Dolmen de Poulnabrone

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 30 août 2015
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Poulnabrone (by Joshua J. Mark, CC BY-NC-SA)
Dolmen de Poulnabrone
Joshua J. Mark (CC BY-NC-SA)

Le dolmen de Poulnabrone est une tombe située dans la région connue sous le nom de Burren, dans le comté de Clare, en Irlande, et le plus ancien monument mégalithique daté du pays. Son nom signifie "Trou des pierres meulières", mais le site est aussi communément appelé "Trou des chagrins". Datant d'environ 4200 avant J.-C., il s'élève à 1,8 mètre de haut et 3,6 mètres de long dans un champ entouré par les formations de pierre karstiques qui constituent le Burren. Il est défini comme un dolmen: une tombe mégalithique à une seule chambre, caractérisée par une pierre de couverture reposant sur des pierres verticales.

C'est le plus connu et le plus souvent photographié des 200 dolmens d'Irlande en raison de sa symétrie presque parfaite. Les fouilles menées sur le site dans les années 1980 ont permis de découvrir des restes humains et des objets funéraires, établissant que le site était une ancienne tombe, mais il a pu servir à d'autres fins. Le Dr Carleton Jones, qui a travaillé sur le site, suggère qu'il pourrait s'agir d'un "ancien panneau" ainsi que d'une tombe marquant le territoire de la tribu des Burren.

Supprimer la pub
Publicité

Construction du mégalithe

Les pierres utilisées pour la construction provenaient de la région, bien que des théories aient persisté selon lesquelles elles auraient été amenées de plus loin. Elles furent ensuite assemblées avec un équilibre et une précision parfaits, sans béton ni aucun composé. L'imposante pierre de faîte de Poulnabrone repose sur cinq pierres verticales : deux pierres de portail, deux orthostates (pierres verticales) et une pierre d'extrémité. Les archéologues qui ont travaillé sur le site depuis les premières fouilles en 1986 ont conclu que le dolmen de Poulnabrone fut érigé comme une porte entre ce monde et le suivant, d'après les artefacts découverts sur place et l'inclinaison de la pierre de faîte.

Peut-être le dolmen de Poulnabrone fut-il conçu comme une sorte de panneau à sens unique vers le monde souterrain pour les esprits invisibles.

La chambre funéraire mesure 9 pouces (25 cm) de profondeur, bien que les archéologues pensent qu'elle était autrefois plus profonde - 21,6 pouces (55 cm). En 1985, la pierre de de faîte s'est fissurée et le dolmen s'est effondré, ce qui a donné aux archéologues l'occasion de fouiller le site en profondeur sans craindre de perturber la position délicate du dolmen. À la fin des travaux, la pierre de faîte a été réparée et le dolmen de Poulnabrone a été assemblé de nouveau, exactement comme il l'avait été auparavant.

Supprimer la pub
Publicité

Fouilles

Les fouilles menées par l'archéologue Ann Lynch en 1986 et 1988 ont permis de retrouver les restes de 22 personnes du Néolithique enterrées dans le dolmen : 16 adultes, six enfants et un nouveau-né. Tous les adultes étaient morts avant l'âge de 40 ans. Les squelettes ont été apportés dans la tombe après que les corps se soient décomposés ailleurs, ce qui a laissé penser à Lynch qu'il s'agissait d'un rituel funéraire élaboré au cours duquel la chair et les organes du défunt devaient d'abord être rendus à la terre avant que les os plus durables puissent être placés dans le portail vers l'autre monde.

Certains des squelettes présentaient des marques de brûlure, indiquant qu'ils avaient été brûlés, mais Lynch a exclu la pratique de la crémation puisque les marques étaient si inégales et les os largement intacts. Elle suggère que certaines parties des corps avaient été brûlées pour accélérer l'inhumation dans le dolmen, peut-être en raison de l'imminence d'un festival ou d'un rituel. Comme ces fêtes correspondaient à des événements astronomiques ou saisonniers, il était impossible de les retarder en attendant qu'un corps ne se décompose de façon naturelle.

Supprimer la pub
Publicité

Avec les squelettes, Lynch a trouvé une hache en pierre polie, des perles, des bijoux, des pointes de flèches, des tessons de poterie et d'autres restes d'objets personnels, tous indiquant une tombe pour des personnes de haut rang dans la communauté, très probablement un chef et sa famille. La pierre de faîte du monument est en angle, et les squelettes des défunts étaient placés à l'avant, au point le plus haut du toit, avec leurs possessions.

On pense que le dolmen fut conçu de cette manière pour permettre à l'âme de partir facilement depuis l'angle inférieur à l'arrière. Bien que les spécialistes et les archéologues ne puissent que spéculer, il est possible que l'angle bas ait été lié à la vision du monde souterrain qu'avaient les anciens habitants et que le monument ait été spécifiquement incliné en reconnaissance de l'Autre Monde au-dessus de la terre et du Monde souterrain en dessous; l'inclinaison de l'angle arrière était censée accélérer le départ de l'âme vers le royaume de l'au-delà.

Le Poulnabrone en tant que porte

Il convient de noter que ce monde souterrain n'aurait eu aucune corrélation avec le concept ultérieur d'un "enfer" où les âmes sont punies ; il s'agissait simplement d'un autre domaine de l'autre monde. Ces concepts ne sont connus que pour être apparus plus tard dans la culture celtique, car il n'y a aucun moyen de savoir ce en quoi croyaient les gens qui construisirent Poulnabrone puisqu'ils n'avaient pas d'écriture, mais il semble probable, d'après les fouilles et le positionnement de la pierre de faîte, que ceux qui le construisirent croyaient en quelque chose de similaire à ce que croyaient leurs descendants.

Supprimer la pub
Publicité

Les divinités celtiques étaient étroitement liées à la terre, et c'était particulièrement le cas de Morrigan, la reine fantôme associée à la guerre, à la mort et à la régénération/renaissance. Morrigan était à la fois belle et terrifiante, prenant les âmes sur le champ de bataille et les emportant comme la Valkyrie nordique ou apparaissant au moment de la mort près du foyer ou dans le champ pour arracher l'âme du corps. Morrigan et les autres divinités, esprits, fées et lutins étaient très redoutés et des défenses pour s'en protéger étaient érigées sur les sites sacrés de toute l'Irlande.

L'Anneau du Géant, un site sacré à Ballynaratty, près de Belfast, est un monument en forme de henge datant d'environ 2700 avant notre ère et consistant en un large bassin entouré d'un terrassement. On peut observer ce même type de construction sur des sites similaires en Irlande, comme la colline de Tara dans le comté de Meath. L'historien Jonathan Bardon commente : "Il est clair qu'ils n'ont pas été construits à des fins militaires, car le fossé à chaque endroit était placé à l'intérieur plutôt qu'à l'extérieur des grandes enceintes circulaires en terre. Si une défense était nécessaire, c'était contre les esprits hostiles de l'Autre Monde" (14).

Poulnabrone, Ireland
Poulnabrone, Irlande
Betsy Mark (CC BY-NC-SA)

De la même manière, il est possible que le dolmen de Poulnabrone ait été construit non pas pour faciliter le passage de l'âme vers la prochaine vie mais pour décourager les esprits de l'autre monde de pénétrer dans le monde des vivants. Tous les dolmens d'Irlande sont construits de la même manière, avec une pierre de couverture inclinée, et beaucoup sont beaucoup plus grands que celui de Poulnabrone. La pierre de faîte du dolmen de Kilclooney, dans le comté de Donegal, mesure 13 pieds de long et 20 pieds de large (4m de long et 6m de large).

Supprimer la pub
Publicité

Peut-être le monument fut-il été conçu avec un angle arrière incliné vers le bas, comme une sorte de panneau à sens unique pour les esprits invisibles. Cependant, comme pour tous les aspects du dolmen de Poulnabrone - et des autres dolmens - il s'agit d'une pure spéculation. Le Dr Jones suggère que l'angle pourrait avoir la même fonction que la conception des lieux de culte modernes. Il écrit :

Les tout premiers archéologues considéraient parfois les tombes mégalithiques comme des "monuments de pierre grossiers", sans valeur esthétique. Aujourd'hui, avec un esprit plus ouvert, il n'est pas difficile de voir les qualités esthétiques [de Poulnabrone]. Le monument est un étonnant équilibre de masse et d'énergie. La masse est fournie par les pierres volumineuses qui s'élèvent directement du sol, tandis que l'énergie est capturée dans l'inclinaison presque précaire d'une immense pierre de faîte, en équilibre au-dessus et dirigée vers le ciel. Peut-être Poulnabrone incarne-t-il la quête de réponses spirituelles de cette société disparue, de la même manière qu'une arche gothique ou le clocher d'une église moderne tendent vers le ciel (1).

Conclusion

Le monument n'a jamais été "découvert" de façon spectaculaire. Il a toujours été là, à l'exception d'un bref effondrement dans les années 1980, à l'endroit même où il se trouve aujourd'hui. Bien que l'interprétation du nom comme "Trou des chagrins" ait été discréditée par les spécialistes du sujet, les personnes qui vivent à proximité du site le connaissent sous ce nom ainsi que sous celui de "Lieu des chagrins". La disposition des corps dans la tombe telle qu'elle a été trouvée par Lynch, et les artefacts enterrés avec eux, suggèrent qu'il s'agissait de personnes importantes pour la communauté, et peut-être que la perte de ces individus a continué à résonner dans le chagrin de la communauté longtemps après leur décès, donnant au site son association locale avec le chagrin.

Cette théorie est loin d'être improbable. Les Irlandais ont la mémoire longue et les preuves en sont nombreuses. Le monument mégalithique de Newgrange, dans le comté de Meath, n'en est qu'un exemple. Il doit son nom moderne au fait que, dans les années 1960, des habitants de la région ont fait référence à cette zone comme étant la nouvelle grange (ferme) des moines de l'abbaye de Mellifont, fermée en 1539 lors de la Réforme protestante.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

De nos jours, le dolmen de Poulnabrone est une attraction touristique très populaire, et des circuits de bus s'y arrêtent régulièrement en saison. Selon le Dr Jones, "il a été construit pour impressionner, et il le fait encore plus de 5 000 ans plus tard". Le monument repose silencieusement dans son champ karstique au-delà du parking, tandis que les visiteurs vont et viennent, comme ils l'ont fait au fil des siècles, et que le dolmen silencieux demeure, gardant ses anciens secrets.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2015, août 30). Dolmen de Poulnabrone [Poulnabrone]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13950/dolmen-de-poulnabrone/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Dolmen de Poulnabrone." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 30, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13950/dolmen-de-poulnabrone/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Dolmen de Poulnabrone." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 août 2015. Web. 11 juin 2024.

Adhésion