Geme-Suen contre la femme d'Ur-Lugal - Un procès dans l'ancienne Mésopotamie

Article

Oxford University Press
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 14 novembre 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien, espagnol
X

Au cours du 21e siècle avant notre ère, période connue sous le nom d'Ur III en Mésopotamie, de nombreux comptes rendus d'audiences furent rédigés à Umma, une ville située dans l'actuel sud de l'Irak. L'un d'entre eux relate un litige entre deux femmes. Le nom de l'une d'entre elles est inconnu, elle n'est décrite dans le texte que comme l'épouse d'un homme nommé Ur-lugal. L'autre femme s'appelait Geme-Suen. Des affaires comme celles-ci nous donnent une idée précise du fonctionnement du système judiciaire mésopotamien.

Weavers, Scribes, and Kings: A New History of the Ancient Near East by Amanda H. Podany
Weavers, Scribes, and Kings: A New History of the Ancient Near East by Amanda H. Podany
Oxford University Press (Copyright)

Le cas de Geme-Suen

À l'époque d'Ur III, de nombreux actes judiciaires furent rédigés dans la ville d'Umma. On ne sait pas exactement où se déroulait cette procédure judiciaire, mais c'était probablement à proximité d'un temple. Un scribe prenait note de ce qui se passait, et c'est son compte rendu que l'on trouve au British Museum sur une tablette d'un peu plus de deux pouces de large et trois pouces de haut. La discussion commence avec Geme-Suen qui déclare que la femme d'Ur-lugal lui a emprunté deux minas d'argent et qu'elle lui doit encore une partie de la somme. Deux minas représentent une grande quantité de richesse, même pour une personne relativement riche. Un sicle d'argent équivalait à 300 litres d'orge, et un travailleur manuel était payé 60 litres d'orge par mois; un sicle d'argent représentait donc cinq mois de salaire. 60 sicles font une mina, donc les deux minas que la femme d'Ur-lugal avait empruntées équivalaient à 120 sicles, soit 50 ans de salaire pour un ouvrier. On ne sait pas exactement pourquoi la femme d'Ur-lugal en avait besoin, mais Geme-Suen devait être une femme riche pour disposer d'une telle somme et pouvoir la prêter. Ur-lugal étant décrit comme le chef jardinier, sa femme ne devait pas être pauvre non plus.

Supprimer la pub
Publicité

Il est possible qu'un contrat ait été établi au moment où Geme-Suen prêta l'argent à la femme d'Ur-lugal. À cette époque, les contrats étaient largement utilisés pour créer des documents officiels concernant des prêts ou des ventes, par exemple. Le contrat était rédigé par un scribe, en présence de témoins, et le taux d'intérêt pouvait être indiqué. En général, pour les prêts d'argent, il s'agissait d'un taux élevé de 20 %. Certains contrats de prêt indiquaient également la date à laquelle le prêt devait être remboursé.

Supprimer la pub
Publicité

De retour dans la salle d'audience, la femme d'Ur-lugal a une réponse à la demande de Geme-Suen de rembourser le reste du prêt. "Ki'ag a clos mon dossier", déclare-t-elle, s'adressant vraisemblablement au juge qui préside le tribunal (Molina, 202). Elle voulait dire que cette affaire avait déjà été jugée et décidée en sa faveur. Elle ne devait rien. L'homme nommé Ki'ag, qui avait supervisé le procès précédent, semble avoir été présent pour ce nouveau procès également. Il était l'un des trois juges connus d'Umma qui présidaient les procès, et il devait donc être bien connu du juge auquel la femme d'Ur-lugal s'adressait. D'autres sources nous apprennent que Ki'ag avait également fait don d'animaux à sacrifier lors du festival du Nouvel An de la ville et qu'à une occasion, il avait fait prêter serment à quelqu'un dans sa propre maison. C'était un homme éminent d'Umma.

Les serments introduisaient le pouvoir des dieux dans le procès.

La femme d'Ur-lugal continue à parler pour sa propre défense, en identifiant un autre homme puissant qui soutiendrait sa demande : "Lu-Suen était mon commissaire dans l'affaire conclue", dit-elle (Molina, 202). Les commissaires, qui portaient le titre de mashkim, supervisaient les affaires judiciaires à l'époque d'Ur III. Ils préparaient tout avant le procès, enregistraient les résultats et sont fréquemment mentionnés dans les documents. Dans le cas présent, le juge a décidé de vérifier sa version des faits. Il fait appel à Lu-Suen pour confirmer que la femme d'Ur-lugal dit la vérité, mais il s'avère qu'elle s'est trompée en le mentionnant. Lu-Suen ne l'aide pas. Le procès-verbal indique qu'"il déclara : "C'est un mensonge"" (Molina, 202).

Supprimer la pub
Publicité

Ce qui semble s'être passé ensuite, c'est que, fait intéressant, Ki'ag, le juge de la première affaire, est intervenu. Il a demandé aux cinq enfants d'Ur-lugal de prêter serment, sans doute pour confirmer que leur mère avait dit la vérité. Mais ils ont décidé de ne pas la soutenir et ont refusé de prêter serment. S'ils avaient accepté, ils auraient tous dû se rendre au temple pour prêter serment en présence du dieu. La femme d'Ur-lugal décide alors de faire marche arrière. Ni le commissaire du procès précédent, ni ses propres enfants n'étaient prêts à mentir pour elle. Elle reconnaît que, oui, elle doit toujours dix shekels d'argent à Geme-Suen. Non seulement cela, mais l'un de ses fils a admis qu'il devait également cinq shekels.

Le dossier judiciaire ne dit rien d'autre, si ce n'est qu'il énumère cinq témoins qui ont assisté à la procédure judiciaire. Les dossiers de ce type se terminent presque toujours par le serment, que les personnes concernées décident ou non de le prêter, car le serment (ou le refus de le prêter) détermine souvent la décision du juge. Dans ce cas, Geme-Suen a gagné le procès et la femme d'Ur-lugal a dû rembourser le reste de l'argent.

Le système juridique en Mésopotamie

Cette petite tranche de vie à Umma reflète plusieurs aspects du système juridique mésopotamien, qui sont confirmés par d'autres affaires judiciaires. Tout d'abord, contrairement à la plupart des autres villes mésopotamiennes et à d'autres époques, chaque affaire à Umma était jugée par un seul juge. Ailleurs, il fallait tout un panel de juges - jusqu'à sept -. À cette époque, personne n'était juge de profession; des hommes comme Ki'ag, qui assumaient ce rôle de temps à autre, étaient lettrés et importants dans la ville, mais ils avaient aussi d'autres occupations. Deuxièmement, le juge se soucie des preuves et veut s'assurer que les parties à l'affaire disent la vérité. C'est pourquoi il a interrogé Lu-Suen, et c'est à cela qu'aurait servi le serment - le juge Ki'ag a essayé de faire jurer les enfants d'Ur-lugal pour qu'ils soutiennent leur mère et qu'il puisse déterminer si elle disait la vérité.

Supprimer la pub
Publicité

Court Decision Tablet
Tablette de jugement
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Les déclarations initiales dans un procès étaient rarement faites sous serment, mais les serments intervenaient souvent plus tard dans la procédure et étaient considérés comme de puissants outils juridiques tout au long de l'histoire du Proche-Orient ancien. Les serments introduisaient le pouvoir des dieux dans le procès. Ils sont également mentionnés dans les lois d'Ur-Namma. L'une d'entre elles stipule que "si un homme comparaît comme témoin, mais rétracte (son) serment, il devra verser une compensation pour tout ce qui a été en cause dans ce procès" (Loi d'Ur-Namma, 38). Les enfants d'Ur-lugal ne s'étaient pas présentés comme témoins - ils avaient été appelés par le juge - et ils ont eu la sagesse de ne pas prêter serment. Apparemment, ils ont refusé parce que leur mère mentait et qu'ils savaient qu'ils se seraient parjurés. Cela n'aurait pas valu la peine: ils auraient pu être responsables de l'argent dû dans cette affaire. Une autre préoccupation tenace les avait sans doute empêchés de mentir sous serment: les dieux auraient su qu'ils l'avaient fait, et les dieux n'avaient aucune patience avec les humains qui prêtaient de faux serments en leur nom. Les enfants auraient cru que la punition des dieux aurait probablement été bien pire que le paiement d'une somme d'argent. Refuser de prêter serment était donc une façon de dire au juge que l'on mentirait si l'on prêtait serment. Cela l'aida à déterminer la véracité de l'affaire.

Dans l'affaire Geme-Suen contre la femme d'Ur-lugal, le juge a tranché en faveur de la plus riche et de la plus puissante des deux femmes, mais ce n'est pas parce que le système judiciaire favorisait les riches. Les archives judiciaires témoignent d'une étonnante transparence du système judiciaire et d'un réel désir de faire prévaloir la justice. Si Geme-Suen avait été fautive, il est clair, d'après d'autres affaires, que c'est elle qui aurait dû payer. Il est également clair, non seulement d'après les lois mais aussi d'après les archives des tribunaux, que les amendes étaient de loin la forme la plus courante de punition.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Citer cette ressource

Style APA

Press, O. U. (2022, novembre 14). Geme-Suen contre la femme d'Ur-Lugal - Un procès dans l'ancienne Mésopotamie [Geme-Suen v Ur-Lugal's Wife - A Court Case in Ancient Mesopotamia]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2108/geme-suen-contre-la-femme-dur-lugal---un-proces-da/

Style Chicago

Press, Oxford University. "Geme-Suen contre la femme d'Ur-Lugal - Un procès dans l'ancienne Mésopotamie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 14, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2108/geme-suen-contre-la-femme-dur-lugal---un-proces-da/.

Style MLA

Press, Oxford University. "Geme-Suen contre la femme d'Ur-Lugal - Un procès dans l'ancienne Mésopotamie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 14 nov. 2022. Web. 12 juin 2024.

Adhésion