Habillement dans l'Empire Mongol

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 14 octobre 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

Les vêtements portés par les Mongols aux 13e et 14e siècles, comme la plupart des autres aspects de leur culture, reflétaient leur mode de vie nomade dans le climat souvent rude de la steppe asiatique. Les articles typiques comprenaient des chapeaux de feutre, de longues vestes aux manches amples et des pantalons larges et pratiques. L'armée mongole étant basée sur une cavalerie rapide et peu armée, les recruteurs avaient généralement une approche détendue des uniformes, de sorte que les vêtements étaient souvent très similaires en temps de guerre et en temps de paix. Les unités de cavalerie lourde portaient des armures faites de matériaux rembourrés, de cuir durci et de pièces de métal. De nombreux vêtements mongols de la période médiévale sont encore portés aujourd'hui par les peuples nomades d'Eurasie.

Mongolian Deel Robe
Deel mongol
Amgaab (CC BY-SA)

Impact du climat

Le climat typique de la steppe asiatique est froid, sec et venteux. Les hivers peuvent être longs - de septembre à mai - et très froids (jusqu'à -34 degrés Celsius ou -30 degrés Fahrenheit). Les étés sont courts mais peuvent être chauds, atteignant une température de plus de 30 degrés Celsius (86 degrés Fahrenheit). Les vêtements devaient donc être chauds et résistants, mais aussi en plusieurs couches pour les rares moments où les températures grimpaient en flèche. Comme les Mongols se déplaçaient souvent à cheval, leurs vêtements devaient également être peu gênants..

Supprimer la pub
Advertisement
Les fourrures exotiques ou difficiles à obtenir, comme celles du léopard des neiges et du lynx, étaient particulièrement prisées et réservées à l'élite mongole.

Une autre conséquence de la vie nomade était l'absence d'un grand nombre de biens matériels. Ainsi, les tissus et les vêtements constituaient l'un des biens les plus importants d'une famille et étaient offerts en cadeau ou faisaient partie de la dot d'une mariée. Les hommes et les frères de sang échangeaient souvent une ceinture de cuir, tandis que les souverains offraient de somptueux vêtements à leurs homologues en guise de cadeaux diplomatiques et aux hauts fonctionnaires à l'occasion d'événements spéciaux tels que les naissances et les mariages royaux, ou pour récompenser leurs loyaux services. Même l'absence de vêtements avait une signification, comme lorsque les ceintures et les chapeaux étaient enlevés avant de faire les prières (y compris par les khans), que les ceintures des spectateurs devaient être enlevées et portées en bandoulière lors des cérémonies de succession pour démontrer l'obéissance, et que parfois l'accusé dans un tribunal était déshabillé avant le prononcé de la sentence.

Les matériaux

Les moutons fournissaient la toison et la laine nécessaires à la fabrication du feutre, qui n'a pas besoin d'être tissé mais qui est fabriqué en battant la laine et en faisant en sorte que ses barbes microscopiques forment des feuilles qui s'emboîtent les unes dans les autres. Le feutre était utilisé pour les vêtements, les couvertures et les tentes de type yourte, encore utilisées aujourd'hui par les nomades asiatiques. Les chèvres étaient élevées en grand nombre et constituaient la principale source de cuir.

Supprimer la pub
Advertisement

The Mongol Scroll, 1293 CE
Rouleau illustré des invasions mongoles, 1293
Mōko Shūrai Ekotoba (Public Domain)

Grâce à la chasse, au commerce ou aux tributs versés par les peuples conquis, les Mongols se procuraient des fourrures telles que la zibeline, l'écureuil, le lapin, le renard, le singe, le chien, la chèvre et le loup. Les fourrures exotiques ou difficiles à obtenir, comme la panthère des neiges et le lynx, étaient particulièrement prisées et réservées à l'élite de la société. Dans les périodes les plus froides, les vêtements de fourrure étaient portés en double couche, la couche intérieure ayant les poils à l'intérieur et la couche extérieure à l'inverse. Des matières telles que la soie pouvaient être acquises par le biais du commerce et devinrent beaucoup plus facilement disponibles après la conquête de la Chine par les Mongols; les sous-vêtements portés par les hommes et les femmes étaient fabriqués dans cette matière.

Le vêtement extérieur le plus reconnaissable des hommes et des femmes mongols, encore largement porté aujourd'hui, était la robe courte ou deel.

Fabriquer du feutre, du cuir et des vêtements, puis les réparer, telles étaient les tâches attendues des femmes mongoles. Se laver était une corvée qui n'avait pas lieu très souvent en raison du manque d'eau dans l'environnement aride de la steppe. Les voyageurs étrangers de l'époque commentent souvent la saleté des Mongols et de leurs vêtements, ainsi que des habitudes telles que s'essuyer les mains sur leur pantalon après avoir mangé. Quoi qu'il en soit, il n'était pas souhaitable de laver régulièrement les vêtements extérieurs des nomades, car ils étaient souvent enduits de graisse animale pour les rendre imperméables au vent et à l'eau.

Supprimer la pub
Advertisement

Vêtements de dessus

Le vêtement le plus reconnaissable des hommes et des femmes mongols, encore largement porté aujourd'hui, était la robe courte ou deel. Cette longue veste d'une seule pièce était repliée et fermée sur le côté gauche de la poitrine, un bouton ou une cravate étant placé juste en dessous de l'aisselle droite. Certains deel avaient des poches et les manches ne descendaient généralement que jusqu'au coude. La doublure extérieure de la robe était en coton ou en soie et les versions plus lourdes avaient une doublure supplémentaire en fourrure ou en feutre ou en courtepointe. La doublure intérieure était généralement légèrement retournée vers l'extérieur du vêtement au niveau des manches et de l'ourlet. Pour ceux qui en avaient les moyens, la robe pouvait être ornée de fourrure exotique au niveau du col et des bords.

Mongol Warriors in Deel Robes
Guerriers mongols portant le deel
Unknown Artist (Public Domain)

Ils portaient aussi une large ceinture de cuir munie de pochettes utiles et pouvant être décorée de pièces métalliques ornementales (le métal, quel qu'il soit, étant une denrée rare pour les peuples nomades). Les ceintures des femmes étaient encore plus décoratives que celles des hommes. En hiver, un lourd manteau de fourrure ou de feutre était porté par-dessus le deel. Sous la robe, on pouvait porter une autre robe fine ou un simple maillot de corps en coton ou en soie. Les pantalons étaient portés sous cette omniprésente robe. Les pantalons d'hiver pouvaient être entièrement en fourrure ou rembourrés de coton, de laine ou de soie, cette dernière étant un excellent isolant léger.

Chapeaux et bottes

Les bottes étaient fabriquées en feutre ou en cuir, la semelle étant généralement constituée d'une couche de feutre épais et les bottes étant suffisamment hautes pour rentrer dans le pantalon. Les bottes n'avaient pas de talon et étaient fermées à l'aide de lacets. Les pieds étaient maintenus au chaud par d'épais bas de feutre. Le chapeau mongol classique était conique, fait de feutre et de fourrure, avec des rabats pour les oreilles et un bord retourné à l'avant. Parfois, le bord était divisé en deux. En été, un léger couvre-chef pouvait être porté pour se protéger du soleil.

Supprimer la pub
Advertisement

Les hommes et les femmes de l'élite se distinguaient en arborant quelques plumes de paon dans leur chapeau. L'un des rares domaines dans lesquels les femmes se distinguaient des hommes, et uniquement les femmes d'élite, était la coiffe boqta élaborée, ornée de perles et de plumes. On peut encore voir ces coiffes aujourd'hui lorsque, par exemple, les femmes kazakhes assistent à des festivités traditionnelles. Si les hommes et les femmes portaient des boucles d'oreilles, les femmes ajoutaient également des décorations en métal, en perles et en plumes dans leurs cheveux. Les hommes, en revanche, n'avaient guère l'occasion de faire de même, car ils semblent qu'ils se rasaient le sommet de la tête, ne laissant parfois qu'une fine bande de cheveux à l'avant de la tête et des mèches tombant jusqu'aux sourcils. Les cheveux laissés à l'arrière de la tête étaient généralement longs et noués en deux tresses. Dans les illustrations médiévales, les hommes mongols portent souvent une barbichette et une moustache tombante.

Mongol Clothing of the Imperial Court
Vêtements mongols de la cour impériale
smartneddy (CC BY-SA)

La cour impériale

Lorsque les Mongols conquirent la Chine de la dynastie Song (960-1279), certains dirigeants et membres de l'élite adoptèrent des vêtements de style chinois, tels que des robes de soie richement brodées. Marco Polo (1254-1324), voyageur vénitien au service de Kubilaï Khan (r. de 1260 à 1294), qui relata ses expériences dans ses Voyages (diffusés à partir de 1298), décrit comme suit les somptueux vêtements portés à la cour de la dynastie mongole des Yuan lors des grandes fêtes religieuses:

...le grand khan apparaît dans une superbe robe de tissu d'or et, à la même occasion, vingt mille nobles et officiers militaires sont vêtus par lui de robes semblables à la sienne en termes de couleur et de forme; mais les matériaux ne sont pas aussi riches. Ils sont cependant en soie, de couleur or, et reçoivent, en même temps que la veste, une ceinture en peau de chamois, curieusement travaillée avec des fils d'or et d'argent, ainsi qu'une paire de bottes. Certaines de ces robes sont ornées de pierres précieuses et de perles pour une valeur de mille besants d'or.

(Livre II, chap. XI)

Ce récit montre clairement que le costume traditionnel mongol n'avait pas beaucoup changé, mais seulement les matériaux avec lesquels il était confectionné. À l'autre extrémité de l'échelle des vêtements, Marco Polo mentionne également que les moines qu'il avait rencontrés en Mongolie portaient des vêtements de chanvre d'une couleur noire et sombre.

Supprimer la pub
Advertisement

Mongol Warrior Helmet
Casque de guerrier mongol
江戸東京博物館、熊本県立美術館 (CC BY-SA)

Les guerriers en armure

Si les guerriers portaient à peu près les mêmes vêtements qu'en temps de paix, certains ajoutaient judicieusement une armure pour mieux se protéger. Les armures mongoles étaient généralement légères afin de ne pas gêner la vitesse des cavaliers ou l'utilisation d'un arc. Une robe matelassée ou une veste en cuir offrait une certaine protection contre les flèches et la robe traditionnelle pouvait être renforcée par des bandes de cuir durci, d'os ou de métal. Suivant l'exemple des Chinois, ils pouvaient porter un maillot de corps en soie, qui avait l'avantage de s'enrouler autour de la pointe de la flèche en cas d'impact, protégeant ainsi la blessure et facilitant le retrait de la flèche.

Les armures en plaques et les cottes de mailles étaient rares, mais il était plus courant d'utiliser de petites plaques de métal ou des morceaux de cuir durci qui étaient ensuite cousus ensemble pour former un costume. Les pièces de cuir étaient souvent recouvertes d'une couche de laque noire brute pour les rendre imperméables. Les coutures étaient réalisées à l'aide de liens en cuir et un chroniqueur médiéval remarqua que les armures métalliques mongoles étaient si bien polies que l'on pouvait utiliser les pièces comme un miroir. Les manteaux d'armure, comme le deel, descendaient jusqu'aux genoux et ne couvraient que la partie supérieure des bras. Certaines descriptions contemporaines font état d'un surcot de soie porté par-dessus l'armure, qui pouvait être brodé de façon complexe. Les guerriers portaient généralement de lourdes bottes en cuir. À l'autre extrémité du corps, la tête était protégée par un casque en fer ou en cuir durci, parfois doté d'un protège-nuque et d'une pointe centrale ou d'une boule et d'un panache.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, octobre 14). Habillement dans l'Empire Mongol [Clothing in the Mongol Empire]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1455/habillement-dans-lempire-mongol/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Habillement dans l'Empire Mongol." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 14, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1455/habillement-dans-lempire-mongol/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Habillement dans l'Empire Mongol." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 14 oct. 2019. Web. 18 avril 2024.

Adhésion