Vestale

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 02 septembre 2009
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Vestal Virgin by Canova (by Getty Museum, CC BY-NC-SA)
Vestale par Canova
Getty Museum (CC BY-NC-SA)

Les vestales (latin: Virgo Vestalis) étaient les prêtresses de la déesse romaine du foyer, Vesta, dans la religion d'État de la Rome antique. À différentes époques, il y avait de quatre à six prêtresses en fonction. Elles étaient le seul clergé à plein temps (collegia) d'une divinité romaine, ce qui témoigne de la haute estime dont jouissait la déesse. Elles entretenaient le feu sacré dans le sanctuaire de Vesta dans le Forum romain et accomplissaient d'autres rites associés à la déesse, tels que l'entretien des objets sacrés dans le sanctuaire, la préparation de la nourriture rituelle et l'organisation d'événements publics pendant les Vestalia annuelles, les jours de fête de Vesta (7-15 juin). Elles préparaient aussi rituellement les herbes dont on aspergeait les sacrifices et fabriquaient le pain (pane) qui était offert les jours de fête, comme le 1er mars, qui était le nouvel an romain.

L'écrivain romain Plutarque (45-120 de notre ère) note que:

Supprimer la pub

Advertisement

certains sont d'avis que ces vestales n'avaient d'autre tâche que de préserver le feu [sacré] ; mais d'autres pensent qu'elles étaient les gardiennes d'autres secrets divins, cachés à tous sauf à elles-mêmes.

Leurs fonctions les obligeaient à rester chastes et le clergé masculin n'était pas autorisé à participer aux rites concernant Vesta et les Vestales. Selon des auteurs anciens tels que Tite-Live, la Collegia des Vestales fut instituée sous le règne du deuxième roi romain (peut-être mythique) Numa Pompilius (717-673 av. JC) et demeura un élément important de la vie romaine jusqu'en 394 de notre ère, lorsque l'empereur chrétien Théodose Ier décréta l'interdiction des rituels païens, fit éteindre le feu sacré et dissolut les Vestales.

LES VIERGES ÉTAIENT CHOISIES ENTRE SIX ET DIX ANS PAR LE GRAND PRÊTRE ET DEVAIENT SERVIR PENDANT 30 ANS.

Les vierges étaient choisies entre six et dix ans par le grand prêtre et devaient servir pendant 30 ans (pendant lesquels elles devaient bien sûr rester chastes). Une fois leurs 30 années de service terminées, elles étaient libres de se marier, mais très peu d'entre elles le faisaient car cela était considéré comme une malchance puisqu'elles avaient été, pour l'essentiel, les épouses de Vesta pendant la majeure partie de leur vie et étaient consacrées à la déesse. Plutarque écrit,

Supprimer la pub

Advertisement

Une fois leur mandat achevé, il leur était loisible de se marier et, en quittant l'ordre sacré, de choisir les conditions de vie qui leur convenaient; mais peu d'entre elles, apparemment, le firent; et dans les cas où elles le firent, on a observé que leur changement n'était pas heureux, mais qu'il était toujours accompagné de regrets et de mélancolie; de sorte que le plus grand nombre, par crainte et scrupules religieux, s'est abstenu et a continué jusqu'à la vieillesse et la mort à observer strictement une vie de célibat.

Vestal Virgin, British Museum
Vestale, British Museum
Carole Raddato (CC BY-SA)

Si une Vierge Vestale manquait à ses devoirs, elle était sévèrement battue et la punition pour la perte de la virginité était d'être enterrée vivante, bien que d'autres punitions, plus graves, étaient parfois données, comme se faire verser du plomb fondu dans la gorge. Malgré cela, les vierges vestales étaient honorées par la communauté, la plupart de leurs besoins étaient couverts par les dîmes du temple et elles n'étaient pas soumises à de nombreuses restrictions imposées aux femmes romaines. En fait, c'est parce qu'elles étaient si bien considérées que la sanction de la rupture de leurs vœux était si sévère. Plutarque écrit : "Si ces vestales commettent une faute mineure, elles ne peuvent être punies que par le grand prêtre, qui les flagelle, parfois sans vêtements, dans un endroit sombre, avec un rideau tiré entre les deux ; mais celle qui a rompu son vœu est enterrée vivante près de la porte appelée Collina, où se trouve un petit monticule de terre". La plupart des vierges recensées ont cependant respecté leur vœu et ont continué à travers le temps à honorer leur déesse Vesta, ainsi que la ville et le peuple de Rome, jusqu'à l'avènement du christianisme.

La chute de l'Empire romain, a-t-on dit, fut due à l'acceptation du christianisme et à la négligence des anciens dieux qui avaient assuré la sécurité et la prospérité de la ville pendant si longtemps. Saint Augustin et Orosius ont tous deux écrit pour défendre cette accusation. La profanation du temple de Vesta et le démantèlement des vierges vestales étaient considérés par les païens comme le comble de l'ingratitude pour les services que la déesse avait rendus à la ville au fil des siècles. Une femme nommée Serena, la nièce chrétienne de Théodose Ier, aurait profané le temple de Vesta en s'emparant du collier de sa statue. Pour cet acte, elle fut maudite par l'une des dernières vierges vestales et fut tourmentée par des cauchemars sur sa mort imminente. On ne sait pas si elle mourut jeune ou non, et la véracité du récit n'est pas vérifiée, mais le fait qu'il ait survécu témoigne de l'importance que les Vestales jouaient dans la vie de la Rome antique et de ce que leur perte signifiait pour ceux de la ville qui ne plaçaient pas leur foi dans le nouveau dieu des chrétiens.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2009, septembre 02). Vestale [Vestal Virgin]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-591/vestale/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Vestale." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 02, 2009. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-591/vestale/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Vestale." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 02 sept. 2009. Web. 24 juin 2022.

Adhésion