Kremlin

Définition

Liana Miate
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 25 janvier 2024
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
The Kremlin from the House on the Embankment (by Semyon Borisov, CC BY-SA)
Le Kremlin vu de la Maison sur le Quai
Semyon Borisov (CC BY-SA)

Le Kremlin est un complexe fortifié situé au centre de Moscou, en Russie, composé de tours, de hauts murs, de palais et de cathédrales. La construction du Kremlin commença dès le XIIe siècle. Le Kremlin est l'un des monuments les plus célèbres de Russie. Il a joué un rôle crucial dans l'histoire du pays en tant que siège principal de la royauté et du gouvernement russes.

Construit sur la colline Borovitsky et entouré de la Place Rouge, de la Moskova et des Jardins d'Alexandre, le Kremlin est caché derrière de hauts murs et s'étend sur 28 hectares. Avec ses riches marbres, ses murs rouges, ses pierres blanches et ses tuiles colorées, il est un rappel étincelant de la splendeur de la Russie. Il reste un symbole durable de la longue histoire de la Russie, ses murs témoignant des couronnements, des funérailles, des exécutions et des intrigues politiques. Il a été incendié, détruit et reconstruit à de nombreuses reprises au cours de l'histoire. L'histoire du Kremlin peut être divisée en trois grandes périodes: le Kremlin original en bois, le Kremlin de la Renaissance et le Kremlin moderne.

Supprimer la pub
Advertisement

Fondation

Le Kremlin fonctionnait comme une petite ville et devint le centre politique et économique de Moscou.

Le premier Kremlin fut construit en 1156, sous le règne du prince Youri Dolgorouki (1099-1157). La structure en bois avait été construite à un emplacement stratégique au sommet de la colline Borovitsky, s'élevant à 145 mètres au-dessus du niveau de la mer et surplombant la Moskva et la rivière Neglinnaya (cette dernière est aujourd'hui souterraine). La Moskva se jette dans les principales voies navigables de Russie, notamment la Volga et la mer Caspienne, ce qui en fait le carrefour entre le nord et le sud de la Russie.

Le premier Kremlin était entouré d'un fossé de 5 mètres de profondeur et d'un mur de chêne. À l'intérieur des murs se trouvaient les maisons des prêtres, des marchands et du domaine princier. Il s'étendait sur 3 hectares.

Supprimer la pub
Advertisement

Ivan Ier de Moscou

Le prince Ivan Danilovitch Kalita (Ivan Ier de Moscou, r. de 1325 à 1340) fut le premier souverain important de Moscou qui apporta des changements majeurs au Kremlin. Ivan Ier était un allié de la Horde d'or mongole, ce qui lui conférait puissance et protection. Il utilisa sa richesse pour transformer Moscou en une grande ville. Il construisit la cathédrale de l'Assomption (1326/1327), l'église Saint-Jean de l'Échelle au Clocher (1329), la cathédrale du Sauveur de la Forêt (1330) et la cathédrale de l'Archange (1333). Il remplaça également les murs du Kremlin par du chêne massif. Des tours pouvant atteindre 13 mètres furent élevées et des portes furent créées.

Le Kremlin fonctionnait comme une petite ville et devint le centre politique et économique de Moscou. Sous le règne d'Ivan Ier, il était connu sous le nom de grad (la ville). Les riches firent construire de grandes demeures à l'intérieur de ses murs, à côté du palais et des cathédrales. Bien que le Kremlin ait gagné en taille et en splendeur, il restait une forteresse construite essentiellement en bois, ce qui constituait une menace importante, et les murs ne tardèrent pas à se dégrader.

Supprimer la pub
Advertisement

Bird's-Eye View of the Kremlin
Vue aérienne du Kremlin
Georgy Nadezhdin / TASS photo chronicle (CC BY)

Prince Dmitri Donskoï

Le prince Dmitri Donskoï (r. de 1359 à 1389) était le petit-fils d'Ivan Ier. Sous son règne, le Kremlin fut détruit et reconstruit, ce qui incita Dmitri à remplacer les murs et les tours en bois par de la pierre blanche en 1367. Les nouveaux murs furent construits au-delà des anciens, augmentant ainsi la taille de la forteresse. Un nouveau fossé fut creusé, les murs furent portés à 7 mètres de haut, des créneaux furent mis en place et de l'artillerie fut placée sur les remparts.

Le nouveau Kremlin fut achevé en 1368 et fut rapidement face à une invasion de l'armée lituanienne sous la direction du prince Olgierd (r. de 1345 à 1377). Le premier siège ne dura que trois jours, l'armée lituanienne étant submergée par l'imposante structure du Kremlin. Ils revinrent en 1370, mais ne parvinrent pas à franchir les murs du Kremlin. Ils réussirent toutefois à brûler une partie de la ville à l'extérieur du Kremlin. Cette seconde attaque se termina rapidement par une trêve, et le Kremlin fut une fois de plus épargné de tout dommage réel.

Chute du Kremlin en 1382

En 1382, le Kremlin dut faire face à sa première véritable menace, celle de la Horde d'or mongole et du khan Tokhtamysh (r. de 1379 à 1380). Le prince Dmitri s'enfuit de Moscou à l'approche de la Horde d'or. Le Kremlin résista à trois jours de siège - une résistance impressionnante face à 30 000 hommes entraînés.

Supprimer la pub
Advertisement

Au final, la chute du Kremlin fut le résultat d'une ruse. Les princes de Souzdal de la Principauté de Vladimir-Souzdal s'étaient rangés du côté du Khan Tokhtamysh et de la Horde d'Or. Ils persuadèrent les gens du Kremlin que la Horde d'Or était en conflit avec Dmitri et non avec le peuple moscovite. Croyant à ce mensonge, les portes du Kremlin furent ouvertes et la Horde d'Or frappa. Elle saccagea et brûla le Kremlin et tua ou réduisit en esclavage des milliers de personnes. Dmitri retourna au Kremlin, agrandit ses murs et ses défenses, et reconstruisit les bâtiments en pierre.

Cathedral of the Archangel, Moscow
Cathédrale de l'Archange Saint-Michel de Moscou
Ludvig14 (CC BY-SA)

Le Kremlin italien

Au XVe siècle, de nombreux bâtiments du Kremlin s'étaient dégradés et étaient tombés en ruine. Les incendies, les tremblements de terre et les éléments avaient eu raison des structures qui n'avaient pas été construites pour durer. Sous son règne, Ivan III (Ivan le Grand, r. de 1462 à 1505) entreprit le grand projet de reconstruire le Kremlin. Il voulait que Moscou représente la puissance de la Russie, une ville que l'on appelait la "troisième Rome". À l'époque de la Renaissance, le talent des architectes italiens était admiré dans toute l'Europe et, en 1474, Ivan III envoya un groupe de représentants en Italie pour engager un architecte italien.

En 1538, les murs en bois avaient été remplacés par des murs en briques, sept portes et 13 tours.

Ridolfo Fioravanti (c. 1415/1420 à c. 1486), architecte, ingénieur et expert en fortifications militaires de Bologne, fut ramené à Moscou. Ses talents étaient très recherchés, mais Ridolfo décida que Moscou serait le meilleur endroit pour montrer toute l'étendue de son travail.

Supprimer la pub
Advertisement

Fioravanti ordonna l'utilisation de briques au Kremlin pour renforcer les structures en calcaire déjà existantes et introduisit l'utilisation de bêches métalliques et d'un système de poulies auprès des constructeurs. Ses bâtiments étaient d'une couleur crème pâle, ce qui leur donnait une allure élégante. L'œuvre la plus célèbre de Fioravanti est la cathédrale de la Dormition, consacrée en 1479 et considérée comme l'une des cathédrales les plus sacrées de Moscou. Après la mort de Fioravanti, d'autres architectes et ingénieurs furent amenés d'Italie.

En 1480, l'architecte Marco Ruffo (Marc Friazine) arriva à Moscou et travailla sur le palais grand-ducal (1514) et sur le magnifique Palais à facettes, la salle de restauration royale. À la demande d'Ivan III, Alvise le Nouveau (communément identifié comme Alvise Lamberti de Montagnana) entame la construction de la nouvelle cathédrale de l'Archange (1508), futur lieu de sépulture de nombreux royaux. Cependant, Ivan III mourut trois ans avant l'achèvement des travaux et ne put jamais voir le résultat final: un magnifique édifice de briques rouges et de pierres blanches. Le clocher d'Ivan le Grand fut achevé en 1508 par l'architecte Bon Friazine. Il s'agit de la plus haute structure du Kremlin, qui joue un rôle crucial dans les défenses du Kremlin en tant que tour de guet centrale.

Ivan the Great Bell Tower
Clocher d'Ivan le Grand
Gérard Janot (CC BY-SA)

Le plus célèbre architecte italien à avoir travaillé au Kremlin fut Pietro Antonio Solari (alias Solario, c. 1445-1493), qui arriva à Moscou en 1490 pour poursuivre le travail de Fioravanti. Solari construisit la tour Tour de Constantin-et-Hélène (ou Konstantino-Eleninskaïa) et la tour Borovitskaya en 1490. En 1491, Solari acheva les tours et les portes d'entrée les plus importantes du Kremlin (la Frolov et la Nikolsky). Solari acheva également la ligne principale des murs et le Palais à Facettes (1492). Son dernier projet fut la Tour de l'Arsenal d'angle (Sobakina), dans laquelle il intégra un réservoir d'eau qui fonctionne encore aujourd'hui. Avant sa mort, Solari recommanda que son remplaçant soit Alvise da Carcano, qui créa un fossé reliant les rivières Moskva et Neglinnaya en 1508.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le successeur d'Ivan III, Vassili III de Russie (r. de 1505 à 1533), continua à faire appel à des architectes italiens pour construire une deuxième ligne de murs et de tours. En 1538, les murs de bois avaient été remplacés par des murs de briques, sept portes et 13 tours. Le Kremlin devint un labyrinthe de murs et de tours, dont les défenses et la disposition étaient tenues secrètes pour les étrangers, bien que la majeure partie ait été construite par des architectes et des ingénieurs italiens.

Le Kremlin sous Ivan le Terrible

Ivan IV de Russie (Ivan le Terrible, r. de 1547 à 1584) fut le premier souverain russe à être officiellement couronné tsar. C'est sous son règne que la forme moderne du Kremlin commença à se dessiner. Les rues furent pavées, le palais du tsar rénové et agrandi, et la cathédrale de l'Annonciation (1489) fut coiffée de neuf coupoles. Le Kremlin devint rapidement une forteresse pour les tsars et leurs plus proches confidents, Ivan IV se saisissant des propriétés des marchands et des nobles pour les donner à ses fidèles partisans.

Konstantino-Eleninskaya Tower, Moscow
Tour de Constantin-et-Hélène, Moscou
A.Savin, Wikipedia (CC BY-SA)

Le Kremlin pendant la période des troubles

La période des troubles (1598-1612) débuta avec la mort du tsar Fédor Ier de Russie (r. de 1584 à 1598), qui ne laissa pas d'héritiers. S'ensuivit une décennie de mort et de destruction, au cours de laquelle le trône fut disputé. Les boyards (nobles russes) furent piégés derrière les hauts murs du Kremlin, qui fut saisi par des forces étrangères, et les bâtiments environnants de Moscou furent réduits en cendres.

La famine et la maladie finirent par s'abattre sur la ville de Moscou, y compris sur les habitants du Kremlin qui devint rapidement un symbole de destruction et de mort.

Les Romanov et le Kremlin

Michel Ier Romanov (r. de 1613 à 1645) fut le premier tsar des Romanov. Son règne commença peu après la fin de la période des troubles, et les murs du Kremlin étaient encore couverts de suie, tandis que les rues étaient encombrées de gravats. Les portes étaient brisées et les douves étaient remplies de débris. Michel Ier augmenta les impôts pour que les réparations urgentes puissent être effectuées. Le palais à Facettes fut réparé à la hâte afin que Michel Ier puisse y célébrer son couronnement. Une fois de plus, des ouvriers furent amenés de l'étranger pour travailler au Kremlin, car la main-d'œuvre et les matériaux locaux faisaient défaut.

Le projet de construction le plus remarquable sous le règne de Michel Ier fut le palais des Térems (années 1630), construit en briques par une équipe de bâtisseurs russes. Il s'agissait d'un bâtiment grandiose avec des sculptures complexes, des couleurs vives, des fenêtres vitrées et un toit doré. Le palais des Térems devint la résidence principale des tsars au cours du XVIIe siècle.

Palace of Facets Pillar
Palais à Facettes
polikliet (CC BY-SA)

Pierre Ier de Russie (alias Pierre le Grand) fut tsar de Russie de 1682 à 1721 et empereur de Russie de 1721 à 1725. Sous son règne, le Kremlin était considéré comme une forteresse démodée aux multiples problèmes. Il avait été blanchi à la chaux pour rappeler son aspect d'origine et n'était plus aussi frappant ou distinctif. Pierre Ier était de nature agitée et se rendait souvent dans son domaine de chasse à Preobrajenskoïé. Cependant, il revenait régulièrement au Kremlin pour s'occuper des affaires de l'État. Pierre Ier fit construire une nouvelle ville, Saint-Pétersbourg, qui devint la nouvelle capitale de la Russie en 1713. Le Kremlin resta une résidence royale, mais fut bientôt considéré comme une vieille relique.

L'impératrice Élisabeth de Russie (r. de 1741à 1762) fit appel à son architecte favori, Francesco Bartolomeo Rastrelli (1700-1771), pour construire un palais d'hiver (1749) au Kremlin. Ce palais d'hiver était en bois et constituait une version moins opulente de celui de Saint-Pétersbourg (1754), également construit par Rastrelli.

Catherine II de Russie (Catherine la Grande, r. de 1762 à 1796) n'aimait ni Moscou ni le Kremlin, mais elle connaissait son importance pour le peuple russe et choisit d'y organiser son couronnement. En 1770, Catherine élabora un plan de restauration des principales cathédrales du Kremlin. Catherine II choisit l'architecte russe Vassili Bajenov (1737-1799) pour transformer le Kremlin en un lieu digne de l'Empire russe. S'inspirant de la basilique Saint-Pierre de Rome et ayant grandi autour du Kremlin, il fut inspiré pour apporter des changements majeurs.

Au XIXe siècle, le Kremlin était un symbole de la splendeur et de la gloire russes.

La vision de Bajenov comprenait un nouveau grand palais, des terrains de parade et des carreaux de marbre. Pour faire place à ce projet, d'anciens bâtiments du Kremlin durent être démolis, notamment la Tour sans nom, la Tour Taynitskaya, l'Armurerie et une cathédrale dédiée aux martyrs. Bajenov testa son travail sur des modèles miniatures qui attirèrent des foules d'admirateurs. Tous les travaux de construction furent interrompus par la peste qui frappa Moscou en 1771 et ne reprirent qu'en 1772. Il renforça et répara les trois principales cathédrales et le clocher d'Ivan le Grand. La première pierre de son palais fut enfin posée. Des colonnes doriques représentant l'Asie, l'Europe, l'Afrique et l'Amérique furent placées à chaque coin du plan du palais.

Cependant, la construction du palais se heurta rapidement à des difficultés. Catherine se désintéressa du projet et manqua même l'inauguration et la pose des briques cérémonielles. En fin de compte, l'héritage durable de Bajenov au Kremlin est constitué de ses modèles de palais miniatures. Il ne put jamais construire son grand palais au Kremlin.

À la fin du XVIIIe siècle, la construction du Kremlin fut confiée à l'architecte Matveï Kazakov (1738-1812), qui donna une touche gothique aux structures du Sénat et du gouvernement. Un autre architecte, Ivan Egotov (1756-1815), construisit le dernier manège militaire, qui devint plus tard le premier musée d'histoire russe.

Dormition Cathedral, Moscow
Cathédrale de la Dormition, Moscou
Daniel Kruczynski (CC BY-SA)

Napoléon attaque le Kremlin

Au XIXe siècle, le Kremlin était devenu le symbole de la splendeur et de la gloire russes. En 1812, l'armée de Napoléon Bonaparte (r. de 1804 à 1815) entra en Russie, battit les hommes du maréchal Mikhaïl Koutouzov (1745-1813) et s'empara du Kremlin. Il y resta un jour avant qu'un incendie ne se propage à nouveau à Moscou. Le feu encercla le Kremlin et Napoléon se retira par un tunnel qui aboutit sur les rives de la Moskova.

Il resta au palais Petrovski à Moscou jusqu'à ce que les incendies ne soient éteints. Il retourna ensuite au Kremlin et décida d'en faire sa résidence et sa cour. À l'approche de l'hiver, la nourriture devint de plus en plus difficile à trouver. Napoléon et ses hommes se replièrent à nouveau, mais pas avant d'avoir ordonné la destruction du Kremlin. Le palais à Facettes fut incendié et des barils de poudre à canon furent placés autour des tours et des murs. La poudre prit l'humidité et la tentative de destruction du Kremlin, tout comme l'invasion de la Russie par Napoléon, fut en grande partie un échec. Certains murs et tours furent endommagés et la tour Vodovzvodnaïa fut abattue. Un soldat russe aurait déclaré: "Tant que les cloches sonnent, le Kremlin perdure."

Emperor Napoleon in His Study at the Tuileries
L'empereur Napoléon dans son cabinet de travail aux Tuileries
Jacques-Louis David (Public Domain)

L'architecte Fédor Sokolov (1752-1824) fut engagé pour reconstruire le Kremlin. Il fallut 20 ans pour que le Kremlin retrouve sa splendeur d'antan.

Structures remarquables du Kremlin

Au fil des ans, plusieurs tours, cathédrales, églises et palais furent construits au Kremlin. En voici quelques exemples:

Les tours

  • La tour Tainitskaïa (la tour secrète), achevée en 1485
  • La tour Beklemishevskaïa (tour de Beklemishev), achevée en 1488
  • Tour Vodovzvodnaïa (Tour d'adduction d'eau), achevée en 1488
  • La tour Konstantino-Eleninskaïa (Tour de Constantin-et-Hélène), achevée en 1490
  • Tour BorovitskaÏa (Tour de la colline ou de la forêt), achevée en 1490
  • Tour Spasskaïa (Tour du Sauveur), achevée en 1491
  • La tour Nikolskaïa (la tour Saint-Nicolas), achevée en 1491
  • La Komendantskaïa (la Tour du Commandement), achevée en 1495
  • La tour Nabatnaïa (la tour de l'alarme), achevée en 1495
  • La tour Oruzheynaïa (Tour de l'Armurerie), achevée en 1495
  • La tour Troitskaïa (Tour de la Trinité), achevée en 1499
  • Le clocher d'Ivan le Grand, achevé en 1508

Cathédrales et églises

  • L'église de la Nativité de Théotokos, consacrée en 1394
  • La cathédrale de la Dormition, consacrée en 1479
  • L'église de la Déposition de la Robe, consacrée en 1485
  • La cathédrale de l'Annonciation, consacrée en 1489
  • La cathédrale de l'Archange, consacrée en 1508
  • La cathédrale de Vassili le Bienheureux (cathédrale Saint-Basile), consacrée en 1561
  • L'église des Douze Apôtres, consacrée en 1656

Les palais

  • Le palais à Facettes, achevé en 1492
  • Palais des Térems, achevé en 1636
  • Le Grand palais du Kremlin, achevé en 1849
  • Le palais d'État du Kremlin, achevé en 1961

Grand Kremlin Palace, Moscow
Grand Palais du Kremlin, Moscou
Ed Yourdon (CC BY-SA)

Le Kremlin aujourd'hui

Le Kremlin est l'un des monuments les plus célèbres et les plus visités de Russie. Il a joué un rôle essentiel dans l'histoire royale, politique, religieuse et militaire de la Russie. Aujourd'hui, il reste le centre du gouvernement russe, le Grand palais du Kremlin devenant la résidence officielle du président russe en 2023.

Le Kremlin reste une forteresse dans tous les sens du terme. Sa sécurité est assurée par un commandement russe et le régiment du Kremlin (régiment présidentiel), et des protocoles de sécurité stricts ont été mis en place pour protéger ce monument historique, tels que des systèmes de brouillage GPS et la protection de la région de défense aérienne de Moscou. Malgré toutes ces mesures de sécurité, les touristes sont autorisés à visiter le Kremlin. Des milliers de visiteurs sont attirés chaque année par l'imposante forteresse aux dômes dorés, aux murs rouges, aux tours et aux toits multicolores. Le Kremlin a connu les meilleurs et les pires moments de l'histoire russe et continuera sans aucun doute à jouer un rôle essentiel dans l'avenir de la Russie.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pourquoi le Kremlin est-il si célèbre ?

Le Kremlin est le centre de la politique et de la royauté russes depuis des centaines d'années. C'est l'un des monuments les plus populaires de Russie.

Quel est l'âge du Kremlin ?

Le Kremlin original fut construit pour la première fois au 12e siècle. Depuis, les bâtiments, les murs et les tours furent détruits et reconstruits à plusieurs reprises.

Peut-on visiter le Kremlin ?

Oui, le Kremlin est l'une des attractions touristiques les plus populaires de Russie. Des organismes peuvent vous aider à organiser une visite.

Le président russe vit-il au Kremlin ?

Oui, le palais du Grand Kremlin est devenu la résidence officielle du président russe en 2023.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Liana Miate
Liana est la responsable des réseaux sociaux pour World History Encyclopedia. Elle est titulaire d'une licence en arts avec une spécialisation en Grèce antique, Rome et Antiquité tardive. Elle est particulièrement passionnée par Rome et la Grèce, ainsi que par tout ce qui a trait à la mythologie et aux femmes.

Citer cette ressource

Style APA

Miate, L. (2024, janvier 25). Kremlin [Kremlin]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22579/kremlin/

Style Chicago

Miate, Liana. "Kremlin." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 25, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22579/kremlin/.

Style MLA

Miate, Liana. "Kremlin." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 25 janv. 2024. Web. 17 avril 2024.

Adhésion