Hanji

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 17 septembre 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, Turc
Korean Calligraphy (by Han Ho, Public Domain)
Calligraphie coréenne
Han Ho (Public Domain)

Le hanji est le nom du papier artisanal produit en Corée ancienne à partir du 1er siècle avant notre ère. Fabriqué à partir de mûriers, sa qualité exceptionnelle en fit un succès à l'exportation. Il était largement utilisé non seulement pour l'écriture, mais aussi pour les murs intérieurs et les objets du quotidien tels que les éventails et les parapluies. Le hanji, réputé dans toute l'Asie pour sa blancheur, sa texture et sa résistance, est encore fabriqué aujourd'hui dans des ateliers coréens spécialisés.

Origines et succès

Le papier fut introduit en Corée depuis la Chine à l'époque de la commanderie chinoise de Lelang, au 1er siècle avant notre ère. Il fut ensuite fabriqué tout au long de la période des Trois Royaumes qui suivit. Au 7e siècle et au début de la période du Silla unifié, les Coréens étaient passés maîtres dans l'art de fabriquer du papier de qualité extrêmement fine. Les encres de fabrication coréenne furent exportées vers la dynastie chinoise des Tang (618-906), et la réputation croissante du hanji était telle qu'il fut également exporté vers la Chine pendant la période coréenne Goryeo (918-1392). La dynastie mongole des Yuan (13e-14e siècle) l'utilisait également pour imprimer ses textes bouddhiques. Tout comme ils l'avaient fait avec la céramique céladon, les Coréens surpassèrent leurs tuteurs.

Supprimer la pub

Advertisement

Le papier hanji de la plus haute qualité était fabriqué à partir de la moelle du mûrier.

Fabrication et utilisations

À l'origine, le papier coréen était fabriqué à partir de fibres de chanvre, mais le hanji de la meilleure qualité fut, pendant de nombreux siècles, fabriqué uniquement à partir de la moelle du mûrier (tak en coréen, latin : Broussonetia papyrifera). La solidité du hanji le rendait idéal pour les presses à imprimer qui utilisaient des blocs de bois de magnolia trempés et bouillis dans de l'eau salée, puis séchés pendant plusieurs années avant d'être utilisés. Chaque bloc mesurait 24 x 4 x 64 cm et comportait 23 lignes de texte vertical sur chaque face. Les blocs étaient ensuite recouverts d'encre et le papier était pressé contre eux. La résilience du hanji était particulièrement utile à partir du 12e siècle, lorsque l'impression se faisait à l'aide de caractères métalliques mobiles plus lourds en bronze, une invention coréenne.

Pendant la période Joseon (à partir du 15e siècle), la demande de hanji était telle que Sejong le Grand (r. de 1418 à 1450) autorisa l'utilisation d'autres matières végétales dans sa fabrication, notamment le bambou. Le papier était fabriqué dans des ateliers spécialisés dans la capitale et les cinq capitales provinciales. Le hanji qui était produit pour l'usage de l'État était supervisé par une agence gouvernementale, le Chonjo-chang.

Supprimer la pub

Advertisement

Korean Hanji Paper Doors
Portes en papier Hanji coréennes
Robert (CC BY)

Le papier était utilisé pour écrire, bien sûr ; l'art de la calligraphie était l'un des six arts que tous les érudits coréens devaient maîtriser. On fabriquait des parchemins ou, à défaut, on cousait ensemble des pages individuelles pliées pour créer des livres. Certains des plus beaux textes enluminés, généralement des sutras ou des sermons bouddhistes, étaient réalisés avec du papier hanji teinté en jaune pâle ou en indigo foncé et agrémenté d'or et d'argent.

Une autre utilisation importante du papier était celle des murs intérieurs et des portes, et parfois des fenêtres, des maisons coréennes traditionnelles (hanok). Le papier était suffisamment transparent pour laisser entrer une lumière douce dans la maison, mais il pouvait également contribuer à maintenir un intérieur frais en été et à conserver la chaleur en hiver. Dans l'élément typique de l'architecture coréenne appelé ondol, le système traditionnel de chauffage par le sol, le papier était utilisé pour recouvrir les pierres du plancher.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les éventails en papier (punchae oubuchae) étaient largement utilisés en Corée ancienne par les hommes et les femmes. Les premiers éventails étaient fabriqués à partir de feuilles, comme l'indiquent les noms encore utilisés par la suite pour certains des 70 types connus environ (par exemple, "feuille de bananier" et "feuille de lotus"). Ils se divisent grosso modo en deux types : les spatules à manche unique ou pliants et étalés sur un cadre en bambou fendu. Les deux sexes utilisaient les deux types à la maison, mais en public, seuls les hommes pouvaient utiliser le type plié, généralement laqué en noir. La forme, la couleur et la décoration des éventails pouvaient même indiquer le statut social d'une personne ou dicter leur utilisation. Par exemple, les éventails pliés étaient généralement réservés aux hommes de l'aristocratie, lors d'un mariage, la mariée utilisait un éventail rouge et le marié un bleu, et les personnes en deuil utilisaient toujours des éventails blancs. Les éventails pouvaient être décorés de calligraphies ou peints de scènes, ces dernières étant plus appréciées lorsqu'elles étaient réalisées après que le papier ait été plié et placé sur son cadre.

Traditional Korean Dance Group Using Fans
Groupe de danse traditionnelle coréenne avec des éventails
Republic of Korea (CC BY-SA)

Parmi les autres objets en papier, citons les billets de banque, les peintures, les paravents mobiles (composés de 2 à 12 panneaux dans un cadre en bois), les couvercles de lanterne, les petites boîtes, les fleurs artificielles, les meubles (où des brins de papier étaient tordus ensemble, tissés puis laqués), les chapeaux de pluie coniques (rendus imperméables en huilant le papier) et les parapluies. Tous ces articles pouvaient être décorés de calligraphie, de peinture, de broderie et de laque. Les cerfs-volants, dans une culture où le vol de cerf-volant était un sport sérieux pour les jeunes et les adultes, étaient également fabriqués à partir de papier tendu sur un cadre en bambou. Enfin, même les armures étaient fabriquées à partir de nombreuses couches de feuilles de papier pressé. Avec toutes ces utilisations, il n'est pas surprenant que le papier soit devenu une forme de tribut de base du gouvernement (kong) à partir du 10e siècle.

This content was made possible with generous support from the British Korean Society.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2016, septembre 17). Hanji [Hanji]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15223/hanji/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Hanji." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 17, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15223/hanji/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Hanji." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 sept. 2016. Web. 09 déc. 2022.

Adhésion