La Pâque Juive

Article

William Brown
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 avril 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

La Pâque est une fête juive célébrée depuis au moins le Ve siècle avant Jésus-Christ, généralement associée à la tradition de Moïse conduisant les Israélites hors d'Égypte. Selon les preuves historiques et la pratique actuelle, la fête était à l'origine célébrée le 14 Nissan. La plupart des traditions décrivent cette fête comme étant née lorsque les Israélites quittèrent l'Égypte sans avoir eu le temps d'ajouter de la levure au pain pour qu'il lève. Bien que les fêtes de la Pâque et des pains sans levain soient étroitement liées, cet article se concentrera principalement sur la Pâque.

Passover Preparations in the "Sister Haggadah"
Préparatifs de la Pâque dans Sœur Haggada
British LIbrary (Public Domain)

Origines et pratique

Les origines historiques de la Pâque ne sont pas claires. Bien que la Bible hébraïque décrive les origines de la Pâque, ces textes ont probablement été composés après le 6e siècle av. J.-C. et comportent des preuves d'ajouts et d'enrichissements éditoriaux, à savoir des expansions de textes plus anciens. Par conséquent, afin de comprendre les origines et les pratiques associées à la Pâque, nous devons d'abord examiner les différents textes de la Bible hébraïque qui décrivent la Pâque. Ce faisant, trois caractéristiques émergeront concernant la nature de la Pâque telle qu'elle est représentée dans la Bible hébraïque :

Supprimer la pub

Advertisement

  1. association avec Yahvé, le dieu d'Israël
  2. changements dans les rituels associés à la Pâque
  3. différentes hypothèses concernant la nécessité ou non de célébrer la Pâque.

Premièrement, la Pâque est toujours associée à Yahvé, mais pas nécessairement au fait que Yahvé ait conduit les Israélites hors d'Égypte ou qu'il ait épargné les maisons dont les montants des portes avaient été marqués. En analysant et en proposant une histoire de la croissance textuelle d'Exode 12:1-28, les professeurs Simeon Chavel et Mira Balberg suggèrent que la couche de texte la plus ancienne d'Exode 12 ne présente pas "la libération d'Israël par le châtiment de Yahvé contre l'Égypte et ne l'avance pas explicitement" (Chavel 2018, 299), la caractérisant essentiellement comme un morceau ambigu de folklore sur une fête.

The Passover Papyrus from Elephantine
Le papyrus de la Pâque d'Éléphantine
Egyptian Museum of Berlin (CC BY-NC-SA)

Les éditeurs ultérieurs, soutiennent-ils, ont enrichi ce matériel en fournissant d'autres paramètres rituels et une explication des actions de Yahvé : toutes les familles israélites doivent participer à la consommation d'un agneau mâle d'un an ; l'agneau doit être grillé à la flamme, entièrement consommé le matin après la Pâque, et mangé rapidement ; et Yahvé ignorera ou protégera les ménages israélites qui mettent le sang de l'agneau sur le montant de la porte contre une force destructrice tuant leur premier-né. Exode 12:27, une réponse à la question concernant le but de la célébration de la Pâque dans les générations futures, démontre le mieux l'association entre la Pâque et le meurtre de tous les premiers-nés en Égypte : "C'est un sacrifice pascal pour Yahvé, qui a épargné les maisons des Israélites en Égypte lorsqu'il frappa l'Égypte ; mais il sauva nos maisons." En d'autres termes, la Pâque devait être une représentation et un souvenir de l'acte de Yahvé qui protégea les premiers-nés d'Israël pendant leur séjour en Égypte, signe de la dévotion de Yahvé envers les Israélites.

Supprimer la pub

Advertisement

Bien que la Pâque soit souvent perçue comme un rituel unifié et traditionnel, des passages bibliques décrivent des rituels divergents et reflètent des changements dans le contexte historique.

Deuxièmement, les rituels concernant les actions de la Pâque se développent tout au long de la Bible hébraïque. Un exemple suffira. Dans Exode 12:9, Moïse ordonne aux Israélites de rôtir sur le feu l'agneau sacrificiel de la Pâque, indiquant explicitement qu'ils ne doivent pas le faire bouillir dans l'eau. Pourtant, le Deutéronome 6:7 inclut le commandement "vous ferez bouillir" le sacrifice de la Pâque. Remarquant l'incongruité entre Exode 12:9 et Deutéronome 16:7 en termes d'action rituelle appropriée, l'auteur des Chroniques a combiné de manière créative les actions rituelles requises : "Ils firent donc bouillir sur le feu l'agneau de la Pâque selon l'ordonnance" (35:13). Au fur et à mesure que les générations suivantes reçurent les traditions rituelles de la Pâque, elles les ajustèrent afin de faire face aux contradictions des textes rituels traditionnels.

Troisièmement, les textes de la Bible hébraïque ajustent la date de la Pâque pour des raisons distinctes. Nombres 9:1-14, par exemple, propose des dispositions pour les Israélites qui auraient manqué l'occasion de participer à la Pâque en raison d'une impureté rituelle (9:7, 10). Par ailleurs, Yahvé communique par l'intermédiaire de Moïse qu'une deuxième célébration de la Pâque est possible. Au lieu de la célébrer le 14e jour du premier mois, ils devraient la célébrer le 14e jour du second mois. Il reste cependant l'hypothèse que tous les Israélites doivent célébrer la Pâque : "Mais l'homme pur, qui n'est pas en voyage, et qui néglige d'accomplir la Pâque, celui-là sera coupé de son peuple parce qu'il n'a pas apporté l'offrande de Yahvé au temps fixé" (Nombres 9:13).

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

En revanche, 2 Chroniques 30 décrit la tentative d'Ézéchias d'inciter Juda et Israël à célébrer la Pâque. Le texte décrit qu'ils l'ont célébrée le 14 du deuxième mois en raison du manque de prêtres disponibles et de personnes présentes (2 Chroniques 30:2-3). Les raisons pour lesquelles la date de la Pâque fut modifiée du premier mois au deuxième mois reflètent les hypothèses culturelles concernant la nécessité de pratiquer la Pâque. Dans Nombres 9, la Pâque est comprise comme une obligation incombant aux Israélites ; lorsque 2 Chroniques 30 fut composé, la Pâque n'était pas perçue comme une obligation pour Israël et Juda.

Moses & the Parting of the Red Sea
Moïse et la Séparation des eaux de la Mer Rouge
Providence Lithograph Company (Public Domain)

Enfin, Exode 12 présente la Pâque comme une célébration réservée aux foyers d'Égypte (Exode 12:1-13). En revanche, bien qu'utilisant un langage similaire pour les paramètres rituels, le Deutéronome 16 indique que la Pâque doit être célébrée hors de la maison : "Tu sacrifieras à Yahvé une offrande de Pâque, soit un mouton, soit un bovin, au lieu que Yahvé choisira pour y faire résider son nom" (Deutéronome 16:2), précisant spécifiquement dans Deutéronome 16:5 que le sacrifice ne doit pas être offert localement. Si Exode 12 et Deutéronome 16 traitent tous deux de la bonne pratique de la Pâque, ils reflètent des contextes historiques différents. Lorsque Exode 12 fut composé, la Pâque était pratiquée dans les villes et les foyers locaux ; en revanche, lorsque Deutéronome 16 fut composé, la Pâque était plus réglementée, imaginée pour être pratiquée dans un temple ou un sanctuaire central.

Bien que la Pâque soit souvent perçue comme un rituel unifié et traditionnel au sein du judaïsme, des passages bibliques décrivent des rituels divergents, reflètent la croissance de la tradition de la Pâque et éclairent les changements dans le contexte historique.

Supprimer la pub

Advertisement

Réception de la Pâque

Judaïsme primitif (c. 5e siècle av. J.-C. - 1er siècle de notre ère)

Bien qu'une grande variété de textes juifs anciens traitent de la Pâque, deux suffiront ici. Dans un groupe de textes appelé les papyrus d'Éléphantine, écrits par des membres de la colonie juive d'Éléphantine, en Égypte, au Ve siècle avant J.-C., la Pâque est mentionnée à plusieurs reprises. Ils indiquent que les Juifs d'Éléphantine pratiquaient une certaine forme de Pessah (Pâque), mais ils ne fournissent pas "suffisamment d'informations pour reconstruire l'histoire de son observance" (Silverman 1973, 386). Contrairement aux textes bibliques, les papyrus d'Éléphantine peuvent être datés avec plus de précision et, à ce titre, ils démontrent sans aucun doute que la Pâque était une pratique sociale chez certains Juifs au Ve siècle avant notre ère.

Composé au IIe siècle avant notre ère, le livre des Jubilés est une version réécrite de la Genèse et de l'Exode. L'un des objectifs des Jubilés est de clarifier le calendrier juif pour la célébration des fêtes. Le livre de la Genèse raconte comment Yahvé mit Abraham à l'épreuve en lui ordonnant de tuer son fils unique puis lui fournit un bélier à la dernière minute. Cependant, Jubilés 19:18 décrit également comment Abraham célébra une fête pour Yahvé après que ce dernier lui ait fourni un bélier au lieu de devoir sacrifier Isaac, son premier-né. Il s'agit de la fête des pains sans levain qui est généralement associée à la Pâque et qui a lieu les sept jours suivant la Pâque. Ce faisant, les Jubilés établissent que la fête des pains sans levain, et implicitement la Pâque, fut établie avant l'exode des Israélites hors d'Égypte.

Supprimer la pub

Advertisement

Le christianisme primitif (du 1er au 3e siècle de notre ère)

La Pâque joue un rôle central dans la croissance du christianisme en tant que tradition religieuse distincte du judaïsme. Au 1er siècle de notre ère, Josèphe et les Évangiles indiquent que la Pâque attirait de grandes foules de Juifs à Jérusalem, lieu de culte central pour la célébration de la Pâque. Les auteurs du Nouveau Testament s'appuient sur les traditions de la Pâque pour étayer leurs affirmations théologiques car, bien que la nature exacte de Jésus ne soit pas claire d'un point de vue historique, il était un juif pratiquant qui vivait au 1er siècle de notre ère.

The Last Supper
La Cène
Escarlati (Public Domain)

Par exemple, dans Jean 19:31-36, l'auteur dépeint Jésus comme un agneau de la Pâque, dont le sacrifice amènerait Dieu à racheter l'humanité. De même, Paul décrit explicitement Jésus comme un agneau pascal lorsqu'il étend métaphoriquement l'image du pain sans levain au domaine de la moralité (1 Corinthiens 5:6-8). Des représentations similaires de Jésus apparaissent dans 1 Pierre 1:19 et Apocalypse 5:6. Au sens large, l'association de la mort de Jésus avec le sacrifice de la Pâque "indique une compréhension des sacrifices de l'agneau de la Pâque comme le souvenir de l'acte de rédemption passé de Dieu qui préfigure le sacrifice de l'Agneau de Dieu comme acte ultime de rédemption de Dieu" (Mangum 2016). Les premiers chrétiens, qui se percevaient comme des juifs pratiquants, ont recadré le récit traditionnel de la Pâque afin de mettre en évidence la légitimité de Jésus en tant que figure rédemptrice pour toute l'humanité.

Supprimer la pub

Advertisement

Le judaïsme rabbinique (du 1er au 7e siècle de notre ère).

Le judaïsme rabbinique se développa, en partie, en réponse à la destruction du temple juif de Jérusalem en 70 de notre ère. Sans le temple, les Juifs ne pouvaient plus offrir de sacrifices. C'est dans ce contexte que le judaïsme rabbinique vit le jour, offrant des moyens d'adorer Dieu et d'accomplir les diverses fêtes rituelles même si le temple juif ne se dressait plus. Le judaïsme rabbinique chercha à établir "que la célébration de la Pâque peut et doit se poursuivre même sans l'agneau pascal", c'est-à-dire l'agneau de la Pâque (Bokser 1984, 48). Bien que l'ancienne religion israélite et judéenne, ainsi que le judaïsme primitif, aient perçu le temple comme un élément central de leur culte, la destruction du temple juif en 70 de notre ère obligea les rabbins à reconsidérer la manière dont ils allaient accomplir leurs anciens rituels. Ils le firent par des lectures créatives de leurs textes sacrés et en s'inspirant d'autres traditions rabbiniques.

Second Temple Model
Modèle du Second Temple
Dana Murray (CC BY-NC-SA)

Par exemple, la Tosefta, un texte juif rabbinique de traditions et de lois codifiées (3e siècle de notre ère), discute du rôle du pain sans levain et des herbes amères, deux aliments mentionnés dans Exode 12:8 : "Ils mangeront la chair la nuit même ; ils la mangeront rôtie au feu, avec du pain sans levain et des herbes amères" (Exode 12:8 ; traduction JPS 1985). Comme ce passage indique que trois choses sont mangées ensemble, à savoir l'agneau de la Pâque, les herbes amères et le pain sans levain, les rabbins ont assimilé les herbes amères et le pain sans levain au sacrifice de la Pâque (Bokser 1984, 39). Ils ont essentiellement trouvé un moyen de célébrer le rituel de la Pâque sans exiger un sacrifice dans un temple.

Le contexte du Proche-Orient ancien

La Pâque en tant que fête reflète le contexte plus large du Proche-Orient ancien, avec l'utilisation du sang à l'entrée de la maison et en ce qui concerne les premiers-nés. L'un des aspects fondamentaux de la Pâque consiste à mettre le sang de l'agneau pascal sur les poteaux de la porte de la maison, c'est-à-dire l'entrée principale :

On prendra de son sang, et on en mettra sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons où on le mangera. (Exode 12:7)

Appliquer le sang sur la porte de la maison avait une fonction apotropaïque, c'est-à-dire qu'il éloignait les influences négatives. Dans le contexte d'Exode 12, l'"influence négative" est la force destructrice qui tue tout premier-né.

De même, l'amulette d'Arslan Tash, une amulette du 7e siècle avant notre ère découverte en Syrie, fait référence aux "poteaux de porte" dans l'une des incantations : "Et qu'il ne descende pas jusqu'aux poteaux de la porte." Ici, les "poteaux de porte" représentent la limite de la maison, l'endroit où l'amulette était probablement placée pour prévenir les influences négatives sur la maison. Bien que l'amulette d'Arslan Tash et le sang de la Pâque sur les portes soient distincts en termes de normes sociales, religieuses et culturelles plus larges, les similitudes entre les deux textes mettent en évidence une préoccupation culturelle plus large dans le Proche-Orient ancien en ce qui concerne les forces négatives entrant dans une maison par les montants de la porte.

Arslan Tash Amulet AT1
Amulette d'Arslan Tash AT1
Unknown Artist (Copyright, fair use)

En outre, un rituel appelé zukru, provenant d'un texte découvert à Emar, en Syrie, présente des similitudes remarquables avec la Pâque. Premièrement, les deux fêtes commencent le 14e jour du 1er mois et durent sept jours. Deuxièmement, les rituels de la Pâque et du zukru impliquent tous deux le maculage de sang des poteaux - les poteaux de la Pâque sont destinés à la maison, ceux du zukru sont aux portes de la ville. Troisièmement, le zukru est avant tout une fête où l'on " (offre) les animaux mâles (premiers-nés) " à Dagan, une divinité (Cohen 2015, 336). De même, Exode 34:19 associe la Pâque à l'offrande des animaux premiers-nés. L'orateur, Yahvé, déclare : " Tous les premiers-nés sont à moi, ainsi que votre bétail mâle, les premiers-nés des bovins et des ovins. " Bien que ces actions rituelles aient été accomplies à des fins différentes, en faveur de divinités différentes et dans des contextes distincts, elles démontrent que les rituels de la Pâque sont similaires à des traditions plus larges du Proche-Orient ancien.

Conclusion

La Pâque s'appuie sur un récit traditionnel singulier ; cependant, les textes parlant de la Pâque reflètent des traditions, des normes, des rituels et des attentes différents selon les contextes historiques de leurs compositions. De telles évolutions des rituels de Pessah apparaissent encore aujourd'hui. Dans les années 1980, le Dr Susannah Heschel s' adressa à une communauté juive pendant la Pâque. L'une des jeunes filles était lesbienne. Afin d'exprimer la marginalisation des lesbiennes au sein du judaïsme, elle plaça du pain levé sur son assiette rituelle. La jeune fille assimila l'interdiction au pain levé à la convention culturelle juive interdisant les lesbiennes. Bien qu'inspirée, le Dr Heschel se rendit compte que le pain sur l'assiette rituelle rendait l'assiette impure, selon la loi juive. Ainsi, l'année suivante, elle plaça une orange sur l'assiette rituelle, en commentant : "J'ai choisi une orange parce qu'elle suggère la fécondité pour tous les Juifs étant donné que les lesbiennes et les homosexuels sont des membres actifs et contribuent à la vie juive." Dans de nombreuses communautés juives, la pratique consistant à placer une orange sur l'assiette rituelle se perpétue encore aujourd'hui.

Ainsi, les rituels entourant Pessah se sont historiquement développés sur la base de préoccupations culturelles et du contexte historique. Ainsi, le Dr Heschel n'a pas simplement ajouté un nouvel élément au rituel de Pessah ; elle a plutôt poursuivi la tradition d'adaptation, d'ajustement et d'enrichissement des rituels de Pessah. Ce faisant, elle a donné une voix et une place aux lesbiennes et aux homosexuels. On ne peut que s'interroger : quels autres aspects de la Pâque seront enrichis afin de donner une voix aux groupes marginalisés, aux nouvelles idées et aux conventions culturelles au 21e siècle ?

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

William Brown
William Brown dirige la Biblical Review et est le responsable de la révision d'Ancient History Encyclopedia. Il maîtrise l'hébreu, l'akkadien et le grec, et a publié quelques articles dans des revues universitaires et dans Ancient History Encyclopedia.

Citer cette ressource

Style APA

Brown, W. (2019, avril 19). La Pâque Juive [Passover in the Hebrew Bible]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1363/la-paque-juive/

Style Chicago

Brown, William. "La Pâque Juive." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 19, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1363/la-paque-juive/.

Style MLA

Brown, William. "La Pâque Juive." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 avril 2019. Web. 30 juin 2022.

Adhésion