soient devenus des admirateurs et aient écrit des articles sur cette tribu mystérieuse et toute-puissante qui pouvait résister à l'influence occidentale. De nombreux chroniqueurs ont consigné le mode de vie des Tayronas, leurs systèmes commerciaux, leurs croyances religieuses et leur manque apparent d'intérêt pour la valeur monétaire des métaux précieux. Il n'est donc pas très surprenant que les Tayronas soient considérés comme apparentés à la tribu Muisca, car ils partageaient tous deux le même système de répartition du pouvoir et une croyance dans la signification spirituelle de l'or.

Sites importants

Les Tayronas ont dû abandonner leurs établissements vers le milieu du 17e siècle, et les forêts ont avalé la plupart traces laissées. Il en reste néanmoins quelques-unes, qui rappellent leur remarquable culture.

Supprimer la pub

Advertisement

Pre-Columbian Tribes of Northern South America
Tribus précolombiennes du nord de l'Amérique du Sud
Cookie (GNU FDL)

L'un de leurs établissements les plus célèbres était Ciudad Perdida (la ville perdue). Connue localement sous le nom de Teyuna, elle avait été fondée vers l'an 800, soit 600 ans avant le Machu Picchu. C'est l'un des sites archéologiques précolombiens les plus importants d'Amérique du Sud. Accessible par une longue et fatigante randonnée à travers un épais feuillage et quelque 1 200 marches en pierre, il aurait abrité entre 2 000 et 8 000 personnes. Jusqu'à présent, seule une partie de cette ville autrefois magnifique a été correctement fouillée. Les découvertes ont été extraordinaires : environ 250 terrasses en terre et en pierre qui servaient de plates-formes pour les maisons, réparties sur 300 000 mètres carrés de terrain à la végétation dense. Des fouilles plus récentes ont également permis de mettre au jour un certain nombre d'objets intrigants : ornements, offrandes en or, poteries et même instruments de musique.

Un autre site, Pueblito, est situé près de la côte des Caraïbes. Selon les recherches, il contient au moins 254 terrasses et abritait une population d'environ 3 000 personnes. Autrefois, de nombreux villages et hameaux étaient disséminés dans la vallée, formant un vaste réseau qui permettait de développer le commerce et d'autres activités. En fait, les Tayronas étaient même impliqués dans la production de sel, comme on peut le constater à Chengue, un petit village de pêcheurs.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Société

Les Tayronas croyaient que les chamans pouvaient s'échapper de leur corps et acquérir la connaissance d'autres créatures, ce qui inspira leur métallurgie, comme la célèbre figurine "homme chauve-souris".

Les Tayronas avaient un système de gouvernement basé sur la religion. Leurs dirigeants faisaient partie d'une élite de chamans qui prétendaient être capables de contrôler les forces de la nature, le cosmos et toutes les pensées et actions humaines. L'une des principales croyances du peuple Tayrona concernait le processus de transformation. Ce processus est un échange de pouvoir typiquement chamanique. En purifiant leur esprit et leur corps, en passant par de longues périodes de jeûne et des danses rituelles exhaustives, ils croyaient que les âmes des chamans pouvaient transcender la condition humaine mortelle et acquérir des connaissances provenant de régions inconnues du cosmos qui seraient inaccessibles à quiconque. Les chamans étaient donc considérés comme les chefs de la tribu et étaient traités avec beaucoup de respect. Ils étaient chargés de rassembler les armées, de contrôler l'agriculture, de veiller au bien-être des Tayronas et même de superviser le réseau de troc. Les Tayronas croyaient que les chamans pouvaient s'échapper de leur corps et acquérir la connaissance d'autres créatures, ce qui inspira leur métallurgie. La plupart des ornements trouvés dans leurs campements sont censés représenter des personnes se transformant en animaux féroces, comme la célèbre figurine "Homme chauve-souris" qui représente un chaman se transformant lentement en chauve-souris.

Religion et art

Comme la plupart des tribus prospères à cette époque, les croyances religieuses des Tayronas influencèrent une grande partie de leur art et de leur métallurgie. À l'instar de l'homme chauve-souris, la plupart de leurs pendentifs et de leurs plastrons représentaient des hommes se transformant apparemment en créatures redoutables, notamment en oiseaux de proie, en crocodiles et en serpents. Ces ornements représentaient non seulement le statut de la personne qui les portait, mais étaient également des symboles des pouvoirs qu'elle était censée posséder.

Tumbaga Bells of the Tairona Civilization
Cloches en tumbaga de la civilisation tayrona
MetMuseum (Copyright)

La transformation était un concept auquel toutes les tribus de la famille Chibcha croyaient à cette époque, et elles faisaient de leur mieux pour l'appliquer. Par exemple, les chauves-souris étant reconnues comme l'un des animaux les plus puissants de l'époque, les Tayronas faisaient de leur mieux pour leur ressembler. Par conséquent, les costumes qui étaient portés pour symboliser cette transformation ont été retrouvés dans les tombes des principaux dignitaires de la période Tayrona. Selon des chercheurs du Banco de la Republica, en Colombie, "l'ornementation de leurs visières métalliques faisait allusion aux membranes à l'intérieur de l'oreille de l'animal ; les anneaux nasaux cylindriques surélevaient le nez pour le faire ressembler à la narine de certaines espèces de chauve-souris, et les ornements sub-labiaux imitaient la chair de la lèvre inférieure de l'animal".

Supprimer la pub

Advertisement

Contrairement à ce que la plupart des gens ont tendance à croire, la Colombie antique n'était pas seulement une plaque tournante de l'orfèvrerie d'excellence, mais aussi de la céramique. Les premiers objets en céramique découverts dans la zone occupée par les Tayronas ont été datés d'environ 2500 av. J.-C., même si l'on pense qu'ils n'ont prospéré qu'après 200 de notre ère. Un autre lien avec les Muiscas semble être la similitude de l'orfèvrerie. Ces deux tribus de langue chibcha avaient la même variété d'offrandes pour leurs divinités et avaient même presque le même type de tunjos. Les tunjos sont des figurines fabriquées à partir de tumbaga, qui est un mélange d'or, de cuivre et d'argent. Ils représentent généralement des membres de la tribu vaquant à leurs occupations quotidiennes. Un autre aspect intéressant de la modernité des Tayronas est que les chercheurs pensent que les membres de la tribu étaient libres de divorcer. En outre, leurs pratiques religieuses étaient très similaires à celles de leurs homologues actuels, les Koguis, et duraient plusieurs jours, impliquant principalement la délibération, la mastication de la coca et la méditation profonde.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Prapti Panda
Prapti is currently a student of history and archaeology. Her interests lie in the Stone Age industries of Central India and associated rock art, and she has also previously explored a few pre-Hispanic cultures of South America.

Citer cette ressource

Style APA

Panda, P. (2016, décembre 05). Civilisation Tayrona [Tairona Civilization]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14986/civilisation-tayrona/

Style Chicago

Panda, Prapti. "Civilisation Tayrona." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 05, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14986/civilisation-tayrona/.

Style MLA

Panda, Prapti. "Civilisation Tayrona." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 05 déc. 2016. Web. 08 févr. 2023.

Adhésion