Ère Meiji

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3480 / $18000

Définition

Graham Squires
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 octobre 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais, chinois, espagnol
X
A Composite Imaginary View of Japan (by Unknown Artist, CC BY-SA)
Une vision imaginaire composite du Japon
Unknown Artist (CC BY-SA)

L'ère Meiji désigne la période de l'histoire du Japon qui s'étend de 1868 à 1912 et au cours de laquelle l'empereur Meiji régna. Après le renversement du shogunat Tokugawa lors de la restauration Meiji de 1868, les nouveaux dirigeants du Japon se lancèrent dans un programme de réformes radicales visant à renforcer le pays afin qu'il puisse résister à la menace de l'impérialisme européen.

Une nouvelle structure politique inspirée de celles de l'Europe fut mise en place et le pays s'industrialisa rapidement. En se dotant d'une armée et d'une marine modernes, le Japon mena avec succès des guerres contre la Chine et la Russie, respectivement en 1894 et en 1905. À la fin de l'ère Meiji, le Japon était non seulement le pays le plus puissant d'Asie de l'Est, mais aussi une puissance mondiale.

Supprimer la pub
Publicité

Héritage des Tokugawa

Les observateurs étrangers de l'époque et les générations suivantes d'historiens furent surpris par la rapidité avec laquelle la société japonaise se transforma au cours de l'ère Meiji. Cela s'explique en grande partie par la façon dont les Européens avaient tendance à considérer les autres pays. Le XIXe siècle était une époque de "racisme scientifique" en Europe, et nombreux étaient ceux qui pensaient que les Européens étaient intrinsèquement supérieurs aux Asiatiques. Certaines parties de l'Europe venaient de connaître la révolution industrielle, et le niveau de vie et de technologie y était bien plus élevé que dans d'autres parties du monde. Cependant, malgré les apparences, les changements survenus dans la société japonaise au cours de la période Edo (1603-1867) permirent au pays d'être bien préparé à faire face à la menace des puissances européennes.

Bien que le Japon ait été politiquement divisé, il disposait d'un système de transport et d'une économie intégrés à l'échelle nationale.

Le Japon était en paix depuis 250 ans et, d'une manière générale, le pays était bien gouverné. Le Japon avait un système de gouvernement décentralisé dans lequel le pouvoir était divisé entre le bakufu, un gouvernement de guerriers contrôlé par la famille Tokugawa, et environ 270 familles de daimyos qui dirigeaient leurs propres territoires appelés han. Bien que le Japon ait été politiquement divisé, il disposait d'un système de transport et d'une économie intégrés au niveau national. Bien que l'économie japonaise ait été basée sur l'agriculture, il existait une production proto-industrielle à grande échelle d'un certain nombre de produits importants, notamment le coton, la soie, le papier, la cire et le sel.

Supprimer la pub
Publicité

Le niveau d'éducation au Japon était généralement élevé par rapport aux normes de l'époque. Au cours de la période Edo, la classe des guerriers s'était transformée en administrateurs civils. De nombreux daimyos avaient créé des écoles locales pour éduquer les enfants de leurs guerriers afin qu'ils acquièrent les compétences nécessaires à l'exercice de leurs fonctions de fonctionnaires locaux. De nombreux roturiers reçurent également une éducation dans des écoles privées appelées terakoya. Le taux d'alphabétisation fut grandement favorisé par le développement de l'impression sur bois, et une élite intellectuelle apparut, bien au fait des théories sophistiquées du néoconfucianisme. Bien que les Tokugawa n'ait pas été en faveur de la liberté d'expression, ces intellectuels avaient la capacité d'analyser et de comprendre des problèmes sociaux et politiques complexes.

Menace de l'impérialisme européen

Au cours de la période Edo, les Tokugawa imposèrent une politique d'isolement national au pays. Les Japonais n'avaient pas le droit de se rendre à l'étranger et les seuls étrangers autorisés à venir au Japon étaient les Chinois, les Coréens et les Néerlandais. Les Néerlandais étaient cantonnés à un comptoir commercial à Nagasaki. Le gouvernement put mettre en œuvre cette politique d'exclusion dans les années 1630 parce que le niveau technologique au Japon et dans les pays étrangers était à peu près le même. Toutefois, à partir de la fin du XVIIIe siècle, certains pays européens, notamment la Grande-Bretagne, commencèrent à connaître la révolution industrielle. Cela leur donna un avantage technologique dans leurs relations avec les autres parties du monde.

Supprimer la pub
Publicité

À peu près à la même époque, la Grande-Bretagne, la France, la Russie et les États-Unis commencèrent à envoyer des navires au Japon, tentant ainsi de faire du commerce extérieur. Dans un premier temps, les Tokugawa repoussèrent toutes ces tentatives, mais en 1852, le commandant américain Matthew Perry prit la tête d'une flotte de navires à vapeur armés, exigeant l'ouverture du pays. Les Tokugawa se sentirent incapables de résister à cette demande et signèrent un traité avec les États-Unis autorisant l'ouverture de certains ports et l'entrée de certains étrangers au Japon. Des traités avec d'autres puissances européennes suivirent. Cette situation mit en colère les opposants au gouvernement qui voulaient maintenir la politique d'isolement national. Ils utilisèrent le slogan "vénérer l'empereur, expulser les barbares" pour demander le renversement des Tokugawa, la restauration de l'autorité politique de la famille impériale et l'expulsion des étrangers.

Oral Statement by the American Navy Admiral
Déclaration orale de l'amiral de la marine américaine
Unknown Artist (Public Domain)

En réponse aux attaques contre les navires étrangers, les navires de guerre européens bombardèrent certains ports japonais. Il devint évident que "l'expulsion des barbares" n'était pas une chose facile à réaliser et qu'il fallait développer une autre stratégie pour faire face à la menace étrangère. Le gouvernement Tokugawa s'efforça d'améliorer la préparation militaire du Japon, mais il fut renversé par une coalition de forces issues de Choshu, Satsuma et Tosa.

Ces événements sont généralement envisagés sous l'angle de la confrontation du Japon avec l'Occident, mais une telle vision ne tient pas compte du fait que les pays qui composaient l'Occident étaient très divers. Non seulement la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, la Russie et les États-Unis avaient tous des systèmes sociaux et politiques différents, mais ils étaient également des rivaux sur la scène internationale qui se battaient les uns contre les autres.

Supprimer la pub
Publicité

Nouveau gouvernement

Bien que le bakufu ait été renversé au nom du rétablissement du pouvoir direct de la famille impériale, le pouvoir réel était entre les mains des personnes qui avaient mené la rébellion. Il s'agissait d'Okubo Toshimichi (1830-1878) et de Saigo Takamori (1822-1877) de Satsuma et d'Ito Hirobumi (1841-1919), de Yamagata Aritomo (1838-1922) et de Kido Takayoshi (1833-1877) de Choshu. Ils établirent un Grand Conseil d'État pour gouverner le pays et utilisèrent le nom de la famille impériale pour légitimer leurs actions, comme l'avaient fait les Tokugawa.

En 1869, la capitale fut déplacée de Kyoto à Edo, rebaptisée Tokyo (capitale orientale). Le château d'Edo fut rebaptisé Palais impérial et devint la résidence de la famille impériale. En 1871, les han furent abolis et un nouveau système préfectoral fut créé. Par la suite, le système de classes héréditaires qui existait à l'époque d'Edo fut aboli. Les anciens samouraïs reçurent un statut spécial en tant que shizoku et reçurent des allocations pour compenser leur perte de revenu et de statut. L'armée et la marine furent réorganisées selon les principes européens et un système de conscription nationale fut mis en place. Un nouvel impôt foncier fut également créé pour aider le gouvernement à financer ses réformes.

Emperor Meiji Moving from Kyoto to Tokyo
L'empereur Meiji quitte Kyoto pour Tokyo
Bibliothèque nationale de France (Public Domain)

L'un des objectifs du gouvernement Meiji était d'obtenir une révision des traités que les Tokugawa avaient été contraints de signer avec divers pays étrangers. Ces traités étaient très désavantageux pour le Japon car ils limitaient le droit du pays à fixer des tarifs sur les marchandises importées et signifiaient également que les étrangers n'étaient pas soumis à la loi japonaise. Le gouvernement dut modifier non seulement les lois et les institutions japonaises, mais aussi certaines coutumes sociales afin de convaincre les partenaires du traité que le Japon était également un pays "civilisé" digne d'être traité sur un pied d'égalité. Pour ce faire, la mission Iwakura, composée d'un groupe d'hommes d'État et d'érudits de premier plan, quitta le Japon en 1871 pour se rendre aux États-Unis et en Europe afin de se rendre compte de la situation dans les pays étrangers. Bien qu'ils n'aient pas obtenu la révision des traités, ils acquirent une mine de connaissances qui aideraient le Japon dans ses futures négociations.

Supprimer la pub
Publicité

Après la levée des restrictions de la période Edo, la culture étrangère afflua au Japon. Il s'agissait non seulement de nouveaux produits et de nouvelles modes, mais aussi de nouvelles idées. Fukuzawa Yukichi (1835-1901) fut l'un des principaux défenseurs de la culture européenne. Il contribua à la création de la revue Meiroku Zasshi , dans laquelle d'éminents intellectuels discutaient des questions d'actualité. L'introduction de l'imprimerie à caractères mobiles entraîna un boom de l'édition, avec la publication de nombreuses autres revues.

Tous ces changements suscitèrent une vive opposition et, dans les années 1870, les participants au Mouvement pour la liberté et les droits populaires protestèrent contre les politiques gouvernementales et réclamèrent un système de gouvernement plus démocratique. Ces manifestations furent violemment réprimées par la police, mais le gouvernement promit de créer une constitution et une forme de gouvernement représentatif. En 1877, Saigo Takamori, l'un des leaders du mouvement de la Restauration, mena une rébellion contre le gouvernement. Tokyo envoya une partie de sa nouvelle armée de conscrits à Kyushu et réprima la rébellion dans ce qui s'avéra être la dernière bataille de samouraïs de l'histoire du Japon.

Battle of Shiroyama
Bataille de Shiroyama
Mosai Nagashima (Public Domain)

En 1885, un système de gouvernement de cabinet fut mis en place, ses membres directement nommés par l'empereur. En 1889, le cabinet supervisa la promulgation de la constitution Meiji, un document publié au nom de l'empereur. Celle-ci prévoyait la création d'un parlement national composé d'une Chambre des représentants et d'une Chambre des pairs. Les membres de la Chambre des représentants étaient élus par le peuple, tandis que ceux de la Chambre des pairs étaient issus de la noblesse ou nommés par l'empereur. La Chambre des représentants ne pouvait que donner des conseils et sa seule véritable autorité était le pouvoir d'approuver le budget. Les premières élections eurent lieu en 1890, mais seulement 1 % de la population avait le droit de vote. Malgré cela, les politiciens formaient des partis politiques et rivalisaient d'influence.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Industrialisation

L'une des caractéristiques les plus remarquables de l'ère Meiji fut la rapidité avec laquelle le Japon s'industrialisa. Sous le règne des Tokugawa, le Japon avait développé une économie commerciale dans laquelle non seulement le riz et d'autres denrées alimentaires, mais aussi des produits tels que le coton, la soie, le papier et le sel étaient échangés à très grande échelle. Les daimyos étant constamment à court d'argent, ils coopéraient avec les marchands locaux pour développer de nouvelles cultures et accroître la production afin d'augmenter la production. Le même type de coopération entre le gouvernement et le secteur privé caractérisa l'industrialisation de l'ère Meiji. Le gouvernement encouragea activement l'industrialisation pour des raisons à la fois économiques et stratégiques. Il investit directement dans des domaines qui n'étaient pas attrayants pour le secteur privé, tels que le fer, l'acier et les chemins de fer, mais qui étaient nécessaires à la sécurité nationale. Il adopta des lois pour assurer la stabilité et la sécurité afin que le secteur privé puisse se développer. Le Japon ne manquait pas d'entrepreneurs, car une économie commerciale s'était développée à l'époque d'Edo. Les plus importants d'entre eux étaient les zaibatsu (cliques financières), comme Mitsubishi, Sumitomo et Mitsui, qui utilisaient leurs biens familiaux pour investir dans de nouveaux projets industriels.

Les devises étrangères que le Japon tirait de l'exportation de la soie étaient utilisées pour financer l'industrialisation d'autres secteurs de l'économie.

Ce que l'on appelle communément la révolution industrielle en Europe se déroula en deux phases distinctes. Le Japon commença à s'industrialiser au milieu de la première phase et au début de la seconde. La première phase fut la révolution mécanique qui débuta vers 1780 en Angleterre. Elle se concentra sur la création de nouvelles machines, notamment la machine à vapeur qui était utilisée pour faire fonctionner de nouvelles formes de transport (trains et bateaux à vapeur) et d'autres machines, notamment des pompes utilisées dans les mines et des machines à filer utilisées dans l'industrie textile. Ces changements eurent un impact révolutionnaire car ils permirent aux hommes de ne plus dépendre uniquement de la force humaine ou animale pour produire des choses. La révolution mécanique connut une nouvelle avancée dans les années 1850 et 1960, lorsque les techniques de production de masse furent développées pour la première fois aux États-Unis. Il s'agissait de produire des pièces individuelles pour des machines qui étaient ensuite assemblées pour former des objets tels que des fusils ou des bicyclettes. Aujourd'hui, nous considérons ce type de production comme allant de soi, mais au milieu du XIXe siècle, il était difficile de fabriquer les pièces avec une précision suffisante pour qu'elles puissent être assemblées.

Les Japonais furent stupéfaits lorsqu'ils découvrirent les bateaux à vapeur et les trains, mais la technologie utilisée n'était pas complexe au point de ne pas pouvoir être rapidement maîtrisée par les artisans locaux. Les débuts de l'industrialisation japonaise se concentrèrent sur la mécanisation de la production de soie et de coton. À l'époque d'Edo, les tissus de coton et de soie étaient produits à grande échelle, de sorte que l'industrialisation consistait à mécaniser une industrie existante plutôt que de partir de zéro. Heureusement pour le Japon, la deuxième moitié du XIXe siècle fut marquée par une pénurie mondiale de soie. Les devises étrangères que le Japon tira de l'exportation de la soie furent utilisées pour financer l'industrialisation d'autres secteurs de l'économie.

La deuxième phase de la révolution industrielle fut la révolution chimique qui débuta en Allemagne et aux États-Unis dans les années 1870. Les machines qui constituaient la base de la révolution mécanique avaient été inventées de manière empirique, à tâtons, tandis que les processus impliqués dans la révolution chimique étaient fondés sur la science. Il s'agissait de la capacité à modifier fondamentalement la matière afin de fabriquer des produits tels que des colorants et des engrais artificiels, des produits à base de pétrole, des tissus synthétiques et, plus tard, des matières plastiques. Bien que les Japonais aient eu accès à certains ouvrages scientifiques européens au cours de la période Edo, il n'existait pas de tradition scientifique au Japon, comme c'était le cas en Europe. Le gouvernement Meiji décida toutefois d'investir massivement dans l'éducation, en particulier dans l'enseignement technique. Bientôt, les universités japonaises produisaient des diplômés capables de lire les dernières revues scientifiques d'Europe et d'Amérique. La révolution chimique ayant eu lieu plus ou moins en même temps que l'industrialisation du Japon, ce dernier put rattraper son retard assez rapidement.

Guerres étrangères

Bien que le Japon ait commencé à s'industrialiser au cours de l'ère Meiji, son économie était restée essentiellement agricole. En outre, les progrès économiques réalisés par le Japon eurent un coût terrible en termes de souffrances humaines. Les agriculteurs étaient lourdement taxés et les conditions de travail dans les nouvelles industries étaient souvent très dures. Grâce à la richesse générée par la croissance économique du Japon, le gouvernement put renforcer l'armée et la marine.

La première guerre étrangère du Japon eut lieu en 1894, lorsque le pays se battit contre la Chine dans le cadre d'un différend sur la Corée. Contrairement au Japon, la Corée avait été lente à réagir à la menace de l'impérialisme européen. Historiquement, la Corée avait été dominée par la Chine, mais le gouvernement japonais craignait que si les Russes parvenaient à prendre le contrôle, la péninsule coréenne serait comme un poignard pointé sur le cœur du Japon. Bien que la Chine ait été un pays beaucoup plus grand que le Japon, son gouvernement et son armée étaient moins bien organisés, ce qui permit au Japon de remporter une victoire, à la grande surprise de la communauté internationale. À la suite de cette guerre, le Japon étendit son influence politique et économique sur le continent asiatique.

Map of the Japanese Empire, 1895
Carte de l'Empire japonais, 1895
Geographicus Rare Antique Maps (Public Domain)

La deuxième guerre du Japon est celle contre la Russie. À la suite de la guerre sino-japonaise, le Japon développa des intérêts non seulement en Corée, mais aussi dans d'autres régions du nord de la Chine. Tokyo estimait que la Russie représentait une menace pour ces intérêts et, par conséquent, la guerre éclata en 1904. Une fois de plus, à la grande surprise de la communauté internationale, le Japon l'emporta. Bien que les conditions de la paix n'aient pas été aussi favorables au Japon que Tokyo l'espérait, c'est la première fois qu'un pays d'Asie battait une puissance européenne. Cette victoire fit du Japon une puissance mondiale, 50 ans seulement après que le pays ait été contraint de renoncer à sa politique d'isolement national. En 1910, le Japon devint lui-même une puissance coloniale en annexant la Corée.

Éducation

Le Japon avait un taux d'alphabétisation assez élevé pendant la période Edo, et il existait une grande variété d'écoles. Dans le cadre de sa politique de centralisation, le gouvernement créa toutefois un système entièrement nouveau. Il commença par rendre obligatoire la fréquentation de l'école primaire pour les garçons. Un nombre plus restreint d'écoles secondaires fut créé, ainsi qu'un nombre encore plus restreint d'universités. Dès le début, le gouvernement mit l'accent sur l'enseignement technique car il souhaitait augmenter le nombre de personnes possédant les compétences nécessaires pour développer la base industrielle du Japon.

À partir des années 1890, le système éducatif fut également utilisé pour développer un sentiment de nationalisme au sein de la population. Pendant la période Edo, le Japon avait été divisé en quelque 270 han différents. Le gouvernement voulait briser le sentiment d'appartenance locale et encourager les gens à se considérer Japonais. Il s'inquiétait également du fait que de nombreuses personnes aimaient trop la culture étrangère, ce qui risquait d'affaiblir leur sens de la solidarité nationale. Dès la fin des années 1880, des intellectuels proches du gouvernement commencèrent à développer une idéologie nationaliste fondée sur le culte de la famille impériale. S'appuyant sur les mythes shintoïstes, ils affirmèrent que le Japon était différent et supérieur aux pays étrangers parce que la famille impériale descendait des dieux. Ils affirmèrent également que la loyauté envers le trône était une autre caractéristique unique du peuple japonais. Ces idées furent intégrées dans le Rescrit impérial sur l'éducation, promulgué en 1891, qui devint la base des cours de morale nationale. Dans les écoles, diverses cérémonies étaient organisées en l'honneur de la famille impériale.

Tokyo Imperial University
Université impériale de Tokyo
Unknown Photographer (Public Domain)

Le christianisme, qui était devenu très populaire depuis l'ouverture du pays, devint une cible particulière de la répression gouvernementale. Les valeurs universelles incarnées par le christianisme étaient considérées comme incompatibles avec le fait d'être japonais. Vers la fin de la période Meiji, cet argument fut étendu au socialisme qui était également devenu populaire, en particulier parmi les travailleurs du secteur industriel. En 1910, un groupe de socialistes fut arrêté et jugé pour avoir prétendument conspiré en vue d'assassiner l'empereur Meiji. Les preuves contre les accusés étaient faibles, mais 24 d'entre eux furent condamnés et onze furent exécutés.

Conclusion

Au cours de la période Meiji, le Japon connut d'énormes changements sociaux. Ce changement est souvent conceptualisé en termes d'occidentalisation. Si de nombreux éléments furent empruntés aux pays d'Europe et d'Amérique du Nord, ces emprunts ne furent possibles qu'en raison du développement qu'avait connu le pays pendant la période Edo. La fusion des cultures japonaise et étrangère, qui débuta à l'époque Meiji, est l'un des traits distinctifs de la société japonaise moderne.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quelle est la date de l'ère Meiji ?

L'ère Meiji désigne la période de l'histoire japonaise qui s'étend de 1868 à 1912 et au cours de laquelle l'empereur Meiji régna.

Que s'est-il passé pendant la période Meiji ?

Après la politique d'isolement national de l'ère Edo, le Japon s'est ouvert à l'ère Meiji. Une nouvelle structure politique a été adoptée et le pays s'est rapidement industrialisé. Se dotant d'une armée et d'une marine modernes, le Japon a mené avec succès des guerres contre la Chine et la Russie, respectivement en 1894 et 1905.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Graham Squires
Graham Squires est maître de conférences en études japonaises à l'université de Newcastle, en Australie.

Citer cette ressource

Style APA

Squires, G. (2022, octobre 20). Ère Meiji [Meiji Period]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21149/ere-meiji/

Style Chicago

Squires, Graham. "Ère Meiji." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 20, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21149/ere-meiji/.

Style MLA

Squires, Graham. "Ère Meiji." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 oct. 2022. Web. 23 juil. 2024.

Adhésion