Yazdgard III

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 février 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Yazdegerd III (by Thje Trustees of the British Museum, CC BY-NC-SA)
Yazdegerd III
Thje Trustees of the British Museum (CC BY-NC-SA)

Yazdgard III (r. de 632 à 651) fut le dernier monarque de l'Empire sassanide (224-651), régnant - ou tentant de régner - au milieu du chaos de son déclin final et de sa chute face à l'invasion des Arabes musulmans. Il était le fils du prince Shâhriar (mort en 628) et le petit-fils de Khosro II (590-628), le roi dont les guerres avec l'Empire byzantin affaiblirent si gravement affaibli les Sassanides qu'il ne leur restèrent que peu de forces pour résister à l'invasion arabe.

Les guerres de Khosro II et sa défaite finale divisèrent également la noblesse - une situation aggravée par son successeur Kavadh II (r. en 628) qui assassina tous ses frères et tout autre prétendant au trône. Le jeune Yazdgard III fut caché pour sa propre sécurité pendant les guerres civiles qui éclatèrent après la mort de Khosro II, et ne fut couronné qu'à l'âge de huit ans.

Supprimer la pub
Advertisement

Son règne fut marqué par la désintégration du pouvoir sassanide à la suite des guerres byzantines, de la peste de 627-628 et de l'invasion arabe. Pendant les premières années de son règne, il ne fut qu'une figure de proue, dirigée par de puissants nobles, et passa les dernières années à fuir d'une région à l'autre de son empire chancelant, tandis que les Arabes progressaient sans cesse. Il finit pae être assassiné dans la ville de Marw, alors que les forces arabes se rapprochaient de la ville. Bien que des membres de sa famille aient survécu à la conquête arabe en exil, sa mort marqua la fin de l'empire sassanide et leurs efforts ultérieurs ne purent rien y changer.

Les guerres de Khosro II

Le dernier grand roi des Sassanides fut Khosro Ier (r. de 531 à 579), qui porta l'empire à son apogée. Son fils, Hormizd IV (r. de 579 à 590), poursuivit sa politique et maintint la stabilité de l'empire, mais il fut défié par un général populaire nommé Bahrām-i-Chūbīn (alias Varham, mort vers 591), soutenu par de puissants nobles et par ses troupes loyales. Le conflit entre Hormizd IV et Vahram déstabilisa l'empire et, dans un effort pour rétablir l'ordre, Hormizd IV fut assassiné soit par ses frères, soit par son fils Khosro II, qui monta alors sur le trône.

Supprimer la pub
Advertisement
Khosro II LIVRAIT AUX BYZANTINS LES CLÉS DE SON EMPIRE, MAIS IL N'ÉTAIT PAS EN MESURE DE NÉGOCIER.

La mort d'Hormizd IV ne résolut en rien la situation et Vahram défia alors Khosro II, le forçant à fuir pour se mettre en sécurité à Constantinople, sous la protection de l'empereur Maurice (r. de 582 à 602). En échange de cette faveur, Maurice exigea la cession d'un certain nombre de régions importantes en Mésopotamie et en Arménie, ainsi que de la forteresse de Dara, d'une importance stratégique. En acceptant cela, Khosro II remettait aux Byzantins les clés de son empire, mais il n'était pas en position de négocier.

Avec le soutien de Maurice, Khosro II revint sur son territoire et battit Vahram, qui serait assassiné par la suite. Il reçut en cadeau de Maurice un millier de guerriers pour lui servir de garde du corps personnel et semble avoir utilisé ces hommes pour étouffer toute autre prétention au trône. Il maintint des liens étroits avec Constantinople et considéra Maurice comme son ami et bienfaiteur, ce qui permit de maintenir la paix entre les deux empires pendant les douze premières années du règne de Khosro II.

Supprimer la pub
Advertisement

Si ce modèle de gouvernement avait pu perdurer, Khosro II serait considéré comme l'un des grands rois sassanides et l'histoire de la région aurait très certainement été différente. Cependant, Maurice fut assassiné par Phocas (r. de 602 à 610) qui fit savoir aux Sassanides qu'il était le nouvel empereur byzantin. Khosro II refusa de le reconnaître, jura de venger la mort de Maurice et rompit la paix en 602.

La guerre qui s'ensuivit fut constamment favorable aux Sassanides et les Byzantins perdirent régulièrement des territoires. Phocas finit par être assassiné en 610 et Héraclius (r. de 610 à 641) prit le pouvoir, envoyant immédiatement des émissaires à Khosro II pour mettre fin aux hostilités. Khosro II ne vit cependant aucune raison d'obtempérer, car il était manifestement sur le point de détruire l'Empire byzantin et d'élever le sien à une grandeur dépassant même celle de l'Empire perse achéménide (550-330 av. J.-C.) du passé.

Byzantine & Persian Empires in the 7th Century
Empires byzantin et perse au VIIe siècle
Getoryk (CC BY-SA)

Khosro II poursuivit sa série de victoires, en grande partie grâce à l'éclat de son général Shahrvarāz (mort en 630). Héraclius comprit qu'il devait neutraliser Shahrvarāz s'il voulait sauver son empire, mais ne savait pas comment s'y prendre. Vers 620, Khosro II pilla les églises de Mésopotamie et de Syrie pour récupérer leur trésor afin de financer sa guerre et Héraclius en profita pour déclarer que la guerre était désormais une croisade pour préserver la chrétienté. Shahrvarāz n'était peut-être pas chrétien, mais il avait de la sympathie pour l'Église. Mais cela ne suffit pas à détourner le général de son roi.

Supprimer la pub
Advertisement

Heureusement pour Héraclius, il intercepta une lettre de Khosro II adressée au commandant en second de Shahrvarāz, lui enjoignant de tuer le général et de prendre sa place. Cette lettre pouvait certainement être authentique, car il n'était pas sans précédent qu'un monarque en place veuille faire disparaître un général populaire. Le conflit avait été exactement le même entre Hormizd IV et Vahram. Héraclius invita Shahrvarāz à un pourparler au cours duquel il lui montra la lettre et le rallia à sa cause.

Shahrvarāz combattant désormais pour les Byzantins, les Sassanides ne cessèrent d'être vaincus. Héraclius envoya à nouveau des émissaires à Khosro II pour lui demander la paix, mais les nobles sassanides comprirent la tournure que prenait la guerre, organisèrent un coup d'État et jetèrent Khosro II en prison. Son beau-fils Shiruyeh fut couronné sous le nom de Kavadh II en 628.

Guerre civile

Kavadh II fit exécuter presque immédiatement tous ses frères et demi-frères, à commencer par Mardan, le fils préféré de Khosro II et héritier du trône. Il aurait fait tuer chacun d'entre eux devant leur père dans sa cellule de prison avant de le torturer et de le tuer. Il conclut ensuite une paix avec Héraclius, mettant fin à une guerre qui avait gravement affaibli les deux empires après près de 30 ans de conflit ininterrompu.

Supprimer la pub
Advertisement
La régence de Mah-Adhur Gushnasp rétablit un semblant de stabilité et, de l'avis général, il gouverna avec justice et sagesse.

Une fois le pouvoir consolidé, Kavadh II lança des politiques de réconciliation et de reconstruction et aurait peut-être pu se racheter du massacre de sa famille d'une manière ou d'une autre, mais il mourut en 628 de la peste (qui porte son nom - la peste de Shiruyeh de 627-628) qui balaya la région. La guerre prolongée, qui se termina par une défaite, et le massacre cruel et insensé de ses frères par Kavadh II éloignèrent la noblesse du trône, d'autant plus qu'il n'y avait plus personne de sang royal pour succéder à Kavadh II, à l'exception de son fils Ardashir III (r. de 628 à 629), âgé de sept ans.

Les nobles couronnèrent l'enfant peu après la mort de son père, mais il n'avait naturellement aucun pouvoir réel. L'empire était désormais administré par le vizir Mah-Adhur Gushnasp (r. 628-629 CE), qui assura la régence jusqu'à la majorité d'Ardashir. La régence de Mah-Adhur Gushnasp rétablit un semblant de stabilité et, de l'avis général, il gouverna avec justice et sagesse.

Cependant, différentes factions nobles commencèrent à être en désaccord sur la régence. Deux d'entre elles - les nobles parthes et perses - étaient favorables au règne d'Ardashir III et à la régence de Mah-Adhur-Gushnasp et furent initialement soutenues par d'autres. Cependant, moins d'un an plus tard, les Perses retirèrent leur soutien et se prononcèrent en faveur de Bûrândûkht (également connue sous le nom de Boran), la fille de Khosro II, car elle était de sang noble et en âge de régner.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

À la même époque, le général Shahrvarāz, qui se trouvait toujours en Anatolie, entama des pourparlers avec Héraclius qui lui promit de le soutenir s'il organisait un coup d'État. La raison pour laquelle Héraclius était intéressé par la destitution de Mah-Adhur Gushnasp n'est pas claire, car la régence respectait facilement la paix. Shahrvarāz gagna alors le soutien de certains nobles mécontents à Ctésiphon et parvint à entrer dans la ville en 629, à assassiner Ardashir III et Mah-Adhur Gushnasp, et à se déclarer roi.

Boran
Boran
Amitchell125 (CC BY-SA)

Shahrvarāz fut assassiné moins d'un an plus tard par le noble Farrokh Hormizd qui prit le trône sous le nom de Hormizd V (r. de 630 à 631) mais soutint le règne de Bûrândûkht/Boran (r. de 629 à 631) qui, même avant l'assassinat de Shahrvarāz, avait été reconnu comme le véritable monarque par sa faction. Bûrândûkht/Boran fut déposée en 630 en faveur du fils de Shahrvarāz, mais comme cela ne suffit pas à apaiser les nobles divisés, la sœur de Bûrândûkht/Boran, Azarmedūkht (r. en 630), fut nommée reine. Pour légitimer ses prétentions au trône, Farrokh Hormizd demanda à Azarmedūkht de l'épouser et, plutôt que de risquer des représailles en refusant, elle le fit assassiner. Son fils, le général Rostam Farrokhzad (m. 636), marcha sur Ctésiphon pour venger son père. Il défit les forces d'Azarmedūkht, l'aveugla, puis la tua, rétablissant Bûrândûkht/Boran sur le trône.

Bûrândûkht/Boran fit la paix avec Rostam et sa famille et fit de son mieux pour stabiliser l'empire, mais les luttes intestines entre les différentes factions nobles des Parthes et des Perses rendirent la tâche presque impossible. Pour maintenir la paix, elle déclara que Rostam était le véritable chef du pays, comme une sorte de régent de son règne, mais cela ne résolut même pas les conflits et elle fut assassinée en 631. Les deux factions étaient désormais en guerre civile ouverte, mais elles se rendirent compte que, pendant qu'elles se battaient, l'empire s'effondrait. Elles se mirent donc d'accord sur une paix qui fut scellée par le couronnement du petit-fils de Khosro II (neveu de Bûrândûkht/ Boran) connu sous le nom de Yazdgard III.

Règne de Yazdgard III

Yazdgard III succéda à un empire qui s'était effondré avant même la fin des guerres byzantines en 628. La peste de Shiruyeh avait fait de nombreuses victimes et se poursuivait dans certaines régions sans qu'aucun effort ne soit fait pour y remédier. La noblesse de Khosro II s'était de plus en plus enrichie aux dépens des classes inférieures, et Ctésiphon et ses environs s'étaient enrichis grâce au travail des habitants des provinces. Les réformes fiscales et les changements apportés au gouvernement perse par Khosro Ier furent remaniés par la noblesse sous Khosro II, de sorte qu'ils profitèrent à nouveau aux riches. Le clergé zoroastrien était si corrompu que des sectes telles que le zorvanisme et des religions comme le christianisme, le bouddhisme, le manichéisme et le judaïsme gagnèrent de plus en plus d'adeptes, ce qui affaiblit la structure sociale de l'empire en sapant l'autorité de la religion d'État.

Les guerres de Khosro II causèrent cependant le plus de dégâts en termes de défense de l'empire et de moral du peuple. Le spécialiste Kaveh Farrokh écrit:

À eux deux, les Byzantins et les Sassanides perdirent plus de 400 000 soldats de premier ordre. Il en résulta un vide militaire dangereux, propice à l'exploitation par les tribus voisines de l'empire, notamment les Arabes et les Turcs. Le calife Omar [Umar] (581-644) et les commandants arabes de Médine notèrent bien le grave affaiblissement de Byzance et de la Perse sassanide. (261)

Yazdgard III régnait depuis moins d'un an lorsque les Arabes musulmans, sous la direction de Mosni ibn Haresa, prirent la ville de Hira en 633. Rostam Farrokhzad parvint à les chasser en 634, mais ils revinrent. Bien que les armureries sassanides aient contenu de nombreuses armes, il ne restait que peu de personnes suffisamment formées à la guerre perse pour les utiliser efficacement. Le général sassanide Vahram vainquit les Arabes en Mésopotamie en 634-635, mais ce fut l'exception. Yazdgard III pouvait ordonner des actions défensives et déployer des généraux, mais ses décrets ne servaient pas à grand-chose s'il n'y avait pas d'armée entraînée pour les mettre en œuvre.

Yazdgard III chargea Rostam de mettre fin aux incursions arabes en 636, et il les rencontra sous le commandement de Sa'd ibn Abi Waqqas (595-674) à la bataille d'al-Qadisiyya. Rostam commença par entamer des négociations et, en cas d'échec, exigea qu'ils se rendent et se retirent. Waqqas répondit que les Sassanides pouvaient soit se convertir à l'islam, soit devenir des esclaves, soit mourir par l'épée.

Battle of Al-Qadisiyya
Bataille d'Al-Qadisiyya
British Library (Public Domain)

La bataille commença en faveur de Rostam, mais les Arabes mirent hors d'état de nuire plusieurs de ses éléphants de guerre et, de plus, leur utilisation de chameaux dans les unités de cavalerie sur le terrain irrégulier et sablonneux leur donna l'avantage. Les deuxième et troisième jours allèrent d'abord d'un côté, puis de l'autre, mais le quatrième jour, Rostam rompit les lignes arabes et s'approcha de la victoire lorsqu'une tempête de sable éclata, aveuglant ses troupes et permettant aux Arabes de se regrouper. Rostam et son haut commandement furent tués et l'armée sassanide fut vaincue.

Yazdgard III, à Ctésiphon, apprit la défaite et s'enfuit avec ses conseillers, les restes de la famille royale et les nobles. Lorsque Waqqas arriva, la ville était presque vide et il la pilla, renvoyant les marchandises au calife Omar. Yazdgard III, quant à lui, tenta désespérément de rassembler une armée et affronta à nouveau les Arabes à Jalula en 637, mais cette bataille ne se déroula pas mieux que les autres.

Le reste du règne de Yazdgard III se résuma à une série de fuites d'un endroit à l'autre. Il semble s'être souvent aliéné ses hôtes en arrivant dans leurs villes et en exigeant des impôts et des troupes, mais, compte tenu des circonstances, cela est peut-être compréhensible. Il réussit finalement à lever une armée de 150 000 hommes - pour la plupart des conscrits sans formation - et rencontra à nouveau les Arabes à la bataille de Nahavand en 642, où il fut complètement vaincu et où son armée fut détruite.

Yazdgard III continua à fuir et à essayer de se regrouper pendant les neuf années suivantes, tandis que les Arabes démantelaient progressivement l'empire sassanide. La plupart des gouverneurs régionaux ne se sentaient alors plus liés à la couronne et n'opposèrent aucune résistance aux envahisseurs. Les demandes constantes de Yazdgard III en matière d'impôts et de troupes furent accueillies avec de moins en moins d'enthousiasme et, lorsqu'il arriva enfin à Marw en 651 et qu'il fit les mêmes demandes, il ne fut pas bien reçu. Il fut assassiné peu après, prétendument par un meunier local qui voulait seulement lui voler ses bijoux, bien que cette affirmation soit contestée. Il est plus probable qu'il ait été tué par le gouverneur régional de Marw qui avait compris que la guerre était perdue et qui était offensé par les demandes désespérées et, à cette époque, irréalistes de Yazdgard III.

Conclusion

Après la mort de Yazdgard III, son fils Péroz III (636-679) s'enfuit avec la famille impériale à travers les montagnes du Pamir jusqu'en Chine. Il demanda l'asile et, en 661, l'aide militaire de l'empereur de la dynastie Tang, Gaozong (r. de 649 à 683). Gaozong lui accorda l'asile et accueillit dans la ville de Zaranj tous les futurs réfugiés de l'empire sassanide. Péroz III reçut l'aide qu'il demanda, mais cela ne changea rien au sort de l'empire et des conquérants arabes. Ses frères, Narseh II et Bahram VII, suivirent la même voie et obtinrent les mêmes résultats. Le petit-fils de Yazdgard III, Khosro VI, poursuivit également la guerre avec les Arabes et mourut, probablement au combat, à une date inconnue après environ 700.

Après la mort de Yazdgard III et la fuite de sa famille, les Arabes musulmans achevèrent leur conquête en supprimant la culture et la religion perses et en concrétisant la réponse de Waqqas à Rostam, selon laquelle les Perses pouvaient soit se convertir à l'islam, soit devenir des esclaves, soit mourir. Les temples du feu zoroastriens furent détruits ou transformés en mosquées, les textes zoroastriens brûlés et les palais persans pillés.

Avec le temps, une légende est née selon laquelle la fille de Yazdgard III, Bibi Shahrbanu ("Dame de la terre" ou "Dame des terres du roi") aurait été amenée à la cour arabe musulmane de Médine en tant que prisonnière et était si belle qu'elle fut mariée au grand héros Al-Hussein ibn Ali (626-680), le martyr musulman chiite qui tomba lors de la bataille de Kerbala en 680. Il n'existe aucune trace d'une fille portant ce nom - bien que la légende puisse avoir un fondement historique impliquant une autre princesse perse - et l'histoire fut très probablement créée pour tenter de légitimer la domination arabe musulmane sur la Perse après que Yazdgard III eut été immortalisé en tant que roi martyr de l'Empire sassanide, autrefois si grand.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était Yazdgard III?

Yazdgard III fut le dernier monarque de l'empire sassanide, régnant de 632 à 651.

Pour quoi Yazdgard III est-il surtout connu?

Yazdgard III est surtout connu comme le dernier monarque de l'empire sassanide, dont le règne vit la chute des Sassanides face à l'invasion des Arabes musulmans.

Quel âge avait Yazdgard III lorsqu'il commença à régner?

Yazdgard III n'avait que huit ans lorsqu'il fut couronné.

Comment est mort Yazdgard III?

Yazdgard III fut assassiné, probablement en réponse à ses demandes croissantes d'argent pour lutter contre l'invasion des Arabes musulmans.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2020, février 28). Yazdgard III [Yazdegerd III]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18812/yazdgard-iii/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Yazdgard III." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 28, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18812/yazdgard-iii/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Yazdgard III." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 févr. 2020. Web. 18 avril 2024.

Adhésion