Vinland

Définition

Emma Groeneveld
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 10 septembre 2018
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X
L'Anse aux Meadows (by Michel Rathwell, CC BY)
L'Anse aux Meadows
Michel Rathwell (CC BY)

Le Vinland (vieux norrois Vínland, "terre du vin") est le nom donné aux terres explorées et brièvement colonisées par les Vikings nordiques en Amérique du Nord vers l'an 1000, en particulier à Terre-Neuve, où un site viking connu sous le nom de L'Anse aux Meadows a été découvert dans les années 1960, et dans le golfe du Saint-Laurent. Le terme Vinland est parfois utilisé pour désigner toutes les régions fréquentées par les Vikings en Amérique du Nord, auquel cas il s'étend également au Labrador, à l'île de Baffin, au Nouveau-Brunswick et à l'île du Prince-Édouard, tous situés dans l'actuel Canada.

Le Vinland était considéré par les Nordiques comme une terre de richesses sur laquelle Leif Erikson, fils d'Erik le Rouge qui fonda la première colonie nordique du Groenland, aurait posé le pied pour la première fois. Il devint l'objectif de diverses expéditions cherchant à ramener ses produits, son bois et ses fourrures au Groenland et en Islande. La région n'était cependant pas inhabitée; les contacts avec les indigènes, outre le fait qu'il s'agissait du premier cas connu de rencontre entre des peuples d'Europe et d'Amérique, n'étaient apparemment pas toujours faciles, et la distance (quelque 3 200 km) entre le Vinland et le Groenland amena probablement les Norvégiens à conclure que ces richesses ne valaient pas les tracas extrêmes qu'elles entraînaient. La colonie nordique de L'Anse aux Meadows, à la pointe nord de Terre-Neuve, qui servait probablement de porte d'entrée vers d'autres régions, semble n'avoir été utilisée qu'une dizaine d'années avant d'être délibérément abandonnée. Les visites occasionnelles dans la région du Labrador pour ramasser du bois semblent avoir continué.

Supprimer la pub
Publicité

La découverte de l'Amérique par les Vikings

C'est à Leif Erikson que revient le mérite d'avoir été le premier Européen à fouler le sol de l'Amérique du Nord, en baptisant la région nouvellement découverte "Vinland".

Au XIIIe siècle de notre ère, deux sagas islandaises, la Saga des Groenlandais (Grœnlendinga saga) et la Saga d'Erik le Rouge (Eiríks saga rauða), furent mises par écrit. Elles racontent les voyages des Vikings en Amérique, qui auraient eu lieu entre 970 et 1030, et sont collectivement connues sous le nom de sagas du Vinland, bien qu'elles aient été composées indépendamment l'une de l'autre. Bien qu'elles soient en désaccord sur certains points, leurs similitudes sont suffisamment frappantes pour étayer l'idée que ces sagas - bien qu'elles ne soient pas des récits de témoins oculaires - commémorent des personnes et des événements réels, au moins partiellement préservés par une tradition orale.

La Saga des Groenlandais commence par l'histoire de Bjarni Herjólfsson qui, naviguant vers son père au Groenland, est emporté par le vent vers une terre inconnue qui avait "de petites collines et était couverte de forêts" (Smiley, 637). Bjarni ayant décidé de ne pas débarquer, c'est à Leif Erikson que revint le mérite d'avoir été le premier Européen à poser le pied sur le sol nord-américain, quelques années après l'observation de Bjarni. Leif et son équipage atteignirent d'abord une plaque de pierre recouverte d'un glacier qu'ils nommèrent Helluland ("Terre de la plaque de pierre"), puis une terre plate et boisée qu'ils appelèrent Markland ("Terre de la forêt"), et enfin une terre luxuriante où ils trouvèrent une base qu'ils nomment Leifsbúðir ("Les cabanes de Leif"). En explorant les terres environnantes, Leif et ses hommes découvrirent des raisins et du bois qu'ils ramenèrent au Groenland, plus clairsemé, mais pas avant d'avoir baptisé la nouvelle région Vinland. Ses frères Thorvald et Thorstein, sa sœur Freydis et sa belle-sœur Gudrid avec son mari, Thorfinn Karlsefni, lancèrent tous des expéditions ultérieures en Amérique, l'explorant davantage et entrant en contact avec les indigènes de manière parfois fois positive et parfois négative.

Supprimer la pub
Publicité

Dans la saga d'Erik le Rouge, c'est en fait Leif Erikson qui est propulsé vers l'Amérique du Nord, découvrant par hasard une terre où l'on cultive soi-même le blé, la vigne et l'érable, et sauvant quelques naufragés, et gagnant de surcroit le surnom de "chanceux". Cette saga combine les quatre expéditions de la Saga des Groenlandais en une seule grande expédition, dirigée par Thorfinn Karlsefni et sa femme Gudrid, avec un équipage composé principalement de Groenlandais et de Nordiques. La base principale au nord du Vinland est nommée Straumfjǫrðr ("Fjord des courants"). Il a été suggéré que le rôle de Karlsefni et de Gudrid a été amplifié dans cette saga au détriment de celui de Leif, qui est pratiquement effacé, en relation avec un mouvement du 13e siècle qui cherchait à canoniser l'évêque Björn Gilsson, un de leurs descendants directs.

Leif Erikson
Leif Erikson
Thomas Quine (CC BY)

Qu'il se soit agi du navire de Bjarni, de Leif ou de quelqu'un d'autre, il est facile d'imaginer - et c'est même un scénario probable - que la découverte de l'Amérique par les Nordiques fut le résultat de la dérive de navires sur la longue étendue d'eau libre entre les autres territoires vikings et le Groenland, poussés par des vents violents vers des endroits imprévus. Par la suite, une expédition aurait effectivement été lancée à partir du Groenland. Leif Erikson est en fait un bon candidat pour en être le chef historique car les vestiges de l'établissement viking découvert à L'Anse aux Meadows, dans le nord de Terre-Neuve, indiquent la présence d'un chef important. Leif, dont le père Erik le Rouge régnait à l'époque sur le Groenland nordique, aurait été précisemment cela.

Supprimer la pub
Publicité

Présence viking en Amérique

Retracer la présence historique réelle des Vikings en Amérique du Nord n'est pas une simple question de suivre les sagas comme s'il s'agissait d'un guide de voyage, traduisant directement ses emplacements en points colorés sur des cartes détaillées. De nombreuses discussions ont été menées pour déterminer les régions que les Vikings auraient aborder dans les décennies entourant l'an 1000, en associant, dans la mesure du possible, les rares preuves archéologiques aux théories fondées sur les descriptions des sagas.

Le site de L'Anse aux Meadows fournit les preuves les plus tangibles, et il est probable que cet établissement d'une taille inhabituelle ait servi de porte d'entrée où les équipes de travail pouvaient débarquer, réparer leurs navires et passer l'hiver pour ensuite lancer des expéditions vers d'autres régions plus éloignées pendant l'été. Les noyers et les cosses de noyer cendré trouvés sur le site ne sont pas d'origine locale, mais poussent dans la région verdoyante située plus au sud, autour du golfe du Saint-Laurent, y compris au Nouveau-Brunswick, ce qui indique que les Norvégiens s'y rendirent. Les raisins poussent également dans cette région, ce qui explique les sagas du Vinland et le nom Vínland (Terre du vin). On pense donc généralement que le Vinland des sagas englobait toute la région allant du détroit de Belle-Isle à Terre-Neuve au golfe du Saint-Laurent et à ses rives méridionales, s'étendant peut-être jusqu'à l'Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick. Le nord-est du Nouveau-Brunswick, peut-être la baie des Chaleurs et Miramichi, pourrait correspondre à la région luxuriante et généreuse des sagas de Hóp.

LA CHASSE ET LA PÊCHE, LES RAISINS, LES FOURRURES, LE FER, LE BOIS EN ABONDANCE ET L'EXPLORATION DE CES TERRES CONSTITUAIENT L'OBJECTIF PRINCIPAL DES VOYAGES AU vinland.

De même, au nord de l'Anse aux Meadows, le Markland boisé des sagas correspondrait à la ceinture forestière centrale du Labrador. Thorvald, le frère de Leif, y aurait trouvé la mort après avoir été transpercé par une flèche tirée par des indigènes. Helluland, qui doit son nom à des dalles de pierre ou à des rochers plats, semble correspondre au nord du Labrador et/ou à l'île de Baffin, tandis que Kjalarnes ou "Keel Point", qui doit son nom à la quille du navire de Thorvald qui se brisa lors de son débarquement, pourrait correspondre à l'une des péninsules situées près de Sandwich Bay.

Supprimer la pub
Publicité

Toutes les ressources de la région, depuis la chasse et la pêche jusqu'aux raisins, aux fourrures, au fer et au bois en abondance, ainsi que l'exploration de ces terres, constituaient l'objectif principal des voyages au Vinland. Les marchandises étaient probablement rassemblées, stockées à L'Anse aux Meadows, puis transportées par ferry jusqu'à leur pays d'origine. Les sagas soulignent également que le Vinland était une entreprise utile: lorsque The Saga of the Greenlanders évoque le voyage réussi de Karlsefni du Vinland au Groenland, il proclame: "on dit qu'aucun navire plus riche n'a quitté le Groenland que celui qu'il dirigeait" (cité dans Sawyer, p. 117). On pense que chaque expédition dura entre un et trois ans.

Cependant, les Nordiques n'auraient pas vraiment entrepris des excursions d'une journée à Hóp ou à Helluland, ni fait la navette entre le Groenland et L'Anse aux Meadows sans effort. Pour donner une idée des grandes distances à parcourir: ces deux dernières sont déjà distantes de plus de 3 000 km, et le voyage aurait duré au minimum deux semaines (et peut-être jusqu'à six semaines ou plus) dans un sens. Poursuivre jusqu'au Nouveau-Brunswick ou au Labrador pour récolter les produits recherchés ajoute facilement 1000 km au voyage (sans même parler de la lointaine île de Baffin, même s'il aurait été plus facile de l'atteindre directement depuis le Groenland, sans s'arrêter à L'Anse aux Meadows). Ces distances représentent bien plus que les quelque 2 500 km de route maritime entre le Groenland nordique et Bergen, en Norvège. Même si les navires vikings étaient réputés pour leur avancée, le voyage aurait été loin d'être une croisière.

Map of the Greenland-Vinland Voyage
Carte du voyage entre le Groenland et le Vinland
Finn Bjørklid (CC BY-SA)

L'Anse aux Meadows

En raison des formidables récits des sagas du Vinland, l'intérêt pour la recherche de preuves archéologiques tangibles à l'appui de ces récits ne date pas d'hier. Dès le début du XXe siècle, le nord de Terre-Neuve a été pointé du doigt comme un bon candidat pour Leifsbúðir/Straumfjǫrðr. En 1961, l'écrivain et explorateur norvégien Helge Ingstad a découvert ce qu'il pensait être les vestiges de bâtiments nordiques, sur le site de L'Anse aux Meadows. Sceptique, sa femme Anne Stine Ingstad a mené des fouilles sur place entre 1961 et 1968 qui ont prouvé que les affirmations d'Ingstad étaient fondées. De 1973 à 1976, d'autres fouilles ont été entreprises à cet endroit, sous la direction de Parcs Canada.

Supprimer la pub
Publicité

Le site de L'Anse aux Meadows est situé sur le côté ouest de la pointe la plus septentrionale de la péninsule nord de Terre-Neuve, dans une large anse herbeuse proche des eaux du détroit de Belle-Isle et faisant face à la silhouette lointaine de la côte du Labrador. Les ruines se trouvent sur une étroite terrasse à environ 100 m à l'intérieur des terres, entre deux tourbières. Huit bâtiments aux murs de gazon sont présents, dont sept sont regroupés en trois ensembles, le huitième - une petite hutte - étant situé à l'écart du reste et plus près du rivage. Chaque complexe contient une salle imposante avec plusieurs pièces à côté d'une petite hutte à pièce unique, et l'un des complexes possède une petite hutte supplémentaire. Les bâtiments sont presque tous des habitations et disposent de grands espaces de stockage et de cheminées, tandis que le hall sud comprenait également un atelier de forge et le hall du milieu abritait un atelier de menuiserie. Le site disposait également d'installations pour la réparation des navires, mais il manquait des dépendances et des structures pour le bétail, qui devait paître à l'extérieur pendant les hivers relativement doux par rapport à ceux du Groenland.

L'Anse aux Meadows - Reconstructed Hall
L'Anse aux Meadows - Salle reconstruite
TravelingOtter (CC BY-SA)

La datation au radiocarbone indique que L'Anse aux Meadows aurait été construite entre 980 et 1020, dates confirmées par les quelques artefacts trouvés sur place, dont le style s'étend de la fin du 10e au début du 12e siècle. Il s'agit notamment d'une fusaïole en stéatite, qui témoigne de la présence de quelques femmes, de ronces de noyer cendré qui confirment des voyages plus méridionaux, de rivets de bateau et d'une épingle annelée de type viking de Dublin, qui correspond aux informations tirées des sagas selon lesquelles les explorateurs étaient des Vikings ayant des liens familiaux avec l'Irlande. L'Anse aux Meadows était exceptionnellement grande pour une colonie nordique et pouvait abriter entre 70 et 90 personnes au total. Les maisons sont semblables à celles que l'on trouve au Groenland et en Islande, et l'éventail social de la société nordique se reflète également ici: les grandes salles auraient été destinées au chef, les salles plus modestes à ses associés, tandis que les autres maisons et huttes étaient occupées par les commerçants (qui possédaient leurs propres navires) et leurs équipages, ainsi que par quelques esclaves peut-être. Cette entreprise n'était pas une affaire de famille mais se concentrait sur les affaires, même si quelques femmes étaient présentes pour les tâches domestiques. L'absence de tombes et la taille réduite des dépôts de déchets indiquent que L'Anse aux Meadows fut probablement occupée pendant moins de dix ans au total.

L'Anse aux Meadows nous donne la nette impression d'avoir été une porte d'entrée, une plate-forme de débarquement et d'embarquement où les expéditions arrivaient après un voyage éprouvant depuis le Groenland. Les provisions pouvaient être stockées dans la colonie jusqu'à ce qu'elles ne soient ramenées au Groenland et au-delà. Le site correspond clairement au Straumfjǫrðr et au Leifsbúðir des sagas, chacun représentant la base principale des Vikings en Amérique du Nord, ce qu'était sans aucun doute L'Anse aux Meadows. Le Groenland nordique ne comptant que 400 à 500 personnes à l'époque des voyages du Vinland, et L'Anse aux Meadows abritant jusqu'à 70 à 90 personnes, il n'y aurait tout simplement pas eu assez de monde pour peupler une deuxième grande colonie en Amérique.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les Nordiques et les autochtones

Malgré toutes ses richesses, l'Amérique n'était pas une terre d'abondance incontestée pour les Scandinaves. Dans toutes les régions qu'ils visitèrent, ils semblent avoir rencontré des groupes d'autochtones. Comme le dit Peter Schledermann,

Ce fut vraiment une rencontre capitale entre deux mondes, l'est et l'ouest, l'ancien et le nouveau monde ; une rencontre d'êtres humains séparés à un moment lointain et oublié de l'histoire de l'évolution de l'humanité. Les Indiens qui faisaient face aux voyageurs nordiques étaient les descendants de personnes qui avaient migré par le nord-est de l'Asie, traversé le pont terrestre de Béring et poussé vers le sud et l'est au fur et à mesure de la fonte des vastes nappes glaciaires. (Fitzhugh & Ward, 191).

Vers l'an 1000, Terre-Neuve et le centre-sud du Labrador abritaient des indigènes qui pourraient être les ancêtres des Innus (Montagnais et Naskapis), tandis que Terre-Neuve abritait également les ancêtres probables des Béothuks. À la même époque, des Paléoesquimaux du Dorsétien tardif vivaient dans le nord du Labrador et le sud-est de l'île de Baffin. Toutes ces cultures étaient habiles en matière de chasse et de pêche et connaissaient bien le territoire.

Thorvald, Son of Erik the Red, is Killed
Thorvald, fils d'Erik le Rouge, est tué
Internet Archive Book Images (Public Domain)

Dans les sagas, les indigènes sont désignés par le terme péjoratif de skræling, avec lesquels les Norvégiens commerçaient, mais qu'ils rencontraient aussi de manière hostile, comme l'expédition de Karlsefni et Gudrid, qui établirent d'abord de bonnes relations avec la population autochtone, mais qui les gâchèrent ensuite lorsque certains d'entre eux furent tués. Certains artefacts nordiques ont été trouvés dans des villages indigènes, ce qui pourrait indiquer un contact direct, bien que ces artefacts aient également pu se retrouver là à la suite de fouilles archéologiques. La nature exacte des contacts entre les deux groupes aurait pu varier d'une fois à l'autre.

Abandon du Vinland

La colonie nordique de l'Anse aux Meadows fut abandonnée brutalement, probablement moins de dix ans après sa construction, dans les décennies entourant l'an 1000. Comme le montre la rareté des objets trouvés sur le site, les équipages semblent avoir ramené tout leur matériel et leurs outils chez eux, et l'ensemble de l'abandon semble avoir été bien planifié. Il n'y a pas de chaos ou de perturbation visible sur le site, bien que deux des salles aient été brûlées, peut-être dans le cadre d'une action délibérée des Nordiques eux-mêmes, en guise de fin symbolique de leurs aventures au Vinland. Nous ne saurons jamais si cela est vrai ou s'il s'est passé quelque chose de tout à fait différent.

La faible population du Groenland et l'énormité de l'aventure du Vinland ont déjà été évoquées, de même que les distances incroyables à parcourir. Si l'on ajoute à cela la courte saison de navigation dans l'Atlantique Nord, le maintien d'un trafic maritime régulier aurait été un énorme casse-tête, voire carrément impossible. Le fait que le territoire ait été également habité par des dizaines d'indigènes vaquant à leurs occupations aurait rendu les richesses de l'Amérique du Nord encore plus difficilement accessibles. En définitive, malgré les ressources intéressantes que le Vinland et ses régions voisines offraient aux explorateurs scandinaves, l'aventure du Vinland était sans doute trop pénible pour en valoir la peine. L'Europe, en revanche, était plus proche, avait beaucoup plus de relations personnelles et politiques, et disposait de ressources assez similaires pour que le trafic y soit sans doute prioritaire par rapport aux voyages au Vinland. Il semble cependant que le Vinland n'ait pas complètement perdu de son attrait pendant plusieurs siècles après l'abandon de l'Anse aux Meadows. Les voyages au Labrador pour ramasser du bois semblent s'être poursuivis régulièrement au moins jusqu'en 1347, année pour laquelle un récit islandais fait référence à ce voyage et le traite comme un événement banal.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Emma Groeneveld
Emma a étudié l'histoire et l'histoire ancienne. Pendant sa maîtrise, elle s'est concentrée sur Hérodote, ainsi que sur les anecdotes croustillantes de la politique des cours antiques. Plus récemment, elle s'est plongée dans la préhistoire au sens large.

Citer cette ressource

Style APA

Groeneveld, E. (2018, septembre 10). Vinland [Vinland]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17328/vinland/

Style Chicago

Groeneveld, Emma. "Vinland." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 10, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17328/vinland/.

Style MLA

Groeneveld, Emma. "Vinland." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 sept. 2018. Web. 24 mai 2024.

Adhésion