Yama

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Priscilia Barbuti
publié le 13 juillet 2015
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, Turc
Yama (by Unkown Artist, Public Domain)
Yama
Unkown Artist (Public Domain)

Yama est le dieu hindou de la mort, le roi des ancêtres et le juge suprême de la destinée des âmes. Il est également connu comme "Celui qui retient les âmes", Pretaraja ou "Roi des Spectres", Dharmaraja ou "Roi du Dharma" et, sous le nom de Dakṣiṇasapati, il est le Gardien du Sud. Yama peut aussi être désigné plus simplement comme "la Mort" - Antaka, Kala ou Mrtyu. L'importance de Yama réside dans sa responsabilité de rendre des décisions justes et équitables fondées sur les actions passées d'une personne. C'est pourquoi il est étroitement associé aux notions de justice et d'ordre. Yama est également présent dans la mythologie perse, les mythologies chinoise et japonaise, ainsi que dans certains concepts du bouddhisme.

Relations familiales

Yama est le fils du dieu du soleil Vivasvat et de Saranyu-Saṃjna (Conscience). Il est le frère de Manu (ou Vaivasvata) et a également une sœur jumelle, Yami (ou Yamuna). Selon certaines versions du mythe, Yama et Yami furent les premiers humains, à l'origine de l'humanité, et selon d'autres versions, Yama fut le premier homme à mourir, et donc le premier à rejoindre l'autre monde. Yama est considéré comme le père de Yudhisthira, l'un des cinq frères Pandava. Il est l'époux de Hemamala, Vijaya et Susila.

Supprimer la pub
Advertisement

Yama en tant que Juge des Âmes

Contrairement au dieu des morts ou du monde souterrain rencontré dans d'autres cultures, Yama n'est pas toujours dépeint comme punissant les malfaisants. Le dieu est néanmoins craint par certains, en raison notamment de ses deux immenses molosses. Ces redoutables créatures dotées de deux paires d'yeux gardent le chemin que les morts doivent emprunter pour rejoindre Yama. Les chiens sont parfois envoyés dans le monde des vivants afin d'attirer les âmes jusqu'à lui. Selon d'autres traditions, c'est un oiseau qui s'acquitte de cette tâche, appelant les morts vers Yamapura, la cité du dieu, située au cœur du monde souterrain. Selon une troisième version, Agni (le dieu hindou du feu et fils de Yama et Yami) se charge de guider les morts.

Les justes jouiront d'un bonheur éternel et scintilleront telles des étoiles dans les cieux.

À leur arrivée au palais Kalici de Yama, les âmes sont accueillies par Vaidhyata, gardien des portes, puis par deux serviteurs, Kalapurusa et Chanda (ou Mahachanda), chargés de les conduire à une audience avec le dieu. La liste des actions accomplies de leur vivant est d'abord dressée par le scribe de Yama, Citragupta, qui se réfère pour cela à un gigantesque registre connu sous le nom d'Agrasandhani. Sur la base de ces éléments, Yama s'assoit sur le trône du jugement (Vicarabhu) et envisage les trois options qui s'offrent à lui. La première et la meilleure consiste à obtenir l'immortalité en buvant du soma et à partir vivre pour toujours avec les vertueux et sages Pitri ou Manes, dont Yama est le roi. Là, les justes jouissent d'un bonheur éternel et scintillent telles des étoiles dans les cieux. La deuxième option consiste à être renvoyé sur Terre pour renaître et se voir ainsi offrir une nouvelle chance de mener une vie exemplaire, mais pas nécessairement sous la forme d'un être humain. La troisième option, et la pire, est d'être envoyé dans les 21 niveaux des enfers ; plus bas est le niveau, plus sévère y est la punition.

Supprimer la pub
Advertisement

Malédiction de Yama

Yama apparaît dans un épisode peu flatteur des Purana. Tentant de donner un coup de pied à sa mère Samjna (ou, selon une autre version, à Chaya, une des servantes de son père), Yama reçut une malédiction en retour de son geste. Il fut condamné à souffrir d'une grave blessure à la jambe. Impossible à soigner et infectée, cette dernière était infestée d'asticots. Par chance, Yama reçut de son père un coq qui dévora les vers; il finit par guérir, même si sa jambe irrémédiablement abîmée lui valut par la suite le nom de Sirnapada ou "pied atrophié".

Yama dans l'art

Dans l'art hindou, Yama est souvent représenté la peau verte ou bleue et vêtu de rouge. Il se déplace à dos de buffle (ou d'éléphant) et porte souvent une masse ou un bâton - fabriqué avec un fragment de soleil - et une corde à nœud coulant, symbole de sa fonction de piégeur d'âmes. Il est d'ailleurs parfois surnommé Pasi, "celui qui porte le nœud".

Supprimer la pub
Advertisement

Au Tibet, où il est connu sous le nom de Gsin-rje, le dieu est souvent représenté avec un visage démoniaque et piétinant cruellement un homme. Yama est également figuré dans une attitude similaire sur les reliefs d'Angkor Wat, au Cambodge. Enfin, on le retrouve souvent sous forme de statue dans de nombreux temples chinois, où il est connu sous le nom de Yen-lo wang.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Priscilia Barbuti
Passionnée d'art, d'histoire et de science depuis toujours, j'ai fait le choix d'étudier l'archéologie avant de m'orienter vers le domaine des technologies 3D et considère comme essentielle la diffusion des savoirs auprès du plus grand nombre.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2015, juillet 13). Yama [Yama]. (P. Barbuti, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13915/yama/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Yama." Traduit par Priscilia Barbuti. World History Encyclopedia. modifié le juillet 13, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13915/yama/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Yama." Traduit par Priscilia Barbuti. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 13 juil. 2015. Web. 16 avril 2024.

Adhésion