Chushingura

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3369 / $18000

Définition

Graham Squires
de , traduit par Florence Baumier
publié le 30 septembre 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Chushingura (by Ando Hiroshige, Public Domain)
Chushingura
Ando Hiroshige (Public Domain)

Kanadehon Chushingura (Le trésor des vassaux fidèles ou L'Histoire des 47 Samouraïs) est la pièce la plus populaire de l'histoire du théâtre japonais, jouée pour la première fois en 1748. C'est une œuvre de fiction, mais les détails de l'histoire sont souvent confondus avec ceux d'un événement réel, l'incident d'Ako (1701-1703), dont on imagine généralement qu'il est inspiré.

Essor du Théâtre de Marionnettes

Après la création du shogunat Tokugawa au début du XVIIe siècle, la paix arriva au Japon, après un siècle et demi de guerre civile. La population augmenta rapidement et les villes s'agrandirent. Edo (Tokyo moderne) et Osaka surtout se développèrent rapidement, et dans ces villes, un nouveau type de culture urbaine se développa qui reflétait les valeurs des citadins. On y retrouvait deux nouvelles formes de théâtre. L'un était le kabuki, qui utilisait des acteurs, et l'autre était le bunraku, une forme de théâtre de marionnettes. Dans la tradition européenne, les marionnettes sont considérées comme des divertissements pour enfants, mais au Japon, le théâtre de marionnettes s'est développé pour devenir une forme d'art d'un grand raffinement.

Supprimer la pub
Publicité

Dans sa forme avancée, le bunraku utilise des marionnettes qui mesurent environ la moitié de la taille des personnes réelles et ont des caractéristiques faciales qui peuvent bouger. Trois interprètes, vêtus de noir pour indiquer qu'aucune attention ne doit leur être accordée, manipulent les marionnettes sur la scène. Sur le côté de la scène se trouve une personne qui raconte l'histoire, y compris tout le dialogue, accompagnée d'un instrument de musique appelé shamisen. Bien que le kabuki et le bunraku soient désormais considérés comme des théâtres « classiques », à l'époque d'Edo, ils offraient aux gens des divertissements populaires comme le font aujourd'hui les séries télévisées.

L'Âge d'Or du Bunraku

LES JIDAIMONO ÉTAIENT DES PIÈCES HISTORIQUES, LE PLUS SOUVENT BASÉS SUR DES ÉVÉNEMENTS HISTORIQUES RÉPUTÉS DU JAPON.

Le dramaturge le plus célèbre à cette époque était un homme appelé Chikamatsu Monzaemon (1653-1724). Il écrivait deux types de pièces. Les Jidaimono étaient des pièces historiques, le plus souvent basées sur de célèbres événements passés du Japon. Pour le contenu de ces pièces, il s'inspira largement des légendes et des histoires de la littérature japonaise classique, telles que les contes de guerre japonais. Par exemple, il écrivit douze pièces basées sur le seul Soga Monogatari. Ce conte de guerre du XIIIe siècle décrit comment les deux frères Soga ont passé 17 ans à se venger de la personne qui avait tué leur père.

Supprimer la pub
Publicité

Contrairement aux drames historiques les sewamono étaient des drames domestiques qui se concentraient sur les événements quotidiens des gens ordinaires, vivant dans le présent. Dans ce genre, il écrivit pas mal de pièces sur les « suicides d'amour » dans lesquelles les couples ont fini par se tuer parce qu'ils ne pouvaient pas être ensemble pour une raison ou une autre. Les plus célèbres d'entre eux étaient Sonezaki shinju (Les Suicides d'Amour de Sonezaki, 1703) et Shinjuten no Amijima (Les Suicides d'Amour d'Amijima, 1721). À partir des années 1710, on a eu tendance à combiner ces deux genres. Une pièce serait basée sur une personne ou un événement historique, mais elle comprendrait également des épisodes romantiques du genre de ceux qui apparaissent dans les drames domestiques. La précision historique n'était pas de rigueur dans ces pièces car elles étaient simplement destinées à divertir.

Dans les années 1740, l'équipe de dramaturge de Takeda Izumo (1691-1756), Namiki Sosuke (1695-1751) et Miyoshi Shoraku (1696-1777) produisit trois des plus grandes pièces de bunraku :

Supprimer la pub
Publicité
  • Sugawara denju tenarai kagami (Sugawara et les Secrets de la Calligraphie, 1746), racontant la vie pendant la période Heian (794-1185) du courtisan et érudit Sugawara no Michizane (845-903)
  • Yoshitsune senbon zakura (Yoshitsune et les Mille Cerisiers, 1747), sur la vie de Minamoto no Yoshitsune (1159-1189), un guerrier qui a vécu au XIIe siècle.
  • Kanadehon chushingura (Le Trésor des Fidèles Serviteurs, 1748), une histoire qui prend place au XIVe siècle à l'époque du différend entre les courts du Nord et du Sud.

Chushingura

Le cadre, les personnages et l'intrigue de base de Chushingura sont inspirés par une histoire qui apparaît dans le Taiheiki, un conte de guerre écrit à la fin du XIVe siècle. Cette histoire raconte comment le représentant du shogun Ashikaga Takauji, Ko no Moronao, un homme célèbre pour son avidité et sa cupidité, convoitait la femme d'un guerrier provincial appelé En'ya Hangan. Lorsqu'elle le repoussa, il dit à Takauji que Hangan planifiait une rébellion. Hangan tenta de retourner dans sa province natale avec sa famille, mais il fut poursuivi par les hommes de Takauji. La femme de Hangan fut tuée, et il réalisa un seppuku (suicide rituel). Avant de mourir, il pria afin de renaître sept fois et pouvoir ainsi devenir l'ennemi de Ko no Moronao, encore et encore.

Taiheiki
Taiheiki
Yashima Gakutei (Copyright)

Dans le Chushingura, cette histoire est embellie de la manière suivante. Ko no Moronao poursuit la femme d'En'ya Hangan. Elle le rejette, mais son mari est provoqué au combat contre Moronao. Le shogun ordonne à Hangan d'accomplir un seppuku comme punition, ce qu'il fait immédiatement. Le chef-adjoint de Hangan, Yuranosuke, passe plusieurs mois à comploter secrètement avec ses compagnons de guerre pour se venger de Moronao. Finalement, ils attaquent son manoir de nuit et le tuent. Ils marchent vers le temple où Hangan est enterré et amène en offrande la tête coupée de Moronao. La pièce se termine par la préparation des conspirateurs à se tuer par seppuku, satisfaits d'avoir prouvé leur loyauté à leur défunt seigneur en se vengeant de Moronao.

DES DRAMATURGES INTÉGRèrent DES ÉLÉMENTS D'UN ÉVÉNEMENT CONTEMPORAIN véridique DANS L'HISTOIRE POUR LA RENDRE PLUS INTÉRESSANTE.

Comme cela était courant à l'époque, les dramaturges intégrèrent certains éléments d'un événement contemporain véridique dans l'histoire pour la rendre plus intéressante. Dans ce cas, ils utilisèrent des détails de l'incident d'Ako, qui avait eu lieu dans la période 1701-3. En 1701, le Seigneur d'Ako, Asano Naganori, avait attaqué un fonctionnaire appelé Kira Yoshinaka dans le Château d'Edo alors qu’il préparait une cérémonie de cour. Kira n'avait été que légèrement blessé, mais troubler la paix de cette manière était une faute capitale. Asano reçut l'ordre de commettre un seppuku. Son domaine fut également confisqué, et ses serviteurs devinrent des ronin ou guerriers sans maître. Par la suite, Oishi Yoshio, le chef adjoint d'Asano, organisa un complot secret contre Kira parce qu'il pensait qu'il était responsable de la mort d'Asano. Deux ans plus tard, lui et ses partisans menèrent une attaque surprise sur le manoir de Kira à Edo et le tuèrent. Sa tête coupée fut emmenée au temple Sengokuji où Asano était enterré. Là, les conspirateurs attendirent l'arrivée des autorités. Ils furent arrêtés et, à la suite d'une enquête menée par des responsables gouvernementaux, on leur ordonna également de se tuer par seppuku.

Supprimer la pub
Publicité

Comme le montre ce bref résumé, certains des aspects clés de l’intrigue de Chushingura sont dérivés de l'incident d'Ako. Ceux-ci comprennent le chef adjoint instiguant un complot secret pour se venger ; l'attaque de nuit sur le manoir de leur adversaire ; et la marche vers le temple où la tête de leur ennemi est présentée en offrande. Il y a encore d’autres similitudes. Le nombre de participants aux deux attaques est le même, et les noms de nombreux personnages de Chushingura ressemblent beaucoup à ceux de l'incident d'Ako. Ces similitudes ont conduit les critiques à considérer le Chushingura comme une représentation à peine déguisée de l'incident d'Ako. Ils affirment qu'il fut rejeté au XIVe siècle pour éviter la censure du gouvernement à une époque où la représentation des événements impliquant la classe guerrière au pouvoir était interdite dans le théâtre. Bien qu'il y ait une certaine vérité dans cette version, elle occulte également le fait qu'il existe des différences très importantes entre ce qui s'est passé dans l'incident d'Ako et l'histoire de Chushingura.

Différences entre l'incident d'Ako et Chushingura

Dans le Chushingura, Ko no Moronao est un méchant parce qu'il fait des avances à la femme d'En'ya Hangan. Hangan est une victime parce qu'il est poussé au suicide à cause de ça. Dans l'incident d'Ako, cependant, on ne sait pas vraiment pourquoi Asano a attaqué Kira. Il n'y a aucune preuve que Kira était une mauvaise personne ou qu'il avait fait quelque chose de mal. Asano n'était pas la victime, mais, en fait, l'auteur de l'attaque qui déclencha l'incident. En outre, Asano reçut l'ordre de commettre le seppuku non pas de Kira, mais du gouvernement. Dans cette situation, une attaque motivée par la vengeance ne semblerait pas justifiée. En outre, dans le cas de l'incident d'Ako, on ne sait pas vraiment ce qui conduisit à l'attaque de vengeance. Seuls 47 des 300 partisans d'Asano y participèrent et, à l'époque, le Japon était en paix depuis plus de cent ans, de sorte que de tels évènements étaient inédits.

47 Ronin Attacking Kira's Mansion
47 Rōnin attaquant le manoir de Kira
Katsushika Hokusai (Public Domain)

Deuxièmement, Chushingura se termine au moment où les guerriers sont sur le point de se donner la mort par seppuku. Ce faisant, ils se présentent comme des héros prêts à sacrifier leur propre vie par loyauté envers leur seigneur mort. Dans le cas de l'incident d'Ako, cependant, les guerriers ne se sont pas suicidés. Ils ont attendu que les autorités arrivent et les arrêtent. Ils n'ont commis le seppuku que lorsque le gouvernement leur en a donné l'ordre, plusieurs mois plus tard. Plutôt que de passer pour les héros, ils ont été exécutés comme des criminels. À l'époque, les conspirateurs furent critiqués pour cela. Certains dirent que, s'ils avaient été de vrais guerriers agissant par loyauté, ils auraient commis des seppuku sur place, dès la fin de l'attaque de vengeance.

Supprimer la pub
Publicité

Troisièmement, Chushingura contient un certain nombre d'intrigues secondaires du genre de celles qui sont apparues dans les drames domestiques. Ils sont tous complètement fictifs mais visent à renforcer le thème principal de la pièce, la volonté des gens à se sacrifier par sens du devoir et de loyauté. Un exemple de ceci est un mécanisme de suspense de Hangan appelé Kanpei. Il était absent quand Hangan est mort et veut se suicider par remords, mais sa femme, Okaru, l'en dissuade. Okaru accepte plus tard d'être vendue à une maison de prostitution pour collecter des fonds afin que Kanpei puisse rejoindre la vendetta. Plus tard, il croit à tort qu'il a tué le père d'Okaru qui revient du bordel avec l'argent. Les membres de la vendetta viennent chez Okaru pour rendre l'argent de Kanpei parce qu'ils pensent qu'il a été gagné de façon immorale. Par honte, Kanpei commet un seppuku, mais, avant de mourir, il raconte sa version de l'histoire disant que la mort de son beau-père fut un accident. Convaincus de l'honnêteté de Kanpei, ils sortent le parchemin contenant les signatures de ceux qui se sont engagés dans la vendetta, et Kanpei ajoute le sien à la liste. Il meurt heureux sachant que son nom figure parmi ceux qui envisagent de mener à bien la vendetta. Ces types d'embellissements fictifs sont l'une des principales caractéristiques de Chushingura.

Après sa première représentation, la pièce connut un succès exceptionnel. Différentes versions furent jouées de nombreuses fois, et elle fut rapidement adaptée au théâtre kabuki. Alors que les détails du véritable incident d'Ako étaient peu connus même à l'époque, la version fictive contenue dans Chushingura est devenue célèbre. En conséquence, les gens ont commencé à croire que la pièce était une version précise d'un événement historique réel. Ce phénomène s'est même amplifié lorsque les versions ultérieures de la pièce ont abandonné le cadre original du XIVe siècle et l'ont placé au moment de l'incident d'Ako au début du XVIIIe siècle et ont également commencé à utiliser les noms des vrais conspirateurs d'Ako. C'est ainsi que l'histoire de Chushingura est généralement présentée dans les films et à la télévision aujourd'hui.

Une raison pour laquelle le Chushingura est toujours aussi populaire, c'est que les gens croient qu'il est basé sur un événement réel. L'idée d'individus héroïques prêts à sacrifier leur propre vie par devoir de justice et de loyauté est conforme à l'image populaire, bien que mythique, des guerriers japonais. Il est important de se rappeler, cependant, que, bien que l'histoire contienne des éléments dérivés de l'incident d'Ako, il s'agit principalement d'une œuvre de fiction.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Les 47 Ronin était-elle une histoire vraie ?

L'histoire des 47 Ronin, tel qu'on la connaît aujourd'hui, est l'une des nombreuses versions de la pièce Chushingura, qui fut à l'origine une œuvre de fiction se situant au XIVe siècle mais contenant des éléments du fait historique réel de l'incident d'Ako (1701-3).

Qui sont les personnages principaux du Chushingura ?

Dans la version originale du Chushingura, Ko No Moronao poursuit l'épouse d'En'ya Hangan. Le shogun donne ses ordres à Hangan, et le chef-adjoint de Hangan, Yuranosuke, passa plusieurs mois à comploter en secret avec ses compagnons d'armes pour se venger de Moronao. Les versions tardives intègrent des personnages de l'Incident d'Ako, comme Asano, Kira et Oishi Yoshio.

Traducteur

Florence Baumier
Florence Baumier est guide-conférencière en France et traductrice de l’anglais, espagnol, italien vers le français, avec un goût prononcé pour l’histoire et les voyages.

Auteur

Graham Squires
Graham Squires est maître de conférences en études japonaises à l'université de Newcastle, en Australie.

Citer cette ressource

Style APA

Squires, G. (2022, septembre 30). Chushingura [Chushingura]. (F. Baumier, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21078/chushingura/

Style Chicago

Squires, Graham. "Chushingura." Traduit par Florence Baumier. World History Encyclopedia. modifié le septembre 30, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21078/chushingura/.

Style MLA

Squires, Graham. "Chushingura." Traduit par Florence Baumier. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 sept. 2022. Web. 22 juil. 2024.

Adhésion