Interview: les Corps au Moyen Âge

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2758 / $18000

Article

James Blake Wiener
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 29 mai 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X

Au Moyen Âge, les attitudes à l'égard du corps humain étaient pleines de contradictions: glorifié, opprimé, soigné et châtié. Une nouvelle exposition temporaire au Musée national suisse de Zurich - Convoités. Soignés. Martyrisés. Les corps au Moyen Âge - réévalue la façon dont les Européens du Moyen Âge voyaient, concevaient et imaginaient le corps humain. Dans cet entretien, James Blake Wiener interroge la conservatrice Christine Keller sur les détails de l'exposition.

Bodies in the Middle Ages in Zürich
Les corps au Moyen Âge à Zurich
Schweizerisches Nationalmuseum (Copyright)

JBW : Madame Keller, je vous remercie de m'avoir accordé cet entretien au nom de World History Encyclopedia (WHE).

Nous avons tendance à considérer le Moyen Âge comme une époque dominée par la foi. Cependant, il ne faut pas oublier que les habitants de l'Europe médiévale participaient également à la société laïque et à des activités non religieuses. Dans cette optique, comment avez-vous décidé de mettre en valeur la riche interaction entre la présence physique et les intérêts et activités séculaires?

Supprimer la pub
Publicité
Bien que l'Église ait propagé certaines idées sur la physicalité, de nombreux témoignages parlent un langage contraire à la morale de l'Église.

CK : En sélectionnant les thèmes et les objets exposés, nous avons essayé de montrer non seulement le point de vue de l'Église médiévale, mais aussi l'attitude séculière à l'égard du corps, au moyen d'extraits de la littérature médiévale - comme les romans érotiques -, de l'art profane et de thèmes tels que le sport. Nous essayons de montrer que, bien que l'Église ait propagé certaines idées sur le corps (en particulier le concept chrétien de la sexualité humaine en tant que péché), de nombreux témoignages de cette période, tels que la littérature érotique populaire, les rapports de médecins laïques et les insignes obscènes sous la forme de parties génitales personnifiées, parlent un langage contraire à la moralité de l'Église.

JBW : Alors que l'Église catholique considérait le corps comme le siège du désir et du péché, les représentations visuelles du corps de Jésus-Christ et de la féminité de la Vierge Marie étaient omniprésentes. Il en va de même pour les parties du corps que les croyants vénéraient comme de saintes reliques, capables de guérir les malades, d'apporter la victoire au combat et de remédier à la stérilité. Que pouvez-vous nous dire sur les reliquaires et autres objets de dévotion exposés? Quels secrets révèlent-ils sur l'image du corps au Moyen Âge?

Supprimer la pub
Publicité

CK : L'exposition comprend un reliquaire de Limoges datant de la fin du XIIe siècle, ainsi que des reliquaires figuratifs, tels que des bustes et des bras, datant des XIVe et XVe siècles. Ils témoignent de la grande vénération et du pouvoir des reliques de saints. Les reliquaires figuratifs tels que les bustes, les bras, les jambes ou les pieds animent ou incarnent les ossements ou les reliques secondaires qui y sont conservés (cheveux, reliques de contact, etc.). En tant que "reliquaires parlants", ils rendent ainsi plus visibles les pouvoirs abstraits et sacrés. Pour l'image médiévale du corps, il est important que les reliques reflètent à la fois la mort et la vie et que les saints vénérés dans les reliques soient considérés comme des médiateurs entre ce monde et l'au-delà. Les reliquaires à buste en bois du XIVe siècle (par exemple le reliquaire d'Ursule) furent peints de telle manière que la surface apparaît comme de la chair, les yeux animés et vivants. Dans ces bustes, les saints se présentent au spectateur en tant que « morts-vivants ».

Bodies in the Middle Ages Exhibition
Exposition Les corps au Moyen Âge
Schweizerisches Nationalmuseum (Copyright)

JBW : La mort était une préoccupation immédiate et imminente pour nos prédécesseurs médiévaux. La durée de vie moyenne était inférieure à celle d'aujourd'hui et les maladies sévissaient. Comment la préoccupation de la mort et la croyance en la vie éternelle - le jour de la résurrection - façonnèrent-elles les conceptions du corps à cette époque?

Supprimer la pub
Publicité
Les représentations des ressuscités les montrent avec leurs corps nus et intacts.

CK : La mort et la mortalité étaient omniprésentes et constituaient un sujet majeur au Moyen-Âge. Dans la perspective de la résurrection, on veillait de son vivant à ce que sa propre vie soit aussi exempte que possible de péchés et de vices ou que ceux-ci puissent être rachetés de son vivant. En ce qui concerne le corps, cela signifiait notamment: pas de gloutonnerie (gula), pas de luxure (luxuria), pas de vanité (superbia), pas d'indolence (acedia). Le concept de résurrection corporelle a été caractérisé par les déclarations de l'un des premiers Pères de l'Église, Augustin d'Hippone (354-430): selon son interprétation, la condition physique au moment de la mort n'est pas pertinente pour la résurrection. Par exemple, si un cadavre a été déchiqueté par des animaux ou brûlé, il sortira quand même de la tombe le jour de la résurrection, intact et à l'âge de 30 ou 33 ans, l'âge auquel Jésus était mort. En ce sens, les représentations des ressuscités les montrent avec leurs corps nus et intacts.

JBW : C'est au cours du Moyen Âge qu'un certain nombre de premières mesures de santé publique furent prises: la pratique de la quarantaine, la création d'hôpitaux et la dispense de soins médicaux et d'une assistance sociale. Il en est résulté un intérêt pour la santé, l'hygiène et l'hospice, que l'on retrouve tout au long de l'exposition. Je me demandais si vous pouviez nous donner quelques détails sur les bains et les compresses au Moyen Âge. Je pense que de nombreux lecteurs seraient surpris d'apprendre à quel point ces pratiques et d'autres étaient courantes dans la réalité.

CK : La théorie médiévale de la santé repose sur la "théorie des quatre humeurs" et des quatre éléments. Si les humeurs (le sang, le flegme, la bile noire et la bile jaune) ne sont pas en équilibre, la personne tombe malade. Pour maintenir cet équilibre, un excès de substances doit être compensé. Pour ce faire, on utilisait les salons de bains (avec les bains de sueur), les ventouses et les saignées (application de sangsues). De nombreux guides de santé, particulièrement répandus à la fin du Moyen Âge, décrivent le moment opportun pour appliquer ces méthodes et indiquent, à l'aide d'illustrations (l'homme aux veines), les parties du corps appropriées et le moment opportun pour pratiquer la saignée. Les soins médicaux étaient un sujet majeur tout au long du Moyen-Âge et étaient extrêmement répandus.

Supprimer la pub
Publicité

The Bath at Leuk
Le bain de Loèche
Kunstmuseum Basel (Copyright)

JBW : Les corps au Moyen Âge souligne que si les attitudes médiévales à l'égard du corps et de la forme humaine étaient contradictoires, beaucoup de choses sont restées identiques à travers les siècles. Qu'il s'agisse de la recherche de la perfection physique ou de la préoccupation pour la santé ou la maladie, nous ne sommes pas si différents de nos prédécesseurs médiévaux. Qu'espérez-vous que les visiteurs retirent de leur visite de l'exposition? Par ailleurs, qu'aimeriez-vous que le public apprenne sur le Moyen-Âge grâce à votre travail?

CK : Un sondage réalisé dans le cadre de l'exposition a révélé que l'exposition sur les corps au Moyen-Âge a incité la majorité de nos visiteurs à réfléchir sur le corps à notre époque. Nous espérons qu'avec cette exposition, nous pourrons montrer une vision quelque peu différente du Moyen-Âge et que nous pourrons briser les stéréotypes, souvent encore répandus, d'une époque rigide et hostile au corps.

JBW : Dr. Keller, merci beaucoup d'avoir partagé votre expertise avec notre public. Au nom de World History Encyclopedia, je vous souhaite de nombreuses et heureuses aventures dans la recherche.

Supprimer la pub
Publicité

Convoités. Soignés. Martyrisés. L'exposition "Les corps au Moyen Âge" sera présentée au Musée national suisse de Zürich, en Suisse, jusqu'au 14 juillet 2024.

Christine Keller est historienne de l'art et conservatrice au Musée national suisse.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

James Blake Wiener
James est un écrivain et ancien Professeur d'Histoire. Il est titulaire d'une Maîtrise en Histoire du monde avec un intérêt particulier pour les échanges interculturels et l'histoire du monde. Il est cofondateur de Ancient History Encyclopedia et en était auparavant le Directeur de la Communication.

Citer cette ressource

Style APA

Wiener, J. B. (2024, mai 29). Interview: les Corps au Moyen Âge [Interview: Bodies in the Middle Ages]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2472/interview-les-corps-au-moyen-age/

Style Chicago

Wiener, James Blake. "Interview: les Corps au Moyen Âge." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 29, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2472/interview-les-corps-au-moyen-age/.

Style MLA

Wiener, James Blake. "Interview: les Corps au Moyen Âge." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 29 mai 2024. Web. 18 juil. 2024.

Adhésion