Opération Gomorrhe

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 mars 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais
X
Burnt-out Hamburg Buildings, Operation Gomorrah (by J. Dowd, Public Domain)
Bâtiments incendiés de Hambourg, opération Gomorrhe
J. Dowd (Public Domain)

L'opération Gomorrhe (alias la bataille de Hambourg ou l'offensive aérienne de Hambourg) fut une campagne de bombardement de zone soutenue sur le port allemand de Hambourg, au cours de quatre attaques nocturnes de la Royal Air Force et de deux attaques diurnes de l'United States Air Force, en juillet et août 1943. Plus de 3 000 bombardiers créèrent une tempête de feu qui entraîna la mort de 46 000 civils, l'une des pires catastrophes civiles de la Seconde Guerre mondiale (1939-45).

Bombardements de zone

Arthur Harris (1892-1984), commandant en chef du Bomber Command de la RAF de février 1942 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avait des idées très précises sur le moyen le plus efficace et le plus rapide de gagner le conflit. Harris, ainsi que d'autres membres du haut commandement, croyait fermement que des bombardements massifs et soutenus (également appelés "bombardement de saturation"), c'est-à-dire le bombardement simultané d'une vaste zone, menés contre les villes les plus importantes d'Allemagne, permettraient d'obtenir la reddition de ces dernières. Fort de sa propre expérience du Blitz de Londres, lorsque la Luftwaffe (l'armée de l'air allemande) avait impitoyablement bombardé la capitale en 1940 et 1941, Harris pensait que le largage de bombes incendiaires, plutôt que de bombes explosives, était le meilleur moyen de détruire une ville. Une très grande force de bombardiers serait cependant nécessaire. Les opérations précédentes avaient montré que les bombardements de jour entraînaient des pertes trop importantes pour les bombardiers en raison des attaques des avions de chasse et des canons antiaériens. La couverture nuageuse était un autre obstacle à la précision des bombardements. Le passage aux bombardements de nuit était devenu nécessaire car les bombardiers étaient alors beaucoup plus difficiles à trouver, même si cela rendait les bombardements encore plus imprécis qu'ils ne l'étaient déjà. Frapper des cibles stratégiques mais relativement petites, comme des usines d'armement ou des bases de sous-marins, s'était avéré infructueux avec la technologie disponible à l'époque. Les reconnaissances effectuées après les raids révélèrent que seul un avion sur trois larguait ses bombes à moins de 8 km de la cible visée. La solution semblait être le bombardement de zone. Si 1 000 bombardiers ou plus - quatre ou cinq fois le nombre habituel utilisé par les deux camps lors d'un seul raid - pouvaient atteindre une ville et larguer des bombes de manière répétée sur une vaste zone, les résultats seraient dévastateurs.

Supprimer la pub
Publicité

Ce qui n'avait pas été pris en compte par tout le monde, c'était que l'effet sur le moral des villes bombardées serait discutable. Comme l'avait montré le Blitz, le moral des civils pouvait être très résistant. Plus important encore, même si les civils pouvaient être démoralisés dans l'Allemagne nazie, ils ne vivaient pas en démocratie, mais sous la dictature où la dissidence pouvait très rapidement se solder par l'emprisonnement ou la mort. En bref, une population civile démoralisée ne signifiait pas qu'un changement de régime s'ensuivrait. Un meilleur argument lié au moral serait d'indiquer le bénéfice pour le moral des civils britanniques (et dans une moindre mesure celui des alliés de la Grande-Bretagne) d'une campagne aérienne qui montrait que les forces armées rendaient en nature les horreurs que les civils britanniques eux-mêmes avaient vécues, une influence bien plus importante sur un gouvernement d'une démocratie.

Le cauchemar des bombardements s'abattit sur Hambourg lors d'une opération baptisée "Gomorrhe", du nom de la ville biblique détruite par Dieu.

Promu maréchal des logis-chef, "Bomber" Harris, comme on l'appelait, devint plus tard une sorte de bouc émissaire pour la campagne de bombardement de la région, car d'autres souhaitaient se dissocier d'une stratégie qui avait tué des dizaines de milliers de civils. Harris ne mena pas seul la guerre aérienne en Europe. Il est important de noter que le Premier ministre Winston Churchill soutenait Harris. À l'époque, le président américain Franklin D. Roosevelt (1933-1945) envisageait de réduire le nombre d'avions fournis à la Grande-Bretagne, et une démonstration de l'utilité des raids aériens pourrait empêcher ces réductions. Enfin, outre la destruction du matériel et du moral, les bombardements de zone à grande échelle présentaient un autre avantage, souvent oublié. Les forces de bombardement importantes subissaient proportionnellement moins de pertes que les forces plus modestes. Comme le note Harris, "l'une des principales idées de l'envoi d'une attaque plus importante était de submerger les défenses, et c'est exactement ce qui s'est passé" (Holmes, 299).

Supprimer la pub
Publicité

Air Chief Marshal Arthur 'Bomber' Harris
Air Chief Marshal Arthur
Flying Officer Stannus (Public Domain)

Les premiers raids de bombardement à grande échelle sur Lübeck et Rostock furent menés avec succès au printemps 1942 et conduisirent au grand test de Harris: Cologne. Dans la nuit du 30 mai 1942, Harris réunit une force de plus de 1 000 bombardiers, comprenant nécessairement des unités d'entraînement, et les dirigea vers Cologne. En fait, la cible préférée de Harris cette nuit-là était Hambourg, mais la couverture nuageuse le fit passer à Cologne. Les habitants de Hambourg furent épargnés sans le savoir, mais leur heure viendrait un an plus tard.

Le meilleur bombardier de la RAF, encore relativement peu nombreux à ce stade, était le bombardier quadrimoteur Avro Lancaster, capable de transporter une charge de bombes allant jusqu'à 6 350 kg. Les bombardiers pilonnèrent Cologne en ne perdant que 40 avions. Considéré comme un succès, d'autres bombardiers furent commandés et la stratégie de bombardement de zone de Harris fut poursuivie, bien qu'aucun n'ait jamais eu le même effet de surprise que Cologne.

Supprimer la pub
Publicité

La RAF déploya de meilleurs équipements ainsi que les nouveaux escadrons Pathfinder (PFF), qui larguaient des indicateurs de cible (TI) afin que les bombardiers Lancaster qui les suivaient puissent mieux voir la cible. Des raids massifs d'un millier de bombardiers furent effectués sur Essen le 1er juin et sur Brême le 25 juin 1942. Les résultats médiocres et le poids des ressources nécessaires pour mener à bien des attaques d'une telle ampleur signifiaient que les opérations futures seraient inévitablement réduites. De mars à juillet 1943, la RAF se concentra sur des cibles plus spécifiques dans le cadre de la bataille de la Ruhr, c'est-à-dire le bombardement des industries liées à l'armement dans le bassin de la Ruhr. L'attaque la plus célèbre fut celle des barrages de la Ruhr dans le cadre de l'opération Chastise, le raid "Dambuster" (Briseur de barrage). Cependant, à la fin du mois de juillet 1943, Harris se tourna à nouveau vers les villes. Cette fois, ce fut au tour de Hambourg de faire face à un cauchemar de bombardements dans le cadre d'une opération dont le nom de code était "Gomorrhe", d'après la ville biblique détruite par Dieu en raison de la méchanceté de ses habitants. Ce nom de code est très évocateur de l'ambition de la RAF pour Hambourg: la destruction totale.

Lancaster Dropping Bombs
Un Lancaster larguant des bombes
Unknown Photographer (Public Domain)

Gomorrhe: L'assaut

Hambourg était la deuxième ville d'Allemagne, le plus grand port d'Europe et possédait d'importants chantiers navals qui avaient construit, entre autres, le puissant cuirassé Bismarck. On y trouvait également des chantiers navals de sous-marins et des usines d'aviation importants et actifs. De nombreux habitants de la ville travaillaient bien sûr dans ces chantiers navals et ces usines. Il y avait une autre raison pour laquelle Hambourg était une bonne cible: étant proche de la côte, elle était plus facile à trouver qu'une ville à l'intérieur des terres, et elle était bien délimitée par le fleuve Elbe qui la traversait de part en part. Pour toutes ces raisons, Hambourg avait déjà été attaquée en janvier 1943, mais le raid d'environ 150 bombardiers n'avait pas été un succès, les bombardements étant trop dispersés. L'opération Gomorrhe allait remédier à cet échec.

Lors de la deuxième nuit de bombardement, l'utilisation de bombes hautement explosives et de bombes incendiaires créa une énorme tempête de feu.

La RAF réunit un nombre sans précédent de 3 000 bombardiers pour attaquer Hambourg au cours de quatre nuits distinctes: 24, 27, 29 juillet et 2 août. Selon Albert Speer (1905-1981), le ministre allemand de l'armement, les forces de la RAF se composaient chaque nuit de 791, 787, 777 et 750 bombardiers. Un peu moins de la moitié de la force était composée de Lancasters. L'objectif de ces attaques était que tous les bombardiers survolent leur cible en un temps record de 90 minutes. En plus de cet assaut, l'Eight Air Force de l'armée de l'air américaine (USAAF), désormais basée en Grande-Bretagne, mena des raids diurnes plus légers les 25 et 26 juillet, avec 235 bombardiers B-17F. Contrairement à la RAF, les cibles de l'USAAF étaient précises: l'usine de moteurs d'avion Klockner et les chantiers navals Blohm & Voss. Les anges de la mort de Gomorrhe déverseraient quelque 8 600 tonnes de bombes sur la ville en six vagues.

Supprimer la pub
Publicité

Lors des attaques, la RAF utilisa pour la première fois des paillettes, essentiellement des bandes recouvertes de papier d'aluminium larguées par milliers pour créer un nuage de métal qui fit des ravages dans les défenses radar allemandes et les dispositifs de visée des armes antiaériennes. Les défenseurs ne voyaient qu'un nuage de points blancs sur leurs écrans et ne pouvaient pas différencier les avions des bandes de papier d'aluminium. Les bombardiers larguèrent leurs charges à travers la ville, la zone de dévastation s'étendant au fur et à mesure que chaque escadron successif larguait juste un peu avant les bombardiers précédents, un phénomène indésirable connu sous le nom de "creepback" (bombardement à reculons) qui entraîna la chute de certaines bombes à 7 miles (11 km) du centre de bombardement. Le taux de perte d'avions varia de 1,5 à 6 % selon les nuits. Au total, 86 bombardiers furent perdus. Le rapport officiel de la RAF sur les dégâts indiqua froidement: "La ville de Hambourg est maintenant en ruines. La destruction générale est d'une ampleur jamais vue dans une ville de cette taille" (Spick, 37).

RAF Bomber Target Indicators, Hamburg
Indicateurs de cible des bombardiers de la RAF, Hambourg
RAF Photographer (Public Domain)

La tempête de feu

Les bombardiers de la deuxième nuit utilisèrent une combinaison de bombes explosives et de bombes incendiaires, ce qui créa une énorme tempête de feu, littéralement un ouragan de feu créé par l'homme. Le phénomène fut alimenté par un temps chaud et venteux. Dans une tempête de feu, les incendies, qui ont désespérément besoin d'oxygène, aspirèrent l'air d'ailleurs, ce qui créa un vent de feu qui propagea rapidement les flammes et les débris brûlants sur une zone de plus en plus large. Finalement, des masses d'incendies fusionnèrent pour créer une énorme tempête avec des vents de la vitesse d'un ouragan. Les températures grimpèrent jusqu'à 800 degrés Celsius dans certaines zones. La zone touchée s'étendait sur 22 km2, les incendies se propageant de manière incontrôlée, les services de lutte contre les incendies n'ayant aucun moyen de lutter contre les températures extrêmes ou la vitesse du feu qui se propagea à toute la ville en 60 minutes seulement. Des milliers de personnes furent asphyxiées par l'air surchauffé.

Un journaliste hambourgeois, Ben Witter, donne le témoignage suivant sur le raid de Hambourg:

...J'ai vu des gens s'enfuir, ils brûlaient comme des torches, et notre voiture passait en cahotant sur des morts. À cause de la chaleur, les corps avaient rétréci et nous pensions qu'il s'agissait d'enfants, mais c'étaient des adultes. Cette attaque s'est concentrée sur une zone où vivaient de nombreux ouvriers, mais qui comptait également de nombreuses usines. Toute la zone était traversée par des canaux et la plupart des gens ont essayé de sauter dans ces canaux, mais l'eau était en feu. (Holmes, 303)

Speer résume la tragédie comme suit:

Les premières attaques ont mis les canalisations d'eau hors service, de sorte que, lors des bombardements suivants, les pompiers n'avaient aucun moyen de lutter contre les incendies. D'énormes conflagrations créèrent des tempêtes de feu semblables à des cyclones; l'asphalte des rues commença à brûler; les gens furent asphyxiés dans leurs caves ou brûlés à mort dans les rues. (389)

Lancaster Bomber over Hamburg
Avro Lancaster au-dessus d'Hambourg
Ian Dunster (Public Domain)

Bilan des morts et des dégâts

Les pertes humaines furent énormes. 800 militaires furent tués dans l'attaque. Environ 46 000 civils périrent, dont 22 000 femmes et 5 000 enfants. Pour donner une idée du nombre de victimes, environ 60 500 civils furent tués dans les bombardements allemands sur la Grande-Bretagne pendant toute la durée de la guerre.

Supprimer la pub
Publicité

La moitié de la ville de Hambourg fut détruite et les deux tiers des survivants, soit un million de personnes, durent être évacués. Les tapis de bombes anéantirent 580 usines de l'industrie de l'armement. En revanche, les chantiers navals ne subirent pas de dommages significatifs et l'usine de moteurs d'avion Klockner ne fut jamais touchée par les bombes. Les bombardiers de l'USAAF avaient été fortement gênés par l'énorme quantité de fumée qui s'élevait au-dessus de toute la ville. C'est pourquoi un groupe de B-17F choisit deux autres cibles: le chantier naval Howaldtswerke (légèrement endommagé) et la centrale électrique Neuhof (détruite). L'envoi des bombardiers de zone de la RAF avant les bombardiers de précision de l'USAAF avait manifestement été une erreur, même si les défenseurs de la ville envoyaient eux-mêmes de la fumée à partir de pots fumigènes pour obscurcir le ciel. Outre les dégâts subis par l'usine, l'élimination d'un grand nombre d'ouvriers affecta considérablement la reprise de la production. On estime par exemple que le manque d'ouvriers disponibles après le raid empêcha la construction de 27 U-boote qui auraient pu être construits. Les chantiers navals ne se rétablirent jamais complètement, mais ils retrouvèrent environ 80 % de leur capacité en l'espace de cinq mois.

Speer remarqua:

La dévastation causée par cette série de raids aériens ne peut être comparée qu'aux effets d'un grand tremblement de terre... une série d'attaques de ce type, étendue à six autres grandes villes, mettrait un terme total à l'armement de l'Allemagne... Heureusement pour nous, une série de raids du type de celui de Hambourg n'a pas été répétée à une telle échelle contre d'autres villes. Ainsi, l'ennemi nous permit une fois de plus de nous adapter à sa stratégie.

(389)

Albert Speer, 1943
Albert Speer, 1943
Bundesarchiv, Bild 183-J14204 (CC BY-SA)

Conséquences

En Grande-Bretagne, l'opération Gomorrhe était considérée comme un succès. La destruction imposée à l'ennemi s'était faite au prix de la perte de 21 bombardiers de l'USAAF et de 87 de la RAF. L'effet sur le moral des troupes était difficile à mesurer, mais il est peut-être significatif qu'Hitler n'ait pas visité la ville et qu'il ait ordonné l'interdiction de diffuser des informations sur les raids de Hambourg.

L'utilisation de pailettes dans l'offensive aérienne de Hambourg, un dispositif que les Allemands avaient eux-mêmes mais qu'ils n'avaient pas encore utilisé, obligea l'armée de l'air allemande à repenser sa stratégie de défense aérienne. Auparavant, les systèmes Kammhuber Line et Raumnachtjagd signifiaient que les avions de chasse étaient répartis dans des "boîtes" sur une grille imaginaire à travers l'Europe du Nord, les avions tournant autour de ces "boîtes" pendant la nuit jusqu'à ce que les opérateurs radar ne leur indiquent la direction des avions ennemis. Le problème du raid de Hambourg était que de nombreux chasseurs n'avaient pas reçu l'autorisation de quitter leur "boîte". La stratégie Wilde Sau ("Sanglier sauvage"), qui permettait aux chasseurs de voler librement au-dessus des villes et d'attaquer les bombardiers ennemis à leur guise, constitua une nouvelle tactique supplémentaire. Pour s'assurer que les chasseurs ne soient pas touchés par leurs propres canons antiaériens, les chasseurs patrouillaient au-dessus d'une altitude prédéterminée. Les bombardiers alliés étant attaqués d'en haut et rendus visibles par rapport aux incendies des cibles qu'ils bombardaient, l'opération Wilde Sau s'avéra fructueuse.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Hambourg mit de nombreuses années à se remettre de l'opération Gomorrhe. Un pilote de la RAF, le capitaine d'aviation Jimmy Davidson, qui avait été surpris par l'ordre de bombarder la ville à plusieurs reprises, s'y rendit à nouveau en juillet 1945, cette fois au sol. Davidson remarque:

La désolation semblait totale - des hectares de ruines sans vie - et j'étais plus qu'heureux que personne ne puisse pointer du doigt et dire où mes bombes étaient tombées. C'était une chose de bombarder dans le feu de l'action et une autre de voir sa contribution sur le paysage d'un ennemi vaincu.

(Neillands, 240-1)

Le Bomber Command poursuivit sa stratégie de bombardement de zone, mais le manque de ressources ne permit pas d'agir immédiatement, contrairement à ce que craignait Speer. Il n'y aurait pas de répétition immédiate de Gomorrhe. La prochaine cible majeure des bombardements fut la capitale allemande, de novembre 1943 à mars 1944, dans le cadre d'une campagne soutenue connue sous le nom de "bataille de Berlin".

Lancaster Bomber Propaganda Poster
Poster de propagande avec un Avro Lancaster
Office of War Information. (Public Domain)

La stratégie de bombardement de zone resta controversée, de nombreux dirigeants des deux camps soulignant que le bombardement de précision restait extrêmement difficile, l'ennemi faisant constamment des progrès dans sa technologie de défense. En fin de compte, la RAF et l'USAAF combinèrent les bombardements de zone et de précision dans le cadre de ce que l'on a appelé l'offensive combinée de bombardiers (Combined Bomber Offensive). En outre, la guerre aérienne restait le seul moyen de porter la guerre directement aux portes de l'Allemagne, en l'absence d'une invasion terrestre qui n'interviendrait pas avant le jour du débarquement, en juin 1944. La possibilité d'une grande protection des bombardiers grâce au vol en formation rapprochée de l'USAAF et l'arrivée en grand nombre du P-51 Mustang, le nouveau chasseur américain à long rayon d'action, signifiaient que les bombardiers étaient mieux protégés que jamais et que le bombardement de précision de jour pouvait être privilégié en Europe tout au long de l'année 1944. En février 1945, les raids de milliers de bombardiers de la RAF pendant la Seconde Guerre mondiale se poursuivirent, faisant une nouvelle victime tristement célèbre: Dresde.

Bien que Harris soit resté convaincu que le bombardement des villes conduirait à la capitulation de l'Allemagne, cette stratégie pouvait être considérée comme allant à l'encontre de la directive Pointblank (juin 1942), en vertu de laquelle le haut commandement allié avait convenu que le bombardement de cibles de valeur militaire et stratégique était prioritaire par rapport aux cibles civiles en vue des prochaines opérations terrestres en Europe (bien que la directive soit ambiguë puisqu'elle inclut la baisse du moral des civils comme un objectif légitime). Les lourdes pertes subies par la RAF, l'absence de preuve que le moral des civils allemands avait été brisé et l'inquiétude suscitée par le nombre élevé de victimes civiles contribuèrent à discréditer sérieusement l'idée des bombardements de zone dans l'esprit des décideurs militaires et de l'opinion publique, du moins en Europe. Ce fut certainement le cas lorsque la guerre entra dans une nouvelle et dernière phase axée sur les opérations terrestres.

Les horreurs inimaginables des bombardements de zone se smanifestèrent à nouveau de mai à juillet 1945 lorsque, pour éviter une offensive terrestre telle que le débarquement de Normandie, les civils de presque toutes les villes japonaises furent soumis à des bombardements massifs, une campagne de terreur qui culmina avec la dévastation totale d'Hiroshima et de Nagasaki à l'aide de bombes atomiques.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'ont fait les Britanniques à Hambourg?

Les bombardiers britanniques (et dans une moindre mesure américains) ont détruit Hambourg en juillet et août 1943, créant une tempête de feu qui tua quelque 46 000 civils.

Pourquoi les Alliés ont-ils bombardé Hambourg?

Les Alliés ont bombardé Hambourg au cours de l'été 1943 afin de détruire d'importantes usines d'armement et des chantiers navals de sous-marins, et de saper le moral des civils allemands.

Combien de personnes sont mortes lors du bombardement de Hambourg?

Lors du bombardement de Hambourg en juillet/août 1943, environ 46 000 civils ont trouvé la mort, la plupart dans l'air surchauffé et les flammes d'une tempête de feu.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2024, mars 20). Opération Gomorrhe [Operation Gomorrah]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22791/operation-gomorrhe/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Opération Gomorrhe." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 20, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22791/operation-gomorrhe/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Opération Gomorrhe." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 mars 2024. Web. 26 mai 2024.

Adhésion