Les Examens de la Fonction Publique de la Chine Impériale

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 08 février 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

Les examens de la fonction publique de la Chine impériale permettaient à l'État de trouver les meilleurs candidats pour doter la vaste bureaucratie qui gouvernait la Chine à partir de la dynastie Han (206 avant J.-C. - 220 après J.-C.). Les examens étaient un moyen pour un jeune homme de n'importe quelle classe d'entrer dans cette bureaucratie et de faire partie de la classe aristocratique des fonctionnaires érudits. Les examens comportaient plusieurs niveaux et étaient extrêmement difficiles à réussir, exigeant une connaissance approfondie des classiques confucéens, du droit, du gouvernement et de l'art oratoire, entre autres sujets. Pour l'État, le système fournissait non seulement des candidats compétents sélectionnés au mérite, mais garantissait également le développement d'une classe entière qui avait de la sympathie pour le statu quo au pouvoir. Les examens furent en place pendant plus de mille ans et sont la principale raison pour laquelle l'éducation est encore particulièrement vénérée dans la culture chinoise d'aujourd'hui.

Chinese Students Taking Civil Service Exams
Etudiants Chinois passant les examens de la fonction publique
Yu Ren, Wu Yue (Public Domain)

Développement historique

L'idée de recruter des fonctionnaires pour en doter la bureaucratie impériale se développa à partir de la dynastie Han. Une Académie impériale avait été créée en 124 avant J.-C. pour permettre aux érudits d'étudier en profondeur les classiques confucéens et taoïstes, et à la fin de la période Han, cette institution formait un nombre impressionnant de 30 000 étudiants par an. En général, l'État considérait que l'éducation était la marque d'une société civilisée et, afin d'obtenir les meilleurs administrateurs pour gérer efficacement les vastes territoires de la Chine, il fallait toute une classe de fonctionnaires érudits. Ce point de vue prévalut sous différentes dynasties jusqu'au milieu du 20e siècle. À partir du début du 8e siècle, les militaires aussi eurent leur propre série d'examens.

Supprimer la pub

Advertisement

Les souverains de la dynastie Sui (581-618), qui avaient à nouveau unifié la Chine, étaient désireux d'améliorer et de centraliser le système administratif traditionnel mis en place par les Han. Désormais, l'accent n'était plus mis sur les relations familiales des fonctionnaires ni sur les lettres de recommandation de leurs amis puissants, mais sur les capacités démontrées par leurs résultats aux examens de la fonction publique organisés dans la capitale. Ces examens combinaient des éléments de tests utilisés sous les régimes précédents, tels que des questions sur le gouvernement et la connaissance des classiques de la littérature chinoise, notamment ceux sur le confucianisme.

Extrêmement éprouvants, seuls environ 1 % des candidats les réussissaient, bien qu'il fût possible de repasser les examens un nombre illimité de fois.

L'empereur Gaozu (r. 618-626), fondateur de la dynastie Tang (618-906), poursuivit la même politique et y ajouta d'autres améliorations, telles que l'évaluation des capacités d'expression orale des candidats. Les examens eux-mêmes étaient désormais plus sophistiqués, avec des examens réguliers et des examens spéciaux destinés à ne sélectionner que les meilleures recrues. Désormais bien établis, les examens de la fonction publique testaient les connaissances des jeunes hommes dans les domaines suivants :

Supprimer la pub

Advertisement

  • l'écriture et la calligraphie
  • techniques de rédaction formelle
  • littérature classique
  • mathématiques
  • matières juridiques
  • questions gouvernementales
  • poésie
  • l'expression orale claire et cohérente.

Les jeunes hommes devaient également se présenter comme "dignes et droits" et, pour cette raison, certains hommes étaient exclus, par exemple les esclaves, les acteurs, les criminels et les enfants de prostituées.

Les examens étaient initialement organisés par le Conseil de la fonction publique et ensuite par le Conseil des rites, ils avaient lieu chaque année et attiraient jusqu'à 2 000 candidats. Les examens étaient extrêmement difficiles et seulement 1 % des candidats les réussissaient, même s'il était possible de se représenter un nombre illimité de fois. Ceux qui réussissaient passaient ensuite un autre examen devant le Conseil de la fonction publique.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Ming Civil Servant Jiang Shunfu
Fonctionnaire Ming Jiang ShunFu
Unknown Artist (Public Domain)

Sous la dynastie Song (960-1279), les examens furent restructurés pour répondre à une demande plus importante, cinq fois supérieure à celle de la période Tang. Désormais, un examen de qualification était imposé pour sélectionner les candidats les plus susceptibles de réussir les examens proprement dits. Ces pré-tests étaient généralement organisés dans les provinces locales et, à la fin de la dynastie, environ 400 000 candidats les passaient chaque année. Les candidats retenus pouvaient ensuite participer à l'examen qui se déroulait désormais sur trois jours et qui avait lieu chaque année dans la capitale. Ceux qui réussissaient cet examen étaient invités à passer un autre examen au palais impérial. À partir de l'an 973, l'empereur lui-même supervisait personnellement cette dernière série d'examens. C'est également à cette époque qu'ont débuté certaines mesures visant à limiter (mais certainement pas à éliminer) la corruption, telles que l'introduction de la notation anonyme, l'utilisation d'un numéro à la place du nom du candidat pour éviter toute partialité et, dans le cas des examens de deuxième et troisième niveaux, un greffier faisait la copie de l'écriture manuscrite afin de déguiser l'identité de celui qui avait répondu aux épreuves.

Comme si la promesse d'une place dans l'appareil d'État n'était pas une incitation suffisante pour les candidats, il y avait aussi d'autres avantages. Les candidats retenus étaient autorisés à porter certaines robes qui devinrent des symboles de prestige dans la société, ils bénéficiaient de certains avantages fiscaux et leur nouveau statut leur permettait d'éviter les châtiments corporels pour certains délits. Comme toujours, cependant, les candidats devaient être de sexe masculin et avoir un niveau d'instruction relativement élevé au départ. Les enfants de paysans qui ne savaient pas écrire ou n'avaient pas accès aux textes savants n'avaient aucune chance d'améliorer leur position dans la société. En effet, les exigences des examens étaient telles que les parents devaient dépenser beaucoup d'argent dans des cours particuliers pour préparer leurs fils à l'épreuve la plus importante de leur vie. Les candidats étaient aidés par la plus grande disponibilité de livres imprimés, dont certains étaient compilés spécifiquement pour aider les candidats aux examens.

La section "académique" (jinshi) était très importante et il était essentiel de la réussir pour occuper des postes de haut niveau dans la fonction publique.

Lorsque les Mongols régnèrent sur la Chine pendant la dynastie Yuan (1276-1368), les examens furent d'abord supprimés, puis rétablis, mais avec des quotas fondés sur l'origine ethnique des candidats : les Chinois Han n'avaient droit qu'à 25 % des places d'examen. Le système d'examen de la fonction publique fut toutefois entièrement relancé en 1370, sous la dynastie Ming (1368-1644). Ajoutant leurs propres raffinements au système traditionnel des dynasties chinoises précédentes, les Ming introduisirent un système de quotas géographiques afin que les régions les plus riches ne dominent pas, comme cela avait été le cas auparavant, tous les postes de la fonction publique. Parallèlement, l'augmentation du nombre d'écoles permit aux enfants dont les parents ne pouvaient pas se permettre de payer des cours privés de recevoir, du moins dans certaines régions, l'éducation essentielle nécessaire à la préparation des examens.

Supprimer la pub

Advertisement

Les examens de l'ère Ming se déroulaient tous les trois ans - chaque automne dans les provinces, puis chaque printemps dans les grandes villes pour le niveau deux, puis immédiatement après, le niveau trois au palais impérial. Le nombre de candidats n'était pas limité, jusqu'à ce qu'il prenne des proportions telles qu'une mesure prise en 1475 limita les candidats à 300 par session. On accordait également une certaine attention au degré de réussite d'un candidat et à ses sections. La section "académique"(jinshi) était très importante, et il était essentiel de la réussir pour occuper des postes de haut niveau dans la future carrière d'un candidat. Ceux qui obtenaient les meilleures notes dans la section jinshi pouvaient espérer un emploi de choix à la prestigieuse Académie Hanlin, où les documents d'État tels que les nouvelles lois et les décrets impériaux étaient compilés, vérifiés et modifiés. Malgré l'augmentation du nombre de candidats, le taux de réussite restait relativement faible car les examinateurs ne cessaient d'accroître les difficultés. Pendant les Ming, seuls 2 à 4 % des candidats réussissaient les examens de deuxième niveau et 7 à 9 % ceux de troisième niveau.

Commentaries of the Analects of Confucius
Commentaires des Analectes de Confucius
AlexHe34 (CC BY)

Avec la propagation du néoconfucianisme, les examens de la dynastie Ming favorisaient également la connaissance des "Quatre livres" : Les Analectes de Confucius, Mencius, Le Grand Savoir et La Doctrine du Moyen. L'étude de ces textes devint essentielle pour réussir les examens jusqu'à leur abolition au XXe siècle. Les examens eux-mêmes devinrent plus exigeants, les niveaux un et deux comportant chacun trois parties distinctes. Les candidats devaient non seulement répondre à des questions, mais aussi rédiger des essais approfondis, destinés à permettre aux examinateurs d'évaluer les opinions politiques des candidats, et pas seulement leurs compétences académiques. Enfin, sous les Ming, les candidats ayant réussi l'examen du niveau le plus bas mais n'ayant pas réussi le second niveau devaient périodiquement passer des tests s'ils voulaient conserver leur statut.

Sous la dynastie Qing (1644-1911), une autre couche de complication fut ajoutée au système d'examens avec l'introduction d' un examen destiné aux jeunes garçons qu'ils devaient réussir pour pouvoir passer l'examen de la fonction publique régionale de premier niveau. Bien qu'il ait été destiné à développer les compétences des jeunes garçons, tout homme, quel que fût son âge, devait avoir réussi cet examen avant de poursuivre sa route dans le système. Les Qing ajoutèrent également un autre niveau à l'autre bout de cette course d'obstacles académique. Les candidats ayant réussi l'examen de palais de niveau trois devaient passer un autre test écrit, cette fois-ci établi par l'empereur lui-même. La bonne nouvelle était que la réussite de cette épreuve finale signifiait une nomination immédiate à un poste supérieur.

Supprimer la pub

Advertisement

Le point de vue d'un étudiant

L'implication pratique d'une série d'examens aussi difficiles est que les jeunes garçons devaient commencer à apprendre tôt s'ils voulaient avoir la moindre chance de réussir. Dès l'âge de quatre ou cinq ans, des cours particuliers leur permettaient d'apprendre à lire et à écrire en chinois classique, qui était différent du chinois parlé quotidien. Les textes confucéens classiques devaient être mémorisés, à défaut d'être pleinement compris. Les compétences en calligraphie devaient être développées pour donner une impression agréable lors des examens du premier niveau (les autres niveaux avaient des copistes pour des raisons d'impartialité, comme mentionné ci-dessus). Une bonne connaissance de l'histoire de la Chine était une autre bonne base à acquérir à ce stade. Ensuite, ils devaient acquérir les compétences de la dissertation "à huit parties", une présentation formalisée des idées avec des phrases et une structure définies, nécessaires pour certaines des réponses à l'examen.

À l'approche de l'examen, les étudiants se penchaient sur le seul texte classique qu'ils pouvaient choisir pour être testés en profondeur (ils seraient également testés sur d'autres textes) et perfectionnaient leurs compétences en matière de rédaction d'essais sur les questions politiques pratiques du jour. Pour les examens de deuxième et troisième niveaux, la connaissance des édits impériaux, des décrets gouvernementaux et des décisions judiciaires était essentielle, car ils étaient testés sur leur capacité à rédiger de tels documents officiels.

Chinese Examination Cells
Cellules d'examen chinoises
Dr Meierhofer (CC BY-SA)

Le jour de l'examen dans les provinces, tous les candidats s'asseyaient dans un hall ou une cour d'un bureau du gouvernement local. Cet événement, qui durait toute la journée (et qui se répétait deux fois dans la même semaine), était important pour la communauté, avec des stands de vente de nourriture et la présence de la famille et des supporters. Dans les villes, les examens du second degré s'étalaient sur une semaine. Les candidats devaient se présenter la semaine précédant les examens avec tous les documents en règle (même s'il arrivait parfois que des étudiants envoient un remplaçant plus compétent), organiser leur logement et s'assurer qu'ils avaient tous les pinceaux, l'encre et le papier nécessaires. En effet, vu qu'ils resteraient enfermés dans des cellules d'examen individuelles, ils avaient également besoin de nourriture, de bougies et de couvertures. Une cellule avait une façade ouverte afin que les surveillants puissent contrôler tout le monde. À l'intérieur, il y avait un certain nombre de planches en bois ordinaire pour faire un bureau et un siège ou un lit. C'est ici que chaque candidat passait trois jours à passer l'examen. Avant d'entrer, chaque candidat était fouillé et celui qui était pris en flagrant délit de tricherie était expulsé, interdit de se présenter à l'examen suivant et, dans certains cas, privé du certificat qu'il avait obtenu au premier niveau.

Supprimer la pub

Advertisement

L'écrivain Pu Sung-ling (mort en 1715) donne un récit saisissant de ce qu'était un tel examen :

Lorsqu'il entre pour la première fois dans l'enceinte de l'examen et qu'il marche, haletant sous sa lourde charge de bagages, il est comme un mendiant. Ensuite, pendant qu'il subit la fouille corporelle, qu'il est réprimandé par les employés et que les soldats lui crient dessus, il est comme un prisonnier. Lorsqu'il entre enfin dans sa cellule et que, comme les autres candidats, il tend le cou pour regarder à l'extérieur, il est comme la larve d'une abeille. Lorsque l'examen est enfin terminé et qu'il s'en va, l'esprit embrumé et les jambes chancelantes, il est comme un oiseau malade qu'on a libéré de sa cage.

(cité dans Dawson, 35)

Une fois collectées, les copies étaient vérifiées, copiées et présentées aux examinateurs qui donnaient généralement les résultats dans les 20 jours. Ceux qui réussissaient étaient invités à un banquet spécial avec les examinateurs. Ceux qui échouaient devaient invariablement retenter leur chance la fois suivante. L'âge moyen des candidats qui réussissaient était d'environ 30 ans, ceux qui passaient l'examen de troisième niveau du palais ayant peut-être 40 ans.

Impact social

Le système des examens de la fonction publique eut plusieurs effets importants sur la société chinoise. L'idée même que les capacités étaient plus importantes que les liens familiaux et le milieu social était une idée radicale qui fit prendre conscience aux gens de tous horizons qu'ils n'étaient pas obligés de suivre la même vie et le même travail que leurs parents. Les places étaient limitées, les emplois encore plus limités à la fin du processus, et il fallait avoir reçu une éducation de base pour commencer (sans oublier qu'il fallait être un homme), mais il existait, du moins pour certains, une voie possible vers la progression sociale.

Imperial Chinese Examination Hall
Salle d'examen impériale chinoise
Xiu Yang (Public Domain)

Le système d'examen basé sur le mérite eut pour effet secondaire de réduire l'emprise de l'aristocratie héréditaire sur le pouvoir et la richesse. Le potentiel de corruption fut également réduit en remplaçant l'ancien système dans lequel les fonctionnaires locaux nommaient leurs propres subordonnés en fonction des relations familiales et des pots-de-vin plutôt que du mérite (bien que les fonctionnaires de haut rang aient toujours pu contourner le système d'examens et nommer des personnes à des postes subalternes tout au long de l'histoire de la Chine impériale). Un autre effet secondaire de la création de ce désir de rejoindre la classe des érudits-officiels était la création d'une section conforme de la société qui partageait des valeurs communes, dont l'une était de préserver le système qu'ils aspiraient à rejoindre et auquel ils participaient activement. Un principe fondamental du confucianisme était, après tout, le sens du devoir. Enfin, étant donné que ceux qui passaient les examens devaient se déplacer sur de grandes distances pour le faire et que, s'ils réussissaient, leur nomination dans la fonction publique pouvait se faire n'importe où, au moins une partie de la société devenait plus mobile, poursuivant la tendance générale des sections de la population à se déplacer des communautés rurales vers les communautés urbaines.

Le système avait également plusieurs conséquences négatives. Nombre de ceux qui échouèrent à plusieurs reprises aux examens finirent par devenir des enseignants frustrés qui aidaient d'autres candidats ou furent obligés de trouver des postes de commis subalternes, parfois non rémunérés. L'uniformité des systèmes d'examens encourageait le conformisme plutôt que les nouvelles idées. En outre, comme dans tout système fondé exclusivement sur des examens dont la portée ne changeait pratiquement jamais, ceux qui réussissaient étaient ceux qui étudiaient le mieux la manière de réussir plutôt que ceux qui comprenaient le mieux les sujets sur lesquels ils étaient interrogés.

Le système d'examens fut imité dans d'autres pays d'Asie, notamment au Japon, en Corée et au Vietnam. Cependant, à mesure que la période médiévale avançait et que les progrès scientifiques étaient réalisés ailleurs, notamment en Occident, la Chine prit du retard, car le système d'examens mettait l'accent sur la connaissance de la littérature classique et la culture de la sensibilité morale plutôt que sur les sujets scientifiques et techniques. C'est pourquoi, après un millier d'années et après avoir fait partie du tissu même de la vie publique chinoise, les Qing abolirent le système des examens de la fonction publique en 1905. Son héritage demeure cependant dans l'estime particulièrement élevée, voire la vénération, dont jouit l'éducation dans la culture chinoise d'aujourd'hui.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, février 08). Les Examens de la Fonction Publique de la Chine Impériale [The Civil Service Examinations of Imperial China]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1335/les-examens-de-la-fonction-publique-de-la-chine-im/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Les Examens de la Fonction Publique de la Chine Impériale." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 08, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1335/les-examens-de-la-fonction-publique-de-la-chine-im/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Les Examens de la Fonction Publique de la Chine Impériale." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 08 févr. 2019. Web. 25 juin 2022.

Adhésion