Cultes à Mystères

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2723 / $18000

Définition

Arienne King
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 03 juin 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Telesterion, Sanctuary of Demeter & Kore, Eleusis (by Carole Raddato, CC BY-SA)
Télestêrion, Sanctuaire de Démeter et Coré, Eleusis
Carole Raddato (CC BY-SA)

Les cultes à mystères, ou religions à mystères, étaient d'anciennes associations religieuses caractérisées par le secret et les rites d'initiation. Ils entouraient généralement une divinité principale, mais certains cultes à mystères vénéraient plusieurs divinités dans leurs rites. Les membres des cultes à mystères étaient tenus de préserver le secret des rituels et des connaissances du culte, ce qui ajoutait au prestige du culte.

Contrairement à de nombreuses religions modernes, les cultes à mystères n'étaient pas des systèmes de foi fermés. L'initiation à un culte à mystères n'impliquait pas l'abandon de tous les autres dieux, et les initiés continuaient à participer à la vie religieuse traditionnelle. Les cultes à mystères constituaient donc un complément aux pratiques religieuses gréco-romaines traditionnelles, plutôt qu'une alternative. Les cultes à mystères tombèrent en désuétude dans l'Antiquité tardive, lorsque le christianisme devint dominant. Certaines caractéristiques des cultes à mystères correspondent à des aspects du christianisme primitif, tels que les récits de résurrection, mais ces similitudes sont souvent exagérées dans l'histoire populaire.

Supprimer la pub
Publicité

Étymologie et définition

Les historiens définissent les cultes à mystères sur la base de leurs caractéristiques communes - telles que le secret et les rites d'initiation - ainsi que de la terminologie utilisée pour les décrire par les commentateurs anciens. Le mot grec pour désigner un culte à mystères est"mysterion". Une personne qui rejoignait un mysterion était un mystes, c'est-à-dire un initié. L'étymologie de ces mots est incertaine. Certains historiens ont émis l'hypothèse que ces mots pourraient être liés au verbe grec"myein", qui signifie "fermer". Il pourrait s'agir d'une référence aux lèvres fermées, impliquant le secret, ou d'une référence au fait de fermer les yeux et de les ouvrir à l'illumination.

Les initiés prononçaient des vœux de secret lors de leur entrée dans un culte à mystères, ce qui empêchait les personnes extérieures d'en apprendre trop sur le fonctionnement interne de ce culte.

La religion dans l'ancienne Méditerranée était polythéiste, les gens participant à des rites en l'honneur d'une multitude de dieux. Les activités religieuses collectives, telles que les festivals et les rites dans les temples, étaient une caractéristique de la participation publique à la vie civique. Les cultes à mystères avaient un caractère plus privé et leurs doctrines étaient souvent axées sur l'individu. Les initiés prononçaient des vœux de secret lors de leur entrée dans un culte à mystères, ce qui empêchait les personnes extérieures d'en apprendre trop sur son fonctionnement interne. Le caractère secret de ces cultes signifie que l'on sait souvent peu de choses sur leurs rites internes, leurs doctrines et leur évolution.

Supprimer la pub
Publicité

La plupart des cultes à mystères mettent fortement l'accent sur le salut personnel dans leurs doctrines théologiques. Ce salut peut prendre la forme de cadeaux pratiques tels que la santé, la richesse et la sécurité, ou de cadeaux spirituels tels qu'une vie après la mort. Certains cultes à mystères devinrent populaires parce qu'on croyait que leur divinité était particulièrement réceptive aux prières. Dans certains cultes à mystères, cette promesse de salut s'étendait à l'au-delà. Ces doctrines contrastaient avec la croyance dominante en un au-delà affreux pour tous, à l'exception de ceux qui étaient déifiés dans la mort.

Origines et développement

L'historien Walter Burkert a caractérisé les cultes à mystères comme un type de religion "expérimentale" qui s'inspirait de diverses pratiques religieuses préexistantes. Les différents cultes à mystères de l'Antiquité ne se développèrent pas tous à partir d'une origine commune. Ils se développèrent indépendamment dans des régions telles que la Grèce, la Perse, l'Anatolie et l'Égypte, à des époques et dans des contextes différents. La pratique consistant à faire des vœux à divers dieux dans les moments difficiles, un aspect fondamental de la religion polythéiste antique, évolua probablement vers des initiations cultuelles et des rites basés sur l'émission de vœux.

Supprimer la pub
Publicité

Les premières traces de cultes à mystères proviennent de la Grèce du VIe siècle avant notre ère. Certains de ces premiers cultes à mystères, tels que les mystères d'Éleusis, pourraient trouver leur origine dans des fêtes agraires liées à la plantation et à la récolte. Le symbolisme et les cycles mythologiques de nombreux cultes à mystères sont étroitement liés à la fertilité et au cycle agricole de la récolte et de la renaissance. Tous ces cultes impliquent la mort de figures divines, qui se traduit généralement par une résurrection ou une renaissance sous une forme ou une autre. Ces récits mettent en scène le cycle de la vie et de la mort que les anciens observaient dans le monde naturel. En participant à leur propre renaissance symbolique, les initiés espéraient partager le pouvoir de ce cycle.

De nombreux cultes à mystères se concentrent sur les déesses mères et leurs consorts, comme la Magna Mater romaine (Cybèle), le culte égyptien d'Isis, les mystères d'Éleusis (Déméter et sa fille Coré) et les mystères d'Andania. Ces cultes tendaient à mettre l'accent sur les aspects fertiles et vivifiants de ces divinités. Les figures masculines associées à ces cultes présentaient souvent des caractéristiques féminines, comme le dieu autocastré Attis ou le dieu souvent féminin Dionysos. D'autres cultes, notamment le culte romain de Mithra, étaient organisés autour de divinités masculines.

Rites cultuels et initiation

L'adhésion à un culte à mystères était une démarche volontaire, par laquelle une personne choisissait de se soumettre à des rites d'initiation secrets dans l'espoir d'atteindre un niveau supérieur de conscience spirituelle. Grâce à cette conscience, les initiés espéraient établir une relation plus étroite avec un dieu particulier. L'initiation aux cultes à mystères pouvait prendre diverses formes, mais la plupart d'entre elles nécessitaient de faire une sorte de vœu et de se soumettre à un processus sacré. Le culte mithriaque, qui n'admettait que des membres masculins, exigeait de ses initiés qu'ils se soumettent à des épreuves de courage et de force d'âme.

Supprimer la pub
Publicité

Contrairement aux religions officielles, où l'on attendait d'une personne qu'elle manifeste publiquement son allégeance aux dieux locaux de la polis ou de l'État, les mystères mettaient l'accent sur l'intériorité et l'intimité du culte au sein de groupes fermés. La personne qui choisissait d'être initiée rejoignait une association de personnes unies dans leur quête de salut personnel.

(Meyer, 4)

De nombreuses initiations cultuelles impliquaient la mort et la renaissance symboliques des participants. Pour ce faire, on laissait généralement les initiés dans l'obscurité ou on leur bandait les yeux, puis on les ramenait rituellement à la lumière dans le cadre de leur renaissance à l'illumination. De nombreuses initiations cultuelles comportaient également un repas rituel composé de pain et de vin. Une fois initiés au culte, les membres devaient souvent adhérer à des changements de mode de vie, comme le végétarisme prescrit par les mystères orphiques. De nombreux cultes prévoyaient également des tenues spécifiques pour les participants lors des cérémonies religieuses, telles que des vêtements de parade colorés ou de simples vêtements de lin pour représenter la pureté.

Mithraeum in Saarbrücken
Mithraeum à Saarbrücken
Anna16 (CC BY-SA)

Au sein du culte, il existait différents niveaux d'initiation. La plupart des membres étaient probablement motivés par des raisons sociales, attirés par l'attrait de l'appartenance à un groupe. Certains cultes à mystères pouvaient également conférer un certain prestige à leurs membres, tandis que d'autres étaient très égalitaires, permettant à des personnes de classes sociales différentes d'interagir sur un pied d'égalité. Outre les rites secrets, de nombreux cultes organisaient également des cérémonies publiques telles que des fêtes et des processions lors des festivals religieux. Ces occasions étaient souvent accompagnées de divertissements tels que le chant, la danse ou le théâtre. Les processions de la Magna Mater et d'Isis étaient particulièrement célèbres pour leur taille et leur spectacle.

Les membres particulièrement dévoués espéraient obtenir une illumination spirituelle en participant aux rites sacrés. Les rituels de purification comprenaient souvent des bains ou des périodes de jeûne et d'abstinence sexuelle. Comme dans toutes les religions méditerranéennes antiques, les sacrifices d'animaux et autres offrandes jouaient un rôle important dans le culte. Ceux qui en avaient les moyens pouvaient également faire construire des sanctuaires et d'autres monuments en l'honneur des divinités centrales du culte.

Supprimer la pub
Publicité

Persécution

Dans la Rome antique, les attitudes à l'égard des cultes à mystères d'origine étrangère étaient mitigées.

Les cultes à mystères étaient souvent controversés dans le monde antique en raison de leur caractère secret et de leur popularité. Certains cultes étaient également subversifs par rapport aux mœurs sociales dominantes, en particulier celles qui permettaient à différents groupes sociaux - comme les esclaves et les personnes libres - de se mélanger librement. Les mystères dionysiaques furent souvent pris pour cible, à la fois parce que ses prêtres comprenaient des hommes et des femmes et parce que ses cérémonies étaient associées à la consommation de vin, à la frénésie extatique ou à la folie rituelle, voire à des rites sexuels. On soupçonnait donc ce culte de contribuer au désordre, à la criminalité et à l'immoralité.

Dans la Rome antique, les attitudes à l'égard des cultes à mystères d'origine étrangère étaient mitigées. Certains cultes, comme celui de la Magna Mater, étaient facilement assimilés à la culture romaine en tant que pierres angulaires de la religion traditionnelle. D'autres, comme le culte isiaque, connurent des cycles de tolérance et de persécution xénophobe au gré des fluctuations de l'attitude sociale à l'égard des étrangers. La montée de l'intolérance à l'égard des cultes étrangers au 1er siècle avant notre ère n'empêcha pas ces derniers de se répandre, les citoyens de tout l'Empire romain apportant leurs dieux avec eux.

Roman Mural of Isiac Cult
Peinture romaine de culte isiaque
Unknown Artist (Public Domain)

Relations avec le christianisme

Au début du XXe siècle, de nombreux historiens ont commencé à suggérer que le christianisme avait emprunté des éléments aux cultes à mystères ou que les cultes à mystères étaient en concurrence avec le christianisme en tant que religions émergentes dans l'Antiquité tardive. Des similitudes entre les rites chrétiens et les cultes à mystères furent même relevées par des auteurs anciens, qui spéculèrent sur une possible origine commune. Certains théologiens chrétiens, comme Tertullien et Justin le Martyr, émirent l'hypothèse que des imitations déformées des rites chrétiens avaient été introduites dans les cultes à mystères. Les comparaisons entre le christianisme et les cultes à mystères sont fréquentes dans les études historiques modernes sur la religion.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Cependant, la plupart des similitudes sont en fait superficielles et se rapportent au contexte culturel commun dans lequel ils se développèrent. La consommation de pain et de vin sacramentels en tant que nourriture spirituelle dans les mystères tels que le culte mithriaque fut comparée à l'eucharistie, mais elle s'explique mieux par l'importance du pain et du vin dans le régime méditerranéen. De même, l'accent mis sur la fraternité, la rédemption et la résurrection reflète des préoccupations sociales largement applicables.

Il est peu probable que les cultes à mystères aient directement influencé le développement théologique ou la popularité du christianisme dans l'ancienne Méditerranée. L'historien Jan Bremmer a noté que dans certains cas, l'inspiration serait allée dans la direction opposée. Par exemple, la diffusion des Évangiles entraîna la prolifération de récits de résurrection similaires dans la littérature romaine païenne.

Le fait que l'initiation aux Mystères pouvait être coûteuse et que le culte de Mithra était réservé aux hommes signifiait que les Mystères païens n'étaient pas une concurrence pour le christianisme sur le marché religieux, puisque ce dernier accueillait toujours jeunes et vieux, riches et pauvres, hommes et femmes dans son giron. En outre, contrairement aux Mystères, le christianisme n'était pas ésotérique, mais proclamait d'abord ouvertement son message, qui était clair pour tous.

(Bremmer, 165)

Bien que l'essor du christianisme ait entraîné la disparition des cultes à mystères, il est peu probable qu'un culte à mystères ait pu prendre la place du christianisme. Contrairement au christianisme, ces cultes avaient généralement un nombre limité de membres, et aucun culte à mystères n'a jamais réussi à devenir une religion dominante. Même les cultes à mystères les plus égalitaires n'ont pas approché l'attrait trans-sociétal du christianisme. En outre, le christianisme était unique en ce sens que ses adeptes devaient renoncer à tous les autres dieux et ne pas participer à des rites païens.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce qu'un culte à mystères?

Dans l'Antiquité, les cultes à mystères étaient des associations religieuses caractérisées par le secret et les rites d'initiation et vénérant généralement une divinité principale.

Quels étaient les cultes à mystères du monde gréco-romain?

Les cultes à mystères de l'Antiquité comprenaient, entre autres, les mystères d'Éleusis, le culte de Magna Mater (Cybèle), le culte d'Isis, les mystères dionysiaques, les mystères orphiques et le culte de Mithra.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Arienne King
Arienne King est une étudiante et rédactrice indépendante passionnée d'histoire, d'archéologie et de média numérique. En plus d'animer le blog Muses & Mayhem, elle occuppe le poste d'éditrice média au sein de l'Ancient History Encyclopedia.

Citer cette ressource

Style APA

King, A. (2024, juin 03). Cultes à Mystères [Mystery Cults]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13427/cultes-a-mysteres/

Style Chicago

King, Arienne. "Cultes à Mystères." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 03, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13427/cultes-a-mysteres/.

Style MLA

King, Arienne. "Cultes à Mystères." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 03 juin 2024. Web. 17 juil. 2024.

Adhésion