Histoire du Juneteenth

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 01 juin 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol

Le 19 juin est un événement annuel qui célèbre la fin de l'esclavage aux États-Unis en commémorant la publication de l'ordre général n° 3 (qui comprenait la phrase "tous les esclaves sont libres") à Galveston, au Texas, le 19 juin 1865. En 2021, le 19 juin a été déclaré jour férié fédéral et est également célébré en dehors des États-Unis.

General Order No. 3 of 19 June 1865
Ordonnance générale n° 3 du 19 juin 1865
General Graham Granger (Public Domain)

Au fil des ans, un certain nombre de mythes concernant le 19 juin se sont développés et sont répétés chaque année dans le cadre de l'histoire de la célébration. L'un de ces mythes est que l'ordre général n° 3 mit fin à l'esclavage aux États-Unis le 19 juin 1865. L'esclavage ne fut aboli aux États-Unis que le 6 décembre 1865 par la ratification du 13e amendement à la Constitution. L'ordonnance générale n° 3 ne mit donc pas fin à l'esclavage, elle pécisait seulement que la proclamation d'émancipation du 1er janvier 1863, qui libérait les esclaves dans les États confédérés, serait appliquée.

Supprimer la pub
Advertisement
Le Juneteenth National Independence Day Act a été adopté en juin 2021, faisant de cet événement un jour férié fédéral qui doit être observé par tous les États.

L'ordre général n° 3 ne libéra pas les esclaves dans les États frontaliers du Kentucky et du Delaware, ni dans les États exemptés par la Proclamation d'émancipation. Six mois plus tard, le 1er janvier 1866 (date du troisième anniversaire de la Proclamation d'émancipation), les affranchis du Texas célébrèrent l'événement en tant que "Freedom Day" (jour de la liberté), et le 19 juin 1866 devint le premier jour de ce qui allait devenir le "Juneteenth" (combinaison de "June" et "nineteenth").

À partir du Texas, le 19 juin fut célébré chaque année dans d'autres États jusqu'au début du XXe siècle, lorsque les célébrations déclinèrent en raison de pressions sociales et politiques, mais furent renouvelées avant même que l'événement ne soit associé au mouvement des droits civiques des années 1950 et 1960. Le Texas fit du 19 juin un jour férié en 1980, et d'autres États, mais pas tous, lui emboîtèrent le pas jusqu'à l'adoption, en juin 2021, du Juneteenth National Independence Day Act, signé par le président Joe Biden, qui fait de cet événement un jour férié fédéral devant être observé par tous les États.

Supprimer la pub
Advertisement

Proclamation d'émancipation et Texas

La guerre de Sécession débuta le 12 avril 1861 et, en 1862, en raison du blocus des ports confédérés par l'Union, l'Angleterre envisageait d'entrer dans le conflit aux côtés de la Confédération, car les importations régulières, notamment de coton, avaient été interrompues pour une durée indéterminée. Avant cela, le président Lincoln - quels qu'aient été ses sentiments personnels à l'égard de l'esclavage - ne pensait pas avoir le droit légal d'abolir l'institution, et la guerre n'était pas non plus menée comme une croisade pour y mettre fin. L'érudit Edward T. Cotham Jr. commente :

Même si Lincoln avait été persuadé qu'en tant que président, il avait l'autorité légale de prendre des mesures pour mettre fin à l'esclavage, au début de la guerre civile, il avait toutes les raisons, d'un point de vue pratique et politique, de nier d'avoir l'intention d'interférer avec l'institution. (13)

En effet, selon la Constitution, l'esclavage relevait de la compétence des États et seuls les États individuels, et non le gouvernement fédéral, pouvaient l'abolir. Dans sa désormais célèbre lettre ouverte au New York Tribune du 23 août 1862, Lincoln écrit :

Supprimer la pub
Advertisement

Mon objectif principal dans cette lutte est de sauver l'Union et n'est ni de sauver ni de détruire l'esclavage. Si je pouvais sauver l'Union sans libérer aucun esclave, je le ferais, et si je pouvais la sauver en libérant tous les esclaves, je le ferais; et si je pouvais la sauver en libérant certains et en laissant les autres tranquilles, je le ferais aussi. Ce que je fais au sujet de l'esclavage et de la race noire, je le fais parce que je crois que cela aide à sauver l'Union. (Norman-Cox, 32 ; Cotham, 15)

En 1862, la guerre ne se passait pas bien pour l'Union, et si l'Angleterre s'engageait comme alliée de la Confédération, Lincoln avait peur que tout ne soit perdu. Il souhaitait publier une proclamation libérant les esclaves dans les États confédérés afin d'empêcher l'intervention de l'Angleterre qui avait aboli l'esclavage et ne pouvait légalement soutenir une cause luttant pour sa préservation, mais il voulait le faire depuis une position de force. Il avait besoin d'une victoire décisive, qui ne vint qu'avec la bataille d'Antietam, le 17 septembre 1862. Le 22 septembre 1862, il publia la Proclamation d'émancipation préliminaire qui stipulait que tous les esclaves des États actuellement en rébellion contre les États-Unis seraient considérés comme libres le 1er janvier 1863.

Proclamation of Emancipation
Proclamation d'émancipation
Library of Congress ()

Comme les États confédérés considéraient qu'ils menaient une guerre d'indépendance contre un gouvernement tyrannique - à l'instar des colonies originelles contre la Grande-Bretagne - ils n'avaient aucune raison de prêter attention à la proclamation en septembre, ni lorsqu'elle fut officiellement publiée le 1er janvier 1863. En fait, la proclamation d'émancipation ne libéra pas un seul esclave et ne s'appliquait pas aux États frontaliers du Delaware, du Kentucky, du Maryland ou du Missouri; elle ne s'appliquait qu'aux États qui ne reconnaissaient pas l'autorité du gouvernement qui l'avait émise.

Pour que la proclamation ait un effet réel, il fallait qu'elle soit appliquée par les armes grâce aux victoires de l'Union sur les territoires confédérés. Au fur et à mesure que l'armée de l'Union avançait, ou que les esclaves parvenaient à se libérer de leurs maîtres et à se diriger vers les lignes de l'Union, ils étaient libérés. Lorsque l'Union commença à remporter de nouvelles batailles en 1863, les propriétaires d'esclaves commencèrent à transférer leurs esclaves au Texas pour les éloigner de l'avancée de l'Union, si bien qu'en 1865, plus de 200 000 esclaves étaient détenus dans cet État.

Supprimer la pub
Advertisement

Fin de la guerre et 19 juin

Bien que le général Lee se soit rendu au général Grant le 9 avril 1865 - ce qui marqua officiellement la fin de la guerre civile - le conflit se poursuivit sous l'impulsion d'autres commandants confédérés qui ne considéraient pas que la reddition de Lee s'appliquait à l'ensemble de la Confédération. L'armée transmississippienne de la Confédération ne se rendit pas avant mai (ou début juin) 1865, et certaines parties du Texas étaient encore en rébellion lorsque les troupes du major général Gordon Granger arrivèrent à Galveston entre le 16 et le 18 juin 1865. Granger lui-même arriva le 19 juin et publia l'ordre général n° 3, qui mettait en application la Proclamation d'émancipation:

Le peuple du Texas est informé que, conformément à une proclamation de l'exécutif des États-Unis, tous les esclaves sont libres. Cela implique une égalité absolue des droits personnels et des droits de propriété entre les anciens maîtres et les esclaves, et le lien qui existait jusqu'à présent entre eux devient celui qui existe entre l'employeur et la main-d'œuvre salariée. Il est conseillé aux affranchis de rester tranquillement chez eux et de travailler pour un salaire. Ils sont informés qu'ils ne seront pas autorisés à se rassembler dans les postes militaires et qu'ils ne seront pas soutenus dans l'oisiveté, que ce soit là ou ailleurs. Sur ordre de G. Granger, major général commandant/F.W. Emory. Major & A.A. Gen'l. (Cotham, 199)

Contrairement au mythe populaire du Juneteenth, rien ne prouve que Granger ait convoqué une assemblée publique et lu l'ordre général n° 3, ni qu'il l'ait lu depuis le balcon de la villa Ashton. C'est le subordonné de Granger, F. W. Emory (également connu sous le nom d'Emery), qui se chargea de faire publier l'ordre dans les journaux et sous forme de prospectus. Les anciens maîtres furent encouragés, puis obligés, à lire l'ordre à leurs esclaves et à les informer de leur liberté.

Ashton Villa
Villa Ashton
Surely Shirly ()

Réactions

Les réactions immédiates à la nouvelle varièrent de la célébration à la confusion et, dans de nombreux cas, rien du tout car les maîtres refusèrent de dire à leurs esclaves qu'ils étaient désormais libres. Cotham rapporte l'histoire de l'ancien esclave John Bates qui raconte comment lui et ses compagnons esclaves n'avaient pas été informés de l'ordre de Granger, n'entendant que la rumeur qu'ils étaient libres par d'autres personnes passant sur la route, jusqu'à ce qu'ils ne demandent à leur maître de le confirmer, ce qu'il fit à contrecœur (204). Cotham raconte comment d'autres réagirent:

Supprimer la pub
Advertisement

Bien que l'ordre du 19 juin ait recommandé aux personnes libérées de rester sur place et de continuer à travailler pour un salaire, de nombreux esclaves libérés ont rapidement quitté leur lieu de captivité pour chercher d'autres opportunités. Molly Harrell, par exemple, se souvient que la plupart des esclaves libérés de son entourage n'ont pas perdu de temps pour prendre la route de la ville voisine de Palestine. "Nous avons tous marché le long de la route, dit-elle, en chantant et en criant pour battre la fanfare. Certains anciens esclaves ont trouvé la liberté déroutante, car ils ne connaissaient pas d'autre mode de vie. Elsie Reece se souvient du choc total qu'elle a ressenti lorsque son maître lui a expliqué qu'il était illégal pour lui de garder ses ouvriers comme esclaves. (205)

Les forces de l'Union dirigées par Granger interrogèrent les anciens esclaves et, s'ils pouvaient identifier leurs anciens maîtres, ils étaient renvoyés sur leurs terres pour y travailler en tant qu'auxiliaires. Ceux qui ne pouvaient pas ou décidaient de ne pas identifier leurs anciens maîtres et leurs lieux de captivité étaient mis au travail pour nettoyer les rues ou sur les navires militaires de l'Union dans le port de Galveston jusqu'à ce que le Freedmen's Bureau, récemment créé, puisse décider de ce qu'il convenait de faire d'eux. Craignant des troubles civils après la publication de l'ordre général n° 3, Granger interdit les rassemblements publics, et les affranchis ne furent pas autorisés à voyager sans l'autorisation écrite de leurs "employeurs" ou à organiser des célébrations publiques.

Mythes liés au Juneteenth

L'émancipation au Texas fut un processus lent et fut entravée par le refus des propriétaires d'esclaves de se conformer à l'ordre.

Un mythe populaire lié au Juneteenth veut qu'il y ait eu des célébrations généralisées dans tout le Texas le 19 juin 1865. Les articles de journaux, les ordres de Granger et les prospectus de l'époque, cités par l'universitaire D. J. Norman-Cox, montrent clairement que, si des célébrations eurent lieu ce jour-là, elles furent de courte durée. L'affirmation selon laquelle l'ordre général n° 3 libéra tous les esclaves du Texas en une seule journée est également insoutenable, car il n'y avait pas de système de sonorisation et aucun moyen d'atteindre chaque plantation, ferme et village pour leur annoncer la nouvelle le 19 juin. L'émancipation au Texas fut un processus lent et, comme nous l'avons vu, fut entravée par le refus des propriétaires d'esclaves de se conformer à l'ordre et, au départ, par l'absence de moyens de le faire appliquer dans toutes les régions de l'État.

Un autre mythe veut que l'ordre général n° 3 ait été lu depuis le balcon, le porche ou la cour de la maison connue sous le nom d'Ashton Villa, propriété du colonel confédéré James Moreau Brown, qui avait servi de quartier général confédéré à Galveston pendant la guerre. Norman-Cox note:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La croyance la plus répandue veut que le général Granger ait lu personnellement ses ordres lors de ce qui s'apparente à une réunion de l'hôtel de ville dans la cour de la résidence privée de quelqu'un, à savoir Ashton Villa. Cette théorie présente de nombreuses lacunes. Il est peu plausible que des habitants de la ville se soient rassemblés chez quelqu'un sans invitation ni mandat, en particulier des affranchis. Il est indéniable que le fait de mêler des hommes et des femmes confédérés à des affranchis n'était pas du tout conforme aux relations raciales et aux mœurs sociales de 1865. Il n'existe aucune trace de cette manifestation. Le fait que la foule soit "généralement composée de Nègres" diminue encore la probabilité qu'elle ait été invitée au domicile de l'un des ex-confédérés les plus en vue de Galveston. (87)

Ce mythe pourrait trouver son origine dans l'association de l'Union avec la maison pendant la guerre. Ashton Villa avait brièvement servi de quartier général à l'armée de l'Union lorsqu'elle tenait Galveston en 1862, et il aurait donc pu sembler normal que Granger ait annoncé la nouvelle depuis ce bâtiment, autrefois associé aux deux camps du conflit. Les documents indiquent cependant clairement que l'ordre fut donné depuis le bâtiment Osterman qui servait de quartier général de l'Union au Texas en juin 1865.

L'un des mythes les plus tenaces, régulièrement cité lors des célébrations du Juneteenth, est que les esclaves du Texas travaillèrent pendant plus de deux ans sans savoir qu'ils avaient été libérés par la Proclamation d'émancipation et qu'ils ne l'apprirent que lorsque Granger arriva pour délivrer l'ordre général n° 3. Cette affirmation est tout simplement fausse. Comme nous l'avons vu, il n'y avait aucun moyen d'appliquer la Proclamation d'émancipation dans les États confédérés et les propriétaires d'esclaves ne considéraient pas la proclamation comme valide. Les esclaves qui apprirent l'existence de la proclamation en 1862 et 1863 - ce qui fut le cas de beaucoup d'entre eux - n'eurent d'autre choix que d'essayer de rejoindre les lignes de l'Union. Ils n'étaient pas en mesure de faire remarquer à leurs maîtres que le président Lincoln avait déclaré leur liberté et qu'ils devaient être autorisés à poursuivre leur chemin.

A Ride for Liberty – The Fugitive Slaves
Chevauchée vers la liberté -Des esclaves en fuite
Eastman Johnson ()

Un aspect central de ce mythe est qu'il fallut attendre le 19 juin 1865 pour que les habitants du Texas entendent parler de la Proclamation d'émancipation qui avait été émise le 22 septembre 1862 et le 1er janvier 1863. Cette affirmation est indéfendable, tout comme l'affirmation analogue selon laquelle personne au Texas ne sut que la guerre était terminée avant le 19 juin 1865. Les nouvelles circulaient assez rapidement par télégraphe et les habitants du Texas eurent connaissance de la proclamation sous sa première forme à l'automne 1862. Le Texas n'était pas pour autant coupé des canaux d'information qui circulaient dans tout le pays. En 1836, lorsque l'Alamo de San Antonio tomba aux mains de l'armée mexicaine le 6 mars, un article avait déjà été publié à la Nouvelle-Orléans le 28 mars et un autre dans le journal new-yorkais The Sun le 12 avril. En 1865, grâce au développement du système télégraphique pendant la guerre, les nouvelles voyageaient encore plus vite.

Conclusion

Comme pour tout événement historique, de nombreux autres mythes entourent le Juneteenth, mais ils ne diminuent en rien l'importance du 19 juin 1865 ou de la célébration qui commémore ce jour. L'auteur Annette Gordon-Reed commente l'importance du 19 juin pour sa famille au Texas :

Pour mon arrière-grand-mère, mes grands-parents et les membres de leur génération, il s'agissait de célébrer la liberté de personnes qu'ils avaient connues. La mère de mon arrière-grand-mère s'était mariée trois fois et avait survécu à tous ses maris. Le dernier avait été réduit en esclavage jusqu'à la fin de la guerre civile. L'esclavage était encore pratiqué peu de temps avant la naissance de mes grands-parents et de leurs amis. Bien que j'aie été irrité par les histoires que j'ai entendues sur leur vie sous Jim Crow, et que j'aie eu mes propres problèmes concernant le traitement des Noirs au cours de ma vie, ils ont certainement comparé la vie telle qu'elle était, sachant ce qu'elle aurait pu être sans la guerre civile, la proclamation d'émancipation et l'ordre général n° 3. Même s'il restait encore beaucoup de chemin à parcourir avant d'obtenir une citoyenneté pleine et entière, nous avons pu nous réunir en famille pour fêter l'événement. Les membres de la famille qui ont disparu ont été emportés par la mort, comme c'est le cas pour toutes les familles. Personne n'a été vendu. (135-136)

Les célébrations du 19 juin débutèrent au Texas en janvier 1866 sous le nom de "Freedom Day", puis de "Jubilee Day", en référence à l'année du Jubilé dans la Bible, au cours de laquelle, tous les sept ans, les esclaves étaient libérés, mais il s'agissait de rassemblements informels, non reconnus par l'État. En octobre 1868, la Cour suprême du Texas décida que le 19 juin 1865 était la date de la fin de l'esclavage dans l'État. Cette décision était nécessaire parce que ceux qui avaient acheté des esclaves ou les avaient loués à d'autres et qui n'avaient pas payé la totalité de la somme refusaient de payer davantage, car ils n'avaient pas pu utiliser ces esclaves.

Pour résoudre ce problème, le tribunal fixa au 19 juin 1865 le premier jour de l'émancipation au Texas: ceux qui avaient acheté ou loué un esclave avant cette date devaient payer ce qu'ils devaient, tandis que tout accord concernant la vente ou la location d'esclaves après cette date était légalement annulé. La décision du tribunal, reconnaîssant officiellement le 19 juin 1865 comme le jour de l'émancipation au Texas, fixa cette date pour les célébrations futures.

L'événement commença à être appelé "Juneteenth" à partir des années 1890 et fut publié pour la première fois sous ce nom en 1909. Bien que les politiques à motivation raciale et les pressions sociales aient atténué les célébrations pendant la première partie du XXe siècle, les gens ont continué à se rassembler chaque année et, tout au long de l'année, à plaider pour une reconnaissance plus large de cette célébration de la liberté. Le 19 juin a été déclaré jour férié fédéral aux États-Unis en 2021, mais son importance avait été reconnue par de nombreuses personnes bien avant.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que le Juneteenth ?

Le Juneteenth est une célébration de la liberté qui commémore la publication de l'ordre général n° 3 à Galveston, au Texas, le 19 juin 1865, annonçant l'application de la proclamation d'émancipation et informant la population du Texas que tous les esclaves étaient désormais libres.

Pourquoi appelle-t-on cette journée "Juneteenth" ?

Le "Juneteenth" est une combinaison de "June" et "nineteenth" (juin et dix-neuf) qui fait référence au 19 juin 1865, date à laquelle l'ordre général n° 3 fut émis par l'armée de l'Union à Galveston, au Texas, annonçant la liberté pour les esclaves détenus dans cette ville.

Quand la fête du Juneteenth fut-elle été célébrée pour la première fois ?

La célébration connue aujourd'hui sous le nom de Juneteenth était à l'origine connue sous le nom de "Freedom Day" et fut célébrée pour la première fois le 1er janvier 1866 pour commémorer la Proclamation d'émancipation. La première célébration le 19 juin eut également lieu en 1866.

Quand le Juneteenth est-il devenu une fête nationale ?

Le Juneteenth est devenu un jour férié fédéral aux États-Unis en juin 2021 grâce à la loi signée par le président Joe Biden concernant le Juneteenth en tant que Journée nationale de l'indépendance.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2023, juin 01). Histoire du Juneteenth [History of Juneteenth]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2239/histoire-du-juneteenth/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Histoire du Juneteenth." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 01, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2239/histoire-du-juneteenth/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Histoire du Juneteenth." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 01 juin 2023. Web. 04 mars 2024.

Adhésion