Cinq Épaves Profondes Virtuelles

Article

Kim Martins
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 avril 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

Selon l'UNESCO, on estime que trois millions d'épaves sont disséminées dans les canyons profonds, les tranchées et les récifs coralliens des océans et n'ont pas encore été découvertes. Ces épaves conservent des informations historiques et fournissent des indices sur la façon dont les gens vivaient dans le passé. Le terme "patrimoine culturel subaquatique" désigne les traces de l'existence et de l'activité humaines trouvées sur d'anciens navires coulés ou sur des cargaisons récupérées, comme des statues en bronze et des œuvres d'art inestimables.

Le galion au trésor espagnol Nuestra Señora de Atocha est l'épave la plus précieuse au monde dont la valeur est estimée à plus de 400 millions de dollars. Il faisait partie de la flotte Tierra Firme, composée de 28 navires en provenance de Cuba et à destination de l'Espagne, en 1622. Il transportait à son bord les richesses de l'Empire espagnol : des perles lisses du Venezuela, des émeraudes colombiennes étincelantes et plus de 40 tonnes d'or et d'argent. L'Atocha navigua dans un ouragan au large des côtes de Key West, en Floride, et sombra. Ses richesses ont été découvertes en 1985 par le célèbre chasseur de trésors Mel Fisher (1922-1998).

Supprimer la pub

Advertisement

The Shipwreck
Le naufrage
www.rijksmuseum.nl (Public Domain)

Grâce aux expositions et visites virtuelles, il n'est plus nécessaire de savoir plonger pour explorer le patrimoine culturel subaquatique des océans. Vous pouvez faire une visite panoramique du navire préféré d'Henri VIII d'Angleterre (r. de 1509 à 1547), la caraque Mary Rose, qui coula dans la Manche lors de la bataille du Solent le 19 juillet 1545. Vous voulez voir une épave phénicienne de 2 700 ans immergée en Méditerranée centrale ? Le musée virtuel "Underwater Malta" propose un modèle 3D du navire et une application sur Google Play. Envie de savoir à quoi ressemblait la richesse de l'Empire espagnol ? Faites un tour dans les trésors virtuels de Mel Fisher et de l'Atocha.

Il existe d'innombrables musées maritimes virtuels, mais jetons un coup d'œil à cinq épaves de navires qui ont des histoires intéressantes à raconter.

Supprimer la pub

Advertisement

Le Vrouw Maria

Le Vrouw Maria était un navire néerlandais du XVIIIe siècle qui coula dans les eaux finlandaises alors qu'il se rendait à Saint-Pétersbourg, en Russie. En septembre 1771, le navire quitta son port d'attache d'Amsterdam et entra dans le canal danois de l'Öresund le 23 septembre. Le Sound Toll Register enregistra des informations détaillées sur les navires et les cargaisons qui entraient dans le détroit danois et inscrit le Vrouw Maria comme "navire néerlandais n° 508". Sa cargaison était composée de sucre et de textiles, de fromage et de beurre, de livres et de thés destinés à la noblesse russe, ainsi que de 27 tableaux de valeur achetés pour l'impératrice Catherine (1729-1796) au marchand néerlandais Gerrit Braamkamp (1699-1771). Les évaluateurs d'art estiment aujourd'hui que ces tableaux valent environ 1,5 milliard d'euros (1,78 milliard de dollars) et devaient être intégrés à la collection de l'Ermitage.

Vrouw Maria
Le Vrouw Maria
Ohto Kokko (Public Domain)

Le Vrouw Maria s'échoua le 3 octobre 1771 lors d'une tempête qui frappa l'archipel du sud-ouest de la Finlande. Il fallut cinq jours pour que le navire coule, ce qui permit de récupérer une partie de la cargaison, mais les peintures de Catherine furent perdues en mer. Le sort du Vrouw Maria fut complètement oublié jusqu'en 1999, lorsqu'une expédition finlandaise découvrit l'épave à une profondeur de 41 mètres (134 pieds) près de l'île de Jurmo dans la mer de l'Archipel.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La question de la propriété du Vrouw Maria et de sa cargaison s'est immédiatement posée, quatre pays revendiquant des droits : La Russie, parce que la cargaison était en route vers ce pays ; la Suède, parce que la région où le navire a été trouvé était sous domination suédoise au 18e siècle ; les Pays-Bas, puisqu'il s'agissait d'un navire néerlandais ; et la Finlande, qui possède aujourd'hui les îles de la mer de l'Archipel. C'est une question importante, car une épave représente l'histoire de qui ? Le Vrouw Maria représente-t-il un patrimoine culturel commun européen ou néerlandais ?

En 2012, le musée maritime finlandais a mis sur pied une exposition de réalité virtuelle (ci-dessous) qui permet aux visiteurs de vivre le naufrage du Vrouw Maria et d'inspecter certaines parties de l'épave.

Des cartes téléchargeables sont disponibles et montrent le plan du Vrouw Maria. Vous pouvez également visiter le musée maritime du Vrouw Maria, où vous trouverez une liste détaillée de la cargaison. Pour les amateurs d'aventure, faites une plongée en profondeur et explorez l'épave du navire.

Supprimer la pub

Advertisement

Le Melckmeyt

Le Melckmeyt ("laitière") est connu comme l'épave du contrebandier néerlandais. Il s'agissait d'un fluyt (flûte) néerlandais de 33 mètres de long (108 pieds) mais qui battait pavillon danois car, au moment de son naufrage en octobre 1659, il était illégal pour les Pays-Bas de commercer avec l'Islande (qui était alors sous la domination du Danemark). Le commerce islandais était strictement contrôlé par les Danois, mais les Néerlandais y virent une occasion de fournir aux Islandais les biens qu'ils désiraient, tels que des céréales et des céramiques. Les marins néerlandais du Melckmeyt se firent passer pour des Danois.

Les flûtes étaient les navires préférés de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales car elles étaient construites exclusivement pour le commerce.

Les flûtes (navires à trois mâts) étaient les navires préférés de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales parce qu'elles étaient construites exclusivement pour le commerce, qu'elles étaient légères et rapides sur les océans. Elle ne put cependant pas échapper à une terrible tempête le 16 octobre 1659, et le navire coula au large de l'île islandaise isolée de Flatey.

Le Melckmeyt est la plus ancienne épave d'Islande. Il fut découvert en 1992, remarquablement préservé grâce aux eaux glacées de l'Islande. Une reconstitution numérique du navire est à la disposition de tous et comprend la célèbre peinture de Johannes Vermeer (1632-1675), La laitière, sur la poupe. Elle peut être visualisée à l'aide d'un casque de réalité virtuelle tel que Google Cardboard ou sur un ordinateur ou un smartphone. Les utilisateurs peuvent cliquer et glisser pour se déplacer dans l'épave.

Supprimer la pub

Advertisement

Peu d'épaves de flûtes ont été retrouvées, ce qui rend cette découverte archéologique sous-marine significative. Environ 300 pièces de céramique, principalement de la faïence de Delft, ont été mises au jour, ainsi que des assiettes en étain. L'épave met en lumière la période de l'histoire économique islandaise où le Danemark régnait sur l'île et dominait le commerce maritime.

Le London

Le London était un navire de guerre cromwellien de 76 canons qui explosa après une explosion de poudre à canon en mars 1665. Il quittait le chantier naval de Chatham et remontait la Tamise en direction de Gravesend. Le navire était mobilisé pour prendre part à la deuxième guerre anglo-hollandaise (1665-1667), mais alors que l'on préparait 17 de ses canons pour une salve, une explosion de poudre à canon et l'incendie qui en résulta tuèrent 300 membres d'équipage. Le London transportait également de nombreuses femmes qui étaient vraisemblablement à bord pour dire adieu aux hommes qui allaient se battre.

Il n'existe aucun journal de cette époque pour relater l'événement. La première édition de la London Gazette ne paraîtra qu'en novembre 1665, mais le journal intime était un moyen important de consigner les observations et les événements, et nous pouvons donc nous tourner vers le journal de Samuel Pepys (1633-1703). À l'époque, Pepys était greffier des actes du Conseil de la marine, et son journal du 8 mars 1665 contient les informations suivantes :

Supprimer la pub

Advertisement

Ce matin, on m'a apporté au bureau la triste nouvelle du " London ", à bord duquel les hommes de Sir J. Lawson le portaient de Chatham à l'Espérance, et de là, il devait prendre la mer à son bord ; mais un peu avant la bouée du Nower, il explosa soudainement. Environ 24 [hommes] et une femme qui se trouvaient dans la rotonde et à la barre furent sauvés ; le reste, soit plus de 300 personnes, se noya : le navire se brisa en morceaux, avec 80 pièces de munitions en laiton. Il gît au fond de l'eau, avec sa rotonde hors de l'eau.

Le London coula dans la Tamise et se posa dans l'épaisse vase. C'était l'un des trois navires de second rang commandés pour la flotte anglaise, construit à Chatham dans le Kent en 1656. En 1658, il avait gravé son nom dans l'histoire en faisant partie de la flotte qui avait mis le cap sur les Pays-Bas pour aller chercher Charles II d'Angleterre (1630-1685), et le rétablir sur le trône.

L'épave a été découverte dans un couloir de navigation très fréquenté en 2005, lorsqu'un groupe de plongeurs est tombé sur le site par hasard. Son importance nationale a été reconnue lorsqu'il a été protégé par la loi sur la protection des épaves en 2008.

Les artefacts mis au jour jusqu'à présent montrent comment les gens vivaient à bord du navire du XVIIe siècle : des bougies en cire d'abeille, des dizaines de chaussures en cuir, une cuillère en alliage de cuivre semblable aux cuillères à soupe d'aujourd'hui, des armes en bronze, des piques à main, un cadran solaire, des chopes de bière et des chevalières. En 2015, un rarissime affût de canon en bois a été récupéré à une profondeur de 20 mètres (65 pieds). Les eaux et les températures plus chaudes amènent les vers de mer xylophages dans les eaux où reposent de nombreuses épaves, dont le London, mais vous pouvez faire ici une visite en plongée profonde de l'épave.

Épaves du lac Champlain

Le lac Champlain, situé entre New York et le Vermont, est le sixième plus grand lac d'eau douce des États-Unis. Il mesure 201 kilomètres (125 miles) de long et 19 kilomètres (12 miles) à son point le plus large et abrite plus de 300 épaves de navires qui sont bien conservées grâce à l'eau froide. Grâce à la COVID-19, le musée maritime du lac Champlain a mis sa collection en ligne et, comme de nombreux musées, trouve de nouvelles façons de dialoguer avec la communauté.

Deux des épaves les plus intéressantes sont le Horse Ferry et le Phoenix. Ces deux navires soulignent l'importance de la navigation commerciale et du commerce sur le lac au XIXe siècle. En 1983, un bateau à traction hippomobile (ou ferry) presque intact a été découvert dans la baie de Burlington. Connu sous le nom de Burlington Bay Horse Ferry, il est un exemple du type de navire qui était un moyen de transport populaire sur le lac entre le Vermont et New York des années 1820 au début des années 1860.

Horse Ferry
Ferry à cheval
Unknown (Public Domain)

Deux chevaux propulsaient ce ferry à roues latérales de 19,2 mètres (63 pieds) de long. Ils marchaient sur une grande roue horizontale qui tournait et actionnait les roues à aubes. Dans certains transbordeurs à chevaux, huit à dix chevaux marchaient en cercle autour d'une roue tournante située au milieu du bateau. Les transbordeurs à chevaux étaient également connus sous le nom de " bateaux " à plateau tournant. Le Lake Champlain Maritime Museum possède un schéma détaillé du Burlington Bay Horse Ferry, montrant l'arbre et les roues à aubes. Le ferry est toujours submergé et dans un état fragile, mais c'est le seul exemple connu de ferry à chevaux qui a fait l'objet de recherches archéologiques.

Le Phoenix est une autre épave gisant au fond du lac Champlain. C'était un bateau à vapeur commercial de 44,5 mètres (146 pieds) construit en 1815 par la Lake Champlain Steamboat Company.

Le Phoenix est doublement célèbre : il transporta le président James Monroe (1758-1831) lors de son voyage dans la région en 1817, et il prit feu et coula au nord de Colchester Shoal le 4 septembre 1819, devenant ainsi l'un des premiers naufrages de bateau à vapeur de l'histoire des États-Unis. Une bougie allumée dans la cuisine provoqua très probablement l'incendie. Sur les 46 passagers, six périrent. Les deux roues à aubes tombèrent au fond du lac Champlain et ont été découvertes en 2020, mais les restes du Phoenix, avec sa coque en chêne blanc et en fer, reposent toujours à une profondeur d'environ 33 mètres (110 pieds). Faites une visite de l'épave du bateau à vapeur avec le musée maritime du lac Champlain.

Les épaves de Monterrey

Le Bureau of Ocean Energy Management (BOEM) des États-Unis a récemment lancé son musée virtuel d'archéologie. Ce musée en ligne présente cinq épaves avec des modèles 3D, des cartes et des vidéos. L'épave du Blake Ridge se trouve au large de la Caroline du Nord, tandis que les quatre autres sont immergées au fond du golfe du Mexique, où seuls des submersibles télécommandés peuvent les explorer et les étudier.

L'île de Galveston accueillit le corsaire français Jean Laffite.

Trois de ces quatre navires se trouvent à une profondeur d'environ 1 310 mètres (4 300 pieds). Ils sont connus sous le nom d'épaves de Monterrey ou Monterrey A, B et C. Il s'agit de l'épave la plus profonde jamais fouillée en Amérique du Nord. Malgré l'exploration avec des véhicules de haute mer, on ne sait pas où le trio se dirigeait ni quel était son pays d'origine. Le Monterrey A (qui a été découvert par Shell Oil en 2011) était un navire de 25,6 mètres (84 pieds) du début du XIXe siècle, à la coque en bois et au revêtement en cuivre, transportant cinq canons et des caisses de mousquets.

On sait peu de choses sur les navires, mais Monterrey A était une goélette rapide à hunier et peut-être un corsaire armé, escortant sa prise, le Monterrey B. Une cargaison de peaux et de poteries exhumée de l'épave suggère qu'elle pourrait provenir du Mexique. Le Monterrey C ne transportait aucune cargaison et était équipé pour un voyage transatlantique.

Le début des années 1800 était une période tumultueuse de l'histoire : Le Mexique avait obtenu son indépendance de l'Espagne, le Texas avait déclaré son indépendance du Mexique et la France était occupée à vendre la Louisiane. L'époque était propice aux corsaires. L'île de Galveston (au large de la côte du Golfe) était la patrie du corsaire français Jean Laffite (c. 1780 - c. 1823). Il établit une colonie de corsaires de 1 000 personnes appelée Campeche en 1817 et reçut des ordres de l'Espagne, du Mexique et des États-Unis.

Une tombe aquatique fut le destin malheureux des trois navires. L'exploration a révélé qu'une ancre fut arrachée de l'un des navires, l'explication la plus plausible étant qu'une violente tempête frappa le golfe du Mexique. Toutes les épaves de navires sont des capsules temporelles et racontent l'histoire de leur équipage et de leurs passagers. Jusqu'à présent, les épaves de Monterrey ont permis de récupérer plus de 60 artefacts bien conservés, dont des livres reliés en cuir, du suif, des lunettes, des bouteilles de liqueur, des carafes, des tissus, des pots en céramique, des télescopes, des pinceaux en ivoire à double face et des octants.

Admirez des ancres, des cadènes, un réchaud de bateau et bien d'autres choses encore dans le musée virtuel du BOEM, ou plongez dans les épaves de Monterrey et écoutez les archéologues interpréter les découvertes faites sur le site.

Le fond de l'océan est un musée, qui peut fournir des preuves essentielles sur la façon dont les humains vivaient et commerçaient dans le passé, faisaient la guerre ou transportaient des esclaves. Grâce aux visites virtuelles d'épaves, vous pouvez désormais entrevoir ces moments de l'histoire.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

  • 6 Fascinating Finds from the London Wreck, 1665Accessed 13 Apr 2021.
  • Sen, Ferhat et.al. "A Novel Gesture-based Interface for a VR Simulation: Re-discovering Vrouw Maria." Proceedings of the 18th International Conference on Virtual Systems and Multimedia, 2012, pp. 323-330.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Kim Martins
Kim is a freelance writer based in New Zealand. She has a B.A. (Hons) in History and an MA in Chaos & Complexity Science. Her special interests are fables and mythology, as well as exploration throughout the ancient world.

Citer cette ressource

Style APA

Martins, K. (2021, avril 15). Cinq Épaves Profondes Virtuelles [Top 5 'Deep-Dive' Virtual Shipwrecks]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1731/cinq-epaves-profondes-virtuelles/

Style Chicago

Martins, Kim. "Cinq Épaves Profondes Virtuelles." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 15, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1731/cinq-epaves-profondes-virtuelles/.

Style MLA

Martins, Kim. "Cinq Épaves Profondes Virtuelles." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 avril 2021. Web. 09 déc. 2022.

Adhésion