Imhotep

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 16 février 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Imhotep (by Trustees of the British Museum, Copyright)
Imhotep
Trustees of the British Museum (Copyright)

Imhotep (nom grec, Imouthes, c. 2667-2600 av. J.-C.) était un polymathe égyptien, surtout connu comme l'architecte de la pyramide à degrés du roi Djéser à Saqqarah. Son nom signifie "Celui qui vient en paix" et il est le seul Égyptien, après Amenhotep, à avoir été déifié.

Avec le temps, il est devenu le dieu de la sagesse et de la médecine (ou, selon certaines sources, le dieu de la science, de la médecine et de l'architecture). Imhotep était prêtre, vizir du roi Djéser (et peut-être des trois rois suivants de la troisième dynastie), poète, médecin, mathématicien, astronome et architecte.

Supprimer la pub

Advertisement

Bien que sa pyramide à degrés soit considérée comme sa plus grande réalisation, on se souvient également de ses traités médicaux qui considéraient les maladies et les blessures comme des phénomènes naturels et non comme des punitions envoyées par des dieux ou infligées par des esprits ou des malédictions. Il fut déifié par les Égyptiens vers 525 av. J.-C. et assimilé au demi-dieu de la guérison Asclépios par les Grecs. Ses œuvres étaient encore extrêmement populaires et influentes sous l'Empire romain et les empereurs Tibère et Claude firent tous deux inscrire dans leurs temples des louanges au dieu bienveillant Imhotep.

La pyramide à degrés de Djéser

Imhotep était un roturier de naissance qui, grâce à ses talents naturels, devint l'un des hommes les plus importants et les plus influents d'Égypte.

Sous le règne du roi Djéser (vers 2670 av. J.-C.), Imhotep était vizir et architecte en chef. Tout au long de sa vie, il portera de nombreux titres dont celui de premier après le roi de Haute-Égypte, d'administrateur du Grand Palais, de chancelier du roi de Basse-Égypte, de noble héréditaire, de grand prêtre d'Héliopolis et de chef sculpteur et fabricant de vases. Imhotep était un roturier de naissance qui s'était hissé au rang des hommes les plus importants et les plus influents d'Égypte grâce à ses talents naturels.

Supprimer la pub

Advertisement

Il commença peut-être en tant que prêtre du temple et était un homme très religieux. Il devint grand prêtre de Ptah (et fut appelé avec révérence "fils de Ptah") sous Djéser et, grâce à sa compréhension de la volonté des dieux, il était le mieux placé pour superviser la construction de la demeure éternelle du roi. Les premières tombes des rois d'Égypte étaient des mastabas, structures rectangulaires en briques de boue séchée construites au-dessus de chambres souterraines où les morts étaient placés. Lorsqu'Imhotep commença à construire la pyramide à degrés, il modifia la forme traditionnelle du mastaba du roi, passant d'une base rectangulaire à une base carrée. La raison pour laquelle Imhotep décida de changer la forme traditionnelle est inconnue, mais il est probable qu'il avait à l'esprit une pyramide à base carrée dès le début.

Step Pyramid at Saqqara
Pyramide à degrés à Saqqarah
Dennis Jarvis (CC BY-SA)

Les tout premiers mastabas furent construits en deux étapes et, selon l'égyptologue Miroslav Verner, "une méthode de construction simple mais efficace était utilisée. La maçonnerie n'était pas posée verticalement mais en rangs inclinés vers le milieu de la pyramide, ce qui augmentait considérablement sa stabilité structurelle. Le matériau de base utilisé était des blocs de calcaire, dont la forme ressemblait à celle de grandes briques d'argile (115-116)." Les premiers mastabas avaient été décorés d'inscriptions et de gravures de roseaux et Imhotep voulait poursuivre cette tradition. Sa grande et imposante pyramide mastaba aurait les mêmes touches délicates et le même symbolisme résonnant que les tombes plus modestes qui l'avaient précédée et, mieux encore, elles seraient toutes travaillées en pierre au lieu de boue séchée. L'historien Mark Van de Mieroop commente ce point en écrivant :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Imhotep reproduisait en pierre ce qui avait été construit auparavant avec d'autres matériaux. La façade du mur d'enceinte présentait les mêmes niches que les tombes en briques crues, les colonnes ressemblaient à des fagots de roseaux et de papyrus, et les cylindres de pierre aux linteaux des portes représentaient des écrans de roseaux enroulés. Il y a eu beaucoup d'expérimentation, ce qui est particulièrement évident dans la construction de la pyramide au centre du complexe. Il y eut plusieurs plans avec diverses formes de mastaba avant de devenir la première pyramide à degrés de l'histoire, empilant six niveaux de mastaba les uns sur les autres... Le poids de l'énorme masse était un défi pour les bâtisseurs qui placèrent les pierres selon une inclinaison vers l'intérieur afin d'éviter que le monument ne se brise. (56)

Une fois achevée, la pyramide à degrés s'élevait à 62 mètres de haut ( 204 pieds) et était la structure la plus haute de son époque. Le complexe environnant comprenait un temple, des cours, des sanctuaires et des quartiers d'habitation pour les prêtres. Il couvrait une superficie de 16 hectares et était entouré d'un mur de 10,5 mètres de haut. Le mur était percé de 13 fausses portes et d'une seule vraie entrée dans l'angle sud-est ; l'ensemble du mur était ensuite entouré d'une tranchée de 750 mètres de long et de 40 mètres de large. L'historienne Margaret Bunson écrit :

Imhotep a construit le complexe comme un sanctuaire mortuaire pour Djéser, mais il devint une scène et un modèle architectural pour les idéaux spirituels du peuple égyptien. La pyramide à degrés n'était pas une simple tombe pyramidale mais un ensemble de temples, de chapelles, de pavillons, de couloirs, de réserves et de salles. Des colonnes cannelées émergeaient de la pierre selon son plan. Pourtant, il fit en sorte que les murs du complexe soient conformes à ceux du palais du roi, selon les styles d'architecture anciens, préservant ainsi un lien avec le passé. (123)

Djéser fut si impressionné par la création d'Imhotep qu'il fit fi de l'ancien précédent selon lequel seul le nom du roi devait figurer sur ses monuments et fit inscrire également le nom d'Imhotep. À sa mort, Djéser fut placé dans la chambre funéraire située sous la pyramide à degrés et on pense qu'Imhotep servit ensuite ses successeurs, Sekhemkhet (c. 2650 avant J.-C.), Khaba (c. 2640 avant J.-C.) et Houni (c. 2630-2613 avant J.-C.). Les spécialistes ne s'accordent pas sur la question de savoir si Imhotep servit les quatre rois de la troisième dynastie, mais tout porte à croire qu'il vécut longtemps et qu'il était très recherché pour ses talents.

Pyramides de la troisième dynastie

Imhotep participa peut-être à la conception et à la construction de la pyramide et du complexe de Sekhemkhet qui, selon les archéologues, devait être plus grande que celle de Djéser. La pyramide ne fut jamais achevée car Sekhemkhet mourut dans la sixième année de son règne, mais la base et le premier niveau présentent des similitudes de conception avec le travail d'Imhotep sur la pyramide de Djéser.

Supprimer la pub

Advertisement

Khaba succéda à Sekhemkhet et commanda sa propre pyramide, connue aujourd'hui sous le nom de pyramide à tranches, qui est également restée inachevée à la mort de Khaba. La pyramide à tranches est également similaire au monument de Djéser, notamment en ce qui concerne la base carrée des fondations et la technique de construction vers le centre de la structure plutôt que vers le haut. On ne sait pas si la pyramide à tranches et la pyramide enfouie de Sekhemkhet furent conçues par Imhotep lui-même ou si elles sont basées sur ses dessins.

Certains chercheurs plaident en faveur de la participation personnelle d'Imhotep à la construction des dernières pyramides, tandis que d'autres contestent cette affirmation. Comme les deux parties du débat s'appuient sur les mêmes preuves et que rien de nouveau n'est venu faire pencher la balance, la question n'est toujours pas résolue. On pense qu'Imhotep fut également au service du dernier roi, Houni, mais comme on sait peu de choses du règne de Houni, cette affirmation reste spéculative. On pensait autrefois que Houni avait construit ses propres pyramides, mais celles-ci ont été identifiées comme appartenant à d'autres rois.

Contributions médicales

Imhotep pratiquait la médecine et écrivait sur le sujet 2 200 ans avant la naissance d'Hippocrate, le père de la médecine moderne. Il est généralement considéré comme l'auteur du papyrus Edwin Smith, un texte médical égyptien, qui contient près de 100 termes anatomiques et décrit 48 blessures et leur traitement. Ce texte, qui pourrait être un manuel de campagne militaire, date d'environ 1600 avant J.-C., soit bien après l'époque d'Imhotep, mais on pense qu'il s'agit d'une copie de son œuvre antérieure.

Supprimer la pub

Advertisement

Edwin Smith Papyrus
Papyrus Edwin Smith
Jeff Dahl (Public Domain)

Le papyrus Edwin Smith est ainsi nommé en raison du collectionneur qui l'acheta à un marchand d'antiquités en 1862. Il est écrit en écriture hiératique, la sténographie cursive des hiéroglyphes égyptiens. L'aspect le plus intéressant de l'ouvrage est l'approche moderne qu'il adopte pour traiter les blessures. Contrairement à de nombreux textes médicaux de l'Antiquité, le papyrus Edwin Smith fait peu appel aux traitements magiques. Chaque blessure est décrite et diagnostiquée de manière rationnelle, avec un traitement, un pronostic et des notes explicatives. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'allusion aux pratiques médicales couramment utilisées à l'époque ; le verso du papyrus présente huit formules magiques et chants de guérison.

Les examens sont décrits de la même manière qu'une visite chez le médecin aujourd'hui. On demande au patient où il est blessé ou s'il ressent une douleur, puis le médecin s'attaque à la blessure en la touchant ou en la palpant et en interrogeant le patient. Le pronostic donné après chaque entrée commence par les phrases "Un mal que je traiterai" ou "Un mal avec lequel je me battrai" ou "Un mal pour lequel on ne peut rien faire", ce qui, selon l'article de la Bibliothèque nationale de médecine des États-Unis sur le sujet, "pourrait être considéré comme la première forme d'éthique médicale, car un médecin de l'antiquité refusait généralement de traiter une affection qu'il savait fatale". L'article de la Bibliothèque nationale poursuit en observant que ces pronostics auraient également pu servir de sorte d'assurance "lorsqu'une mauvaise issue est attendue" et auraient contribué à sauver la réputation d'un médecin si le traitement ne parvenait pas à guérir le patient.

Héritage

Un certain nombre d'écrits didactiques sur la moralité et la religion, ainsi que des poèmes, des observations scientifiques et des traités d'architecture sont également attribués à Imhotep mais n'ont pas survécu ; ils sont référencés dans les œuvres d'auteurs ultérieurs. À propos de son chef-d'œuvre, la pyramide à degrés, Miroslav Verner écrit :

Supprimer la pub

Advertisement

Peu de monuments occupent dans l'histoire de l'humanité une place aussi importante que celle de la pyramide à degrés de Saqqarah... On peut dire sans exagérer que son complexe pyramidal constitue un jalon dans l'évolution de l'architecture monumentale en pierre en Égypte et dans le monde entier. C'est ici que le calcaire fut utilisé pour la première fois à grande échelle en tant que matériau de construction, et c'est ici que l'idée d'une tombe royale monumentale en forme de pyramide fut réalisée pour la première fois. Dans une inscription de la dix-neuvième dynastie trouvée au sud de Saqqarah, les anciens Égyptiens décrivaient déjà Djéser comme "l'ouvreur de pierre", ce que nous pouvons interpréter comme l'inventeur de l'architecture en pierre. (108-109)

Les innovations attribuées à Djéser furent en fait initiées par Imhotep suite à sa vision de construire un monument colossal entièrement en pierre. Il fut capable d'imaginer un exploit jamais tenté auparavant, peut-être même jamais conçu, et de le réaliser ; ce faisant, il changea le monde. Les grands temples et bâtiments administratifs, les palais et les tombeaux, les monuments majestueux que sont les pyramides et les statues imposantes qui ont fini par définir le paysage égyptien, ont tous commencé avec la vision d'Imhotep de la pyramide à degrés de Saqqarah.

Une fois qu'un monument construit en pierre avait été réalisé, il pouvait être construit à nouveau, puis encore et encore avec une plus grande attention aux détails et une amélioration de la technologie pour créer les "vraies pyramides" de Gizeh. En outre, les visiteurs qui se rendaient en Égypte pour voir ces immenses créations en rapportaient des comptes rendus dans leur propre pays (comme la Grèce par exemple) qui s'inspirèrent alors de ce qu'Imhotep avait, en premier, imaginé puis réalisé.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2016, février 16). Imhotep [Imhotep]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10382/imhotep/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Imhotep." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 16, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10382/imhotep/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Imhotep." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 févr. 2016. Web. 07 août 2022.

Adhésion