Funérailles Romaines

Article

Steven Fife
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 18 janvier 2012
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Les funérailles romaines étaient un rite de passage qui signifiait la transition entre les états de vie et de mort. Il était très important d'organiser des cérémonies et un enterrement appropriés afin d'éviter qu'un esprit malveillant ne surgisse des enfers. Bien qu'aucune description directe des pratiques funéraires romaines n'ait été transmise, il existe de nombreuses sources anciennes qui fournissent des récits de funérailles antiques. En général, les funérailles romaines comportaient cinq parties: La procession, la crémation et l'inhumation, l'éloge funèbre, le banquet et la commémoration.

Procession

Le cortège funéraire était marqué par le mouvement des corps, vivants et morts, et par le grand bruit qu'il générait. Plus le défunt était riche et célèbre dans la vie, plus le cortège funèbre était tapageur, accompagné de mimes et de musiciens. Pour les pauvres, seuls quelques joueurs de flûte pouvaient jouer de la musique lors de la procession.

Supprimer la pub
Advertisement

Les pleureuses professionnelles formaient une grande partie du cortège. Il s'agissait de femmes qui n'étaient pas membres de la famille du défunt et qui devaient être payées pour participer. D'après les récits de funérailles, elles poussaient de grands cris, s'arrachaient littéralement les cheveux et se grattaient le visage en signe de deuil. Un grand nombre de pleureuses professionnelles signifiait que le défunt était un individu riche et puissant.

Mourning Scene, Roman Sarcophagus
Scène de deuil, sarcophage romain
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Les affranchis, ou clients du défunt, participaient également à la procession en signe de respect envers leur patron. Les acteurs portant des imagines (masques ancestraux) formaient la partie suivante de la procession. Ces acteurs se déguisaient en ancêtres du défunt et reproduisaient leurs personnalités. Le culte des ancêtres était absolument central dans les croyances des Romains concernant la mort et l'au-delà. Ce n'est qu'après le passage des acteurs déguisés en ancêtres que le corps du défunt était transporté. Le cadavre était transporté dans un bier (un plateau ressemblant à un lit). La famille du défunt suivait, marquant la fin de ce qui était, à bien des égards, une procession bien plus importante que celle d'un mariage.

Supprimer la pub
Advertisement
La croyance voulait que tant que le corps n'était pas inhumé, l'"ombre" (l'esprit) n'avait pas traversé le Styx.

Crémation et enterrement

En cas de crémation, le corps était transporté à la nécropole ("ville des morts") et placé sur un bûcher funéraire. Il était ensuite brûlé, et les cendres et les fragments d'os et de dents restants étaient insérés dans une urne funéraire. On croyait que tant que le corps n'était pas enterré, l'"ombre" (l'esprit) n'avait pas encore traversé le Styx (le fleuve qui mène du monde des vivants au monde des morts). Ainsi, on avait l'impression que l'impression psychique du défunt persistait autour des amis et de la famille, et l'esprit se mettait en colère si l'on disait quelque chose de négatif à son sujet.

Si l'incinération était la méthode la plus courante depuis la formation de Rome jusqu'au milieu du IIe siècle après J.-C., l'inhumation (ou l'enterrement) finit par s'imposer en tant que méthode de prédilection. Le corps était placé dans un cercueil, appelé sarcophage, qui était souvent immense et richement décoré. Le corps n'était enterré avec aucun bien. Il s'agissait d'une pratique très ancienne dans toute la Méditerranée, mais qui n'était pratiquement jamais utilisée à Rome, surtout lorsque la crémation était la méthode la plus courante.

Supprimer la pub
Advertisement

Roman Tomb
Tombeau romain
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Dans l'Égypte romaine, une peinture incroyablement réaliste du défunt était fixée à l'avant du sarcophage. Les Romains attachaient beaucoup d'importance à savoir à quoi ressemblait le défunt. Par conséquent, ces peintures étaient si réalistes qu'elles ressemblaient à des photographies modernes. Ce niveau de compétence technique dans la représentation des visages humains ne fut atteint ailleurs avant au moins 600 ou 700 ans.

Éloge funèbre

Si le défunt était un membre important de la société ou s'il avait fait une forte impression sur sa famille, celle-ci prononçait un éloge funèbre. De nombreux exemples d'oraisons funèbres prononcées lors de funérailles romaines ont survécu jusqu'à nos jours.

Banquet

Les funérailles n'étaient pas complètes si elles n'étaient pas suivies d'un banquet rituel. Les funérailles étaient la marque finale qui indiquait au défunt qu'il pouvait poursuivre sa route vers les enfers et que la famille pouvait aller de l'avant.

Supprimer la pub
Advertisement

View from Staircase of Central Pillar and Loculi, Columbarium 1, Vigna Codini
Vue depuis l'escalier du pilier central et des loculi, Columbarium 1, Vigna Codini
Francesca Santoro L'hoir (CC BY-NC-SA)

Commémoration

Une fois le corps enterré ou incinéré, il fallait encore se souvenir du défunt. L'État romain mettait à part certains jours chaque année pour se souvenir des êtres chers, notamment les Parentalia, qui se tenaient du 13 au 21 février, pour honorer les ancêtres de la famille. Chaque famille avait également ses propres jours pour commémorer le défunt.

On croyait que si la famille du défunt se rassemblait autour de sa tombe et faisait une offrande, cela activerait et apaiserait l'"ombre" (en d'autres termes, l'"ombre" ou l'esprit pourrait se souvenir de certains détails de sa vie, plutôt que de continuer à flotter dans le monde souterrain sans aucun souvenir de son existence).

Mort d'un empereur

Après sa mort, l'empereur était enterré dans la ville. C'était un honneur réservé aux personnes les plus exceptionnelles et les plus illustres; la plupart des Romains devaient être enterrés à l'extérieur de la ville.

Supprimer la pub
Advertisement

On croyait également que les empereurs ne devenaient pas des ombres (esprits) comme les autres; ils devenaient plutôt des dieux par un processus appelé apothéose. La commémoration de l'empereur était donc beaucoup plus impressionnante et des monuments plus coûteux étaient érigés. La colonne de Trajan, sous laquelle les cendres de l'Optimus Princeps furent enterrées, est l'un des monuments romains les plus connus.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Citer cette ressource

Style APA

Fife, S. (2012, janvier 18). Funérailles Romaines [The Roman Funeral]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-96/funerailles-romaines/

Style Chicago

Fife, Steven. "Funérailles Romaines." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 18, 2012. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-96/funerailles-romaines/.

Style MLA

Fife, Steven. "Funérailles Romaines." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 janv. 2012. Web. 18 mai 2024.

Adhésion