Regard des Civils sur le Débarquement de Normandie

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3389 / $18000

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 06 juin 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Le débarquement de Normandie en France, qui débuta le jour J, le 6 juin 1944, donna lieu au plus grand mouvement de troupes de l'histoire. Dans cet article, nous nous concentrerons sur le point de vue des civils directement impliqués dans ce jour mémorable où les Alliés visèrent à libérer l'Europe occidentale de l'occupation de l'Allemagne nazie et à mettre fin à la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).

French Civilians & British Military Policeman, D-Day
Des civils français et un policier militaire britannique, jour J
James Mapham - Imperial War Museums (CC BY-NC-SA)

Préparatifs du jour J

Alors que les Alliés rassemblaient leurs troupes et leurs ressources pour le jour J dans le sud de l'Angleterre, afin de préserver le secret et de fournir des zones où les exercices d'entraînement pour le débarquement pourraient être menés, certains civils furent obligés de quitter temporairement leurs maisons et des bâtiments tels que des églises furent fermés à clé et entourés de barbelés. Betty Tab, de Slapton, dans le Devon, se souvient d'avoir parlé à sa mère des rumeurs à ce sujet:

Supprimer la pub
Publicité

Ma sœur avait entendu la rumeur dans le magasin lorsqu'elle était allée faire des courses et elle a dit à sa mère que nous allions tous devoir déménager et bien sûr, ma mère a dit: "C'est absurde de parler comme ça. Et elle a dit qu'elle l'avait entendu dans le magasin. Il y a eu une réunion dans la salle des fêtes qui a confirmé qu'il allait y avoir une évacuation de la région pour l'entraînement américain.

Mes parents n'en revenaient pas. Ma mère a dit: "Eh bien, non, cela ne va pas se produire parce que ce n'est pas possible. Qu'allons-nous faire? Où allons-nous aller?" Mais il fallait que cela se fasse. Si vous ne pouviez rien trouver vous-même, les autorités vous aideraient, mais elles voulaient que vous essayiez de vous débrouiller, si possible, parce que, comme vous pouvez l'imaginer, il y avait des centaines de personnes qui essayaient de trouver à se loger. Des milliers, je suppose, en fait. C'était une sacrée zone.

(Bailey, 44)

Desmond O'Neill, caméraman officiel de l'armée britannique, décrit sa visite d'un camp de troupes se préparant à l'invasion:

Supprimer la pub
Publicité

Je me souviens d'être allé dans une unité, je crois que c'était le South Lancashire Regiment, et d'avoir filmé leurs derniers préparatifs pour le jour J... ils étaient stationnés près du château de Roland dans le Hampshire, dans les bois, et je suis entré dans le camp - toute la zone n'était en fait qu'un gigantesque camp. Très strict sur toute la ligne.

Il y avait certainement une atmosphère très nerveuse et tendue parmi ces gars. Ils s'entraînaient vraisemblablement depuis deux ans et savaient parfaitement qu'ils allaient être les fers de lance des troupes et qu'il y avait donc de fortes chances qu'ils se fassent tirer dessus. L'atmosphère qui y régnait était totalement différente de celle de toutes les autres unités que j'ai connues. La discipline était stricte, mais absolument à la limite du possible. Une atmosphère très particulière. Je sais que les chiffres des pertes leur avaient été communiqués, les chiffres des pertes présumées.

Nous avons photographié les gars recevant des instructions sur ce qui allait se passer le matin du jour J, l'endroit où ils allaient se rendre et le reste. Tout était minutieusement répété. Je n'ai pas beaucoup filmé, mais j'ai pris des photos de ces hommes dans le camp. Ils ont apprécié. Tout d'abord, ils n'avaient jamais vu de caméraman auparavant. Ensuite, c'était un grand divertissement. Vous savez, "Ma femme va me voir à Wigan", ce genre de choses. Je pense que c'était un divertissement bienvenu.

Supprimer la pub
Publicité

(Bailey, 66-7)

French Civilians & British Soldier, D-Day
Civils français et soldat britannique, jour J
James Mapham - Imperial War Museums (CC BY-NC-SA)

Point de vue des Normands

Les premières unités à débarquer en France furent les parachutistes qui, après un bombardement aérien, sautèrent de nuit aux premières heures du jour J. Madame Thérèse Broher, habitante de St-Mère-Église, la première ville libérée, décrit sa vision de cette première action du jour J:

Cela a commencé la veille du jour J, c'était le 5 au soir, vers neuf heures. Nous sommes d'abord allés nous coucher et nous avons entendu des avions et ils ont largué des lumières. Il y avait beaucoup de couleurs dans le ciel, c'était merveilleux. Nous avons entendu d'autres avions arriver et nous nous sommes mis à l'abri, mais les bombes sont tombées tout autour de la maison et nous nous sommes réfugiés sous une table dans la cuisine. Nous avons eu peur et nous nous sommes dit que c'en était probablement fini pour nous, et cela a duré environ une heure - nous ne savions pas exactement parce que toutes les horloges s'étaient arrêtées... Nous avons entendu des grillons, de drôles de bruits, nous n'osions pas sortir et puis nous avons vu deux hommes avec toutes sortes d'armes autour du corps et l'un d'entre eux s'est approché de nous et nous a dit en français : "Nous sommes des Américains". Nous avions à la maison une bouteille de vin blanc qui n'était pas cassée et mon père était si heureux qu'il a donné cette bouteille au premier soldat américain qu'il a vu.

(Holmes, 469)

Tom Treanor, correspondant de guerre, a débarqué sur la plage d'Utah Beach le jour J:

Tout le long de la plage, aussi loin que je pouvais voir, des hommes, des jeeps, des bulldozers et d'autres équipements se déplaçaient comme des fourmis. Quelques colonnes de fumée noire suintante marquaient les équipements qui avaient été touchés par les tirs d'obus et qui avaient pris feu. Les bombardements allemands se poursuivaient régulièrement en divers points de la plage, mais n'avaient pas encore atteint la zone dans laquelle je me trouvais. Les tirs se succédaient sur une zone, puis sur une autre. Ils étaient précis, atterrissant la plupart du temps près du bord de l'eau, et j'ai vu une petite barge de débarquement prendre feu après avoir été touchée. Des hommes en sont sortis en se précipitant dans l'eau jusqu'à la taille. De temps en temps, il y avait d'énormes commotions lorsque les ingénieurs lançaient des engins de démolition. Le sol tremblait et les troupes se jetaient violemment sur le sol... J'ai regardé la plage et la mer. Des barges de débarquement de toutes sortes glissaient à travers le faible ressac en dégorgeant des hommes qui se déplaçaient dans l'eau avec une étonnante alacrité....Les destructeurs étaient presque sur la plage et lançaient de temps en temps une salve qui était comme un coup de poing sur le menton. Plus loin, mais toujours incroyablement près de la plage, se trouvaient nos énormes cuirassés et nos croiseurs. Au-dessus de nous, des formations de chasseurs balayaient rapidement l'air sans rien faire. Pendant toute cette journée, je n'ai jamais vu d'avion allemand ni parlé à un homme qui en avait vu un.

(Bailey, 291).

French Civilians, D-Day
Civils français, jour J
Imperial War Museums (CC BY-NC-SA)

Michel de Valavielle, un fermier français qui vivait derrière Utah Beach, raconte le jour J:

J'étais dans ma ferme quand le débarquement a eu lieu. Nous avions dans la ferme une batterie d'artillerie allemande avec des canons de 88 millimètres et quand les Américains sont arrivés, nous avons eu peur. Nous ne réalisions pas ce qui s'était passé pendant la nuit, beaucoup, beaucoup, beaucoup d'avions, et je vais à la ferme et je vois une vieille femme qui revenait de la plage et qui m'a dit que la mer était noire de bateaux, et quelque temps après un soldat allemand est venu ici et il avait un livre de prières sur lequel il y avait écrit, Murphy, Michigan. Il nous a dit que c'était le livre de prières d'un parachutiste, et nous avons alors compris qu'il s'agissait du débarquement. Les Allemands nous ont obligés à rester longtemps dans la maison pendant qu'ils se battaient contre le soldat américain; le combat a duré du début de la journée jusqu'à environ midi. A ce moment-là, le soldat américain a commencé à s'approcher de la maison. Je suis sorti le premier pour lui dire que les Allemands étaient partis et qu'il n'y avait personne d'autre que des Français dans la maison. Il m'a pris, je suppose, pour un soldat allemand et c'est ainsi que j'ai été blessé par le soldat américain. Lorsqu'ils se sont rendu compte de leur erreur, ils m'ont immédiatement emmené et j'ai été le premier blessé Français sur la plage dans un hôpital. J'ai donc eu une vision inoubliable du jour J.

(Holmes, 470)

Sur Sword Beach, Jacqueline Noel, une habitante de la région, s'est retrouvée au milieu du débarquement et a fini par aider les soldats alliés blessés:

J'étais sur la plage pour une raison stupide. Ma sœur jumelle avait été tuée dans un raid aérien quinze jours auparavant à Caen, et elle m'avait offert un maillot de bain pour mon anniversaire. Je l'avais laissé sur la plage, parce que nous étions autorisés environ une fois par semaine à enlever les barrières pour pouvoir passer et aller nager, et j'avais laissé le maillot dans une petite cabane sur la plage, et je voulais juste aller le chercher. Je ne voulais pas que quelqu'un le prenne. J'ai donc enfourché ma bicyclette et j'ai roulé jusqu'à la plage... mon brassard de la Croix-Rouge leur a manifestement fait croire [aux soldats allemands] que c'était bon. Il y avait pas mal d'activité et j'ai vu quelques cadavres. Et bien sûr, une fois sur la plage, je ne pouvais pas revenir en arrière, les Anglais ne me laissaient pas passer. Ils me sifflaient, vous savez. Mais ils étaient surtout surpris de me voir. Je veux dire, c'était une chose ridicule à faire. Je suis donc resté sur la plage pour aider les blessés. Je ne suis rentré à la maison que deux jours plus tard. Il y avait beaucoup à faire: ..... Tous les bateaux et les avions. C'était quelque chose que vous ne pouvez pas imaginer si vous ne l'avez pas vu. Il y avait des bateaux, des bateaux, des bateaux et encore des bateaux, des bateaux partout. Si j'avais été un Allemand, j'aurais regardé cela, posé mon arme et dit: "Ça y est. C'est fini".

(Ambrose, 558).

Pegasus Bridge, Normandy Landings
Pegasus Bridge (Ranville), débarquement de Normandie
Imperial War Museums (Public Domain)

Les débarquements sur Juno Beach le jour J et par la suite ont été observés par Mademoiselle Genget, une habitante de St-Côme-de-Fresné, qui a noté dans son journal:

Supprimer la pub
Publicité

Réveillés ce matin à 1 heure par un bombardement lointain, nous nous sommes habillés... Nous avons entendu les gros bombardiers arriver et passer constamment au-dessus de nos têtes. Soudain, un gros canon est tiré depuis la mer et les petits canons des Boches répondent... Tout dans la maison - les portes, les fenêtres et tout ce qui se trouve dans le grenier - semble danser. Nous avions l'impression que toutes sortes de choses tombaient dans la cour. Nous ne nous sentions pas très courageux!

Tout cela est-il bien vrai? Nous sommes enfin libérés. L'énorme force que représente tout ce matériel de guerre est fantastique, et la façon dont il a été manipulé avec une telle précision est merveilleuse...Un groupe de Tommies passe et nous demande de l'eau. Nous remplissons leurs bouteilles, disons quelques mots et, après avoir donné du chocolat et des bonbons aux enfants, ils poursuivent leur chemin.

(Ambrose, 518/530)

Succès des Alliés

La nouvelle du débarquement se répandit rapidement pour apporter de la joie dans l'Europe occupée par les Allemands. L'écrivain Gertrude Stein (1874-1946) apprit la nouvelle là où elle vivait à l'époque, dans le village de Belley, dans l'est de la France, et le nota dans son journal le 6 juin:

Aujourd'hui, c'est le débarquement et nous avons entendu Eisenhower nous dire qu'il était là, qu'ils étaient là, et pas plus tard qu'hier, un homme nous a vendu dix paquets de cigarettes Camel, glory be, et nous chantons glory hallelujah, et nous nous sentons très heureux, et tout le monde nous a téléphoné des messages de félicitations pour mon anniversaire, qui n'est pas aujourd'hui, mais nous savons ce qu'ils veulent dire.

Belley fut libérée par les troupes américaines à l'automne. Stein poursuit dans son journal:

Ils sont venus du Colorado, du beau Colorado, je ne connais pas le Colorado mais c'est ce que j'ai ressenti, du beau Colorado... Ils m'ont demandé de les accompagner à Voiron pour retransmettre avec eux jusqu'en Amérique et j'y vais, la guerre est finie et c'est certainement la dernière guerre dont on se souvienne.

(Ambrose, 506)

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quel fut l'impact du débarquement de Normandie sur les civils?

Le débarquement de Normandie eut de nombreuses répercussions sur les civils. Les bombardements aériens et navals des Alliés tuèrent involontairement des civils et détruisit leurs biens et leurs terres agricoles. De nombreux civils furent également victimes de pillages.

Qu'est-il arrivé aux civils le jour du débarquement de Normandie?

Les civils présents en Normandie le 6 juin 1944 dûrent survivre aux bombardements alliés (visant les défenses allemandes) et se retrouvèrent souvent au milieu des batailles. Les biens privés furent détruits et pillés, mais la plupart des civils accueillirent leurs libérateurs en leur offrant de la nourriture et des cadeaux.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2024, juin 06). Regard des Civils sur le Débarquement de Normandie [The Civilian View of D-Day]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2476/regard-des-civils-sur-le-debarquement-de-normandie/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Regard des Civils sur le Débarquement de Normandie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 06, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2476/regard-des-civils-sur-le-debarquement-de-normandie/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Regard des Civils sur le Débarquement de Normandie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 06 juin 2024. Web. 22 juil. 2024.

Adhésion