Doctrine de la Découverte

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 11 octobre 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
The Landing of Columbus by Vanderlyn (by  John Vanderlyn, Public Domain)
Le Débarquement de Colomb par Vanderlyn
 John Vanderlyn (Public Domain)

La doctrine de la découverte est une politique promulguée initialement par l'Église catholique du XVe siècle, proclamant le droit des nations chrétiennes à prendre possession des terres des non-chrétiens dans le but de sauver leurs âmes. Les non-chrétiens n'étaient pas reconnus comme des propriétaires terriens légitimes, et toutes les terres "découvertes" par des explorateurs chrétiens étaient revendiquées comme la propriété de la nation des découvreurs.

La doctrine de la découverte fut formulée pour la première fois dans une bulle papale émise en 1452, dans une autre en 1455 et dans la plus connue en 1493, peu après l'expédition de Christophe Colomb en 1492 et sa "découverte" du soi-disant Nouveau Monde. La bulle papale de 1493 énonce clairement le devoir des explorateurs chrétiens de s'emparer des terres des non-chrétiens dans le but de christianiser les habitants et de les faire entrer dans le giron de la civilisation chrétienne européenne.

Supprimer la pub
Advertisement
Les Autochtones d'amérique ne croyaient pas que l'on puisse posséder des terres, alors que pour les colonisateurs européens, posséder des terres était un droit donné par Dieu.

Peu après leur première rencontre avec la population autochtone des Amériques en 1492, les colonisateurs européens revinrent armés de la ligne de conduite publiée par le pape Alexandre VI en 1493, qui affirmait que toute terre, où qu'elle soit, qui n'était pas sous le drapeau d'une nation chrétienne souveraine, pouvait être prise par celui qui l'avait "découverte", et que toute population autochtone qui s'y trouvait devait être convertie au christianisme.

La doctrine de la découverte priva les peuples autochtones des Amériques de leurs terres à l'époque coloniale, fut reconnue comme légitime par la Cour suprême des États-Unis en 1823 et reste inscrite dans les livres de droit à l'heure actuelle, bien qu'elle ait été désavouée par le pape François en mars 2023 et contestée par les juristes contemporains. Le Land Back Movement, initié et dirigé par les peuples autochtones d'Amérique du Nord, conteste actuellement la légalité et la moralité de la Doctrine qui, bien que reconnue comme injuste et raciste, inspire toujours les politiques du Canada et des États-Unis dans leur reconnaissance des droits fonciers des Premières Nations.

Supprimer la pub
Advertisement

Concepts amérindien et européen de la terre

La conception amérindienne de la propriété foncière diffère sensiblement de la conception européenne, dans la mesure où les Amérindiens ne pensaient pas que l'on puisse posséder des terres, alors que pour les colonisateurs européens, la propriété foncière était un droit donné par Dieu. Les Européens qui colonisèrent l'Amérique du Nord à partir des XVIe et XVIIe siècles interprétaient la notion de propriété foncière conformément au passage biblique de la Genèse 1:28:

Dieu les bénit et leur dit: "Soyez féconds et multipliez; remplissez la terre et soumettez-la. dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur toutes les créatures qui se meuvent sur le sol".

Pour les Européens, la terre était une chose à apprivoiser, à cultiver, à "civiliser", pour leur propre bénéfice, comme leur Dieu l'avait décrété, mais pour les Amérindiens, la terre était un être sensible, leur mère, un proche parent dont il fallait prendre soin et qu'il fallait respecter. Le concept amérindien de la terre est expliqué par Talia Boyd, responsable des paysages culturels au Grand Canyon Trust:

Supprimer la pub
Advertisement

L'idée de "posséder" la terre est un concept étranger pour les peuples autochtones. La terre est sensible. Elle englobe de nombreuses formes de vie et de nombreux espaces. Elle renferme une immense énergie. D'un point de vue autochtone, on ne peut pas "posséder" la terre, mais on peut vivre avec elle. Nos relations régénératrices avec la terre sont fondées sur des générations d'interconnexions profondes qui ont été enseignées à travers nos cosmologies, nos cérémonies et nos langues. Les peuples autochtones reconnaissent que ces liens permanents impliquent des responsabilités à l'égard du monde naturel. Nous faisons des offrandes et des prières à la terre pour qu'elle guérisse. Les enseignements traditionnels nous enjoignent de respecter profondément la terre, la vie et nos parents à quatre pattes et à ailes - tous nos parents. (Boyd, 1)

Les Européens qui arrivèrent en Amérique du Nord n'avaient pas une telle compréhension de la terre et, encouragés par l'esprit de la doctrine de la découverte, ils ne ressentirent pas le besoin d'essayer de comprendre comment la population autochtone pouvait considérer la propriété de la terre sous un angle très différent du leur. Les immigrants européens considéraient les autochtones comme des sauvages non civilisés, non chrétiens, dont les croyances étaient sans importance et dont les terres étaient libres d'accès.

Landing of Columbus
Débarquement de Colomb
Unknown (Public Domain)

Histoire de la doctrine

La doctrine de la découverte justifiait non seulement l'appropriation des terres des non-chrétiens, mais aussi de leurs personnes, les condamnant à un "esclavage perpétuel" en tant qu'"ennemis du Christ". Elle apparaît pour la première fois dans la bulle papale connue sous le nom de Dum Diversas ("Jusqu'à ce que ce soit différent") émise par le pape Nicolas V le 18 juin 1452 à l'intention d'Alphonse V du Portugal pour valider son appropriation des régions de l'Afrique de l'Ouest. La bulle se lit en partie comme suit:

[Nous accordons] au susdit roi Alphonse d'envahir, de rechercher, de capturer, de vaincre et de soumettre tous les Sarrasins et païens quels qu'ils soient, et les autres ennemis du Christ où qu'ils se trouvent, ainsi que les royaumes, duchés, principautés, dominations, possessions, et tous les biens meubles et immeubles qu'ils détiennent et possèdent, de réduire leurs personnes en esclavage perpétuel, de s'appliquer et de s'approprier, à lui et à ses successeurs, les royaumes, duchés, comtés, principautés, dominions, possessions et biens, et de les convertir à son usage et à son profit, ainsi qu'au leur. (Initiative pour les valeurs indigènes, 1)

Le pape Nicolas V souligna ensuite cette politique en 1455 en encourageant le Portugal à s'emparer des terres d'Afrique de l'Ouest et à soumettre les populations dans l'intérêt de sauver leurs âmes. Après l'expédition de Christophe Colomb vers les Amériques en 1492, un différend entre ses commanditaires espagnols et le Portugal, qui avait également entrepris des efforts de colonisation dans la région, aboutit à la bulle du pape Alexandre VI qui établit une ligne à cent lieues à l'ouest des Açores et des îles du Cap-Vert et donna à l'Espagne les droits de colonisation à l'ouest de cette ligne.

Supprimer la pub
Advertisement

La France catholique et l'Angleterre protestante, tout en ne reconnaissant pas spécifiquement la Doctrine (ou, dans le cas de l'Angleterre, en la répudiant comme n'ayant aucune autorité sur elles), conservèrent l'esprit de cette politique en affirmant que les nations chrétiennes avaient le devoir de propager la religion aux non-chrétiens et, ce faisant, se voyaient accorder le droit de s'emparer des terres non-chrétiennes au nom du Christ. Toutes les terres non chrétiennes étaient donc considérées comme ayant été "découvertes" par la nation qui y était arrivée la première et, en plantant le drapeau de leur nation, les "découvreurs" revendiquaient ces terres pour leur pays.

Spanish Conquest & Exploration in North America in the 16th century
Conquête et exploration espagnoles en Amérique du Nord au XVIe siècle
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Une fois que les colonies anglaises d'Amérique du Nord obtinrent leur indépendance de la Grande-Bretagne, la doctrine de la découverte fut invoquée par Thomas Jefferson en tant que secrétaire d'État en 1792, qui déclara que la politique qui avait été appliquée lorsque la région était sous domination britannique était toujours valable maintenant qu'elle était devenue une nation indépendante. Jefferson conclut cela en se basant sur sa compréhension des Premières Nations comme des "sauvages sans pitié", une expression qu'il utilisa dans la Déclaration d'indépendance comme l'une des raisons pour lesquelles les colonies devaient être libres parce que le roi George III de Grande-Bretagne (r. de 1760 à 1820) avait limité l'expansion des colons vers l'ouest et la poursuite de l'appropriation des terres autochtones.

La doctrine devint partie intégrante du droit municipal des États-Unis en 1823 à la suite du jugement de l'affaire Johnson v. McIntosh. Johnson, qui avait hérité de terres achetées aux Autochtones avant la révolution américaine, poursuivit McIntosh qui avait acheté ces mêmes terres au gouvernement des États-Unis après la révolution. Le juge en chef John Marshall de la Cour suprême des États-Unis statua que la propriété légitime des terres était établie par la découverte et la possession, conformément à la doctrine de la découverte, et qu'aucune terre "vendue" par des Autochtones à des colons blancs n'était donc légitime, car les Autochtones n'avaient aucun droit de propriété, seulement des "droits d'occupation" et que, dans ces conditions, ils ne pouvaient pas plus vendre un morceau de terre qu'une personne ne pourrait vendre un appartement qu'elle loue aujourd'hui. L'universitaire Roxanne Dunbar-Ortiz commente:

Supprimer la pub
Advertisement

Écrivant pour la majorité, le président de la Cour suprême, John Marshall, déclara que la doctrine de la découverte était un principe établi du droit européen et du droit anglais en vigueur dans les colonies britanniques d'Amérique du Nord et qu'elle était également le droit des États-Unis. La Cour définit les droits de propriété exclusifs qu'un pays européen acquérait à la suite d'une découverte: "La découverte confère un titre de propriété au gouvernement par les sujets ou par l'autorité duquel elle a été faite, contre tous les autres gouvernements européens, titre qui peut être consommé par la possession. Par conséquent, les "découvreurs" européens et euro-américains ont acquis des droits de propriété réelle sur les terres des peuples autochtones en plantant simplement un drapeau. (Histoire des peuples autochtones, 199-200)

La doctrine de la découverte continue aujourd'hui d'inspirer les décisions juridiques relatives aux droits fonciers des Autochtones d'Amérique. Pas plus tard qu'en 2005, dans l'affaire City of Sherrill v. Oneida Indian Nation of New York, la juge Ruth Bader Ginsburg, s'exprimant au nom de la majorité, a cité la doctrine pour justifier son jugement contre les Oneida.

Texte partiel

L'extrait suivant de la bulle papale de 1493 Inter caetera ("Entre autres œuvres") est tiré de la page History Resources du Gilder Lehrman Institute of American History. L'objectif principal de cette bulle était de résoudre les tensions entre le Portugal et l'Espagne au sujet du commerce et de la colonisation du "Nouveau Monde", mais elle encourageait l'appropriation des terres des peuples autochtones, comme le prévoyait la bulle Dum Diversas de 1452.

C'est pourquoi, en tant que rois et princes catholiques, après avoir mûrement réfléchi à toutes les questions, en particulier à l'essor et à la propagation de la foi catholique, comme le faisaient vos ancêtres, rois de haute renommée, vous avez décidé, avec la faveur de la clémence divine, de placer sous votre domination lesdites îles et terres principales, avec leurs résidents et leurs habitants, et de les amener à la foi catholique. C'est pourquoi, louant de tout cœur dans le Seigneur ce saint et louable dessein, et désireux qu'il soit dûment accompli et que le nom de notre Sauveur soit porté dans ces régions, nous vous exhortons très vivement dans le Seigneur et par votre réception du saint baptême, par lequel vous êtes liés à nos commandements apostoliques, et par les entrailles de la miséricorde de notre Seigneur Jésus-Christ, jouissez strictement du fait que, dans la mesure où, avec un zèle ardent pour la vraie foi, vous avez l'intention d'équiper et d'envoyer cette expédition, vous avez aussi l'intention, comme c'est votre devoir, d'amener les peuples qui habitent ces îles et ces pays à embrasser la religion chrétienne; Vous ne laisserez à aucun moment les dangers ou les difficultés vous en détourner, avec la ferme espérance et la confiance dans votre cœur que le Dieu tout-puissant favorisera vos entreprises.

Et, afin que vous puissiez vous engager dans une si grande entreprise avec plus d'empressement et de cœur, en bénéficiant de notre faveur apostolique, nous, de notre propre chef, non pas à votre instance ni à la demande de qui que ce soit d'autre à votre égard, mais en vertu de notre seule largesse et de notre connaissance certaine et de la plénitude de notre pouvoir apostolique, par l'autorité du Dieu tout-puissant qui nous a été conférée dans le bienheureux Pierre et par le vicariat de Jésus-Christ que nous détenons sur terre, nous vous donnons, accordons et cédons, par les présentes, si des îles ont été trouvées par vos envoyés et vos capitaines, vous donne, accorde et cède à vous et à vos héritiers et successeurs, rois de Castille et de Léon, pour toujours, avec tous leurs domaines, villes, camps, places et villages, et tous les droits, juridictions et dépendances, toutes les îles et terres principales trouvées et à trouver, découvertes et à découvrir en direction de l'ouest et du sud, en traçant et en établissant une ligne depuis le pôle arctique, c'est-à-dire le nord, jusqu'au pôle antarctique, c'est-à-dire le sud, que lesdites îles et terres principales soient découvertes et à découvrir en direction de l'Inde ou vers tout autre quartier, ladite ligne devant être distante de cent lieues vers l'ouest et le sud de l'une quelconque des îles communément appelées les Açores et le Cap-Vert.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

À condition toutefois qu'aucune des îles et des terres principales, trouvées et à trouver, découvertes et à découvrir, au-delà de ladite ligne vers l'ouest et le sud, ne soit en possession effective d'un roi ou d'un prince chrétien jusqu'à l'anniversaire de notre Seigneur Jésus-Christ qui vient de s'écouler et qui marque le début de la présente année mille quatre cent quatre-vingt-treize. Nous vous faisons, vous nommons et vous désignons, vous et vos héritiers et successeurs, comme les seigneurs de ces îles et de ces terres, avec tous les pouvoirs, l'autorité et la juridiction de toute nature; avec cette réserve toutefois que, par ce don, cette concession et cette cession, aucun droit acquis par un prince chrétien, qui pourrait être en possession effective de ces îles et de ces terres principales avant l'anniversaire de notre Seigneur Jésus-Christ, n'est censé être retiré ou supprimé par les présentes. En outre, nous vous ordonnons, en vertu d'une sainte obéissance, de nommer sur les îles et terres principales susmentionnées des hommes dignes, craignant Dieu, instruits, compétents et expérimentés, afin d'instruire les habitants et résidents susmentionnés dans la foi catholique et de les former aux bonnes mœurs, en faisant preuve de toute la diligence requise à cet égard, comme vous l'avez également promis - et nous ne doutons pas que vous vous y conformerez conformément à votre loyauté et à votre grandeur d'âme royale.

En outre, sous peine d'excommunication "late sententie" à encourir "ipso facto", si quelqu'un y contrevenait, nous interdisons formellement à toutes les personnes de quelque rang que ce soit, même impérial et royal, ou de quelque domaine, degré, ordre ou condition que ce soit, d'oser, sans votre autorisation spéciale ou celle de vos héritiers et successeurs susmentionnés, se rendre dans le but de faire du commerce ou pour toute autre raison dans les îles ou les terres principales, trouvées et à trouver, découvertes et à découvrir, vers l'ouest et le sud, en traçant et en établissant une ligne depuis le pôle arctique jusqu'au pôle antarctique, que les terres principales et les îles, trouvées et à trouver, se trouvent dans la direction de l'Inde ou vers quelque autre quartier que ce soit, ladite ligne devant être distante de cent lieues vers l'ouest et le sud, comme il est dit ci-dessus, de l'une quelconque des îles communément appelées les Açores et le Cap-Vert; nonobstant les constitutions, ordonnances et autres décrets apostoliques contraires. Nous avons confiance en Celui qui est à l'origine des empires, des gouvernements et de toutes les bonnes choses, pour que, si vous poursuivez, sous la conduite du Seigneur, cette sainte et louable entreprise, vos difficultés et vos efforts aboutissent dans peu de temps au résultat le plus heureux, pour le bonheur et la gloire de toute la chrétienté.

Conclusion

La doctrine de la découverte est rarement mentionnée aujourd'hui dans les conversations concernant les droits fonciers des peuples autochtones parce qu'elle est si manifestement raciste, injuste et immorale, mais elle continue d'inspirer les politiques du Canada et des États-Unis (ainsi que de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande) en ce qui concerne la restitution des terres appropriées aux peuples autochtones. Dunbar-Ortiz résume les effets de la doctrine:

En vertu de la doctrine de la découverte, vieille de plusieurs siècles, les nations européennes ont acquis des titres de propriété sur les terres qu'elles ont "découvertes", et les habitants autochtones ont perdu leur droit naturel sur ces terres après l'arrivée des Européens qui les ont revendiquées. Sous cette couverture juridique du vol, les guerres de conquête euro-américaines et le colonialisme de peuplement ont dévasté les nations et les communautés indigènes, leur arrachant leurs territoires et transformant la terre en propriété privée, en biens immobiliers. La plupart de ces terres se sont retrouvées entre les mains de spéculateurs fonciers et d'agro-industriels, dont beaucoup, jusqu'au milieu du XIXe siècle, étaient des plantations cultivées par une autre forme de propriété privée, les Africains réduits en esclavage. Aussi obscure qu'elle puisse paraître, cette doctrine reste le fondement de lois fédérales [aux États-Unis] toujours en vigueur qui contrôlent la vie et le destin des peuples autochtones, et même leur histoire, en les faussant. (Histoire des peuples autochtones, 198)

La reconnaissance croissante de l'injustice de la doctrine de la découverte est à l'origine de l'initiative visant à remplacer le Columbus Day aux États-Unis par la Journée des peuples autochtones, ainsi que du Land Back Movement au Canada et aux États-Unis, qui prône la restitution des terres autochtones au nom de la justice.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que la doctrine de la découverte ?

La doctrine de la découverte est une politique initiée par l'Église catholique au XVe siècle autorisant les explorateurs européens chrétiens à s'approprier les terres des peuples indigènes, à les réduire en esclavage et à les convertir au christianisme.

Quand la doctrine de la découverte a-t-elle été mise en place ?

La doctrine de la découverte a été formulée pour la première fois dans une bulle papale en 1452, autorisant le Portugal à s'approprier des terres et à réduire en esclavage des populations en Afrique de l'Ouest. La doctrine a été réitérée en 1455 et sa version la plus connue est celle de 1493 concernant l'appropriation de terres dans les Amériques.

Quelle est la justification biblique de la doctrine de la découverte?

La justification biblique de la doctrine de la découverte vient de Genèse 1:28 où Dieu dit aux croyants de soumettre la terre et de la dominer.

L'Église catholique a-t-elle répudié la doctrine de la découverte ?

L'Église catholique a officiellement répudié la doctrine de la découverte en mars 2023.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2023, octobre 11). Doctrine de la Découverte [Doctrine of Discovery]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22301/doctrine-de-la-decouverte/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Doctrine de la Découverte." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 11, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22301/doctrine-de-la-decouverte/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Doctrine de la Découverte." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 11 oct. 2023. Web. 01 mars 2024.

Adhésion