Exploitation du Charbon et Révolution Industrielle Britannique

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 17 mars 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, chinois, espagnol

L'extraction du charbon connut un essor considérable pendant la révolution industrielle britannique, car elle fournissait du combustible pour toutes sortes de machines à vapeur dans les usines, les transports et l'agriculture. C'est pour drainer les mines inondées afin d'extraire plus de charbon que la machine à vapeur fut inventée. L'éclairage utilisant le gaz de houille et le coke étant nécessaire à la fabrication du fer et de l'acier, la demande de charbon ne cessa de croître.

Coal Pits & Factories
Mines et usines de charbon
Internet Archive Book Images (Public Domain)

Ressource naturelle abondante

L'extraction du charbon était une industrie majeure en Grande-Bretagne depuis le XVIe siècle, depuis que les forêts furent épuisées et que le bois de chauffage se raréfia. Il existait quatre grands bassins houillers: Le sud du Pays de Galles, le sud de l'Écosse, le Lancashire et le Northumberland. Tous les quatre produisaient du charbon de haute qualité et se trouvaient à proximité de voies navigables qui permettaient d'acheminer le charbon vers d'autres régions. L'abondance du charbon et son exploitation précoce (un demi-siècle ou plus avant les autres nations européennes) signifiaient que la Grande-Bretagne disposait déjà des ressources minières et du savoir-faire nécessaires pour tirer pleinement parti de l'arrivée des machines industrielles et d'autres inventions qui avaient besoin du charbon ou de ses sous-produits comme combustible. Ces inventions de la révolution industrielle, gourmandes en charbon, entraînèrent un boom colossal et durable de l'exploitation minière.

Supprimer la pub
Advertisement
L'idée des chemins de fer naquit des courts tronçons de rails destinés à tirer les chariots de charbon dans les mines.

La machine à vapeur

La plus grande invention de la révolution industrielle fut la machine à vapeur qui transforma toutes sortes de tâches et de moyens de transport, les faisant passer de l'énergie humaine, animale, éolienne ou hydraulique à la puissance beaucoup plus grande, moins chère et plus régulière des machines. La machine à vapeur fut inventée en premier lieu pour permettre d'exploiter les mines de charbon plus profondément et d'évacuer les eaux de crue des puits. En 1700, la Grande-Bretagne produisait déjà 80 % du charbon en Europe. C'est en 1712 que la première pompe à vapeur fut construite par Thomas Newcomen (1664-1729) pour drainer l'eau des mines de charbon à Dudley, dans les Midlands. La machine à vapeur avait besoin de charbon comme combustible, et lorsque l'invention fut rendue plus efficace et adaptée à d'autres usages par des inventeurs tels que James Watt (1736-1819) et Matthew Boulton (1728-1809), la demande en charbon s'accrut. Les machines à vapeur étaient utilisées pour actionner les métiers à tisser le coton, les marteaux à vapeur, les batteuses et tout autre type de machine lourde qui permettait d'économiser le coût du travail humain et animal.

Charbon et transports

L'essor de la production de charbon entraîna une expansion massive du réseau de canaux le long de tous les grands fleuves et de leurs affluents à partir de 1750, car c'était encore le moyen le plus économique de transporter des marchandises aussi lourdes (environ la moitié du coût de la route). En 1830, "l'Angleterre et le Pays de Galles comptaient 6 237 km de canaux intérieurs, contre 2 251 km en 1760" (Horn, 17).

Supprimer la pub
Advertisement

Iron Duke Locomotive
Locomotive Iron Duke
Hugh Llewelyn (CC BY-SA)

À partir de 1825, les chemins de fer et leurs trains à vapeur eurent besoin de charbon. L'idée des chemins de fer naquit des courts tronçons de rails utilisés pour tirer les chariots de charbon depuis l'entrée de la mine jusqu'à l'endroit où il pouvait être transporté ailleurs par péniche ou par bateau. George Stephenson (1781-1848) possédait à Newcastle une entreprise spécialisée dans la construction de trains destinés à transporter le charbon sur de courtes distances dans les mines de charbon. Stephenson conçut la locomotive Locomotion 1. Cette locomotive, suffisamment puissante pour tirer des voitures, transporta les premiers passagers d'un train à vapeur de Stockton à Darlington, dans le nord-est de l'Angleterre, en 1825. À partir de là, le réseau ferroviaire se développa pour relier pratiquement toutes les villes et les grandes agglomérations de Grande-Bretagne.

À partir du milieu du XIXe siècle, les nouveaux grands navires à vapeur comme le SS Great Britain (1843) et le SS Great Eastern (1858) consommaient des centaines de tonnes de charbon à chaque voyage pour traverser l'Atlantique et d'autres océans. Même des moyens de transport plus traditionnels, comme les péniches, furent équipés de moteurs dévoreurs de charbon.

Supprimer la pub
Advertisement

Éclairage au gaz de houille

Vers 1792-1794, l'Écossais William Murdock (1754-1839) démontra pour la première fois que le gaz de houille pouvait être utilisé pour l'éclairage. Murdock en avait eu l'intuition lorsqu'il avait rempli une pipe à fumer de poussière de charbon et que le gaz qui s'en échappait s'était allumé lorsqu'il l'avait placée près d'un feu ouvert. Cette nouvelle source d'éclairage, plus lumineuse, remplaçait les bougies à l'huile ou au suif. L'idée d'utiliser le gaz de houille pour l'éclairage public fut lancée par l'inventeur allemand Frederick Albert Winsor (1763-1830) à partir de 1807. Winsor démontra de manière spectaculaire le potentiel de son idée en installant des réverbères à gaz de Pall Mall à St James' Park à Londres, sachant que le roi George III de Grande-Bretagne (r. de 1760 à 1820) passerait par là dans son carrosse. La démonstration fit sensation et Pall Mall reçut 13 lampadaires à gaz permanents, devenant ainsi la première rue au monde à être ainsi éclairée.

The First Coal Gas Street Lighting
Le premier éclairage public au charbon
Rowlandson & Woodward (Public Domain)

En raison de nombreuses querelles avec le Parlement, ce n'est qu'en 1812 que Winsor obtint un contrat pour éclairer une plus grande partie de Londres avec son invention. Au cours de la décennie suivante, la capitale fut dotée de 40 000 réverbères à gaz. L'apport de lumière dans des rues auparavant sombres transforma les habitudes des gens et, comme les sorties nocturnes étaient considérées comme beaucoup plus sûres, les restaurants et les établissements de divertissement purent attirer beaucoup plus de clients qu'auparavant. L'idée s'avéra gagnante et se répandit rapidement dans d'autres villes britanniques et à l'étranger. En 1816, Baltimore devint la première ville des États-Unis à utiliser l'éclairage public au gaz de houille; Paris lui emboîta le pas en 1820.

En 1900, la Grande-Bretagne exploitait 224 millions de tonnes de charbon par an.

Le gaz de houille était également utilisé pour les cuisinières domestiques. Dans les années 1850, toutes les grandes villes possédaient une usine à gaz. Grâce au charbon et au gaz de chauffage, le bois n'était plus nécessaire en si grande quantité, ce qui permit d'utiliser pour l'agriculture des terres qui étaient auparavant réservées aux forêts.

Supprimer la pub
Advertisement

Autres utilisations du charbon

Le coke, obtenu en brûlant le charbon dans un four afin d'en éliminer le maximum d'impuretés, devint un combustible essentiel pour les usines sidérurgiques. Le premier haut fourneau fonctionnant au coke fut utilisé en 1709 à Coalbrookdale dans le Shropshire, une usine appartenant à Abraham Darby (1678-1717). Les hauts fourneaux alimentés au coke pouvaient atteindre des températures beaucoup plus élevées que le combustible traditionnel, le charbon de bois, et n'introduisaient pas d'impuretés dans le four, deux conditions essentielles à la fabrication du meilleur acier. Le charbon, quant à lui, était utilisé comme source de chaleur dans tous les domaines, des briqueteries aux brasseries. La forte concentration d'usines dans les West Midlands et leur utilisation intensive du charbon valurent à la région d'être surnommée le "Pays noir". Outre le gaz de houille, les sous-produits de la fabrication du coke comprennent le goudron et de nombreux produits chimiques. Dans le dernier quart du XIXe siècle, le charbon fut utilisé, et l'est toujours, pour produire de l'électricité.

The First Industrial Revolution, c. 1760 - 1840
Première révolution industrielle, c. 1760, 1840
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

En 1700, la Grande-Bretagne ne produisait que 2,5 à 3 millions de tonnes de charbon par an, mais en 1900, ce chiffre était passé à 224 millions de tonnes. Au XIXe siècle, la Grande-Bretagne extrayait les deux tiers du charbon mondial. Un inspecteur français des manufactures en visite en Grande-Bretagne, Monsieur Ticquet, remarqua en 1738 que "le charbon est l'une des grandes sources de richesse et d'abondance en Angleterre, et je le considère comme l'âme des manufactures anglaises" (Horn, 40). Lors du recensement de 1851, la Grande-Bretagne comptait 220 000 mineurs de charbon.

Le charbon était devenu l'élément vital de l'ère industrielle, sa valeur étant démontrée par des statistiques et des graphiques, mais aussi, de manière plus sentimentale, par la décision des exposants de la première exposition universelle de 1851 au Crystal Palace de Londres d'inclure dans leur exposition des merveilles de l'ère moderne un morceau de charbon de 24 tonnes. La pollution atmosphérique engendrée par la combustion du charbon dans les villes et les zones d'industrie lourde, elle, était loin d'être aussi merveilleuse.

Supprimer la pub
Advertisement

Conditions de travail dans les mines

Travailler dans une mine n'est jamais l'environnement le plus agréable qui soit, mais aux XVIIIe et XIXe siècles, les conditions étaient particulièrement mauvaises. Travail physique difficile, la plupart des fronts de taille étaient exploités à l'aide de pioches. La veine de charbon exploitée pouvait être très étroite, de sorte qu'un mineur était contraint de travailler dans un espace ne dépassant pas 30 pouces (75 cm). Les femmes et les enfants étaient employés dans les mines. Les femmes portaient les lourds paniers de charbon depuis le front de taille jusqu'aux chariots de transport, ce qui impliquait généralement de marcher dans l'eau.

Les enfants âgés d'à peine cinq ans se révélèrent utiles pour grimper dans les puits de ventilation étroits et s'assurer que les trappes étaient régulièrement ouvertes et fermées. La plupart des enfants étaient cependant employés pour déplacer le charbon du niveau de travail à la surface ou pour le trier des autres débris avant qu'il ne soit expédié. Ceux qui tiraient le charbon dans des charrettes à l'aide d'un harnais étaient appelés hurriers (rouleurs). Il s'agissait d'un travail éreintant qui nuisait au développement physique de l'enfant. De nombreux parents n'étaient pas opposés à ce que leurs enfants travaillent, malgré les risques pour la santé, car ils apportaient à la famille des revenus dont elle avait grand besoin. En outre, plus de la moitié des enfants travaillant dans les mines conservaient leur emploi à l'âge adulte. Entre 1800 et 1850, les enfants représentaient entre 20 et 50 % de la main-d'œuvre minière. La conséquence d'un travail aussi précoce est que la plupart des enfants employés dans les mines n'eurent jamais plus de trois ans de scolarité.

Child Pulling Coal in a Mine
Enfant tirant du charbon dans une mine
Unknown Artist (Public Domain)

Les hommes, les femmes et les enfants souffraient très souvent de problèmes de santé dus au dur labeur physique et aux longues journées de travail de 12 heures. L'inhalation de la poussière de charbon, année après année, provoqua des maladies pulmonaires chez de nombreuses personnes. Comme le souligne l'historien S. Yorke, "l'industrie minière doit représenter l'une des pires exploitations d'hommes, de femmes et d'enfants jamais réalisées en Grande-Bretagne" (98).

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Lampe de sécurité

L'augmentation du nombre de mineurs travaillant toujours plus profondément dans la terre entraîna inévitablement une augmentation du nombre d'accidents. En 1838, 97 personnes moururent à la suite de l'effondrement d'un plafond; en 1864, il y en eut 395. La rupture des cordes et la chute de poids importants étaient également fréquentes, mais elles furent réduites après l'introduction de câbles en acier dans les mines au début des années 1800.

L'explosion des gaz (appelés par les mineurs "grisou", un mélange mortel de méthane et de poussière de charbon) qui s'accumulaient au cours du processus d'extraction constituait une autre menace sérieuse pour la vie et l'intégrité physique. La flamme nue des lampes utilisées pour éclairer les puits, qui enflammait le gaz, était à l'origine de ces coups de grisou.

En 1815, Humphrey Davy (1778-1820) et George Stephenson (1781-1848) inventèrent chacun de leur côté la lampe de sécurité à l'usage des mineurs, qui enfermait la flamme dans un fin filet (permettant à l'air de pénétrer, mais pas à la flamme de se propager). En outre, si la flamme de la lampe passait de l'orange au bleu, cela indiquait que le niveau de gaz était dangereusement élevé dans le puits et qu'il était temps de partir. Enfin, la lampe pouvait détecter une quantité dangereuse de dioxyde de carbone dans l'air lorsque la flamme s'éteignait, ce qui permettait aux mineurs de quitter la zone avant que le gaz n'atteigne une quantité fatale. La lampe de Davy, la plus efficace des deux, fut utilisée pour la première fois dans une mine de charbon du comté de Durham en 1816. La lampe sauva d'innombrables vies, mais il est également vrai que les mineurs en vinrent à dépendre tellement de ces lampes qu'ils prirent souvent des risques en explorant des passages potentiellement dangereux dans une mine qui, autrement, aurait été laissée à l'abandon. La lampe de sécurité n'était pas non plus aussi lumineuse que la lumière d'une bougie, si bien que de nombreux mineurs refusèrent d'utiliser cette nouvelle invention, même si les bougies étaient interdites.

Davy Lamp
Lampe Davy
Science Museum, London (CC BY-NC-SA)

Réforme: La loi sur les mines de 1842

En 1842, la loi sur les mines fut adoptée grâce aux efforts de Lord Ashley, comte de Shaftesbury (1801-1885), et à l'indignation du public face à la fréquence croissante des accidents et au fait que des hommes et des femmes travaillaient ensemble sous terre en petite tenue dû à la chaleur ressentie sous terre. Ashley dirigea une commission royale qui enquêta sur les conditions de travail dans plusieurs mines et recueillit les témoignages de ceux qui y travaillaient. La loi se heurta à des opposants, principalement des propriétaires de mines et des personnes qui s'opposaient par principe à l'ingérence du gouvernement dans l'industrie. Cette opposition fut la principale raison pour laquelle une recommandation visant à réduire les journées de travail de 12 à 10 heures ne se concrétisa jamais. Néanmoins, la loi interdisait désormais l'emploi des femmes, des filles et des garçons de moins de 10 ans dans les mines souterraines. Les règles de sécurité durent être mieux appliquées et seules les personnes âgées de plus de 15 ans pouvaient utiliser des machines. Des inspecteurs des mines furent employés par le gouvernement pour veiller à ce que les nouvelles règles soient mises en œuvre. À court terme, la loi eut pour conséquence que de nombreuses femmes perdirent leur emploi et que les familles n'ayant qu'une fille connurent de graves difficultés financières.

Par bonheur ou par malheur, l'extraction du charbon resta un pilier de l'économie britannique jusqu'au XXe siècle. Le célèbre historien Alan Macfarlane résume l'importance du charbon pour la révolution industrielle et la vie telle que nous la connaissons aujourd'hui:

Notre civilisation dans le monde moderne s'est d'abord construite sur le charbon et ensuite, bien sûr, sur d'autres énergies carbonées - le pétrole, etc. Sans cela, il n'y aurait pas eu de révolution industrielle, elle n'aurait pas eu lieu en Angleterre et nous vivrions encore dans une société agraire. (Dugan, 67)

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quel a été l'apport de l'exploitation du charbon à la révolution industrielle ?

L'extraction du charbon a été essentielle pour la révolution industrielle, car elle a rendu nécessaire la pompe à vapeur et a fourni le combustible pour les machines à vapeur, le chauffage et l'éclairage au gaz.

À quoi servait le charbon lors de la révolution industrielle en Grande-Bretagne ?

Au cours de la révolution industrielle, le charbon a été utilisé comme combustible pour les machines, les trains et les bateaux à vapeur. Le charbon était utilisé pour le chauffage et le gaz de houille pour l'éclairage. Le coke issu de la combustion du charbon était essentiel pour les industries du fer et de l'acier.

Pourquoi l'exploitation du charbon était-elle importante pour la Grande-Bretagne ?

L'exploitation du charbon était importante pour la Grande-Bretagne parce qu'elle constituait une source de combustible bon marché et constante.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2023, mars 17). Exploitation du Charbon et Révolution Industrielle Britannique [Coal Mining in the British Industrial Revolution]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2201/exploitation-du-charbon-et-revolution-industrielle/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Exploitation du Charbon et Révolution Industrielle Britannique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 17, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2201/exploitation-du-charbon-et-revolution-industrielle/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Exploitation du Charbon et Révolution Industrielle Britannique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 mars 2023. Web. 16 avril 2024.

Adhésion