Armes des Pirates de l'âge d'or de la piraterie

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 31 août 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

Les pirates de l'âge d'or de la piraterie (1690-1740) utilisaient toutes sortes d'armes pour attaquer les navires et les délester de leurs précieuses cargaisons. Canons lourds, mousquets, pistolets, coutelas et grenades ne sont que quelques-unes des armes que les pirates utilisaient pour semer le chaos en haute mer. En outre, la meilleure arme des pirates était sans doute le drapeau noir qu'ils hissaient, comme le Jolly Roger, ou un drapeau rouge, qui signifiait qu'un navire devait se rendre immédiatement sous peine de graves conséquences.

Early-18th Century Flintlock Pistol
Pistolet à silex du début du XVIIIe siècle
Metropolitan Museum of Art (Copyright)

Canons

Le tir d'une bordée de canons lourds permettait à un navire pirate d'attaquer un navire à distance, mais il faut se rappeler que les pirates voulaient souvent s'emparer du navire ou le vendre pour en tirer un profit, et donc le remplir de trous n'était pas une décision judicieuse. En outre, les cibles des pirates étaient presque toujours des navires marchands non armés ou légèrement armés. Les canons n'étaient pas non plus vraiment nécessaires pour la défense, car si un navire ennemi ou un navire de guerre en poursuite était trop lourdement armé, les pirates l'évitaient ou s'enfuyaient dans leur navire (généralement) plus petit et plus rapide. Très peu de navires pirates pouvaient rivaliser même avec les navires de guerre les moins bien classés, que ce soit en termes de puissance de feu ou de compétences nécessaires à un tir de canon soutenu et précis.

Supprimer la pub

Advertisement

LES CAPITAINES ATTENDAIENT GÉNÉRALEMENT D'ÊTRE À 500 PIEDS (150 M) OU MOINS D'UN NAVIRE ENNEMI AVANT DE TIRER UNE BORDÉE.

À l'Âge d'or, les canons avaient un alésage lisse et étaient mis à feu en enfonçant un boulet de fer dans la bouche, en versant de la poudre à canon dans un trou de la brèche et en l'allumant à l'aide d'une allumette lente (une longueur de corde traitée chimiquement pour brûler lentement). Les canons d'un navire pirate étaient pris comme butin sur des navires capturés et leur taille et leur puissance varient donc, même sur un même navire. Les plus gros canons pouvaient avoir un canon de 12 pieds (3,6 m) de long et être capables de tirer un boulet pesant 68 livres (plus de 30 kg). Cependant, très peu de navires avaient la force de porter de tels monstres, et les pirates préféraient que leurs navires soient rapides et élégants. Un sloop, le type de navire le plus couramment utilisé, n'aurait porté qu'une poignée de canons, généralement capables de tirer des boulets de 3,5 ou 5,5 kg.

Il existait des variantes de boulets de canon en plus du type solide standard. Un boulet creux pouvait être tiré plus loin ou être rempli de poudre à canon et muni d'une mèche pour qu'il explose à l'arrivée. Un boulet pouvait être chauffé de sorte que lorsqu'il s'enfonçait dans la coque d'un navire ennemi, il pouvait déclencher un incendie dans le bois environnant ou dans la poix placée entre les planches. Des bidons remplis de petits morceaux de métal - la mitraille - étaient tirés pour mutiler les hommes et couper les gréements. Pour les mêmes raisons, on tirait des barres de fer ou des boulets de chaîne (deux boulets reliés par une courte chaîne). En déchirant le gréement et en brisant, si possible, quelques espars, il devenait extrêmement difficile pour le navire visé de s'éloigner à l'horizon.

Supprimer la pub

Advertisement

The Queen Anne's Revenge
Le Queen Anne's Revenge
Qualiesin (CC BY-SA)

L'énorme recul du canon était amorti par le fait qu'il reposait sur une plate-forme à roues reliée à un mécanisme de cordes et de blocs. Le rechargement d'un canon pouvait prendre jusqu'à 10 minutes et, compte tenu de la difficulté de garder un navire en mouvement sur sa cible (et du fait que l'attaquant se déplaçait également), l'effet de surprise ainsi que l'assurance que le premier coup aurait un impact étaient souvent essentiels au succès. Les canons ne sont pas des instruments de précision, et les variations de la taille du boulet, de l'élévation, de la distance à la cible, du mouvement des navires et de la puissance variable de la poudre à canon font de la précision du tir un défi insaisissable. Pour cette raison, les capitaines attendaient généralement d'être à 500 pieds (150 m) ou plus près d'un navire ennemi avant de tirer une bordée.

Au 17e siècle, un boulet de canon pouvait être tiré avec suffisamment de force pour percer la coque d'un navire. Cependant, comme nous l'avons mentionné, cela allait à l'encontre de l'objectif de capture du navire et pouvait sérieusement mettre en danger sa précieuse cargaison si le navire coulait. Avec un peu de chance, un seul tir à l'avant d'une cible suffisait pour obtenir une reddition pacifique.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les canons pivotants, petits canons en laiton ou en bronze fixés à divers endroits des ponts supérieurs mais qui pouvaient être tournés pour tirer dans n'importe quelle direction, étaient utilisés pour balayer les ponts de l'ennemi et repousser les abordeurs. Avec deux poignées pour les diriger, l'arme était très efficace et était connue sous le nom de "meurtrier". Ils étaient suffisamment légers pour être déplacées d'un côté à l'autre du navire dans des fentes préparées à l'avance et pouvaient même être utilisés dans de petits bateaux.

Grenades

En se rapprochant un peu plus d'un navire ennemi, la prochaine arme à utiliser pouvait être les grenades, souvent appelées boules de feu ou flacons de poudre. Elles étaient fabriquées à partir de bouteilles en verre remplies de poudre à canon et d'une quantité de grenaille de plomb ou de pièces métalliques aléatoires. Une allumette lente comme celles des fusils était placée dans le goulot de la bouteille ou attachée autour de celle-ci de sorte qu'en arrivant à destination et en se brisant, la flamme atteignait la poudre et l'ensemble explosait. Les grenades appelées "pots puants" pouvaient également être remplies de substances comme le soufre pour intoxiquer l'équipage ennemi.

Blackbeard's Death by Pyle
La mort de Barbe-Noire par Pyle
Howard Pyle (Public Domain)

Armes de poing

Les pirates avaient le choix entre plusieurs armes de poing qu'ils pouvaient utiliser lors de l'abordage de navires cibles. Elles avaient toutes l'inconvénient de ne pouvoir tirer qu'un seul coup et de devoir être rechargées, ce qui prenait du temps qui n'était souvent pas disponible dans le feu de l'action. En outre, les armes à poudre devaient être utilisées par temps sec pour fonctionner au mieux, elles n'étaient souvent pas fiables et pouvaient avoir des ratés ou exploser, et elles n'étaient pas particulièrement précises. Certains pirates compensaient ces défauts en portant plusieurs armes à la fois, le plus célèbre d'entre eux étant Edward Teach, alias Barbe Noire (mort en 1718), dont on dit qu'il portait sur son torse six pistolets accrochés à des ceintures.

Supprimer la pub

Advertisement

AU XVIIE SIÈCLE, IL ÉTAIT COURANT DE PORTER 12 CHARGES DE MOUSQUETS, QUE L'ON SURNOMMAIT "LES APÔTRES".

Le mousquet, largement utilisé à partir du milieu du XVIe siècle, tirait une balle de plomb chargée par le canon et enfoncée sur une quantité de poudre à canon. On l'allumait en plaçant une allumette lente allumée sur la poudre. L'allumette était placée à l'une des extrémités d'un court levier métallique en forme de S. Lorsque l'on tirait le levier vers l'avant, l'allumette était alors apposée sur la poudre par un petit trou dans la culasse. Dans les années 1690, ce système d'allumettes fut remplacé par le mécanisme de la serrure à silex. Une arme à silex était munie d'une détente qui, lorsqu'elle était actionnée, faisait glisser un petit étau appelé le chien sur un morceau de silex pour créer l'étincelle qui allumait la poudre à canon. Les mousquets tiraient une balle pesant jusqu'à deux onces (55 g). Un mousquet pouvait être tiré avec une précision raisonnable par un tireur expérimenté et il était donc souvent utile pour atteindre des cibles de choix, comme le capitaine d'un navire attaqué, ce qui pouvait entraîner la reddition de tout l'équipage.

Étant donné le temps nécessaire pour recharger un mousquet, un pirate expérimenté préparait probablement un certain nombre de charges multifonctions avant une attaque. Ces charges étaient composées d'une bourre, de poudre à canon et de balles ou de plombs et étaient conservées dans un bandoulière de poches en cuir portées sur la poitrine. Au 17e siècle, il était courant d'en porter 12, que l'on surnommait "les apôtres". Le mousquet évolua dans les années 1620, passant des premiers modèles lourds qui nécessitaient une perche (fourquine) pour poser le canon de 120 cm à des versions plus courtes. Les pirates sciaient souvent l'extrémité du canon et de la crosse pour rendre le mousquet plus pratique à manier dans les situations de combat rapproché.

Blackbeard
Barbe-Noire
Benjamin Cole (Public Domain)

L'arquebuse était une autre arme à feu du XVIe siècle avec un canon lisse allumé par une mèche. Elle se distinguait du mousquet par son canon court et sa crosse incurvée. L'arme provoquait un recul brutal, et pour cette raison, les premières versions avaient un crochet pour attacher l'arme à un objet fixe comme un mur lors du tir. L'arquebuse fut remplacée par le tromblon au 17e siècle, une sorte de canon à main qui était un croisement entre un pistolet et un mousquet en termes de longueur de canon. Le tromblon avait souvent un canon extensible et pouvait être rempli de toutes sortes de métaux lourds mortels comme des balles, des boulets et des balles de plomb. Il s'agissait d'une arme de défense particulièrement efficace contre les ennemis en nombre supérieur puisqu'il dispersait sa charge mortelle sur une large zone. L'inconvénient était le terrible contrecoup du tromblon, facilement capable de briser une côte ou de faire tomber le porteur s'il n'était pas tenu correctement.

Supprimer la pub

Advertisement

L'arme de poing à poudre préférée des pirates était sans doute le pistolet, utilisé à partir de 1530 environ. Nécessitant plus d'habileté pour un tir précis, il présentait l'avantage de ne pas gêner les mouvements lors des combats dans les conditions d'exiguïté et d'instabilité d'un navire en mer. Les pistolets à mèche devaient être tenus à deux mains lorsqu'ils étaient utilisés. Ce n'est qu'avec la version à silex, disponible à partir de 1600 environ, que les pistolets devinrent une arme vraiment utile pour les pirates. Avec un seul canon pouvant atteindre 30 cm de long, un pistolet tirait généralement une balle étonnamment lourde. Il existait des pistolets à double canon, mais ils étaient chers et rares. Étant donné qu'un pistolet ne pouvait être utilisé qu'une seule fois dans le feu de l'action, le fait d'en avoir un ou deux sur soi était un avantage certain. Les pirates attachaient souvent leurs pistolets à la ceinture à l'aide d'attaches en lin ou en soie afin de ne pas perdre une pièce d'équipement aussi précieuse après avoir tiré.

Sur les navires pirates, les armes à feu étaient entièrement du ressort de l'individu. Il n'y avait pas d'armurerie centrale comme dans les navires de guerre, et un pirate ne pouvait vraiment posséder une arme à feu que s'il l'avait prise à un captif ou s'il avait les moyens d'en acheter une à un négociant dans un endroit comme Port Royal, en Jamaïque. La rareté du pistolet et la possibilité de l'orner d'ajouts en argent gravé ou d'ornements en laiton en faisaient également une arme de prestige, un objet que le capitaine pouvait utiliser, ostensiblement glissé dans sa ceinture, pour montrer sa réussite à son équipage ou aux autres pirates à terre dans un port. Les membres de l'équipage étaient généralement tenus, par les règles du navire qu'ils avaient signées, de garder leurs armes propres et prêtes à l'emploi à tout moment.

Anne Bonny and Mary Read
Anne Bonny et Mary Read
Benjamin Cole (Public Domain)

Coutelas

Compte tenu de certains des inconvénients des armes à poudre, il n'est pas surprenant que la plupart des pirates aient préféré la vitesse et la puissance de la lame d'une épée. Les épées fines de type duel n'étaient pas utilisées avant le 17e siècle, et seulement par la noblesse. Les pirates utilisaient plutôt un lourd coutelas ou un sabre avec une pointe affûtée et une lame à un seul tranchant. Ces épées étaient conçues pour couper et trancher rapidement un adversaire plutôt que de tergiverser avec un jeu d'épée complexe. Le coutelas avait une lame légèrement incurvée, et la main était bien protégée par une garde ou une cage en demi-cercle. La lame pouvait mesurer jusqu'à 90 cm de long. Comme la lame du coutelas était épaisse et lourde, elle pouvait être utilisée pour d'autres tâches utiles, comme couper le gréement en cas d'urgence, abattre des arbres et ouvrir des noix de coco.

Supprimer la pub

Advertisement

Autres armes

La plupart des pirates n'étaient pas riches par définition, et toutes les armes mentionnées jusqu'à présent n'étaient pas faciles à obtenir pour un membre ordinaire d'un équipage de pirates. Pour cette raison, une arme courante était un simple gourdin court, souvent un simple cabillot, normalement utilisé pour maintenir le gréement en place. Les autres armes utilisées étaient les piques, les haches, les lances, les machettes, les couteaux de lancer et les couteaux longs. La longue pique ou hallebarde était essentielle au cas où l'ennemi en serait équipé et c'est pourquoi de nombreux navires pirates en transportaient tout un arsenal à portée de main sur le pont. Les haches avaient souvent une lame d'un côté et un marteau de l'autre, très utiles pour enfoncer les portes des cabines ou pour servir de marchepieds lorsque plusieurs haches avaient été implantées dans le flanc d'un navire.

Les pirates étaient donc des combattants pratiques, et ils utilisaient toutes les armes qui leur permettaient de s'emparer d'un navire le plus facilement possible. De plus, si leur réputation, leur apparence et leur pavillon faisaient leur travail, aucune de ces armes n'avait besoin de faire couler le sang.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un master en philosophie politique et est le directeur d'édition de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2021, août 31). Armes des Pirates de l'âge d'or de la piraterie [Pirate Weapons in the Golden Age of Piracy]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1825/armes-des-pirates-de-lage-dor-de-la-piraterie/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Armes des Pirates de l'âge d'or de la piraterie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 31, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1825/armes-des-pirates-de-lage-dor-de-la-piraterie/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Armes des Pirates de l'âge d'or de la piraterie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 31 août 2021. Web. 02 oct. 2022.

Adhésion