Kwanggaet'o Wang

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 12 octobre 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Tomb of Gwanggaeto the Great (by Bart0278, CC BY-SA)
Tombe de Kwanggaet'o le Grand
Bart0278 (CC BY-SA)

Kwanggaet'o Wang, souvent appelé "le Grand", était le roi du royaume de Koguryo qui régna sur le nord de la Corée pendant la période des Trois Royaumes. Kwanggaet'o Wang régna entre 391 et 413 de notre ère et, fidèle à son autre titre de "grand élargisseur de domaine", il étendit le royaume à son maximum et présida à la période de sa plus grande prospérité. Sa réputation durable en tant que l'un des meilleurs chefs et commandants de campagne de Corée est en grande partie due à une longue stèle inscrite à l'extérieur de son immense tombe à Gungnae, la capitale de Koguryo à l'époque.

La période d'or de Koguryo

Le royaume de Koguryo domina de 37 avant J.-C. à 668 après J.-C. et était le plus grand des trois royaumes de la Corée antique. Ce n'est qu'au 4e siècle de notre ère que l'État afficha un gouvernement entièrement centralisé et un contrôle de son territoire. Puis, le début du Ve siècle vit le début de la plus grande période de Koguryo, sous le règne de Kwanggaet'o Wang. Une base politique solide à l'intérieur du pays, alliée à des relations extérieures pragmatiques avec les voisins de Koguryo, Baekje (Paekche) et Silla, allait de pair avec une politique expansionniste agressive envers les tribus du nord et les États du sud de la Chine. Dans le même temps, des relations amicales étaient entretenues avec les États du nord de la Chine. Le résultat de ce mélange de militarisme et de diplomatie fut que Kwanggaet'o put finalement dominer le nord de la Corée, la majeure partie de la Mandchourie et une partie de la Mongolie intérieure. Le Koguryo bénéficia également de cette prospérité; Kwanggaet'o Wang fit construire neuf nouveaux temples bouddhistes à Pyongyang. Cette période fut si fructueuse que Kwanggaet'o lui trouva même un nom spécifique: Yongnak ou "Réjouissance éternelle".

Supprimer la pub

Advertisement

La période du règne de Kwanggaet'o Wang fut si propère qu'il lui trouva un nom spécifique: Yongnak ou "Réjouissance éternelle".

La stèle de Kwanggaet'o

Une grande partie de ce que l'on sait de l'histoire de cette période provient du texte Samguk sagi ("Registres historiques des trois états") du XIIe siècle et d'une stèle de 7,3 mètres de haut érigée à l'extérieur de la tombe de Kwanggaet'o par son fils Changsu Wang en 414 de notre ère. La pierre gravée raconte les exploits du roi en 1 800 caractères d'écriture chinoise. La stèle est la plus ancienne inscription connue de la Corée ancienne et constitue un extraordinaire témoignage historique des principaux événements du règne de Kwanggaet'o. Le texte commence par décrire la fondation de Koguryo par le légendaire Go Jumong. On trouve ensuite une citation du texte classique confucéen Shujing et une référence au roi par le titre de règne chinois Yongnak. Cette dernière référence est importante car elle donne à Kwanggaet'o un statut égal à celui de l'empereur chinois, qui était la seule autre personne à pouvoir porter un titre royal.

Three Kingdoms of Korea Map
Carte des trois royaumes de Corée
Ashraf Kamel (CC BY-NC-SA)

Le texte décrit ensuite l'accession au trône de Kwanggaet'o à l'âge de 19 ans, puis une longue liste de ses exploits militaires. Réformant les forces armées de Koguryo en unités distinctes pour la marine, l'armée et la cavalerie, le roi se plaça à la tête d'une chaîne de commandement centralisée et dirigea en personne ses hommes sur le terrain. À cette époque, le forgeage des métaux se développa également, de sorte que les guerriers de Koguryo disposaient d'armes en acier de qualité supérieure. Avec une unité de cavalerie blindée, il occupa la forteresse de Liaodong dans le sud-est de la Mandchourie, conquit les tribus septentrionales Murong et Sushen, et captura des régions du royaume rival de Baekje au sud-ouest en l'an 396, dont brièvement la capitale Hansong, la forteresse Gwanmiseong et le bassin du fleuve Han, stratégiquement important. Le roi Baekje Asin recevait désormais ses ordres de Kwanggaet'o.

Supprimer la pub

Advertisement

Avec le soutien militaire de 50 000 hommes de Kwanggaet'o, le royaume de Silla put repousser avec succès une force d'invasion japonaise Wa et Baekje en 400 de notre ère. En effet, le royaume de Silla sous le règne de Namul devint le vassal de Koguryo. Toujours en 400 de notre ère, Koguryo et Silla unirent à nouveau leurs forces, cette fois pour attaquer la petite confédération Gaya à l'extrême sud de la péninsule. Cette alliance entre koguryo et Silla peut expliquer la présence d'un bol en bronze à couvercle portant le nom de Kwanggaet'o, découvert dans une tombe de la capitale de Silla, Gyeongju. En effet, Koguryo contrôlait désormais la majeure partie de la Corée, même si c'était de façon très lâche.

En 406 de notre ère, un traité de paix fut signé avec l'État Murong Later Yan, dans lequel Koguryo était obligé de fournir une aide militaire contre l'État chinois Tuoba Northern Wei en échange de gains territoriaux. Vers la fin de son règne, en 410 de notre ère, la majeure partie de la Mandchourie et la région voisine de la côte est, connue sous le nom de province maritime de Russie, étaient sous le contrôle de Koguryo. La stèle indique également que le roi conquit pas moins de 64 villes fortifiées et 1 400 villages, de sorte qu'à sa mort, Koguryo contrôlait les deux tiers de la péninsule coréenne et une grande partie de la Mandchourie.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Gwanggaeto Stele
Stèle de Kwanggaet'o
Straitgate (Public Domain)

La stèle n'est pas sans susciter quelques controverses. Elle disparut pendant des siècles pour ne réapparaître que dans les années 1880 lorsque, heureusement, un soldat japonais effectua un frottage du texte. La partie du texte de la stèle qui décrit la victoire de Kwanggaet'o sur les Japonais fut vandalisée pendant l'occupation japonaise au XXe siècle. Les historiens japonais affirment que la stèle corrobore la théorie selon laquelle le Japon eut une colonie dans le sud-est de la Corée de 365 à 561 de notre ère, mais cette affirmation est controversée.

Mort et tombeau

Kwanggaet'o mourut en 413 de notre ère et son fils Changsu lui succéda. Il régna jusqu'en 491 de notre ère, ce qui lui valut le titre mérité de "longévif". Il poursuivit l'œuvre de son père, déplaça la capitale de Gungnae à Pyongyang en 427 de notre ère et assura la prospérité continue de Koguryo.

À partir du 4e siècle de notre ère, les rois de Koguryo furent enterrés dans des tombes construites en blocs de pierre taillée placés dans de grands monticules de terre. Le plus grand exemple d'une telle tombe se trouve dans l'ancienne capitale Gungnae et on pense qu'il s'agit de celle de Kwanggaet'o. Elle est également connue sous le nom de Tombe du Général. Longue de 75 mètres et utilisant des blocs mesurant jusqu'à 3 x 5 mètres, elle comporte quatre structures plus petites ressemblant à des dolmens à chaque coin. La stèle qui proclame les exploits du grand roi se trouve juste à l'extérieur.

Supprimer la pub

Advertisement

This content was made possible with generous support from the British Korean Society.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2016, octobre 12). Kwanggaet'o Wang [Gwanggaeto the Great]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15270/kwanggaeto-wang/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Kwanggaet'o Wang." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 12, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15270/kwanggaeto-wang/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Kwanggaet'o Wang." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 12 oct. 2016. Web. 08 déc. 2022.

Adhésion