Poverty Point

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 mai 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Artist's Conception of Poverty Point, Louisiana (by Herb Roe, CC BY-SA)
Représentation artistique de Poverty Point, Louisiane
Herb Roe (CC BY-SA)

Poverty Point est un site archéologique et historique de Louisiane, aux États-Unis, daté d'environ 1700-1100 avant notre ère, qui renferme l'un des plus importants sites de monticules amérindiens de l'Amérique précoloniale. Il s'agissait autrefois d'un grand complexe de maisons résidentielles construites sur des nervures en terre en forme de C, faisant face à une place centrale, avec un monticule cérémoniel et d'autres monticules entourant les nervures.

La construction du site suggère une croyance en une géométrie sacrée dans laquelle les formes concentrent le pouvoir spirituel et offrent une protection. Les crêtes en forme de C suggèrent un cercle (et certains archéologues ont suggéré qu'elles se poursuivaient dans la zone aujourd'hui occupée par une rivière et formaient un cercle jusqu'à ce qu'elles ne soient emportées par les eaux) tandis que l'emplacement des monticules extérieurs suggère un carré.

Supprimer la pub

Advertisement

Le site a longtemps été considéré comme le plus ancien complexe de monticules aux États-Unis avant la découverte dans les années 1980 du site connu sous le nom de Watson Brake dans la même zone qui a été définitivement daté à environ 3500 av. JC. Le nom des premiers habitants est inconnu, et le nom moderne est dérivé de celui de la plantation du 19ème siècle sur laquelle les monticules étaient situés lors de leur découverte.

POVERTY POINT A ÉTÉ CLASSÉ AU PATRIMOINE MONDIAL DE L'UNESCO EN 2014.

Personne ne réalisa que les nervures étaient en fait des constructions artificielles avant les années 1950 (elles avaient alors été labourées à plusieurs reprises pour les cultures), bien que le site ait été considéré comme une communauté amérindienne dès les années 1830 et que des fouilles aient été entreprises dès 1913 par le célèbre C.B. Moore (1852-1936) qui étudia également un certain nombre d'autres sites de monticules amérindiens. L'intérêt pour le site s'accrut dans les années 1950 et Poverty Point fut désigné comme site historique national en 1962 et comme site du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2014, préservant le site tout en permettant la poursuite des travaux archéologiques.

Supprimer la pub

Advertisement

Poverty Point
Point de pauvreté
Maximilian Dörrbecker (CC BY-SA)

Période archaïque et construction de monticules

Poverty Point fut construit pendant la période archaïque (vers 8000-1000 av. JC), lorsque de nombreux sites de monticules commencèrent à proliférer dans toute l'Amérique du Nord. L'archéologue Joe Saunders, qui a travaillé sur ce site et sur de nombreux autres, commente:

Au cours de la période de cinq mille ans de création de monticules, il y eut deux cycles de construction et d'immobilisme. La première stagnation dura mille ans, entre la fin de l'Archaïque moyen (2700 av. JC) et le début de la période du Poverty Point (1700 av. JC). La seconde dura environ cinq cents ans, entre la fin de la période Poverty Point (1200 av. JC) et le début de la période Tchefuncte (500 av. JC). Bien que les monticules n'aient pas été construits pendant les deux stagnations, des campements datant de chaque période ont été trouvés. Les peuples indigènes continuaient à vivre dans la vallée inférieure du Mississippi, mais ils ne construisaient apparemment pas de tumulus à cette époque. (1)

La raison des périodes de construction quasi-constante et celles de stagnation sont inconnues et il est également difficile de savoir pourquoi la construction de monticules fut initiée en premier lieu. Bien que les tumulus aient été construits par de nombreuses cultures différentes à travers le continent, les deux plus connues pour le nombre de sites construits sont la culture Adena (environ 800 av. JC - 1 an ap JC) et la culture Hopewell (environ 100 av. JC - 500 ans ap. JC), toutes deux connues sous le nom de culture mississippienne qui est généralement, mais pas toujours, datée d'environ 1100-1540 ans ap. JC. Les noms de toutes ces cultures sont des désignations modernes et la période de la culture dite mississippienne est plus fluide que ce que suggèrent généralement les datations des experts.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La datation archéologique des tumulus dépend toujours de ce qui a été découvert et fouillé jusqu'à présent, et une périodisation rigide n'est pas utile car elle crée un récit artificiel de "développement" d'une ère à l'autre, alors qu'en réalité, les cultures amérindiennes qui créèrent les sites de tumulus ont toutes maintenu leurs propres traditions qui ne peuvent être comparées comme plus ou moins "avancées" que les autres.

Artist's Conception of Watson Brake Mounds, Louisiana
Représentation artistique de Watson Brake Mound, Louisiane
Herb Roe (CC BY-SA)

Watson Brake

La découverte du site connu sous le nom de Watson Brake dans les années 1980 en est un exemple. Avant cette découverte, Poverty Point était considéré comme le plus ancien site de monticules en Amérique du Nord et les archéologues dataient la progression culturelle d'environ 1700 avant notre ère. Watson Brake, cependant, date d'environ 3500 av. JC et sa découverte ouvrit une toute nouvelle perspective sur la construction des tumulus, la repoussant bien plus loin qu'on ne le pensait auparavant. Les Amérindiens vivaient sur le continent depuis des milliers d'années, peut-être même depuis 40 à 50 000 ans, et développèrent au cours de cette période leurs différentes cultures qui finirent par s'exprimer dans des projets de construction monumentaux. On sait tout cela, mais la définition de "développement" ou "progrès" est souvent une interprétation individuelle. Les "avancées" de Poverty Point étaient considérées des certitudes jusqu'à la découverte du Watson Brake.

LES ARTEFACTS DÉCOUVERTS DANS LES MONTICULES À TRAVERS LES ÉTATS-UNIS SUGGÈRENT QUE L'OBJECTIF COMMUN DE LA CONSTRUCTION DE MONTICULES ÉTAIT DE CONCENTRER L'ÉNERGIE SPIRITUELLE EN UN LIEU CENTRAL.

Watson Brake est composé de onze monticules reliés par des nervures construites par une société de chasseurs-cueilleurs qui s'enracina de façon permanente dans la région de l'actuel nord-est de la Louisiane et créa le site. L'objectif des monticules et des crêtes est inconnu car ils n'étaient utilisés ni pour les enterrements, ni les rituels religieux ni même en tant que résidences. Commentaires de Saunders:

Supprimer la pub

Advertisement

Les monticules présentent une variété de formes, mais les monticules coniques, à dôme, à plate-forme et à effigie sont les plus courants. Certains monticules furent construits en une seule fois, tandis que d'autres connurent plusieurs étapes de construction. Les tumulus coniques ont tendance à être plus anciens que les tumulus à plate-forme, mais les structures étaient plus courantes sur les tumulus à plate-forme. Contrairement à la croyance populaire, tous les monticules ne contenaient pas de sépultures humaines et ne furent pas construits en tant que refuges contre les crues. En fait, les premiers constructeurs de monticules construisirent leurs ouvrages en terre là où les inondations ne se produisaient pas. Il ne semble pas y avoir un but unique à la construction de monticule autre que l'acte en lui-même. Il est raisonnable de conclure que la construction de terrassement était un effort communautaire qui impliquait planification, ingénierie et organisation du travail. (1)

Ce paradigme est évident à Watson Brake où les monticules semblent avoir été soulevées pour leur valeur intrinsèque. Il est cependant possible qu'il y ait eu un but rituel à la conception et la construction du site qui n'a tout simplement pas encore été mis en lumière. Le site, comme de nombreux sites de monticules amérindiens, n'est que partiellement fouillé. Les tumulus d'autres sites, et parfois des sites entiers eux-mêmes (comme les Pinson Mounds), étaient dédiés à des cérémonies, des rituels religieux qui honoraient les dieux, les esprits et les ancêtres du peuple.

Ridges at Poverty Point, Louisiana
Nervures de Poverty Point, Louisiane
Jennifer R. Trotter (CC BY-SA)

Religion amérindienne

Les croyances spirituelles des Amérindiens prenaient la forme d'animisme - la compréhension que tous les êtres vivants sont imprégnés d'un esprit et sont interconnectés - et les artefacts découverts dans les monticules à travers les États-Unis suggèrent que l'objectif commun de la construction de monticules était de concentrer l'énergie spirituelle en un lieu central. À Moundville, par exemple, les maisons de l'élite étaient toutes construites sur des tumulus faisant face à un tumulus central situé au milieu d'une place. Ce tumulus central était lui-même situé à un endroit clé du point de vue astronomique et semblait en outre avoir été construit pour honorer les quatre éléments que sont la terre, l'air, le feu et l'eau. L'expert James Wilson commente:

Le fil conducteur qui traverse tous les niveaux de la société de la côte Est et tous les aspects de la vie des Indiens est la croyance omniprésente dans le "pouvoir". Bien qu'à quelques exceptions près, les chefs n'étaient pas eux-mêmes des chamans, ils partageaient la vision d'un monde façonné et interpénétré par de puissantes forces numineuses... Dans un univers où chaque acte humain a des ramifications spirituelles et peut affecter le bien-être du peuple, il n'y a pas de frontière nette entre "sacré" et "profane"... [Leur monde était] une série de relations bilatérales et réciproques: entre hommes et femmes, entre familles, entre les humains et le royaume des esprits. Les contacts et les mouvements entre ces différentes sphères devaient être médiatisés par des rituels et des échanges de cadeaux qui reconnaissaient les positions respectives des deux parties et les engageaient à remplir leurs obligations mutuelles. (53)

Ces rituels étaient exécutés sur des sites sacrés - des lieux où des énergies spirituelles puissantes pouvaient être identifiées - et l'on pense que cela déterminait où et comment les monticules étaient construits. Les énergies d'un lieu donné, il est suggéré, pouvaient être concentrées par le monticule, permettant l'interaction entre un prêtre-chamane et le monde des esprits pour le plus grand bien de la communauté. Ce modèle de but et de conception semble avoir dirigé la création de Poverty Point autant que tout autre site de monticules.

Supprimer la pub

Advertisement

Mound B, Poverty Point, Louisiana
Monticule B, Poverty Point, Louisiane
Jennifer R. Trotter (CC BY-SA)

Poverty Point

Les nervures concentriques de Poverty Point ont toutes été une fois des monticules plate-forme avec des maisons sur le dessus construits face au site cérémonial de la place et au monticule C. Les énergies des maisons, par conséquent, étaient dirigées vers la place centrale où on faisait des rituels, où l'on organisait des jeux et la ville fut conçu de cette façon, peut-être, telle une tentative architecturale de réciprocité avec le monde des esprits où les énergies générées sur la place centrale seraient redirigées vers les maisons. L'emplacement des autres monticules était peut-être destiné à contenir ces énergies dans une sorte de carré. Derrière les nervures concentriques, qui sont séparées à intervalles par des ravines, s'élève le plus haut monticule, le monticule A, avec le monticule B au nord, le monticule E au sud, et le monticule D en face du bord sud-est des nervures près de la place centrale. Un sixième tumulus, le tumulus F, construit plus tard que les autres, s'élève au nord-est des nervures.

On pense que le tumulus A fut construit à l'origine en forme d'oiseau géant qui, si c'est le cas, était très probablement l'animal totémique de la population. Le monticule fut construit rapidement, en moins de trois mois, et put servir de point central d'énergie pour les rituels avant la construction du monticule C. Il est également possible que les deux monticules aient été construits en même temps. Il est également possible que les deux monticules aient été utilisés de concert ou, comme à Cahokia, que le monticule A ait été réservé à des rituels privés, hors de la vue du public, tandis que le monticule C était destiné aux célébrations communautaires.

Les monticules varient en largeur et en hauteur sur l'ensemble du site, tandis que les nervures sont supposées avoir été autrefois de hauteur uniforme. Aujourd'hui, les nervures varient en taille, de moins d'un pied à six pieds, et furent endommagées par l'exploitation agricole. Les dimensions des monticules sont les suivantes :

Supprimer la pub

Advertisement

  • Monticule A : 22 m de haut et 215x200 m à la base.
  • Monticule B : 6,5 m de haut et 55 m à la base.
  • Monticule C : 2 m de haut sur une base de 80 m de long.
  • Monticule D : 1,2 m de haut et 30 m à la base.
  • Monticule E : 4 m de haut et 110x90 m à la base.
  • Monticule F : 1,5 m de haut et 24x30 m à la base.

Deux autres tumulus sont situés près du site - Jackson Mound et Motley Mound respectivement - tous deux endommagés. Jackson Mound fut volontairement endommagé par le propriétaire qui ne souhaitait pas que sa propriété devienne un site archéologique.

Mound A, Poverty Point
Monticule A, Poverty Point, Louisiane
Bart Everson (CC BY)

Poverty Point fut construit par étapes sur plusieurs générations et, contrairement aux gens de Watson Brake, les citoyens de Poverty Point étaient engagés dans le commerce à longue distance qui leur fournit des matériaux, comme la pierre et le cuivre, qui n'était pas disponible localement. Les artefacts tels que les pointes de projectiles en pierre et divers artefacts en cuivre étaient fabriqués avec des matériaux importés de régions telles que la vallée de la rivière Tennessee et la région des Grands Lacs de l'actuel New York.

Les habitants produisaient leurs biens sur place à partir des matières premières qu'ils recevaient en échange et certaines sections des nervures en forme de C étaient consacrées à la fabrication de diverses céramiques, outils et armes. Comme nous l'avons vu, les arêtes en forme de C sont toutes alignées vers la place centrale qui aurait été le lieu de rassemblements communautaires, de rituels religieux et d'événements sportifs. L'experte Elodie Pritchartt écrit:

Au centre du site se trouve une place centrale qui couvre environ trente-sept acres et qui aurait été utilisée pour des cérémonies, des rituels, des danses, des jeux et d'autres activités. Sur le côté ouest de la place, les archéologues ont découvert plusieurs trous profonds disposés en cercles de différentes tailles; ils pensent que ces trous contenaient de longues perches, servant peut-être de marqueurs de calendrier. (3)

Il est fort probable que les archéologues aient raison, car des calendriers solaires correspondant au modèle de trous de Poverty Point ont été trouvés sur d'autres sites de tumulus, notamment Cahokia. L'absence d'autres preuves d'un calendrier comme le Woodhenge de Cahokia, composé de 48 poteaux entourant un poteau central, serait due à l'utilisation agricole extensive des terres de Poverty Point par les immigrants européens et les agriculteurs américains, ce qui expliquerait également la rareté des preuves de résidences sur les nervures.

Worked Stone Tools & Weapons, Poverty Point
Outils et armes en pierre travaillée, Poverty Point
Heironymous Rowe (CC BY-SA)

La ville prospéra jusqu'à 1100 av. JC, mais la population semble avoir diminué après cette période et la ville fut abandonnée quelque temps avant 500 av. JC. On ne sait pas pourquoi les gens quittèrent Poverty Point, pas plus que les raisons qui poussèrent d'autres à quitter les nombreux sites abandonnés à travers le continent, mais on pense que le changement climatique, affectant les schémas de migration, ainsi que les inondations purent contribuer aux problèmes que les gens rencontraient déjà, la surpopulation étant très probablement l'un des principaux défis. Comme les gens vivaient de la chasse, de la pêche et de la cueillette de plantes comestibles, les changements climatiques et les migrations furent probablement les principaux facteurs qui incitèrent les gens à se déplacer.

Découverte et fouilles

Le site fut repeuplé plus tard par une autre culture qui avait déjà quitté la région quand il fut redécouvert par un homme d'affaires américain, Jacob Walter, dans les années 1830 qui est tombé dessus alors qu'il prospectait la région à la recherche d'une mine de plomb. Walter identifia le site comme une "ville indienne" et remarqua de nombreux artefacts éparpillés et le monticule A, mais comme l'exploration des sites de monticules n'était pas sa principale préoccupation, il poursuivit son chemin.

La terre fut acheté en 1843 par un certain Phillip Guier, originaire du Kentucky, en tant que ferme et il emménagea là avec sa femme, Sarah (qui est enterrée dans le monticule D, également connu sous le nom de Sarah's Mound). En 1851, La plantation était connue sous le nom de Poverty Point peut-être en hommage à un endroit proche de la maison des Guier dans le Kentucky. Guier n'était pas non plus intéressé par le site en tant qu'ancienne ville amérindienne et ne vit dans ces nervures rien d'autres que de petites collines qu'il fit labourer et où il planta ses cultures. Le rapport de Jacob Walter ne fut porté à l'attention du public qu'après la publication du premier compte rendu en 1873 et la terre avait été intensément cultivée pendant des décennies.

Ce n'est qu'au début du XXe siècle que les chercheurs et les archéologues commencèrent à s'intéresser au site et, en 1913, C.B. Moore arriva pour commencer les fouilles. Moore était un diplômé de Harvard et un archéologue amateur qui finançait ses propres expéditions grâce à la fortune que sa famille avait faite dans l'industrie du papier. Il s'intéressait particulièrement aux tumulus amérindiens, dont il visita un certain nombre et mena des travaux qui attirèrent l'attention sur des sites comme Moundville et Poverty Point. Moore, et ceux qui lui succédèrent, ne comprirent pas l'étendue et la complexité du site - et avec ce pour une bonne raison - parce qu'il ne pouvait être apprécié totalement qu'à partir d'une vue aérienne dont ils ne disposaient pas. Pritchartt écrit:

Alors que les monticules et les artefacts du site étaient bien connus, ce n'est qu'en 1953, lorsque la découverte d'une photographie de série vieille de vingt ans révéla six nervures concentriques en forme de demi-cercles entourant une place ouverte, que les gens réalisèrent qu'un trésor important s'y trouvait. La structure artificielle est si grande qu'elle est méconnaissable depuis le sol et révèle les preuves d'une culture américaine ancienne et hautement développée. (1)

L'attention accordée alors au site conduisit à sa déclaration en tant que monument national en 1960 et en tant que site historique national en 1962. En 1972, l'État de Louisiane avait acheté 400 acres du site et l'avait ouvert au public en tant que parc avec un musée d'interprétation et des allées. L'intérêt pour le site n'a fait que croître par la suite et, en 2014, il a été déclaré site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Conclusion

Poverty Point continue de fasciner et d'attirer des gens du monde entier pour en savoir plus sur la culture amérindienne qui le construisit. Le parc fait partie des attractions touristiques les plus populaires de la région pour de nombreuses raisons, mais l'importance historique du site y contribue largement. note M. Pritchartt:

Avant sa découverte, le Moyen-Orient était considéré le berceau de la civilisation. Mais presque au même moment où les pyramides étaient construites en Égypte, les habitants du Nouveau Monde construisaient des villes, établissaient des routes commerciales qui traversaient des milliers de kilomètres, et créaient une société complexe à une époque du Nouveau Monde antérieure à celle de l'agriculture. Les chasseurs-cueilleurs, auparavant considérés par les archéologues et les anthropologues comme n'ayant pas une structure sociale suffisamment complexe pour réaliser une ingénierie monumentale, laissèrent leur marque sur l'histoire de manière spectaculaire. (1)

Bien que le soi-disant "Moyen-Orient" soit toujours considéré comme le berceau de la civilisation, il est désormais reconnu que les Amérindiens créèrent la leur dans les Amériques. Les visiteurs du parc peuvent aujourd'hui se rendre compte de leurs exploits en matière d'ingénierie et de planification urbaine en accédant aux monticules, aux nervures et à la place centrale, ainsi qu'aux nombreux objets exposés dans le musée. Bien que l'accès au parc soit actuellement limité par le virus Covid-19, Poverty Point espère pouvoir rouvrir complètement ses portes dans un avenir proche afin d'offrir cette même expérience à de nombreux visiteurs dans les années à venir.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, mai 05). Poverty Point [Poverty Point]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10596/poverty-point/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Poverty Point." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 05, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10596/poverty-point/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Poverty Point." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 05 mai 2021. Web. 08 déc. 2022.

Adhésion