Manticore

Définition

Liana Miate
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 août 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, italien
Manticore (by British Library, Public Domain)
Manticore
British Library (Public Domain)

La manticore, dérivée du haut moyen-perse merthykhuwar ou martiora, signifiant "mangeuse d'hommes" (également connue sous le nom de mantichora ou martichore), est une créature hybride redoutable que l'on retrouve dans la littérature classique et médiévale. Elle a le corps d'un lion, la tête d'un homme et une queue de scorpion qui peut tirer des fléchettes empoisonnées.

La manticore est l'une des créatures les plus étranges et les plus féroces décrites dans les bestiaires classiques et médiévaux. Ses origines remontent à l'Inde et à la Perse (l'Iran actuel). Le mythe de la manticore s'étend sur plusieurs siècles et est mentionné de façon très célèbre par Ctésias (5e siècle av. J.-C.), Pline l'Ancien (23-79 de notre ère) et Pausanias (de 115 à 180 de notre ère).

Supprimer la pub

Advertisement

Apparence et caractéristiques

La plus ancienne mention connue de la manticore provient de l'historien et médecin grec Ctésias dans son Indica (écrit au 5ème siècle av. J.-C.). Bien que l'Indica soit aujourd'hui perdue, des fragments de l'œuvre de Ctésias existent dans les écrits d'autres auteurs, et nous avons une description claire de la manticore. Selon Pline l'Ancien dans son Histoire Naturelle:

Ctésias écrit que parmi ces mêmes hommes, on trouve un animal appelé Mantichora qui a trois rangées de dents comme un peigne, le visage et les oreilles d'un humain, et des yeux bleutés. Il est de couleur rouge avec un corps de lion et une queue avec des dards comme un scorpion. Sa voix est comme si les sons de la flûte étaient mélangés à ceux d'une trompette et c'est une créature d'une grande rapidité qui recherche avidement la chair humaine. (8.75)

Le récit de Pline sur la manticore influença les auteurs ultérieurs. Il semblait donner au monstre une base réelle, car il était considéré comme l'expert en créatures étranges et merveilleuses pendant des centaines d'années.

Supprimer la pub

Advertisement

La manticore était célèbre pour ne laisser aucune trace de sa proie derrière elle.

On pense que la morphologie de la manticore se développa à partir de son environnement - le paysage accidenté et stérile des déserts de l'Inde et du Moyen-Orient. Elle devait être féroce et disposer d'armes pour pouvoir attraper ses proies et éviter d'être attrapée par les prédateurs. S'attaquant d'abord à des animaux comme les porcs et les chèvres de montagne, la manticore commença à être attirée dans les villages par le bétail qu'elle chassait et se mit inévitablement à attaquer et à se nourrir d'humains, établissant ainsi la légende de la manticore mangeuse d'hommes.

La manticore était célèbre pour ne laisser aucune trace de sa proie. Elle pouvait attaquer un humain de près avec ses griffes acérées ou tirer des fléchettes empoisonnées de sa queue de scorpion à une distance sûre. Lorsqu'elle lançait les fléchettes empoisonnées de sa queue, celle-ci se repliait ou s'étirait. L'écrivain romain Élien (175-235 de notre ère) affirme que "tout ce qu'elle touche, elle le tue, à l'exception des éléphants"(Caractéristiques des animaux, 4.21). Les dards venimeux sont décrits comme étant épais comme une corde et longs d'un pied (30 cm). Une fois un dard expulsé, un autre pousse à sa place.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les manticores ne se contentaient pas d'assouvir leur appétit en tuant un seul humain, mais poursuivaient plusieurs personnes à la fois, prenant un grand plaisir à chasser. Sa façon préférée d'attirer et de chasser ses proies était de cacher son corps dans les herbes hautes, de sorte que de loin, tout ce que les humains pouvaient voir était une tête humaine. Trompés par cette technique, les humains s'approchaient de la manticore, et avant de comprendre ce qui se passait, ils étaient attaqués et tués. Cela montre à quel point la manticore était rusée et intelligente. Bien que l'homme ait été sans nul doute la proie préférée de la manticore, elle chassait aussi régulièrement le règne animal, à l'exception des lions qu'elle ne pouvait jamais vaincre

Manticore in British Library
Manticore dans la British Library
Unknown Artist (Public Domain)

Afin d'enrayer l'agressivité des manticores, les Indiens chassaient les bébés manticores et leur écrasaient la queue avec des pierres pour les empêcher de grandir et de lancer leurs dards empoisonnés, leur ôtant ainsi la possibilité de blesser les humains à grande distance. Les manticores vivaient dans des terriers profondément enfouis dans le sol où elles pouvaient se cacher de leurs proies et éviter d'être vues par les humains.

Origines et explications possibles

On pense que la manticore trouve ses origines dans l'Inde et la Perse anciennes. Certaines sources affirment qu'elle provient de l'ancienne mythologie perse, tandis que d'autres soutiennent qu'il s'agit d'une créature indienne. Selon Élien, dans son ouvrage Characteristiques des Animaux, "Ctésias prétend avoir vu une telle créature qui fut apportée en cadeau au roi de Perse" (4.21). D'autres auteurs soutiennent cette affirmation, affirmant que, bien que Ctésias ait vu la créature pour la première fois en Perse, elle venait à l'origine de l'Inde. Il est donc peut-être correct de dire qu'elle est issue de la littérature perse mais qu'elle a été dépeinte comme une créature de la mythologie indienne.

Supprimer la pub

Advertisement

Bien que Pline l'Ancien ait accepté la manticore comme une réalité, ou du moins comme cela semblait être le cas dans son Histoire naturelle, certains de ses collègues écrivains n'hésitaient pas à rejeter cette créature comme une pure absurdité et à suggérer qu'il s'agissait d'un autre animal vu par Ctésias. Par exemple, dans sa Description de la Grèce, l'historien et géographe grec Pausanias compare la manticore à un tigre et tente de donner une explication rationnelle de ses origines :

Dans le récit de Ctésias, il existe en Inde une bête appelée martichora par les Indiens et mangeuse d'hommes par les Grecs, que je prends pour le tigre. Il possède trois rangées de dents sur chaque mâchoire et un dard au bout de sa queue. Il se défend avec ces dards en combat rapproché et les décharge à distance comme une flèche d'archer. Je pense qu'une peur excessive de la bête a conduit les Indiens à recevoir un faux compte rendu les uns des autres. (9.21.4)

Au IIe siècle de notre ère, l'écrivain grec Flavius Philostrate (vers 170-245 de notre ère) affirmait que la manticore était une "histoire à dormir debout" (Vie d'Apollonios de Tyane, 3.45).

Aristote (384-322 av. J.-C.), qui, avec Pline l'Ancien, était également considéré comme une grande autorité sur le monde connu au Moyen Âge, niait l'existence de créatures hybrides. Il nota qu'il serait impossible pour des animaux aussi différents de procréer entre eux avec succès. Toutefois, cela n'a pas empêché la popularité croissante des monstres hybrides dans l'art et la littérature.

Supprimer la pub

Advertisement

Au 13e siècle, un encyclopédiste de Paris, Barthélemy l'Anglais, compara la manticore à un ours et la situa en Inde dans son De proprietatibus rerum (Sur l'ordre des choses). Le savant italien Brunetto Latini la classa avec d'autres créatures carnivores comme le loup et l'hyène dans son encyclopédie Li Livres douTrésor.

Manticore at the Church of St Mary and St David, Kilpeck, Herefordshire (12th century)
Manticore à l'église Sainte-Marie-et-Saint-David, Kilpeck, Herefordshire (XIIe siècle)
andy dolman (CC BY-SA)

Les dents proéminentes et le cri étrange de la manticore ont amené certains auteurs classiques et modernes à la comparer à la hyène africaine. Tandis que sa longue queue et sa rapidité faisaient penser à d'autres qu'elle ressemblait plutôt à un guépard. La nature redoutable de la créature et son amour pour la chair humaine peuvent avoir simplement représenté la peur de ce qui était méconnu et étranger.

Représentations

Au Moyen Âge, la manticore était l'un des sujets favoris des bestiaires. Elle apparaît souvent comme décoration dans les cathédrales médiévales, symbolisant le prophète hébreu Jérémie qui prophetisa de grands malheurs. Au XVIe siècle, les manticores figuraient parfois dans l'héraldique, mais cette tendance ne dura pas longtemps car on pensait qu'elles représentaient le mal, une idée très répandue à l'époque médiévale.

Supprimer la pub

Advertisement

On trouve des représentations de la manticore sur la Mappa Mundi de Hereford (une carte médiévale du monde connu), où elle est représentée face à un tigre. Une peinture murale du château de Runkelstein (situé dans le Tyrol, en Italie) représente un chevalier du roi Arthur affrontant une manticore et un autre animal (un lion ou un léopard). Dans l'Histoire des bêtes à quatre pattes d'Edward Topsell (1572-1625), une gravure sur bois de la manticore avec ses dents caractéristiques accompagne une description de la créature.

Aux 13e et 14e siècles, la manticore est mentionnée dans plusieurs romans d'Alexandre le Grand (r. de 336 à 323 av. J.-C.), dans lesquels des manticores et d'autres bêtes redoutables attaquent son armée pendant ses campagnes.

Woodcut from Edward Topsell's The Historie of Foure-footed Beastes (1607)
Gravure sur bois extraite de L'Histoire des bêtes à quatre pieds d'Edward Topsell (1607)
Edward Topsell (Public Domain)

Dans des représentations plus modernes, la manticore ne manque pas dans les jeux et les livres de fantasy. La manticore est présente dans la première édition de Donjons et Dragons (1974) et dans le jeu de cartes à collectionner Magic : The Gathering (1993). Dans la série de livres Percy Jackson et les Olympiens de Rick Riordon, le Dr Thorn, l'adversaire du héros Percy Jackson, peut se transformer en une manticore dotée d'une queue de scorpion mortelle. Le lauréat du prix Nobel, Salman Rushdie, présente la manticore dans le premier chapitre de ses célèbres Versets sataniques (1988). La manticore est également présente dans la très populaire série Harry Potter de J. K. Rowling. Dans Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban (2004), les personnages principaux lisent l'histoire d'une manticore qui avait tué des gens, et dans Harry Potter et la Coupe de Feu (2005), Hagrid élève une manticore avec des crabes de feu pour créer une nouvelle créature hybride appelée le Scroutt à pétard. Il est intéressant de noter que toutes les manticores de fantasy ne sont pas dépeintes comme des bêtes vicieuses : dans Au pays des dragons de l'auteur E. Nesbit, l'un des jeunes héros aide une manticore timide et douce à s'échapper d'un bestiaire.

Supprimer la pub

Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce qu'une manticore?

La manticore est une créature de la mythologie perse et indienne, souvent représentée dans la littérature et l'art grecs et médiévaux. Elle a la tête d'un humain, le corps d'un lion et une queue de scorpion qui peut tirer des aiguillons venimeux. C'est une créature des plus redoutables.

Comment pouvait-on tuer une manticore?

Comme toutes les autres créatures grandes et dangereuses, la manticore pouvait être tuée à l'aide de lances et de flèches - si on parvenait à l'attraper. Elles étaient très rapides et se cachaient souvent dans des terriers sous le sol.

Quel était le point faible d'une manticore ?

Bien que la manticore n'ait pas beaucoup de points faibles, elle a une aversion pour les éléphants - en fait, les éléphants sont la seule créature que les manticores évitent.

Quel est le mythe de la manticore ?

La manticore n'a pas de mythe particulier mais est mentionnée dans la littérature et les bestiaires persans, grecs et médiévaux.

Les manticores sont-elles venimeuses ?

Les manticores ont une queue en forme de scorpion, d'où elles peuvent tirer des fléchettes empoisonnées.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Liana Miate
Liana est la responsable des réseaux sociaux pour World History Encyclopedia. Elle est titulaire d'une licence en arts avec une spécialisation en Grèce antique, Rome et Antiquité tardive. Elle est particulièrement passionnée par Rome et la Grèce, ainsi que par tout ce qui a trait à la mythologie et aux femmes.

Citer cette ressource

Style APA

, L. M. (2022, août 19). Manticore [Manticore]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20988/manticore/

Style Chicago

, Liana Miate. "Manticore." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 19, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20988/manticore/.

Style MLA

, Liana Miate. "Manticore." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 août 2022. Web. 06 déc. 2022.

Adhésion