Guerre Inca

Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$2306 / $21000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 mai 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Pachacuti Inca Yupanqui (by Unknown, Public Domain)
Pachacútec
Unknown (Public Domain)

La guerre de la civilisation inca se caractérisait par un haut degré de mobilité, des engagements à grande échelle de combat au corps à corps et l'établissement d'un réseau de forteresses pour protéger un empire de plus de 10 millions de sujets. La conquête permit aux Incas d'accéder à de vastes ressources nouvelles et de gagner en prestige, tant pour les souverains que pour les guerriers ayant fait preuve de courage sur le champ de bataille.

La diplomatie était un outil important dans la création et le maintien de l'empire et fut utilisée à maintes reprises par les Incas pour acquérir de nouveaux territoires avec un minimum d'effusion de sang. Parfois, cependant, ils furent obligés de s'engager dans la bataille et plusieurs régions de l'empire résistèrent de manière persistante à la domination inca. Au final, seule l'arrivée des Européens et de leur technologie supérieure empêcha l'inexorable expansion de l'empire inca.

Supprimer la pub

Advertisement

L'expansion de l'empire

Les Incas étaient de grands diplomates, et ils purent étendre leur influence dans toute la région des Andes en négociant des accords de commerce et de tribut, en offrant d'impressionnants échanges de cadeaux, en organisant des mariages mixtes et en déplaçant des populations sympathisantes vers les régions nouvellement acquises ou gênantes. Ce n'est que lorsque ces stratégies échouaient que la guerre devenait nécessaire. Au début, les Incas ne cherchaient qu'à s'emparer des richesses de l'ennemi, mais progressivement, à mesure qu'ils devenaient plus ambitieux, ils cherchèrent à contrôler de façon permanente le territoire de leurs voisins et à étendre ainsi leur influence à toute l'Amérique du Sud.

La conquête était importante pour le prestige d'un souverain, non seulement pendant son règne mais aussi après sa mort, lorsque ses exploits étaient relatés et que des pèlerinages étaient organisés sur les sites de ses grandes victoires. Les souverains voulaient naturellement surpasser leurs prédécesseurs et l'empire s'étendit donc vers de nouveaux territoires tout au long de l'histoire des Incas.

Supprimer la pub

Advertisement

LA CONQUÊTE ÉTAIT IMPORTANTE POUR LE PRESTIGE D'UN SOUVERAIN, NON SEULEMENT PENDANT SON RÈGNE, MAIS AUSSI APRÈS SA MORT, LORSQUE SES EXPLOITS ÉTAIENT RELATÉS.

La guerre comportait également un élément religieux, les Incas considérant que leurs conquêtes comme une continuation du culte du dieu soleil Inti. Pour cette raison, les campagnes étaient précédées d'un jeûne de deux jours, puis de cérémonies de sacrifices (généralement des lamas noirs et parfois aussi des enfants) et de festins. Les prêtres et les idoles religieuses accompagnaient l'armée en campagne, et certains événements religieux étaient respectés même pendant la bataille. Par exemple, à la nouvelle lune, aucun combat n'était autorisé, ce dont les Espagnols profitèrent lorsqu'ils attaquèrent Cuzco dans la première moitié du XVIe siècle.

Troupes et structure de commandement

L'armée inca était en grande partie composée de non-Incas, ces peuples conquis qui étaient obligés, en guise de tribut, de donner leur personne pour qu'elle soit utilisée par leurs suzerains. Pour cette raison, l'armée inca était un conglomérat d'unités ethniques individuelles, chacune dirigée par son propre commandant local et combattant avec ses propres armes préférées. Parlant des langues différentes, ces unités devaient être difficiles à coordonner dans le feu de la bataille. En outre, ces soldats étaient en fait des agriculteurs et leur efficacité, ou leur manque d'efficacité, explique probablement pourquoi les Incas se décidèrent finalement à former une armée professionnelle. Les unités étaient divisées en décimales, le plus petit groupe étant de 10 hommes commandés par un chunka kamayuq, puis 100 dirigés par un pachaka kuraka, puis 1 000 hommes sous les ordres d'un waranqa kuraka, et enfin 10 000 dirigés par un hunu kuraka. Les officiers commandaient souvent par paires, bien que l'on ne sache pas exactement comment les tâches étaient réparties entre eux.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les armées incas étaient donc composées de dizaines de milliers de soldats, peut-être même plus de 100 000 dans certaines batailles. Les soldats étaient conscrits depuis la population générale sur une base de rotation, tout homme âgé de 25 à 50 ans étant éligible pour le service actif. Les soldats pouvaient emmener leurs épouses avec eux en campagne. Les hommes de moins de 25 ans devaient faire office de porteurs de bagages et rejoignaient un entourage impressionnant de non-combattants comprenant des cuisiniers et des potiers. Bien que les troupes étaient des fermiers lorsqu'ils n'étaient pas nécessaires à l'État, tous les hommes incas recevaient une formation aux armes dans leur jeunesse et participaient à des batailles rituelles. Les Incas de sang pur formaient une armée d'élite de quelques milliers de personnes, parfois complétée par des sélections dans d'autres unités. Ils faisaient office de garde du corps personnel du roi inca et portaient des tuniques distinctives à carreaux noirs et blancs avec un triangle rouge vif au cou.

Inca Military Tunic
Tunique militaire inca
Fae (Public Domain)

Les commandants supérieurs de l'armée étaient généralement de sang royal. Le roi Inca était le commandant en chef, et pour éviter que les commandants subsidiaires ne gagnent trop en prestige et ne présentent une menace pour son règne, il commandait souvent l'armée sur le terrain personnellement. Toutefois, au fur et à mesure de l'expansion de l'empire, cette pratique devint trop peu pratique pour que le roi puisse être absent de la capitale Cuzco aussi longtemps, et la charge du commandement sur le terrain reposait souvent sur les épaules de son frère ou de son fils. Quoi qu'il en soit, les commandants de campagne s'impliquaient rarement en première ligne, et il était plus habituel pour eux de donner des ordres généraux depuis la distance sûre d'un poste de commandement.

Armes

Les batailles étaient des épisodes sanglants et confus de combat à mains nues. Les armes variaient en fonction de l'origine ethnique des unités, mais comprenaient des lances en bois dur lancées à l'aide de lanceurs, des flèches, des javelots, des frondes, des bolas, des massues et des masses à tête étoilée en cuivre ou en bronze. L'arme favorite semble avoir été la massue en bois de palmier, qui avait la forme d'une épée et possédait un double tranchant. De grosses pierres étaient également utilisées pour rouler sur l'ennemi ainsi que des feux d'herbe si le terrain s'y prêtait. La protection était assurée par des boucliers rectangulaires ou trapézoïdaux en peau, des casques en canne tressée ou en bois, et des plaques de métal sur la poitrine et le dos ou des tuniques en tissu matelassé, à la fois résistantes et légères à porter.

Supprimer la pub

Advertisement

Outre les armes, les troupes recevaient un ensemble de vêtements, des sandales, une couverture et quelques denrées alimentaires telles que du maïs, des poivrons et des feuilles de coca. Les soldats revêtaient leurs plus beaux atours pour le combat, comme des coiffes extravagantes en plumes et des cuirasses en argent ou en cuivre bruni. Les soldats pouvaient également porter des décorations de leurs escapades précédentes, comme des colliers faits de dents d'ennemis et des médaillons en cuivre ou en argent donnés en récompense par leurs commandants.

Inca General Ruminahui
General inca Rumiñahui
Marcelojesuspalacios (CC BY-SA)

Stratégies

La grande force des Incas dans la guerre n'était pas la supériorité technologique ou de meilleures tactiques de combat que l'ennemi, mais leur grande préparation et le fait de frapper l'ennemi par leur très grand nombre. Avant la bataille, cependant, il était courant d'envoyer des messagers à l'ennemi pour lui proposer des conditions de reddition favorables et promettre des récompenses aux chefs qui seraient autorisés à conserver leur position de pouvoir. En outre, la communauté ne serait pas dépouillée de toutes ses ressources tant qu'elle prêterait allégeance au roi inca, accepterait le dieu soleil inca Inti comme divinité suprême et offrirait des tributs réguliers en biens et en travail. Une énorme partie de la haute vallée du Mantaro fut conquise de cette manière sans aucune effusion de sang.

En revanche, si l'ennemi insistait pour se battre, les Incas mobilisaient leur supériorité numérique, anéantissaient sans pitié l'armée adverse et déportaient un maximum de la population conquise, effaçant ainsi la ville des archives archéologiques. Parmi les régions traitées de cette manière, citons Tunanmarca, Canete et le peuple Cayambe en Équateur. Les régions, comme autour du lac Titicaca, qui firent preuve de rébellion à plusieurs reprises, furent pacifiées de l'intérieur en y transférant des populations favorables aux Incas.

Supprimer la pub

Advertisement

Sur le champ de bataille, les engagements réels étaient précédés par des chants et des insultes entre les deux armées, un processus qui pouvait prendre plusieurs jours. Lorsque la bataille proprement dite commençait, les attaques se faisaient soit de front sur un terrain ouvert, soit par une guerre de siège. Des espions étaient envoyés avant la bataille pour s'assurer de la configuration du terrain, et l'armée inca frappait généralement en une seule unité collective, certaines troupes étant laissées en réserve au cas où elles seraient nécessaires pour protéger une retraite. Deux tactiques souvent répétées qui s'avéraient très efficaces étaient les retraites feintes et les mouvements de contre-attaque en tenaille.

Logistique

Pour maintenir un empire qui s'étendait jusqu'à la côte ouest de l'Amérique du Sud et permettre le déploiement rapide de troupes partout où elles étaient nécessaires, les Incas construisirent un réseau de forteresses reliées par un réseau routier encore plus étendu. À intervalles réguliers, les routes étaient ponctuées de relais, de sorte que les troupes ne devaient pas parcourir plus de 20 kilomètres sans être ravitaillées. Les marchandises étaient également transportées par des porteurs - aussi bien des lamas que des personnes, y compris des femmes.

Inca Road System
Réseau de routes andin
Manco Capac (CC BY-SA)

En général, les campagnes duraient plusieurs mois et les troupes avaient besoin de se nourrir et de s'abriter. La nourriture et les armes étaient disponibles dans les entrepôts incas, les qollqa, parsemés dans la campagne. Pour alléger le fardeau des communautés locales, celles-ci étaient averties à l'avance de l'arrivée de l'armée et les troupes se déplaçaient en groupes échelonnés afin de ne pas se trouver toutes au même endroit en même temps lorsqu'elles marchaient vers le champ de bataille. En outre, tout pillage local par les soldats était puni de mort.

Supprimer la pub

Advertisement

Forteresses

Comme l'empire s'étendait et devenait de plus en plus difficile à gérer, les Incas étaient obligés de maintenir une présence permanente sur les territoires qu'ils avaient conquis. Cela nécessita la construction de forteresses, l'établissement de garnisons et la fortification des frontières. Les forts étaient généralement construits aux cols et routes stratégiques susceptibles d'être utilisés par les envahisseurs dans les zones frontalières, notamment dans la région de Quito où les vestiges de 37 forts incas ont été identifiés.

Comme la guerre andine ne comprenait ni explosifs, ni gros projectiles, ni engins de siège, les forteresses étaient souvent de simples affaires consistant en une enceinte fortifiée construite au sommet d'une colline. Elles ne pouvaient pas abriter un grand nombre de soldats indéfiniment, les troupes dormaient généralement dans des tentes lorsqu'elles n'étaient pas assiégées. Les murs étaient construits en cercles concentriques mais comportaient également des coudes prononcés afin d'augmenter les angles de tir des pierres de fronde sur les forces attaquantes. Parfois, une protection supplémentaire était fournie par un fossé, des revêtements et des portes avec des entrées multiples et décalées.

Sacsayhuaman Fortifications
Fortifications de Sacsayhuamán
David Stanley (CC BY)

Victoire et défaite

Le butin revient aux vainqueurs et les coffres du roi inca étaient enrichis par les butins de guerre. Les soldats qui avaient fait preuve d'une grande bravoure recevaient des récompenses en fonction de leur statut. Ces récompenses comprenaient des terres, le droit de s'asseoir avec le roi, des postes administratifs prestigieux, des cuirasses en or et en argent, des vêtements raffinés, des femmes capturées, des armes et du bétail. Les ennemis vaincus étaient emmenés en captivité à Cuzco et défilaient devant le peuple, comme dans un triomphe romain, le roi inca foulant cérémonieusement la tête de son homologue vaincu. Certains chefs étaient sacrifiés et les ennemis particulièrement détestés voyaient leurs crânes transformés en gobelets richement décorés et leurs peaux en tambours. Les Incas capturaient également les objets sacrés d'un peuple conquis, les emprisonnant symboliquement dans le complexe de Coricancha à Cuzco pour s'assurer l'obéissance de la population.

Les Incas ne semblent pas avoir enregistré les défaites qu'ils subirent, bien qu'étant donné leur discipline et leur nombre supérieurs, tout revers n'était probablement que temporaire. Les Incas, cependant, ne firent pas le poids lorsque les Européens arrivèrent avec leur cavalerie et leurs armes à feu. Leur chute ne fut pourtant pas soudaine. Après des défaites initiales dramatiques et la perte de leur roi, les Incas gagnèrent tout de même quelques batailles et résistèrent aux envahisseurs mieux armés pendant encore 50 ans. Les Espagnols finirent par être victorieux, mais ils découvrirent également à quel point il était difficile de maintenir le contrôle d'un immense empire comprenant toutes sortes de terrains et des centaines de cultures différentes réparties sur des milliers de kilomètres carrés.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2016, mai 19). Guerre Inca [Inca Warfare]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14781/guerre-inca/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Guerre Inca." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 19, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14781/guerre-inca/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Guerre Inca." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 mai 2016. Web. 08 févr. 2023.

Adhésion