Maurétanie

Définition

Arienne King
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 25 mai 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Roman Rule in North Africa (146 BCE to 395 CE) (by Simeon Netchev, CC BY-NC-SA)
Domination romaine en Afrique du Nord (146 av. J.-C.- 395 de notre ère)
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

La Maurétanie était un ancien royaume du nord-ouest de l'Afrique, englobant les régions du Maroc et de l'Algérie actuels. Bien qu'il partage son nom avec le pays moderne de Mauritanie, les deux ne se chevauchent pas. L'ancienne Maurétanie doit son nom aux Mauri (ou Marusiens) dont le terme Maures dérive, une tribu berbère qui habitait la région.

La Maurétanie était une région très productive qui produisait des céréales, des olives, du marbre, du bois et du bétail. Les côtes de la Maurétanie étaient réputées pour leur production de "pourpre de Tyr", une teinture rouge à base de coquillage très prisée dans l'Antiquité.

Supprimer la pub
Advertisement

Sous la domination romaine, elle fut divisée en un territoire occidental et un territoire oriental, nommés respectivement Mauretania Tingitana et Mauretania Caesarensis. Ces provinces exportaient des denrées alimentaires vers l'Empire romain durant l'Antiquité jusqu'à leur conquête par les Vandales au Ve siècle de notre ère.

Histoire ancienne

Parmi les premiers habitants de la Maurétanie, on trouve la culture capsienne, des locuteurs afro-asiatiques qui se répandirent vers l'ouest depuis la région située entre la mer Rouge et le Nil nubien, en passant par le nord du Sahara, aux alentours de 9000 avant notre ère. Chasseurs-cueilleurs à l'origine, cette culture commença à domestiquer les bovins, les ovins et les caprins vers 7000 avant notre ère. Ces peuples atteignirent la Maurétanie au cours du 6e millénaire avant notre ère. Outre l'élevage, ils pratiquaient également certaines cultures comme le blé et l'olivier.

Supprimer la pub
Advertisement
Les Mauri, un groupe de tribus berbères vivant au nord du Sahara, étaient les principaux habitants de la Maurétanie dans l'Antiquité classique.

Entre le 3e et le 2e millénaire avant notre ère, les proto-Berbères commencèrent à se répandre en Afrique du Nord et au Sahara, modifiant le paysage linguistique et culturel. Les Mauri, un groupe de tribus berbères vivant au nord du Sahara, étaient les principaux habitants de la Maurétanie dans l'Antiquité classique. Le nom Mauri pourrait provenir d'un mot punique signifiant "occidental". À l'est, leur territoire était limitrophe de celui des Massæsyles et des Massyles de Numidie. Plus tard, tout ce qui se trouvait à l'ouest de la Numidie et au nord du Sahara fut appelé "Maurétanie".

Les Mauri étaient organisés en clans dirigés par des chefs. Certains Mauri vivaient un mode de vie pastoral semi-nomade, produisant des biens tels que la laine, la peau, le cuir, le lait et la viande. D'autres s'étaient installés dans des communautés agricoles, en particulier dans les plaines côtières du nord du pays. Au 4e siècle avant notre ère, ils étaient unis au sein d'une fédération tribale. Le royaume de Maurétanie, gouverné par une monarchie héréditaire, naquit de cette fédération. Malgré cette évolution politique, les chefs de clan purent continuer à jouer un rôle politique important pendant la période classique. À la fin du IIIe siècle avant notre ère, la Maurétanie était aussi puissante que la Numidie.

Supprimer la pub
Advertisement

Entre les Phéniciens et le Sahara

La situation géographique de la Maurétanie permettait à ses habitants de commercer avec la Méditerranée et l'Afrique saharienne. Les Mauri échangeaient de l'ivoire, des pierres précieuses et des peaux d'animaux avec les Phéniciens, qui avaient établi des villes portuaires comme Tingis (Tanger) et Lixus sur la côte de la Maurétanie. Bien que relativement éloignés de Carthage, les Mauri et les Numides apparaissaient parfois dans l'armée carthaginoise en tant que mercenaires ou troupes alliées. Les Mauri entretenaient depuis longtemps des liens culturels et économiques avec la péninsule ibérique et une relation étroite avec la ville phénicienne de Cadix. En regardant vers le sud, les Mauri pouvaient importer des marchandises telles que des œufs d'autruche et de l'ambre des tribus vivant dans le Sahara. Ils importaient également de l'or, probablement d'Espagne ou d'Afrique de l'Ouest.

The Phoenician Expansion c. 11th to 6th centuries BCE
L'expansion phénicienne du XIe au VIe siècle avant notre ère.
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

La faible population de la Maurétanie l'empêcha de s'urbaniser aussi rapidement que la Numidie, bien que certaines villes maurétaniennes comme Volubilis et Iol aient été fondées au cours de cette période. L'empire de Carthage se contracta après sa défaite lors de la deuxième guerre punique (218-201 av. J.-C.), et la Maurétanie put prendre le contrôle de nombreux ports anciennement phéniciens, dont Tingis. Certains historiens ont suggéré que le contact avec les Phéniciens aurait pu influencer l'émergence précoce d'un État maurétanien urbanisé. Cependant, les premiers temps de l'histoire de la Maurétanie sont mal attestés dans les archives historiques car les historiens grecs et romains n'en ont que rarement parlé.

Interactions avec la République romaine

Bocchus Ier (r. d'environ 110 à 91 av. J.-C.) était le beau-père du roi Jugurtha de Numidie (r. de 118 à 105 av. J.-C.) et il s'allia à lui pendant la guerre de Jugurtha (112-106 av. J.-C.). Cependant, Bocchus finit par trahir Jugurtha et le livra aux Romains en tant que prisonnier. En récompense, il reçut la partie occidentale de la Numidie en 105 avant notre ère, tandis que Rome s'empara de la partie orientale.

Supprimer la pub
Advertisement

Après la mort de Bocchus Ier en 91 avant notre ère, son royaume fut divisé entre deux rois, l'un régnant sur son territoire d'origine et l'autre sur la partie orientale de son royaume qui avait été pris à la Numidie. Dans les années qui suivirent, de nombreux rois maurétaniens du territoire oriental s'allièrent aux Romains contre la Numidie, et des troupes maurétaniennes commencèrent à apparaître comme troupes auxiliaires dans l'armée romaine. En revanche, les rois de l'ouest étaient plus hostiles à Rome et entrèrent en conflit avec elle à plusieurs reprises.

Ancient Desert Warfare
Guerre du désert antique
The Creative Assembly (Copyright)

Bocchus II et Bogud II furent les premiers rois de Maurétanie à frapper des pièces de monnaie, celles de Bocchus II portant des inscriptions phéniciennes et celles de Bogud des inscriptions latines. Les deux rois étaient des alliés de Jules César (100-44 av. J.-C.) pendant sa guerre civile contre Pompée (106-48 av. J.-C.). Bogud II s'allia à la faction césarienne lors de leurs campagnes en Espagne en 47 et en 46 avant notre ère, Bocchus II envahit la Numidie pour aider César dans sa guerre contre Juba I (r. de 60 à 46 avant notre ère) et fut récompensé par une plus grande partie des territoires occidentaux de la Numidie.

Par la suite, les deux rois se divisèrent, Bocchus II soutenant la faction pompéienne tandis que Bogud II soutint les Césariens. Ils s'opposèrent à nouveau lors de la guerre civile entre Marc Antoine et Octave (32-30 av. J.-C.). Après la mort de Bogud II au combat aux côtés d'Antoine en 31 avant notre ère, Bocchus II annexa sa partie du royaume, unifiant ainsi la Maurétanie. À sa mort, Bocchus II légua son royaume à Rome. Auguste installa des colonies de vétérans de l'armée romaine en Maurétanie, mais hésita à prendre en charge les coûts d'organisation et de protection de ces colonies.

Supprimer la pub
Advertisement

Royaume client

Auguste nomma le prince numide Juba II (r. d'environ 25 av. J.-C. à 23 av. J.-C.) roi de Maurétanie en récompense de ses bons et loyaux services. Juba II s'efforça d'accélérer l'urbanisation de la Maurétanie dont les habitants étaient encore essentiellement des éleveurs. Il agrandit les villes de Volubilis et de Iol, construisant des temples, des palais, des théâtres et des amphithéâtres de style gréco-romain. Iol fut rebaptisée Césarée en l'honneur d'Auguste (27 av. J.-C. à 14 ap. J.-C.). Malgré l'intérêt de Juba II pour l'architecture classique, le mausolée royal de Maurétanie, construit sous son règne, s'inspirait des traditions architecturales berbères. L'art et l'architecture de la Maurétanie furent également influencés par l'architecture égyptienne ancienne, en raison du mariage de Juba II avec la princesse ptolémaïque Cléopâtre Séléné II.

Royal Mausoleum of Mauretania
Mausolée royal de Maurétanie
Lamine Bensaou (CC BY-SA)

Juba II et son fils, le roi Ptolémée de Maurétanie, encouragèrent fortement les politiques agricoles qui privilégiaient l'agriculture au détriment du pastoralisme ou du nomadisme. Ces politiques eurent surtout un impact sur la côte, tandis que l'intérieur du pays fut moins touché. En tant qu'étrangers et vassaux de l'Empire romain, la dynastie de Juba dut faire face à de fréquents soulèvements en Maurétanie, en particulier de la part des peuples vivant dans les régions montagneuses de l'intérieur. D'autres tribus, comme les Baquates, étaient suffisamment proches de Volubilis pour les menacer sérieusement.

Parallèlement, la Maurétanie connut des conflits répétés avec les tribus africaines vivant dans le Sahara et ses environs. Tout au long de la fin du 1er siècle avant notre ère, des tribus comme les Gétules et les Maurusiens menèrent des raids contre la Maurétanie et d'autres territoires romains en Afrique du Nord. Juba II et Ptolémée étaient incapables de faire face aux menaces internes ou externes, et Rome fut obligée de fournir une assistance militaire chaque fois que des menaces sérieuses se présentaient. L'installation préalable de vétérans romains sur la côte permit également d'ajouter une base de soutien à Juba II.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Romanisation

En 40 de notre ère, l'empereur romain Caligula (r. de 37 à 41 de notre ère) fit exécuter Ptolémée pour une prétendue offense et la Maurétanie fut à nouveau annexée par l'Empire romain. Cette fois, elle devint une province romaine, ce qui signifie que les frontières de l'Empire romain s'étendaient désormais sur toute la côte de l'Afrique du Nord. En 44 de notre ère, elle fut officiellement divisée en deux provinces : Mauretania Caesarensis à l'est et Mauretania Tingitana à l'ouest. Comme l'Égypte et la Numidie, ces provinces furent placées sous le contrôle direct de l'empereur et non du Sénat romain. La Mauretania Caesarensis, dont la capitale était Césarée, et la Mauretania Tingitana, dont la capitale était Volubilis, étaient gouvernées par des procurateurs équestres.

La domination romaine se limitait essentiellement aux côtes.

Pendant les premières années de la domination romaine, des rébellions continuèrent à éclater à l'intérieur de la Maurétanie. Des troupes romaines venues d'Espagne, de Gaule et d'Asie étaient en garnison dans la province. Les armées tribales maurétaniennes étaient plus mobiles que les Romains et connaissaient le terrain. Elles pouvaient se retirer dans les montagnes de l'Atlas et du Sahara, laissant les Romains lutter contre la chaleur et la déshydratation. En conséquence, la domination romaine se limita essentiellement aux côtes. Finalement, les Romains parvinrent à une entente précaire avec les tribus de l'intérieur, qui continuèrent à être dirigées par des chefs de clans échappant au contrôle direct des Romains. Après le 1er siècle de notre ère, la Maurétanie semble avoir été largement pacifique.

Cette période vit la fusion des cultures berbère et romaine dans le cadre d'un processus appelé romanisation. Au fil du temps, les langues libyques et néo-puniques devinrent moins répandues à mesure que l'usage du latin se répandait. De nombreux Maurétaniens devinrent des politiciens, des intellectuels et des militaires influents dans l'Empire romain. Des aqueducs et d'autres infrastructures de style romain furent développés dans tout le pays, et les pratiques agricoles continuèrent à évoluer vers des modèles méditerranéens.

Le pays se prêtait bien à la culture des olives, un aliment de base du régime romain. Le garum, une pâte de poisson conservée appréciée des Romains, était produit en masse dans de grandes usines côtières. Les navires qui quittaient les villes portuaires le long de la côte contribuaient à nourrir les multitudes vivant dans l'Empire romain. Des marchandises telles que le bois, les chevaux et les animaux exotiques pour les arènes étaient également exportées depuis la Maurétanie.

Basilica & Capitoline Temple of Volubilis
Basilique et temple capitolin de Volubilis
Dan Diffendale (CC BY-NC-SA)

Pour protéger ce commerce, la marine romaine surveillait les pirates dans la Méditerranée antique. À l'intérieur des terres, un réseau de routes reliait la Maurétanie aux villes d'autres régions de l'Afrique romaine. En dehors des centres urbains, les tribus pastorales de Maurétanie poursuivaient leurs migrations saisonnières, mais payaient désormais des droits de douane aux fonctionnaires romains à certains points de passage. Un réseau de forts romains se développa à travers l'Afrique du Nord pour réguler le passage des pasteurs et se prémunir contre les tribus hostiles.

Antiquité tardive

Au IIIe siècle, les tribus maurétaniennes se révoltèrent à nouveau contre la domination romaine et les Baquates devinrent indépendants sous l'autorité de leur roi. L'arrivée de tribus jusque-là inconnues en Maurétanie et en Numidie déclencha également de nouvelles guerres dans les provinces. À cette époque, les Romains commencèrent à qualifier de Mauri ou de "Maures" toutes les tribus d'Afrique du Nord-Est vivant en dehors des frontières impériales.

Au fur et à mesure que l'Empire romain se rétrécissait, plusieurs rois maures se succédèrent en Maurétanie.

Dioclétien (r. de 284 à 305 de notre ère) tenta de consolider les frontières affaiblies de l'Empire romain en réorganisant les provinces africaines. L'Empire romain se retira de la majeure partie de la Maurétanie Tingitane, y compris Volubilis, et ne conserva qu'une petite partie du territoire entourant Tingis, qui était gouverné par le diocèse d'Espagne. Une nouvelle province, la Mauretania Sitifensis, fut séparée de la Mauretania Caesarensis. Ces deux provinces furent placées sous l'autorité du diocèse d'Afrique, qui comprenait également les provinces de Numidie et d'Afrique Proconsulaire (Africa Proconsularis). Au fur et à mesure que l'Empire romain se rétrécissait, plusieurs rois maures apparurent en Maurétanie. Ces rois utilisaient généralement des titres romains et grecs bien qu'ils aient fonctionné en tant qu'entités politiques indépendantes.

Le christianisme pénétra l'Afrique du Nord sous contrôle romain au cours du IIe siècle de notre ère, trouvant des convertis parmi les populations urbaines et rurales. Le déclin du culte polythéiste est attesté par la disparition des dédicaces aux divinités africaines et gréco-romaines au IIIe siècle. À cette époque, les centres urbains entamèrent un déclin notable, caractérisé par des infrastructures défaillantes et une baisse de la richesse. Dioclétien tenta de restaurer les villes et de rénover les temples délabrés dédiés aux dieux romains, une entreprise coûteuse qui ne fut pas appréciée par tous au sein de la population. Dans les villages agricoles de Maurétanie, le christianisme était la religion dominante et les églises ne tardèrent pas à parsemer la campagne.

Schisme donatiste et violence religieuse

Les schismes au sein de l'Église d'Afrique entraînèrent des violences et des troubles en Maurétanie. Le schisme le plus important fut causé par la secte des Donatistes, qui s'était séparée de l'Église au cours du 4e siècle de notre ère. De nombreux chefs d'église et congrégations d'Afrique du Nord avaient renoncé à leur foi lors de la persécution du christianisme par Dioclétien, abandonnant les objets religieux et les écritures à l'État. D'autres choisirent de se faire martyre et furent emprisonnés ou exécutés. Après la fin de cette période de persécution, certains de ceux qui avaient renoncé au christianisme reprirent leur rôle de clergé. Ce fut le cas de Cécilien, dont l'élection en tant qu'évêque d'Afrique suscita une vive controverse. Majorinus, et son successeur plus influent Donatus, furent nommés évêques par ceux qui s'opposaient à Cécilien, créant ainsi un schisme.

Donatus fonda une secte opposée à la doctrine du rebaptême et à la nomination de chrétiens déchus dans le clergé. En peu de temps, le donatisme envahit la Maurétanie. La plupart de ses adeptes étaient issus des classes inférieures, bien que son clergé ait eu tendance à être plus alphabétisé et à appartenir à la classe moyenne. Le donatisme fut déclaré hérésie par le premier concile d'Arles en 314 de notre ère, et l'empereur Constantin Ier (r. de 306 à 337) persécuta encore les donatistes en exilant leur clergé et en confisquant leurs églises. Cela ne ralentit guère la croissance du mouvement en Maurétanie et en Numidie, et en 330 de notre ère, il y avait des centaines d'évêques donatistes en Afrique du Nord.

Augustine of Hippo
Augustin d'Hippone
Fr Lawrence Lew, O.P. (CC BY-NC-ND)

Un mouvement de fanatiques religieux, les Circoncellions, se développa en Maurétanie et en Numidie à la suite de la controverse donatiste. La plupart des Circoncellions étaient issus de la paysannerie et s'opposaient à l'ordre social, notamment au pouvoir de la classe des propriétaires terriens et à l'institution de l'esclavage. Outre les griefs économiques, les Circoncellions considéraient le martyre comme le but ultime, certains provoquant des altercations violentes dans le but de mourir ou simplement de se suicider. Au cours des décennies suivantes, la violence éclata entre les bandes et les armées paysannes des deux côtés de la controverse. La position de l'Église et de l'empire sur le donatisme fut réaffirmée par l'empereur Constance II (r. de 337 à 361 de notre ère) en 347, et une rébellion donatiste fut écrasée.

La décision de Julien l'Apostat (r. de 361 à 363 de notre ère) d'autoriser le retour des hérétiques exilés revigora l'église donatiste. Plus tard, les donatistes soutiendraient les usurpateurs Mauri, tels que Firmus et Gildo, qui se rebelèrent contre l'Empire romain. L'échec de ces rébellions affaiblit considérablement le donatisme, et son association avec les rebelles le ternit à jamais aux yeux du gouvernement impérial. L'évêque catholique Saint Augustin d'Hippone (354-430 de notre ère) s'opposa vivement au donatisme tout au long de sa vie et joua un rôle dans son déclin en encourageant la persécution juridique des donatistes et en s'attaquant à ses fondements théologiques. Augustin était également présent à la conférence des catholiques et des donatistes en 412 de notre ère, qui vit les évêques des deux camps débattre à nouveau. Après la conférence, l'empereur Honorius proscrit le donatisme, exigeant que le clergé abandonne la secte ou soit exilé. Bien que le donatisme ait persisté jusqu'à la montée de l'islam en Maurétanie, il ne serait plus jamais la secte prédominante.

Domination vandale et islamique

Alors que la puissance de l'Empire romain d'Occident s'affaiblit, ses provinces furent menacées par la montée d'élites locales qui cherchaient à se tailler des royaumes. Bien que les tribus berbères aient longtemps menacé le gouvernement provincial, le dernier défi lancé à la domination romaine en Maurétanie ne vint pas du Sahara, mais de l'Europe du Nord. À la fin de l'année 406, un groupe de tribus germaniques connues sous le nom de Vandales franchit le Rhin et pénétra dans l'Empire romain d'Occident, se frayant un chemin à travers la Gaule et jusqu'en Ibérie, où ils se taillèrent un royaume dans le sud de l'Espagne dans les années 420 de notre ère. Le contrôle des ports ibériques permit aux Vandales d'exercer un certain contrôle sur le commerce maritime et ils prirent rapidement pied dans le nord-ouest de la Maurétanie.

Les Vandales arrivèrent pour la première fois sur la côte de la Maurétanie sous le règne du roi Gondéric (379 - 428 de notre ère), qui pillé les villes portuaires. En 429, le roi Genséric (r. de 428 à 477) envahit l'Afrique du Nord avec environ 80 000 Vandales. Ils débarquèrent en Maurétanie et se dirigèrent vers l'est pour conquérir la Numidie et l'Africa Proconsularis. Ces conquêtes perturbèrent le commerce romain mais ne modifièrent pas immédiatement la culture ou la société de l'Afrique du Nord. Incapables de chasser les Vandales, les Romains finirent par signer un traité avec eux en 442 de notre ère, reconnaissant officiellement le royaume vandale en Afrique et en Numidie. Entre-temps, la Maurétanie était restée nominalement sous le contrôle des Romains. Au cours des décennies suivantes, le royaume vandale absorba progressivement des parties de l'est de la Maurétanie.

Genséric, par le biais de pots-de-vin et de son influence, parvint à nouer des alliances avec les royaumes maures de l'intérieur et de l'ouest du pays. Ces tribus l'aidèrent dans ses raids en Italie, y compris à Rome. Après sa mort, ces Maures commencèrent à empiéter sur le territoire africain des Vandales qui se réduisait de plus en plus. Les habitants de ces royaumes berbères du début du Moyen Âge étaient chrétiens et utilisaient des noms et des titres latins. Les Laguatan, une confédération de tribus nomades, quittèrent également la Tripolitaine pour s'installer en Maurétanie où ils remportèrent généralement des victoires dans les batailles contre les armées vandales.

La Mauretania Sitifensis fut brièvement reconquise en 534 lorsque l'empereur byzantin Justinien Ier (r. de 527 à 565) envoya son général Bélisaire (505-565) pour reprendre l'Afrique du Nord. La guerre byzantine contre les Maures fut d'abord couronnée de succès, mais la plupart des anciennes provinces maurétaniennes retombèrent rapidement sous le contrôle des rois maures. Ces royaumes construisirent les Jedars, des tombes monumentales près de Tiaret, en Algérie, aux 6e et 7e siècles. Ces tombes ressemblent à l'architecture funéraire berbère préromaine, soulignant un certain niveau de continuité culturelle avec les royaumes berbères antérieurs. De petits royaumes continueraient à dominer la région jusqu'à l'avènement des empires islamiques au haut Moyen Âge.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

La Maurétanie et la Mauritanie sont-elles identiques ?

Bien que l'ancienne Maurétanie, qui englobe le Maroc et l'Algérie actuels, partage un nom avec le pays moderne de Mauritanie, les deux pays ne se chevauchent pas.

Où se trouvait l'ancienne Maurétanie ?

L'ancienne Maurétanie, située au nord-ouest de l'Afrique, comprenait les régions actuelles du Maroc et de l'Algérie.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Arienne King
Arienne King est une étudiante et rédactrice indépendante passionnée d'histoire, d'archéologie et de média numérique. En plus d'animer le blog Muses & Mayhem, elle occuppe le poste d'éditrice média au sein de l'Ancient History Encyclopedia.

Citer cette ressource

Style APA

King, A. (2023, mai 25). Maurétanie [Mauretania]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-1011/mauretanie/

Style Chicago

King, Arienne. "Maurétanie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 25, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-1011/mauretanie/.

Style MLA

King, Arienne. "Maurétanie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 25 mai 2023. Web. 15 avril 2024.

Adhésion