Palette de Narmer

Collecte de fonds pour traductions

Notre vision : Une éducation à l'Histoire gratuite pour tous, dans le monde entier et dans toutes les langues. C'est un objectif ambitieux, mais cela ne nous empêche pas d'y travailler. Pour y parvenir, nous devons traduire... beaucoup ! Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à avoir un réel impact mondial. Merci beaucoup !
$1353 / $3000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Jerome Couturier
publié le 04 février 2016
X

Texte original en Anglais : Narmer Palette

Narmer Palette [Two Sides] (by Unknown Artist, Public Domain)
La Palette de Narmer (deux faces)
Unknown Artist (Public Domain)

La Palette de Narmer (Palette de la Victoire de Narmer ou Grande Palette de Hiérakonpolis) est un objet de cérémonie gravé égyptien, en forme de bouclier en chevron, d'un peu plus de 64 cm de haut, représentant le roi de la Première Dynastie, Narmer, vainquant ses ennemis et unissant la Haute et la Basse-Égypte. Elle montre certains des premiers hiéroglyphes trouvés en Égypte, et date d'environ 3200-3000 AEC. La palette est taillée dans un morceau de schiste, couramment utilisé pour les tablettes de cérémonie dans la Première Dynastie d'Égypte. Le fait que la palette soit sculptée des deux côtés signifie qu'elle a été créée à des fins cérémonielles plutôt que pratiques. Les palettes destinées à un usage quotidien n'étaient décorées que d'un seul côté. La Palette de Narmer est finement sculptée pour raconter l'histoire de la victoire du Roi Narmer au combat et montrer l'approbation des dieux lors de l'unification de l'Égypte.

Contexte des Scènes de la Palette

La scène gravée représente un roi égyptien victorieux unifiant le pays sous son règne. Traditionnellement, ce roi était connu comme Ménès, le premier roi de la Première Dynastie, qui unit la Haute et la Basse-Égypte par la conquête. Son prédécesseur, selon le prêtre-historien du 3ème siècle AEC, Manethon, était un roi du nom de Narmer, qui chercha à unifier le pays par des moyens pacifiques. Ménès a été associé à Narmer et aussi au successeur de Ménès, Hor-Aha, également crédité de l'unification de l'Égypte.

Supprimer la pub

Advertisement

La chronologie originale de Manethon a été perdue mais elle est largement citée dans les œuvres d'écrivains ultérieurs. Dans les premiers jours de l'égyptologie, la liste de Manethon (à part les dieux-rois qui la commencent) a été prise comme un fait établi, mais on a changé de point de vue à mesure que de plus en plus d'objets et de temples ont été découverts. Le soutien de Ménès en tant que premier roi de la Première Dynastie devint de plus en plus difficile à maintenir car aucune trace archéologique d'un tel roi n'apparut, et lorsque l'objet rare de Ménès fut découvert, il ne semblait pas désigner explicitement le premier roi de la Première Dynastie (c'est pourquoi le nom 'Ménès' est associé avec trois souverains différents).

L'égyptologue Flinders Petrie fut le premier à associer Ménès à Narmer et à affirmer qu'ils n'étaient qu'un seul et même souverain. 'Ménès', selon Flinders Petrie, était un nom honorifique signifiant 'celui qui endure' tandis que Narmer était un nom personnel. L'association du nom 'Ménès' avec le dernier souverain Hor-Aha ne devait poser aucun problème dans la mesure où Hor-Aha pouvait avoir reçu le même titre honorifique lorsqu'il était roi.

Supprimer la pub

Advertisement

NARMER ÉTAIT LE PREMIER ROI DE LA PREMIÈRE DYNASTIE D'ÉGYPTE ET LA PALETTE fut TRÈS PROBABLEMENT CRÉÉE POUR CÉLÉBRER SES VICTOIRES MILITAIRES SUR LA BASSE-ÉGYPTE.

Narmer fut donc le premier roi de la Première Dynastie d'Égypte et la palette fut très probablement créée pour célébrer ses victoires militaires sur la Basse-Égypte. Elle montre clairement que le roi de Haute-Égypte conquit la Basse-Égypte et ainsi unifia les deux, mais les chercheurs modernes doutent que cela ait été réellement accompli par un seul roi. Les dates pour l'unification de l'Égypte vont d'environ 3150 à 2680 AEC, la date généralement admise est autour de 3150 AEC, au début de la Première Dynastie, mais des troubles pendant la Deuxième Dynastie (vers 2890-2670 AEC) indiquent que cette unification n'a pas duré. Tous les rois de la Deuxième Dynastie ont dû faire face à des formes d'instabilité voire de véritable guerre civile, et les inscriptions de l'époque mentionnent que le conflit était entre la Haute et la Basse-Égypte, et non avec des étrangers. Si Narmer a effectivement uni les deux terres d'Égypte, il l'a probablement fait par la conquête militaire. Et s'il les a réunies pacifiquement, il a probablement dû les maintenir par des campagnes répétées, telles que celle représentée sur la palette Narmer.

Description

D'un côté, Narmer est représenté portant la couronne de guerre de la Haute-Égypte et la couronne en osier rouge de la Basse-Égypte, ce qui signifie que la Basse-Égypte est tombée pour lui dans la conquête. Sous cette scène se trouve la plus grande gravure de la palette montrant deux hommes enlaçant les cous de serpent d'animaux inconnus. Ces créatures ont été interprétées comme représentant la Haute et la Basse-Égypte, sans que rien n'appuie cette interprétation, et personne n'a d'explication concluante de cette scène. Sur la même face de la palette, en bas, le roi est représenté comme un taureau brisant les murs d'une ville avec ses cornes et piétinant ses ennemis sous ses sabots.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Serpopards, Narmer Palette
Serpopards, palette de Narmer
Unknown Artist (Public Domain)

L'autre côté de la palette (considéré comme la face arrière) montre une image unique et cohérente de Narmer avec sa massue de guerre, sur le point d'abattre un ennemi qu'il tient par les cheveux. Sous ses pieds, deux autres hommes sont morts ou tentent d'échapper à sa colère. Un serviteur chauve se tient derrière le roi tenant ses sandales, tandis que devant lui et au-dessus de sa victime, le dieu Horus est représenté veillant sur sa victoire et la bénissant en lui apportant plus de prisonniers ennemis.

Narmer Conquering His Enemies
Narmer conquérant ses ennemis
Unknown (Public Domain)

Les deux côtés de la palette sont décorés en haut de têtes d'animaux interprétés comme des taureaux ou des vaches. Les archéologues et les chercheurs qui avancent que ce sont des têtes de vaches associent ces figures à la déesse Hathor, qui est régulièrement représentée comme une femme avec une tête de vache, des oreilles de vache, ou simplement comme une vache. Mais Hathor n'étant pas associée à la guerre ou à la conquête, cette interprétation n'a aucun sens dans le contexte. Une interprétation plus raisonnable est que les têtes représentent des taureaux puisque le roi est montré ailleurs sur la palette comme un taureau prenant d'assaut une ville. Le taureau devait représenter la force, la vitalité et la puissance du roi.

Découverte

La Palette de Narmer fut découverte en 1897-1898 EC par les archéologues britanniques J. E. Quibell et F. W. Green dans le temple d'Horus de la ville de Nekhen (ou Hiérakonpolis), l'une des premières capitales de la Première Dynastie égyptienne. Les scènes gravées sur le schiste étaient considérées comme le récit d'un événement historique réel jusqu'à assez récemment, quand elles en sont venues à être considérées plutôt comme une inscription symbolique. Il existe de nombreuses théories concernant la palette et, à ce jour, il n'y a pas de consensus sur ce que signifie l'inscription ou si elle se rapporte à des événements historiques.

Supprimer la pub

Advertisement

Narmer, Narmer Palette Detail
Narmer, détail de la palette de Narmer
NebMaatRa (CC BY-SA)

La palette a été découverte parmi d'autres objets associés au règne de Narmer tels que sa massue et un autre fragment de massue portant l'inscription du nom du Roi Scorpion. Scorpion a peut-être été l'un des prédécesseurs de Narmer, ou un adversaire et un rival pour le trône. Quibell et Green ont omis de noter où la palette a été trouvée par rapport aux autres objets et n'ont également pas mentionné le lieu de la découverte de nombreux autres objets lors de leurs recherches.

Le résultat de ce défaut d'enregistrement est que l'on ne sait pas quelle était la relation entre les objets et où ils ont été découverts dans le temple. S'ils étaient ensemble dans la même zone, cela pourrait signifier qu'ils étaient considérés comme des objets sacrés, ou peut-être simplement des objets de valeur stockés dans un endroit sûr. S'ils ont été trouvés séparément, l'endroit précis dans le temple pourrait nous éclairer sur la façon dont ils étaient considérés. Si la massue du Roi Scorpion était rangée dans un coffre et celle de Narmer était à une place d'honneur (ou vice versa), on aurait pu en déduire beaucoup sur la façon dont ces pièces étaient considérées par les gens de l'époque. Aucune note de ce type n'a été prise malheureusement, et les objets ont simplement été enlevés sans qu'on les ait répertorié. Toute interprétation des pièces trouvées lors des fouilles de 1897-1898 à Nekhen ne peut donc être que spéculative.

Interprétation

Cette spéculation s'étend à la Palette de Narmer, qui pourrait représenter un événement historique, ou être simplement une pièce gravée honorifique montrant la force et la vigueur du roi au combat. Les preuves d'un conflit civil pendant la Deuxième Dynastie, comme indiqué plus haut, indiquent que l'unification n'a pas tenu, et c'est Khasekhemoui (vers 2680 AEC), dernier roi de la Deuxième Dynastie, qui réussit à unifier l'Égypte comme cela est montré sur la Palette de Narmer. Khasekhemoui a longtemps été un excellent candidat pour l'honneur d'avoir été le premier roi à unifier le pays, et cette proposition est soutenue par le règne prospère de son fils, Djoser (vers 2670 AEC), qui construisit la Pyramide à Degrés et son complexe environnant à Saqqarah.

Supprimer la pub

Advertisement

Il semble clair que Khasekhemoui unit l'Égypte, mais des preuves telles que la Palette de Narmer et des inscriptions montrant le Roi Den (vers 2990 AEC) portant la double couronne de la Haute et Basse-Égypte suggèrent fortement que Khasekhemoui n'était pas le premier. L'Égypte devait connaître un certain nombre de périodes de conflits civils et de ruptures au cours de sa longue histoire et être reformée à maintes reprises. La première unification de Narmer aurait dû être maintenue par les rois ultérieurs et, selon les inscriptions et les évidences physiques, elle le fut. Khasekhemoui n'aurait été que l'un des nombreux dirigeants qui durent reconstituer l'Égypte, et pas le premier à réunir les deux pays. La Palette de Narmer, quelle que soit son interprétation, montre que l'unification a été accomplie des siècles avant Khasekemoui par le roi Narmer.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Jerome Couturier
Je suis médecin, spécialisé en Génétique. J'aime l'Histoire et l'Antiquité depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours eu un interêt pour la recherche dans divers domaines scientifiques, dont l'archéologie.

Auteur

Joshua J. Mark
Écrivain indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2016, février 04). Palette de Narmer [Narmer Palette]. (J. Couturier, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14308/palette-de-narmer/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Palette de Narmer." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. modifié le février 04, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14308/palette-de-narmer/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Palette de Narmer." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 04 févr. 2016. Web. 02 déc. 2021.

Adhésion