White Bull

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2758 / $18000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 30 mai 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
White Bull (by Earl Alonzo Brininstool, Public Domain)
White Bull
Earl Alonzo Brininstool (Public Domain)

White Bull (Tatanka Ska, 1849-1947) était un guerrier sioux Hunkpapa Lakota, neveu de Sitting Bull (c. 1837-1890), qui faisait partie des nombreuses personnes qui auraient tué le lieutenant-colonel George Armstrong Custer (1839-1876) lors de la bataille de Little Bighorn. Il pourrait également être le personnage principal du célèbre conte cheyenne An Eagle's Teaching (L'enseignement de l'aigle).

White Bull participa à plusieurs engagements contre l'armée américaine, notamment l'escarmouche à Arrow Creek près de la rivière Yellowstone (Elk River) en 1872 entre Sitting Bull et Custer. White Bull est la source principale de la célèbre histoire de la "smoking party" de Sitting Bull lors de cet affrontement, au cours duquel il démontra son mépris total pour Custer et ses hommes en fumant calmement sa pipe avec d'autres, dont White Bull, à portée des hommes de Custer, alors que les balles sifflaient et s'écrasaient sur le sol autour d'eux.

Supprimer la pub
Publicité

Il participa également à la guerre de Red Cloud (1866-1868) aux côtés de Sitting Bull, Crazy Horse, Red Cloud, Spotted Tail, Two Strike, Roman Nose (guerrier cheyenne), les chefs cheyennes Morning Star (Dull Knife) et Little Wolf (également connu sous le nom de Little Coyote), entre autres, y compris le guerrier cheyenne Wooden Leg qui est un autre prétendant au titre de la personne qui aurait tué Custer lors de la bataille de Little Bighorn, l'engagement le plus célèbre de la Grande Guerre des Sioux de 1876-1877.

Après la bataille de Little Bighorn, White Bull suivit son oncle et d'autres personnes, dont le chef de guerre sioux Gall (c. 1840-1894), en exil au Canada. Il finit par revenir, plus tôt que les autres, et se rendit aux autorités américaines. Il devint par la suite juge et défendit les revendications des Sioux concernant les Black Hills. Comme Two Strike (c. 1831-1915), la participation de White Bull à la résistance à l'expansion des États-Unis vers l'ouest a été éclipsée par les récits de ses contemporains plus célèbres.

Supprimer la pub
Publicité

Il est surtout connu aujourd'hui pour sa contribution à la biographie de son oncle, Sitting Bull, Champion of the Sioux (1932) de Stanley Vestal, et pour Lakota Warrior (ou The Warrior Who Killed Custer), son autobiographie (1998) éditée par James H. Howard. L'activiste Floris White Bull (Floris Ptesan Hunka), actuellement engagé dans des manifestations contre les abus commis par le gouvernement américain à l'encontre des Amérindiens, est son descendant direct.

Jeunesse et guerre

White Bull est surtout connu pour son récit de la "smoking party" de Sitting Bull à Arrow Creek en 1872.

White Bull était le fils de la Sioux Hunkpapa Good Feather (la sœur de Sitting Bull) et du chef Miniconjou Makes-Room, dans la région des Black Hills, dans l'actuel Dakota du Sud. Son nom de naissance était Bull-Standing-With-Cow, mais, à l'âge de 16 ans, il "compta le coup" sur trois guerriers ennemis (en les frappant sans les tuer) et son oncle Black Moon lui donna le nom de White Bull (taureau blanc). Il prit également au moins dix chevaux à l'ennemi au cours de cet engagement. Le vol de chevaux à d'autres nations (y compris les États-Unis) comptait dans le statut, la richesse et le pouvoir personnel ou communautaire d'une personne.

Supprimer la pub
Publicité

On sait peu de choses sur la vie de White Bull avant les années 1860, car les auteurs ultérieurs ont eu tendance à l'interviewer principalement sur son célèbre oncle. Il combattit aux côtés de Crazy Horse (c. 1840-1877) lors de la bataille de Hundred-in-the-Hands (massacre de Fetterman) le 21 décembre 1866 et était également présent lors du Combat de Wagon Box (2 août 1867) pendant la guerre de Red Cloud. Après le traité de Fort Laramie de 1868, White Bull poursuivit sa résistance aux politiques génocidaires du gouvernement américain par le biais de divers raids et escarmouches, mais il est surtout connu pour son récit de la "Smoking Party" de Sitting Bull à Arrow Creek en 1872.

La "Smoking Party" et Little Bighorn

L'histoire de la "smoking party" provient de l'engagement (parfois défini comme une "bataille", mais plutôt comme une escarmouche) contre les forces de Custer à Arrow Creek, près de la rivière Yellowstone, en 1872. Les Sioux étaient engagés dans une campagne militaire contre la nation Crow lorsqu'ils firent face aux forces de Custer. Sitting Bull et les autres chefs se retirèrent pour se concerter et décider de l'ennemi à attaquer, mais la décision fut prise lorsque plusieurs jeunes guerriers, dont White Bull, attaquèrent le campement militaire américain et chassèrent leurs chevaux. Les forces de Custer répondirent alors par des coups de feu et le combat commença. L'e spécialiste Robert M. Utley décrit la "smoking party" donnée par White Bull:

Alors que le soleil se levait sur le champ de bataille, tous les regards se tournèrent avec émerveillement vers Sitting Bull, qui mit en scène un spectacle de bravoure si imaginatif qu'il surpassa tous les autres ce jour-là. Après avoir descendu sa pipe et sa blague à tabac de son cheval, il quitta les falaises pour se rendre dans la vallée, à portée de vue des lignes de soldats. Il portait une chemise, des jambières et deux plumes dans les cheveux, ainsi qu'un arc, un carquois de flèches et un fusil.

S'asseyant sur le sol, il s'écria: "Que les autres Indiens viennent fumer avec moi!".

Tandis que Sitting Bull remplissait calmement, et avec une délibération étudiée, le bol de tabac, White Bull, Gets-the-Best-Of et deux Cheyennes s'aventurèrent à l'extérieur et s'assirent à côté du chef.

Supprimer la pub
Publicité

La "smoking party", comme l'appelle White Bull, était une expérience terrifiante. Après avoir allumé le tabac, Sitting Bull tira tranquillement une bouffée, puis passa la pipe à ses compagnons. Le cœur battant, chacun tira vigoureusement une bouffée et la passa rapidement à ses compagnons. Pendant tout ce temps, Sitting Bull ne dit rien, se contenta de regarder autour de lui et de fumer tranquillement tandis que les balles des soldats soulevaient la terre et sifflaient dans l'air. Lorsque tout le tabac fut consumé, Sitting Bull ramassa un bâton et nettoya soigneusement le fourneau, rangea la pipe dans son étui, se leva et retourna lentement vers les tribus qui l'admiraient. Les autres fumeurs revinrent en courant, Gets-the-Best-Of si précipitamment qu'il laissa son arc et ses flèches sur le sol. Pour prouver sa bravoure, White Bull revint chercher les armes. Cette ingénieuse démonstration, si captivante pour un peuple qui accordait une grande importance à l'audace, s'ajouta à la longue liste des exploits valeureux de Sitting Bull... C'était, se souvenait White Bull, "l'acte le plus courageux qui soit". (108-109)

Entre 1872 et 1876, White Bull soutint son oncle dans sa résistance à l'agression militaire américaine et devint célèbre pour sa participation à la grande guerre des Sioux et, en particulier, à la bataille de Rosebud (17 juin 1876) et à la bataille de Little Bighorn (bataille de Greasy Grass, 25-26 juin 1876). Selon certaines affirmations, White Bull aurait tué le lieutenant-colonel George Armstrong Custer à Little Bighorn avec la propre arme de Custer, mais cette affirmation a été contestée car d'autres personnes ont également été citées comme ayant tué Custer, notamment le guerrier sioux Rain-in-the-Face (vers 1835-1905), le guerrier cheyenne Buffalo Calf Road Woman (vers 1844-1879) et d'autres encore. White Bull lui-même affirme avoir "lutté" avec Custer mais ne pas l'avoir tué.

A Cheyenne Artist's Depiction of the Battle of the Little Bighorn
Représentation de la bataille de Little Bighorn par un artiste Cheyenne
Unknown Cheyenne Artist (Public Domain)

Après la bataille de Little Bighorn, les représailles de l'armée américaine furent rapides, et les Cheyennes et les Sioux se séparèrent sous l'autorité de chefs distincts et poursuivirent chacun leur chemin. White Bull suivit Sitting Bull dans la région de l'actuel Canada, mais revint aux États-Unis et se rendit plus tard la même année. À la mort de son père, White Bull reprit son poste de chef Miniconjou et installa son peuple dans la réserve de la Cheyenne River Agency, dans l'actuel Dakota du Sud. Dans le cadre de ses efforts d'assimilation avec les Euro-Américains, il prit le nom de Joseph White Bull et fut juge à la Cour des délits indiens, tout en défendant les droits des Sioux concernant les Black Hills.

Supprimer la pub
Publicité

L'enseignement d'un aigle

Il est possible, mais en aucun cas certain, que le conte cheyenne "L'enseignement de l'aigle" raconte la quête de vision de White Bull à ses débuts.

Il est possible, mais en aucun cas certain, que le conte cheyenne "L'enseignement de l'aigle" raconte la quête de vision précoce de White Bull et explique pourquoi il n'aurait jamais été gravement blessé au combat, pourquoi il ornait son cheval de la plume d'aigle et comment il put vivre jusqu'à un âge aussi avancé de près de 100 ans. L'aigle qui parle, la façon dont l'aigle l'emmène dans un espace séparé et le vers "Je restai là toute la journée et toute la nuit, à parler avec l'aigle, et pendant tout ce temps je n'eus pas d'eau" (133) suggèrent que le conte raconte la quête de vision d'un jeune homme, car on s'abstient de manger ou de boire pendant une quête de vision et les visions comprennent souvent des animaux qui parlent, son animal spirituel ou son totem.

L'histoire pourrait concerner le mystique et guérisseur cheyenne connu sous le nom d'Ice (également connu sous le nom de White Bull, né vers 1835-1910) qui accomplit le miracle qui convainquit les Cheyennes que leur dieu, Maheo, était toujours avec eux, ou le guerrier cheyenne White Bull (également connu sous le nom de Phillip Cook, né vers 1869-1929/1939) qui combattit également à la bataille de Little Bighorn. Il est cependant probable que l'histoire - racontée à la première personne par quelqu'un qui, selon l'aigle, serait connu sous le nom de White Bull - concerne le guerrier lakota White Bull, car lui et sa bande étaient étroitement associés aux Cheyennes (à qui l'œuvre est attribuée), et de nombreux détails du récit font écho à des faits connus de la vie de White Bull.

Bald Eagle Plumage
Plumage du pygargue à tête blanche
Nirajha (CC BY-SA)

Outre ceux mentionnés ci-dessus, ces détails incluent la relation étroite entre White Bull et son frère, One Bull, sa tendance à réfléchir avant d'agir et son association avec l'aigle - bien que ce dernier point, comme l'ornementation de son cheval, puisse s'appliquer aussi facilement à de nombreux guerriers sioux ou cheyennes.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le passage suivant est la traduction d'un extrait de By Cheyenne Campfires, de George Bird Grinnell:

C'était il y a longtemps. J'étais un jeune homme et les gens campaient sur la rive sud de la rivière Platte. Mon frère est parti à la chasse et a tué un bison et un élan, et a cassé la jambe d'un autre élan. Il a pris toute la viande de l'élan, mais seulement une partie de celle du taureau.

Ce soir-là, mon frère m'a dit: "Viens avec moi demain; tu pourras traquer l'élan que j'ai blessé et tu pourras prendre une partie du taureau et en faire un piège à aigle."

Nous nous sommes mis en route à la lumière du jour et, enfin, nous sommes arrivés à une colline et, en bas, nous pouvions voir des corbeaux voler et mon frère m'a dit: "J'ai tué le bison là où tu vois ces corbeaux." Lorsque nous fûmes presque arrivés, mon frère me dit: "Va voir ce qu'il y a là, mais fais attention, car il y a peut-être un ours qui s'y nourrit, ou peut-être un aigle. S'il y a un aigle, attends, et peut-être qu'il mangera tellement qu'il ne pourra plus voler." Après m'avoir dit cela, mon frère poursuivit sa route.

J'ai chevauché prudemment jusqu'à l'endroit où le bison était couché et j'ai jeté un coup d'œil par-dessus la colline; là, perché sur la carcasse, il y avait un aigle qui se nourrissait de la viande. Je reculai et attendis longtemps, jetant de temps à autre un coup d'œil par-dessus la colline pour voir l'aigle toujours là, en train de se nourrir. Je me suis alors dit qu'il avait peut-être mangé tout ce qu'il voulait. Je me suis donc glissé sur une crête et je me suis approché de l'aigle.

J'allais d'abord lui décocher une flèche, mais il s'est envolé un peu plus loin, très lourdement, et j'ai vu qu'il ne pouvait pas aller bien loin. J'ai donc laissé tomber dans la prairie tout ce que je portais, à l'exception de mon arc et de mes flèches, et j'ai couru après lui. De nouveau, il a volé un peu plus loin, puis il s'est laissé tomber sur le sol et a battu des ailes. Il avait tellement mangé qu'il ne pouvait pas aller plus loin.

Il était couché sur sa poitrine, les ailes étendues, et j'étais sur le point de lui envoyer une flèche dans le corps, quand l'aigle m'a parlé en disant: "Attends, mon ami, attends; ne tire pas."

Quand l'aigle a parlé, j'ai été étonné, je me suis arrêté et j'ai décoché mon arc. L'aigle a repris la parole et m'a dit: "Regarde ça!" Et j'ai vu, dans le dos de l'aigle, un trou d'où suintait du sang. L'aigle m'a dit: "Si tu ne me fais pas de mal, tu pourras guérir toutes les blessures comme celle que tu vois".

Je me suis alors dit: "Je vais garder cet oiseau et lui poser d'autres questions". J'ai donc attaché la corde de mon arc à son aile et je l'ai conduit jusqu'à l'endroit où se trouvait ma couverture. C'était un jeune aigle à queue tachetée.

Après être arrivés à l'endroit où se trouvait la couverture, nous avons discuté un moment. L'aigle m'a dit: "Tu vois que mes ailes et ma queue sont tachetées; ton cheval le sera aussi. Tu porteras le nom de l'animal qui a été tué ici; tu t'appelleras Taureau Blanc, et tout le monde te connaîtra sous ce nom. Maintenant, j'aimerais que tu me laisses partir et, avant de partir, je vais te donner un peu de mon pouvoir. Tu seras un grand combattant. Les balles ne t'atteindront pas."

"Non", dis-je, "je ne le souhaite pas".

"Eh bien, dit l'aigle, quand tu seras sur le sentier de la guerre, tu sauras toujours où sont tes ennemis."

"Non", dis-je, "je ne le souhaite pas".

Je n'avais pas l'intention de laisser l'aigle partir facilement.

L'aigle m'a dit: "Il y a beaucoup de gens qui fabriquent beaucoup de fusils; peut-être que si tu te bats contre eux, tu pourras t'en sortir sans être blessé." Quelques années plus tard, j'ai eu un long et dur combat avec les Blancs, mais ils ne m'ont pas tué.

Enfin, l'aigle m'a dit: "Mon ami, tu vivras jusqu'à un âge avancé et tu ne seras jamais pauvre ou dans le besoin. Maintenant, si jamais tu es blessé à la tête ou au corps, tu dois chanter une certaine chanson, une pour la tête et une autre pour le corps. Il m'a appris à chanter ces chants et à me guérir ainsi que d'autres personnes.

Je suis resté là toute la journée et toute la nuit, à parler avec l'aigle et, pendant tout ce temps, je n'ai pas eu d'eau.

Entre-temps, le camp avait vu passer un groupe d'ennemis et les gens pensaient que j'avais été tué. Les hommes envoyés à ma recherche retournèrent vers le taureau et atteignirent l'endroit avant le jour, mais ne me trouvèrent pas. Le jour venu, ils m'aperçurent au loin, dans une plaine, et se précipitèrent vers moi. En les voyant arriver, je dis à l'aigle : "Ami, les ennemis se précipitent sur nous."

"Non, répondit l'aigle. "Ce sont les tiens".

Avant que les gens ne m'atteignent, j'ai libéré l'aigle. Il s'est levé pour s'en aller, mais avant de le faire, il a volé autour de ma tête et m'a dit: "C'est ainsi que les gens te chargeront, et que tu chargeras les gens. Mais lorsque vous vous battez, vous devez toujours imiter mon cri. De plus, lorsque tu iras au combat, tu attacheras à la queue de ton cheval une des plumes centrales de la queue d'un aigle et tu lui attacheras au cou une corne d'antilope, car l'antilope est un animal qui court vite et qui a le souffle long, et ton cheval aura lui aussi le souffle long. Puis il me dit: "Mon ami, je m'en vais, mais souviens-toi que tu auras une longue vie."

Depuis lors, lors des combats, j'ai toujours imité l'aigle.

Conclusion

Si l'on suppose que l'histoire concerne White Bull des Lakota, la prophétie de l'aigle s'est bel et bien réalisée, car il ne fut blessé qu'une seule fois, à la cheville, lors de la bataille de Little Bighorn, bien qu'il ait participé à de nombreux combats et qu'il ait souvent été à la tête de son groupe de guerriers. À la bataille de Rosebud, par exemple, il affronta un éclaireur shoshone allié aux forces du général Crook; le tir à bout portant de l'éclaireur manqua White Bull, mais White Bull parvint à faire tomber le guerrier shoshone de cheval et à compter les coups sur lui avant de poursuivre la bataille.

La prophétie de l'aigle concernant la longévité et le statut de White Bull s'est également avérée exacte puisqu'il vécut jusqu'à l'âge de 98 ans, mourant de causes naturelles dans la réserve, en tant que chef très respecté et père d'une famille nombreuse. Ses descendants ont perpétué son héritage en défendant les droits des Sioux et continuent de le faire aujourd'hui, comme en témoigne l'activisme de l'écrivaine et réalisatrice Floris White Bull, surtout connue pour ses manifestations contre le Dakota Access Pipeline en 2016 et son documentaire Awake : A Dream from Standing Rock (2017). Malheureusement, les descendants de White Bull - et les nations amérindiennes en général - sont confrontés aujourd'hui aux mêmes défis posés par les politiques du gouvernement américain et les intérêts commerciaux que ceux auxquels faisait face White Bull; mais, comme lui, ils continuent de se battre pour leurs droits, leurs traditions et leurs terres.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était White Bull?

White Bull était un guerrier et chef sioux Hunkpapa Lakota. Il était le neveu de Sitting Bull, participa à de nombreuses batailles et fut l'un de ceux censés avoir tué George A. Custer lors de la bataille de Little Bighorn.

White Bull était-il un guérisseur?

Non, contrairement à Sitting Bull, White Bull n'était pas un homme-médecine ou un saint homme; c'était un guerrier et, plus tard, un chef.

White Bull a-t-il vraiment tué George Armstrong Custer à Little Bighorn?

Il a été déclaré que White Bull avait tué le lieutenant-colonel George Armstrong Custer lors de la bataille de Little Bighorn, mais White Bull lui-même l'a nié. Personne ne sait qui a vraiment tué Custer.

White Bull est-il le personnage principal du conte cheyenne An Eagle's Teaching?

Les preuves internes suggèrent fortement que White Bull serait le personnage principal ou le locuteur d'An Eagle's Teaching (L'enseignement d'un aigle). De nombreux détails de l'histoire correspondent à sa vie.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2024, mai 30). White Bull [White Bull]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-23109/white-bull/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "White Bull." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 30, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-23109/white-bull/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "White Bull." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 mai 2024. Web. 18 juil. 2024.

Adhésion