Homo Habilis

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2042 / $18000

Définition

Emma Groeneveld
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 08 mars 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, Turc
X
Homo Habilis Reconstruction (by Dbachmann (photograph), E. Daynes (sculpture), CC BY-SA)
Représentation d'Homo Habilis
Dbachmann (photograph), E. Daynes (sculpture) (CC BY-SA)

Homo habilis ("Homme abile") est une espèce humaine éteinte qui vivait en Afrique de l'Est et du Sud il y a entre 2,3 et 1,5 million d'années. Il joue un rôle intéressant dans le débat sur l'avènement de notre genre Homo qui est censé être apparu il y a environ 2,5 millions d'années.

L'Homo habilis a souvent été considéré comme l'un des premiers membres de notre genre et, pendant longtemps, il a été représenté comme l'ancêtre de l'Homo erectus (et donc comme un ancêtre direct de notre propre espèce). Aujourd'hui, ce point est débattu et une image beaucoup plus complexe des débuts de l'Homo est apparue. La place de l'Homo habilis dans ce tableau fait encore l'objet de nombreuses discussions.

Supprimer la pub
Publicité

Les archives fossiles fragmentaires concernant l'Homo habilis (et de nombreuses autres espèces présentes à cette époque) n'aident guère. Bien que nous disposions d'une collection de crânes et de fragments de crânes, seuls trois squelettes dits post-crâniens ont été mis au jour, et ils sont incomplets. Les restes présentent un mélange de caractéristiques qui, par endroits, ressemblent à celles de l'Homo et, par d'autres, à celles de l'Australopithèque.

Ce que nous savons, c'est que l'Homo habilis était à la fois entièrement bipède, bon grimpeur, avec des mains fortes qui façonnaient des outils oldowayens en pierre..

Supprimer la pub
Publicité

Découverte

Bien que le taxon Homo habilis ait été officiellement validé par la communauté scientifique, il a souvent été contesté et critiqué - une bataille qui se poursuit.

L'Homo habilis fut décrit pour la première fois en 1964 par le paléoanthropologue britannico-kényan Louis Leakey et ses collègues dans un article qui secoua la communauté scientifique. Avec son épouse Mary, Leakey arpentait depuis le début des années 1950 les gorges d'Olduvai, en Tanzanie, à la recherche de traces des premiers pas de l'Homo et avait déjà découvert des outils de pierre appartenant à ce qu'il appelait l'industrie Oldowayenne. Au début des années 1960, leur fils Jonathan trouva plusieurs fragments de crâne et de mâchoire inférieure, ainsi que quelques os de la main, dans le même lit fossile qui avait livré les outils. Peu après, d'autres restes furent découverts, notamment un pied d'adulte, un crâne avec mâchoire supérieure et inférieure, et un crâne très fragmenté avec des dents.

Selon eux, ces nouveaux restes avaient une apparence très "moderne": ils semblaient plus proches du genre Homo que d'autres hominines primitifs tels que les australopithèques. De toute évidence, cela correspondait bien à leur fabricant d'outils. Conformément à la définition de l'Homo généralement admise à l'époque, l'équipe estima que les nouveaux fossiles répondaient à trois des critères clés: cette espèce avait une posture droite, pouvait marcher de manière bipède et possédait la dextérité nécessaire pour créer des outils en pierre. Toutefois, le fait que le volume de son cerveau ait été inférieur à celui des Homo établis à l'époque nécessita un certain ajustement: l'équipe proposa donc d'assouplir quelque peu ce critère.

Supprimer la pub
Publicité

Dans son article de 1964, Leakey plaide pour que la nouvelle espèce soit ajoutée au genre Homo sous la forme d'Homo habilis - du latin signifiant "maniable, habile, capable". Cette annonce marqua un tournant dans la paléoanthropologie, comme le décrit Bernard Wood: "Elle a déplacé la recherche des premiers hommes de l'Asie vers l'Afrique et a déclenché une controverse qui dure encore aujourd'hui. (2014).

Bien que le taxon Homo habilis ait été officiellement validé par la communauté scientifique, il a souvent été contesté et critiqué - une bataille qui se poursuit.

Olduvai Gorge, Tanzania
Gorge d'Olduvaï, Tanzanie
Noel Feans (CC BY)

Os et taille du cerveau

Les ossements d'Homo habilis sont datés d'environ 2,3 millions à 1,5 million d'années. En fait, comme on pense que le genre Homo est apparu il y a environ 2,5 millions d'années, l'Homo habilis se situe juste à ce point intéressant où il joue un rôle direct dans les questions relatives à ce que "être humain" signifie. L'un des facteurs qui compliquent la compréhension de l'Homo habilis est que les preuves sont rares: toutes les parties de son squelette n'ont pas été découvertes. Son fémur, par exemple, est un mystère complet.

Supprimer la pub
Publicité
L'Homo habilis aurait été un excellent grimpeur, mais son squelette indique qu'il était également capable de marcher debout.

En commençant par le haut, la boîte crânienne de l'Homo habilis, d'une capacité crânienne moyenne de 640 cm³, est nettement plus grande que celle de ses cousins australopithèques (ou peut-être de ses sœurs, selon le côté du débat sur la classification auquel vous adhérez - voir ci-dessous). Le cerveau de l'Homo habilis est cependant plus petit que celui de l'Homo erectus, le globe-trotter totalement droit qui s'est en partie superposé à l'Homo habilis, mais qui lui a survécu un bon moment. Le front de l'Homo habilis est plus vertical que celui des Australopithèques et présente de faibles arcades sourcilières. Sa mâchoire et ses dents étaient plus fines, ou graciles, que celles de son contemporain, Homo rudolfensis, plus petites que celles de la plupart des australopithèques, mais avaient en fait des proportions similaires à celles d'Australopithecus africanus.

Dans le passé, le volume du cerveau était utilisé comme une sorte de marqueur de l'intelligence et faisait partie intégrante de la définition du genre Homo. Le fait que l'Homo habilis n'atteigne pas ce seuil a souvent été critiqué pour son inclusion dans le genre Homo. L'organisation du cerveau, la dynamique de groupe et l'utilisation d'outils jouent tous un rôle important dans la détermination des capacités d'une espèce. La découverte en 2003 de l'Homo floresiensis, surnommé "l'homme hobbit", de petite taille (et donc de petit cerveau), et celle de l'Homo naledi, également de petite taille, en 2013, illustrent parfaitement ce point.

Homo Habilis Skull
Crâne d'Homo Habilis
Ryan Somma (CC BY-SA)

Malheureusement, nous ne disposons pas de beaucoup de matériel pour décrire correctement la forme du corps de l'Homo habilis, ses mains et ses pieds. Ce que nous avons montre un mélange de caractéristiques, certains éléments rappelant l'australopithèque, tandis que d'autres ressemblent davantage à ceux que l'on trouve chez les espèces d'Homo. Ses mains montrent que l'habilis était probablement un bon grimpeur, voire un grimpeur fréquent (contrairement, par exemple, à l'Homo erectus), mais son squelette montre qu'il était également capable de marcher debout, probablement plus efficacement que l'Australopithecus afarensis ou l'Australopithecus africanus, mais pas tout à fait au même niveau que l'Homo erectus. Il est clair que l'histoire de l'Homo habilis est loin d'être claire, ce qui se reflète dans la communauté scientifique.

Supprimer la pub
Publicité

Débat sur la classification

Le débat porte essentiellement sur le sens à donner aux caractéristiques de l'Homo habilis. Le deuxième acteur et facteur de complication est l'Homo rudolfensis, une autre espèce aussi ancienne (il y a environ 2,5 à 1,8 millions d'années) qui avait des dents plus grandes et plus robustes que l'Homo habilis, mais qui pouvait aussi marcher debout. Certains scientifiques affirment que tous les premiers spécimens d'Homo devraient être regroupés en une seule espèce et que les caractéristiques qui les sépareraient en habilis et rudolfensis font simplement partie de la variabilité au sein de cette espèce. D'autres soutiennent la séparation entre habilis et rudolfensis, certains allant même jusqu'à se demander quels spécimens inclure dans quelle espèce. Certains pensent même que l'habilis et le rudolfensis devraient être ajoutés à l'Homo erectus.

il est difficile de dire de quelle espèce Homo habilis a pu évoluer et en quelle espèce - s'il y en a une - il a évolué.

Quel que soit le camp que l'on privilégie, la question reste de savoir où ces espèces peuvent le mieux trouver leur place sur l'arbre de l'évolution. Homo est une option que de nombreux scientifiques semblent encore soutenir. Ceux qui ne sont pas d'accord ont suggéré d'ajouter habilis et rudolfensis à l'australopithèque, mais cela pose le problème de rendre l'australopithèque encore plus large et moins clairement défini. Pour reprendre les mots du paléoanthropologue John Hawks: "Quel fouillis chez les premiers Homo !". (2014).

Le paléoanthropologue Ian Tattersall écrit dans son article de 2019 que nous ne pourrons comprendre la situation qu'une fois que nous aurons admis que la diversité des premiers hominines est bien plus grande que ce qui peut être contenu dans l'Homo ou l'Australopithèque. Dans le même ordre d'idées, il va presque sans dire qu'il est difficile de dire de quelle espèce Homo habilis a pu évoluer et en quelle espèce - s'il y en a une - il a évolué. Bien que le candidat le plus "évident" soit l'Homo erectus, de nombreux paléoanthropologues ne sont pas de cet avis. Wood, par exemple, explique qu'à son avis : "...l'espèce est trop différente de H. erectus pour être son ancêtre immédiat, de sorte qu'un modèle linéaire simple expliquant cette étape de l'évolution humaine semble de moins en moins probable" (Wood 2014).

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Homo Habilis, fabricant d'outils

Un voyage dans un territoire plus tangible, où nous pouvons nous concentrer sur ce que nous savons de l'Homo habilis, nous amène à nous intéresser à ses outils. Depuis la découverte des Leakey dans les années 1960, de nouvelles preuves ont été trouvées qui relient effectivement l'Homo habilis à l'industrie de l'outillage de l'Oldowayen (il y a environ 2,6 à 1 million d'années). Les outils de l'Oldowayen chevauchent non seulement ceux de l'Homo habilis, mais aussi ceux de l'Homo rudolfensis et de l'Homo erectus, ainsi que ceux des australopithèques ultérieurs, et il est possible que tous ces groupes aient utilisé des outils en pierre dans une mesure plus ou moins grande. Cependant, la plupart des scientifiques s'accordent à dire qu'Homo, y compris habilis, a probablement fabriqué et utilisé des outils de manière plus habituelle, parce que ses dents sont devenues plus petites et que la taille de son cerveau a presque doublé au cours du premier million d'années de l'Oldowayen - pouvoir couper sa nourriture signifie que l'on n'a pas besoin d'une dentition aussi imposante.

Oldowan Industry Chopper
Hachoir de l'industrie de l'Oldowayen
José-Manuel Benito Álvarez (CC BY-SA)

Les outils en pierre trouvés dans l'industrie Oldowayenne ont été fabriqués en frappant des éclats sur un noyau de pierre à l'aide d'une autre pierre (percussion à marteau dur) ou en plaçant le noyau à écailler sur une enclume de pierre puis en le frappant avec un marteau de pierre (technique bipolaire). Des matériaux tels que la lave volcanique, le quartz et le quartzite étaient couramment utilisés. Les éclats pouvaient être utilisés pour dépecer des animaux, travailler le bois et couper des végétaux tendres, tandis que les marteaux de pierre pouvaient fendre les os pour accéder à la moelle ou les crânes pour atteindre le cerveau. Il est concevable que les hachoirs aient pu être utilisés comme bâtons de fouille ou pour couper des branches. Il convient toutefois de noter qu'il est difficile d'attribuer une utilisation ou une signification directe aux outils. Les marques de coupe sur les os d'animaux nous racontent l'histoire du traitement des carcasses et nous montrent que les fabricants d'outils ont utilisé leurs outils sur des os allant de petits mammifères à de très grands (jusqu'à la taille d'un éléphant). On ne sait pas s'ils étaient nécrophages ou s'ils chassaient ces animaux. Quoi qu'il en soit, les activités susmentionnées pourraient toutes avoir fait partie de la vie de l'Homo habilis.

On a longtemps pensé que l'Oldowayen était la plus ancienne industrie de l'outillage, celle qui avait tout déclenché, mais ce n'est plus le cas. En 2010, des travaux de terrain menés à Dikika, en Éthiopie, ont révélé des marques de coupure sur des os clairement infligées par des outils en pierre il y a 3,39 millions d'années. En 2015, le site de Lomekwi, dans le Turkana occidental, au Kenya, a livré des objets en pierre datés de 3,3 millions d'années. Il est donc plus que jamais évident que la fabrication d'outils n'a jamais été l'apanage de l'homme.

Environnement

Nous savons que l'Homo habilis ne s'est pas limité aux gorges d'Olduvai, en Tanzanie, où Leakey a trouvé le premier spécimen; ses restes ont été découverts non seulement sur d'autres sites d'Afrique de l'Est, comme Koobi Fora au Kenya, ainsi qu'en Éthiopie, mais aussi en Afrique du Sud, à Sterkfontein et, peut-être, à Swartkrans (qui a livré des restes d'Homo précoce qui s'avèrent difficiles à classer). Il y a environ 2,5 millions d'années, le climat de l'Afrique australe s'est refroidi et est devenu sujet à des saisons plus extrêmes, ce qui a probablement poussé de nombreuses espèces (y compris, peut-être, l'Homo habilis primitif ou son ancêtre) à migrer vers le nord, en direction de la vallée du rift d'Afrique de l'Est. Plus précisément, nous savons qu'il y a environ 1,8 million d'années, les gorges d'Olduvai ressemblaient à l'actuel Serengeti, de sorte qu'à cet endroit, l'Homo habilis aurait vécu dans une prairie de savane couverte de broussailles et d'arbustes et d'une certaine couverture végétale ligneuse.

Il est difficile de répondre à la question de savoir comment l'Homo habilis a pu interagir avec son environnement sans entrer dans la spéculation. Par exemple, comme nous n'avons aucune preuve de l'existence de structures d'habitation sur les sites Oldowayens, une explication possible mais spéculative pourrait être que les occupants, qui, dans le cas de l'Homo habilis, sont connus pour avoir probablement été d'assez bons grimpeurs, auraient pu dormir dans les arbres (ce qui leur aurait permis d'éviter de se réveiller avec des prédateurs nocturnes grignotant leurs chevilles après avoir trouvé des proies faciles sur le sol).

Homo Habilis Foot with Crocodile Bite Marks
Pied d'Homo Habilis avec des marques de morsure de crocodile
Ryan Somma (CC BY-SA)

Les animaux prédateurs devaient certainement être nombreux : le pied gauche d'un individu Homo habilis trouvé à Olduvai semble avoir été victime d'une amputation malencontreuse causée par la gueule d'un crocodile, tandis qu'un os de jambe trouvé dans la même région (qui appartient soit à Homo habilis , soit à Paranthropus boisei) a été rongé par un léopard. Les tigres à dents de sabre, tels que Dinofelis et Meganthereon, et la hyène de chasse Chasmaporthetes constituaient d'autres dangers potentiels près de leur lieu de vie. En outre, l'Homo habilis partageait son monde avec d'autres espèces telles que l'Australopithecus africanus, l'Homo rudolfensis, le Paranthropus boisei et l'Homo erectus. Personne ne sait si ces rencontres ont été amicales ou pas, ou un peu des deux.

Régime alimentaire et culture

Bien entendu, l'environnement aurait également eu un impact direct sur le régime alimentaire de l'Homo habilis. Trois spécimens d'Olduvai ont révélé qu'ils se nourrissaient probablement d'insectes et/ou d'animaux herbivores - une tendance que l'on retrouve également chez les premiers hominines d'Afrique du Sud. Un autre spécimen d'Homo habilis d'Olduvai présentait une sorte d'érosion sur ses molaires qui pourrait être attribuée à la mastication de fruits encore verts. Grâce aux os marqués par des coupures, nous savons que la viande faisait aussi partie de leur menu. Leurs dents indiquent en outre qu'en raison de la faible complexité des micro-érosions sur les molaires, l'Homo habilis mangeait probablement des aliments durs et fibreux. D'une manière générale, les scientifiques pensent que leur régime alimentaire était assez varié et flexible.

Il est intéressant de noter que certains indices indiquent que les créateurs de l'Oldowayen - et donc peut-être l'Homo habilis - créaient des concentrations de matériaux en pierre et d'ossements d'animaux à certains endroits spécifiques. Il est toutefois difficile de déterminer le type de comportement à l'origine de ces concentrations. On suppose qu'il pouvait s'agir de bases d'habitation ou de lieux centraux de recherche de nourriture, de caches de pierres, d'accumulations de restes de carnivores, ou peut-être d'endroits privilégiés en raison de leur accès à l'ombre, à l'eau ou à de bonnes ressources alimentaires. D'une manière générale, l'utilisation d'outils en pierre aurait permis à Homo habilis d'être plus indépendant de son environnement et l'aurait conduit à s'appuyer davantage sur la culture.

Hominin Skulls
Crânes d'hominins
Ryan Somma (CC BY-SA)

L'utilisation délibérée du feu par l'Homo habilis est un sujet qui reste dans l'ombre: bien que des sédiments rougis, des os brûlés et des pierres fissurées par le feu aient été trouvés sur quelques sites oldowayens, ce qui indique la présence d'un feu, il se peut que ce soit simplement le résultat de coups de foudre ou de feux de brousse. On peut également se demander comment ils communiquaient et s'ils disposaient d'une forme de (proto-)langage. Il n'y a pas encore de signes directs dans ce sens, mais qui sait ce que l'avenir nous réserve.

Conclusion

Dans l'ensemble, il est clair que l'Homo habilis nous offre un mélange intéressant de ce que nous savons et de ce que nous connaissons si mal que cela alimente des discussions sans fin. L'Homo habilis marchait debout et grimpait avec facilité, fabriquait et utilisait des outils en pierre et survivait dans des environnements variés en Afrique de l'Est et du Sud, où il utilisait non seulement des stratégies alimentaires assez flexibles, mais devait également être à l'affût du danger sous la forme d'animaux prédateurs. Il a partagé son monde avec plusieurs autres espèces d'hominines qui ont toutes existé dans cette zone d'ombre temporelle qui n'a pas encore livré suffisamment de matériel pour trancher les débats en cours.

La question de savoir si l'Homo habilis était notre ancêtre direct ou une ramification est une question à laquelle on répondra peut-être un jour. On pourrait dire que l'essentiel est de reconnaître l'ampleur de la diversité qui existait chez les premiers hominines. Au cours des deux dernières décennies environ, plusieurs nouvelles espèces ont été découvertes et elles compliquent l'histoire de l'évolution des hominines, et l'ADN ancien a révélé que le métissage semble avoir été une activité de base, du moins pour les espèces les plus récentes telles que les Néandertaliens et les Denisovans pour lesquelles les scientifiques sont parvenus à récupérer l'ADN. L'idée que l'évolution des hominines peut être visualisée comme une sorte d'arbre est donc de plus en plus abandonnée au profit d'un modèle plus fluide: comme un cours d'eau qui s'entrecroise (avec des culs-de-sac pour les populations disparues), les espèces semblent s'être entrelacées et avoir été interconnectées au niveau de leur développement. Le monde lointain dans lequel Homo habilis a vécu et partagé son espace avec d'autres comme lui pourrait bien correspondre à ce modèle.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

En quoi l'Homo habilis est-il le plus connu ?

L'Homo habilis ("homme habile") est connu pour avoir fabriqué des outils et est souvent considéré comme notre plus ancien ancêtre Homo, traditionnellement considéré comme évoluant directement vers l'Homo erectus. Toutefois, cette idée est aujourd'hui remise en question.

L'Homo habilis est-il le premier être humain ?

L'Homo habilis était traditionnellement considéré comme la première espèce du genre Homo, et donc comme le premier humain, mais ce point est aujourd'hui débattu. L'Homo habilis présente un mélange de caractéristiques qui rappellent en partie l'Homo et en partie l'Australopithèque, et la question de savoir s'il faut conserver l'Homo habilis dans le genre Homo ou l'ajouter à l'Australopithèque (ou même à un nouveau genre) fait l'objet de nombreuses discussions.

Où et quand l'Homo habilis a-t-il vécu ?

L'Homo habilis a vécu il y a environ 2,3 à 1,5 million d'années, en Afrique de l'Est, sur des sites tels que celui de Koobi Fora au Kenya et en Éthiopie, mais aussi en Afrique du Sud, à Sterkfontein et, potentiellement, à Swartkrans (qui a livré des vestiges d'Homo précoces qui s'avèrent difficiles à classer).

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Emma Groeneveld
Emma a étudié l'histoire et l'histoire ancienne. Pendant sa maîtrise, elle s'est concentrée sur Hérodote, ainsi que sur les anecdotes croustillantes de la politique des cours antiques. Plus récemment, elle s'est plongée dans la préhistoire au sens large.

Citer cette ressource

Style APA

Groeneveld, E. (2023, mars 08). Homo Habilis [Homo Habilis]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19039/homo-habilis/

Style Chicago

Groeneveld, Emma. "Homo Habilis." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 08, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19039/homo-habilis/.

Style MLA

Groeneveld, Emma. "Homo Habilis." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 08 mars 2023. Web. 13 juil. 2024.

Adhésion