Civilisation Huari

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 juillet 2015
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, Turc, espagnol
Wari Tunic (by Technische Fred, Public Domain)
Tunique huari
Technische Fred (Public Domain)

La civilisation Huari (ou Wari) prospéra dans les régions côtières et montagneuses de l'ancien Pérou entre environ 450 et environ 1000 de notre ère. Basés dans leur capitale Huari, les Huari exploitèrent avec succès les divers paysages qu'ils contrôlaient pour construire un empire administré par des capitales provinciales reliées par un vaste réseau routier. Leurs méthodes de maintien d'un empire et leur style artistique auraient une influence significative sur la civilisation inca ultérieure.

Les Huari étaient contemporains des autres grandes cultures de l'Horizon moyen (vers 600 - 1000), centrées sur Tiwanaku et Pucará. Les Huari, plus militaristes, étaient également des agriculteurs de talent et ils construisirent des canaux pour irriguer les champs en terrasses. La stabilité économique et la prospérité ainsi apportées permirent aux Huari de mettre en œuvre une stratégie combinant la puissance militaire, les avantages économiques et une imagerie artistique distincte pour forger un empire à travers l'ancien Pérou. Leur gestion supérieure de la terre les aida également à résister à la période de sécheresse de 30 ans qui, à la fin du VIe siècle, contribua au déclin des civilisations voisines de Nazca et de Moche.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Huari furent sans aucun doute influencés par les cultures contemporaines, par exemple en s'appropriant la divinité du personnel Chavin - un dieu étroitement associé au soleil, à la pluie et au maïs, tous si vitaux pour les cultures dépendant de l'agriculture et des caprices d'un climat peu fiable. Ils le transformèrent en une icône rituelle présente sur les textiles et les poteries, diffusant leur propre iconographie de marque et laissant un héritage durable dans l'art andin.

Les Wari mirent en œuvre une stratégie combinant la puissance militaire, les avantages économiques et une imagerie artistique distincte pour forger un empire dans l'ancien Pérou.

Huari

La capitale, Huari (25 km au nord de la ville moderne d'Ayacucho), est située à une altitude de 2 800 m et s'étend sur 15 kilomètres carrés. Elle fut colonisée pour la première fois vers l'an 250 de notre ère et sa population put atteindre 70 000 habitants à son apogée. Huari présente des caractéristiques typiques de l'architecture andine : des structures rectangulaires denses entourées de murs, qui peuvent être divisées en un labyrinthe de compartiments. Les murs de la ville sont massifs (jusqu'à 10 mètres de haut et 4 mètres d'épaisseur) et construits avec des pierres en grande partie non travaillées, fixées avec un mortier de boue. Les bâtiments avaient deux ou trois étages, les cours étaient bordées de bancs de pierre encastrés dans les murs et les canalisations étaient revêtues de pierre. Les sols et les murs des bâtiments étaient généralement recouverts de plâtre et peints en blanc.

Supprimer la pub

Advertisement

Dans l'architecture huari, il y a peu de distinction entre les bâtiments publics et privés et peu de traces d'urbanisme. Un palais royal fut cependant identifié dans la section nord-ouest de la ville, sa plus ancienne zone d'habitation, appelée Vegachayoq Moqo. Un temple, aujourd'hui en ruines, était situé dans l'enceinte de Moraduchayuq, au sud-est de la ville. Construit au VIe siècle, il comportait des parties souterraines et l'ensemble de la structure était autrefois peint en rouge. Comme d'autres bâtiments du site, il fut délibérément détruit et enterré rituellement. La ville semble avoir été abandonnée vers l'an 800 pour des raisons inconnues.

The Wari Empire
L'empire huari
JohnnyMr Ninja (Public Domain)

Des tombes ont été fouillées à Huari, elles contenaient de beaux exemples de textiles Wari. Des céramiques figurent également parmi les découvertes du site. Une tombe royale a été découverte dans la zone de Monjachayoq. Elle se compose de 25 chambres sur deux niveaux différents, toutes revêtues de dalles de pierre finement taillées. En outre, un puits descend vers une chambre du troisième niveau qui a la forme d'un lama. Enfin, une chambre circulaire avait été creusée à un quatrième niveau. La tombe en forme de lama, pillée dans l'antiquité, était le lieu de repos royal et date de 750-800.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Huari était autrefois entourée de champs irrigués et l'eau douce traversait la ville par des conduits souterrains. D'autres indicateurs de prospérité sont la présence de zones dédiées à la production de biens spécifiques tels que la céramique et les bijoux. Les matériaux précieux destinés à ces ateliers et les marchandises importées témoignent d'échanges avec des contrées lointaines : coquillages de la côte et le spondylus de l'Équateur, par exemple. La présence de bâtiments utilisés pour le stockage à Huari et dans d'autres cités huari indique également l'existence d'un réseau commercial contrôlé centralement et étendu à tout le Pérou ancien.

Pikillacta

Un autre centre huari important était celui de Pikillacta, au sud-est de Huari, qui fut fondé vers l'an 650. Situé à une altitude de 3250 m, le cœur de ce site administratif et militaire fut construit sous une forme rectangulaire de 745 x 630 mètres et est disposé selon un schéma géométrique précis de carrés. L'intérieur de chaque enceinte est toutefois aménagé de façon particulière.

Comme sur les autres sites huari, l'accès était strictement contrôlé par une entrée unique et sinueuse. Parmi les découvertes notables faites à Pikillacta, citons 40 figurines miniatures en pierre verte représentant des citoyens d'élite et de petites figurines (ne dépassant pas 5 cm) de chamans, de guerriers, de captifs liés et de pumas en cuivre, or et pierre semi-précieuse. Le site fut abandonné vers 850 - 900 et il existe des preuves de la destruction par le feu de certains bâtiments et de portes délibérément scellées.

Supprimer la pub

Advertisement

Pikillacta
Pikillacta
AgainErik (CC BY-SA)

D'autres villes huari importantes étaient Viracochapampa, Jincamocco, Conchopata, Marca Huamachuco, et Azangaro. Il y avait aussi des sites purement militaires, comme le fort de Cero Baul qui bordait le territoire de Tiwanaku au sud. Ces sites étaient reliés aux sources d'eau et entre eux par un système de routes.

L'art huari

L'art huari se manifeste surtout dans les textiles découverts, qui représentent souvent la divinité du personnel, des plantes, la fleur de cactus de San Pedro, des pumas, des condors et surtout des lamas, ce qui illustre l'importance de ces animaux de troupeau pour les Huari. Les textiles étaient enterrés avec les morts et les tombes situées dans le désert sec ont été bien préservées. Les textiles étaient multicolores, bien que le bleu ait été particulièrement apprécié, et les motifs étaient composés de formes géométriques rectilignes prédominantes, notamment le motif du diamant en escalier. Dans le même temps, malgré des motifs géométriques apparemment réguliers, les tisserands introduisaient souvent un motif aléatoire unique ou un changement de couleur (généralement du vert ou de l'indigo) dans leurs pièces. Il pouvait s'agir de signatures ou d'une illustration du fait que les règles pouvaient toujours avoir des exceptions.

Wari Tapestry Panel
Tapisserie huari
James Blake Wiener (CC BY-NC-SA)

Les motifs huari finirent par devenir si abstraits que les figures étaient pratiquement méconnaissables, peut-être dans une tentative délibérée de l'élite de monopoliser leur interprétation. Les figures abstraites déformées du tout au tout peuvent également avoir été une tentative de représentation de la transformation chamanique et de la transe consciente induite par les drogues qui faisaient partie des cérémonies religieuses huari.

Supprimer la pub

Advertisement

Les formes populaires de la poterie huari sont les récipients à double bec que l'on retrouve ailleurs dans les cultures andines, les grandes urnes, les béchers, les bols et les effigies moulées. Les motifs décoratifs étaient fortement influencés par ceux utilisés dans la production textile huari. La divinité du bâton était un sujet particulièrement populaire pour les gobelets (kero), tout comme les guerriers avec leurs lanceurs de flèches, leurs boucliers et leurs tuniques militaires.

Les métaux précieux étaient également un support populaire pour les biens d'élite. Parmi les découvertes notables d'une tombe royale à Espiritu Pampa figurent un masque facial et un plastron en argent, des bracelets en or et d'autres bijoux en pierres semi-précieuses comme la pierre verte et le lapis-lazuli. Des figures humaines portant le costume typique des Wari - tunique sans manches et chapeau à quatre coins - ont également été réalisées en métaux précieux martelés.

L'héritage huari

Bien que les causes exactes du déclin huari ne soient pas connues, les théories vont d'une extension excessive de l'empire à une autre période de sécheresse prolongée au cours du 9ème siècle. Quelles que soient les raisons, la région est revenue à une situation de polities fragmentées pendant plusieurs siècles.

Supprimer la pub

Advertisement

L'héritage le plus durable des Huari est leur style artistique qui influença non seulement les Moche contemporains, mais aussi la civilisation Lambayeque et, plus tard, les Incas. Un grand nombre de routes construites par les Huari furent également utilisées par les Incas au sein de leur propre système routier étendu, tout comme un grand nombre de terrasses huari pour l'agriculture. La capitale de Huari fut pillée dans l'Antiquité, puis à nouveau au XVIe siècle par les Espagnols.

Redécouverts au milieu du 20e siècle de notre ère, les premiers travaux de fouilles commencèrent dans les années 1940 et se poursuivent aujourd'hui, révélant progressivement la richesse et le pouvoir dont jouissait autrefois l'une des plus importantes cultures andines anciennes.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2015, juillet 15). Civilisation Huari [Wari Civilization]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13864/civilisation-huari/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Civilisation Huari." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 15, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13864/civilisation-huari/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Civilisation Huari." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 juil. 2015. Web. 07 déc. 2022.

Adhésion