Femmes de Science dans la Révolution Scientifique

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 12 octobre 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol

Les femmes scientifiques de la révolution scientifique (1500-1700) étaient peu nombreuses car les établissements d'enseignement dominés par les hommes, ainsi que les sociétés scientifiques et les académies, interdisaient l'accès aux femmes, ce qui signifie que peu d'entre elles avaient l'éducation ou la possibilité de poursuivre une carrière scientifique. Certaines femmes surmontèrent ces obstacles, et bien d'autres encore, tels que les préjugés masculins à l'encontre de leurs capacités intellectuelles et les soupçons infondés quant à la valeur et à l'intégrité de leurs recherches. Parmi les femmes du XVIIe siècle qui se sont illustrées dans les domaines de l'astronomie, de la philosophie naturaliste et de la biologie, citons Maria Cunitz, Margaret Cavendish, Maria Sibylla Merian et Maria Winkelmann.

Illustration by Maria Sibylla Merian
Illustration par Maria Sibylla Merian
Maria Sibylla Merian (Public Domain)

Obstacles à l'encontre des femmes

À l'époque de la révolution scientifique, les femmes scientifiques étaient l'exception dans un domaine dominé par les hommes. Les quelques femmes qui parvinrent à acquérir des connaissances scientifiques en tant que telles durent surmonter de nombreux obstacles. Le premier obstacle à l'engagement d'une femme dans la science était le manque de possibilités d'éducation pour les filles. Pour étudier les sciences, il faut un certain niveau d'éducation, qui n'est généralement pas accessible aux filles. Ne pas connaître le latin était un autre obstacle crucial à la progression dans un domaine où les revues et les livres étaient très souvent publiés uniquement dans cette langue. Cet obstacle particulier diminua avec le temps, lorsque les scientifiques masculins commencèrent à encourager l'utilisation de l'anglais, du français et d'autres langues vivantes dans la publication de leurs travaux et de leur correspondance.

Supprimer la pub
Advertisement
Pour une femme, il était pratiquement impossible de poursuivre une carrière scientifique car l'entrée a la plupart des institutions scientifiques était interdite aux femmes.

Même si une jeune femme avait bénéficié d'une éducation privée et possédait donc les capacités intellectuelles pour poursuivre des études supérieures et des spécialisations telles que la chimie, la biologie et la physique, il existait un plafond de verre très net qui l'empêchait de progresser. Les universités européennes n'acceptaient pas les étudiantes. Il y avait quelques exceptions en Italie. Laura Bassi, par exemple, fut en 1732 la première femme à recevoir un diplôme de l'université de Bologne (où elle enseigna la physique par la suite).

Après l'étape de l'éducation, il était presque impossible de poursuivre une carrière scientifique, car la plupart des institutions scientifiques - par exemple la Royal Society à Londres - interdisaient aux femmes de devenir membres. Ces sociétés et académies étaient cruciales pour les études scientifiques, car c'est là que le financement de la recherche était assuré, que les expériences étaient menées et que les résultats expérimentaux et les derniers développements de la recherche étaient partagés entre les membres. Ces barrières reflétaient l'attitude masculine prédominante au début de la période moderne, selon laquelle les femmes ne pouvaient pas posséder les compétences intellectuelles nécessaires dont elles se croyaient capables.

Supprimer la pub
Advertisement

Hevelius & Elisabeth Using a Sextant
Hevelius et Elisabeth utilisant un sextant
Unknown Artist (Public Domain)

Quelques intellectuels masculins défendirent la cause des femmes dans le domaine des sciences. Le philosophe français François Poulain de la Barre (1647-1725) appela à une plus grande égalité dans son ouvrage de 1673 L'égalité des deux sexes. Le philosophe anglais John Locke (1632-1704), qui s'intéressa de près à l'éducation, défendit l'idée radicale que les femmes des classes supérieures devaient bénéficier des mêmes possibilités d'éducation que leurs homologues masculins. Des femmes auteurs militèrent également en faveur d'une plus grande égalité dans l'éducation et les sciences. Bathusa Makin (c. 1612 à c. 1674) en Angleterre et Marie Le Jars de Gournay (1565-1645) en France publièrent toutes deux des ouvrages demandant que les femmes aient accès à une éducation scientifique. Malheureusement, ces voix n'étaient pas nombreuses et furent donc facilement noyées dans le bruit des préjugés qui prévalaient encore parmi la majorité des hommes.

Femmes scientifiques dans l'édition

Il y a quelques domaines où les femmes eurent plus d'impact, et il s'agit des connaissances scientifiques liées à l'accouchement, à la maison et à la médecine. Les sages-femmes étaient souvent très respectées pour leurs connaissances pratiques et leur expérience. Pour la maison, les manuels sur l'efficacité de certains produits chimiques, les mélanges de produits chimiques et les recettes traditionnelles pour le nettoyage étaient souvent rédigés par des femmes. Les remèdes traditionnels contre les maladies étaient un autre domaine de l'édition plus ouvert aux femmes. Là encore, les femmes avaient souvent une expérience pratique, car l'une de leurs tâches ménagères consistait à traiter les affections mineures dont souffraient leurs enfants et leurs domestiques.

Supprimer la pub
Advertisement

L'alchimie était en fait une forme précoce de chimie, et une femme alchimiste de renom était Isabella Cortese. On ne sait rien de Cortese, si ce n'est qu'elle était italienne et qu'elle eut l'audace de défier les conventions dans le monde secret des alchimistes et d'écrire un ouvrage populaire, The Secrets of Lady Isabella Cortese (Les secrets de Lady Isabella Cortese). Le livre, imprimé pour la première fois à Venise en 1561, contenait, outre des points d'intérêt pour les alchimistes, de nombreuses recettes pratiques telles que la fabrication d'une bonne colle, de produits de nettoyage efficaces, d'un dentifrice blanchissant et de cosmétiques bénéfiques pour la santé. Le livre fut très populaire et connut onze éditions au cours du siècle suivant. Autre auteur à succès, la Française Marie Meurdac (c. 1610-1680) écrivit en 1666 un recueil de remèdes contre les maux et les maladies, sa Chimie bienveillante et facile, au nom des femmes. L'ouvrage connut plusieurs éditions, et sa préface originale précise clairement les idées de Meurdac sur la possibilité pour les femmes d'être chimistes:

L'esprit n'a pas de sexe, et si l'on cultivait l'esprit des femmes comme celui des hommes, et si l'on employait autant de temps et d'argent à l'instruire, elles pourraient devenir leurs égales.

(Moran, 64)

Émilie du Châtelet
Émilie du Châtelet
Maurice Quentin de La Tour (Public Domain)

Les femmes étaient également cachées mais importantes dans les domaines de la traduction. Par exemple, les Principes mathématiques de la philosophie naturelle d' Isaac Newton furent traduits pour la première fois en français par Gabrielle Émilie, marquise du Châtelet (1706-1749). Parfois, les femmes constituaient le seul public cible des périodiques, comme dans le cas de publications telles que le Ladies' Diary et The Woman's Almanack, qui contenaient toutes deux des articles sur les sciences et les mathématiques. Enfin, les femmes étaient, au moins, autorisées à assister aux lectures publiques, aux conférences scientifiques et aux démonstrations d'appareils proposées par les scientifiques masculins et par certaines académies et sociétés.

Mécènes de la science

Bien que les hommes aient dressé de formidables barrières sur le chemin des femmes qui souhaitaient devenir scientifiques, ils étaient heureux d'accepter de l'argent de la part de mécènes féminins. La reine Christine de Suède (r. de 1632 à 1654) était une mécène reconnue dans sa ville natale de Stockholm, mais aussi lors de son exil à Rome, où elle finança l'Académie de physique et de mathématiques. La princesse Élisabeth de Bohême (1618-1680) soutint le philosophe naturaliste René Descartes (1596-1650) qui, en retour, lui dédia ses Principes de la philosophie en 1644.

Supprimer la pub
Advertisement
L'astronome Maria Cunitz donna son nom à un cratère de la planète Vénus.

De nombreuses femmes de la haute société organisaient des fêtes privées où étaient invités des scientifiques et des mathématiciens masculins, ainsi que des musiciens et des artistes, en particulier en France avec le système des salons. Ces femmes n'étaient pas exemptes de critiques, illustrant le fait que les opinions masculines n'avaient que rarement évolué vers l'égalité. Par exemple, les femmes de salon firent l'objet d'une satire tristement célèbre dans la pièce comique Les dames savantes du dramaturge français Molière (1622-1673). Les scientifiques masculins firent également l'objet de satires, mais "les femmes ont souvent été attaquées plus violemment, parfois en s'appuyant sur le préjugé traditionnel selon lequel les femmes savantes doivent être impudiques, peu attirantes, ou mauvaises ménagères et mauvaises mères" (Burns, 327).

Moins en vue que les riches mécènes, de nombreuses femmes jouèrent néanmoins un rôle crucial dans les coulisses de certaines découvertes scientifiques. Il s'agit des épouses et des filles des scientifiques masculins. Par exemple, Catherina Elisabeth (1647-1693), deuxième épouse de l'astronome polonais Johannes Hevelius (1611-1687), était une assistante dévouée de son mari à Dantzig (Gdańsk), manipulant ses instruments astronomiques et veillant à ce que l'œuvre de sa vie soit publiée après sa mort. Les astronomes, qui travaillaient généralement dans un observatoire à domicile, semblaient trouver l'aide de leurs parentes indispensable. Autre exemple, Maria Clara Eimmart (1676-1707) aida son père, Georg Christoph Eimmart (1638-1705), à Nuremberg et réalisa de nombreux dessins astronomiques au pastel, dont plus de 250 de la surface de la Lune. Margaret Flamsteed (1670 à 1730) était un cas rare de femme aidant son conjoint dans une institution officielle; elle assistait son mari, John Flamsteed (1646-1719), dans ses fonctions à l'Observatoire royal de Greenwich.

Statue of Maria Cunitz
Statue de Maria Cunitz
Piotrus (CC BY-SA)

Femmes scientifiques célèbres

Malgré les défis considérables auxquels elles étaient confrontées, certaines femmes réussirent à devenir des scientifiques qui apportèrent d'importantes contributions aux connaissances de l'humanité au début de la période moderne. Voici quatre de ces femmes.

Supprimer la pub
Advertisement

Maria Cunitz

Maria Cunitz (1610-1664) était une astronome germano-polonaise qui avait bénéficié de la vision de son père qui avait donné à sa fille une excellente éducation en sciences, en médecine, en mathématiques et en latin. En 1623, Cunitz épousa un collègue astronome, David von Gerstmann, mais il ne correspondait pas intellectuellement à Maria. Parmi les travaux les plus célèbres de Cunitz, citons Urania Propitia (1650), nommé d'après Urania, la muse grecque de l'astronomie. Cet ouvrage est une simplification des Tables Rudolphines (1627) de Johannes Kepler (1571-1630), qui était indispensable pour rendre les précieuses informations qu'elles contiennent accessibles à un plus grand nombre d'astronomes. Le travail de Cunitz était impressionnant, mais elle souffrit encore des préjugés masculins lorsque certains collègues masculins affirmèrent qu'il était de telle qualité qu'une femme ne pouvait pas l'avoir écrit. Certains soupçonnèrent son mari d'être l'auteur de l'Urania Propitia. Pour contrer ces accusations infondées, le mari de Cunitz rédigea une préface pour les éditions futures, déclarant qu'il s'agissait bien de l'œuvre originale de Maria. Cunitz ne fut pas oubliée pour autant et un cratère de la planète Vénus porte son nom.

Margaret Cavendish

Margaret Cavendish, duchesse de Newcastle (1623-1673), est une figure féminine notable de la révolution scientifique en Grande-Bretagne. Cavendish publia de nombreux ouvrages sur la philosophie naturelle et rencontra personnellement des penseurs masculins célèbres tels que Thomas Hobbes, René Descartes et Pierre Gassendi (1592-1655). Elle correspondait aussi fréquemment avec le physicien et astronome Christiaan Huygens (1629-1695), à qui elle envoya un ensemble de ses œuvres. Cavendish rejetait la philosophie mécanique en faveur d'un monde qui, bien que composé d'atomes, était intelligent et capable de façonner son propre destin. Sur l'utilité générale de la recherche scientifique, Cavendish écrivit :

Bien que les philosophes naturalistes ne puissent pas découvrir la vérité absolue de la nature, ou les travaux fondamentaux de la nature, ou les causes cachées des effets naturels, ils ont néanmoins découvert de nombreux arts et sciences nécessaires et profitables à la vie de l'homme... La probabilité est proche de la vérité, et la recherche d'une cause cachée permet de découvrir des effets visibles.

(Wootton, 569)

Margaret Cavendish by Lely
Margaret Cavendish par Lely
Peter Lely (Public Domain)

Le livre de Cavendish, Philosophical Fancies, publié en 1653, fut le premier ouvrage de philosophie naturaliste écrit par une femme en Angleterre. Parmi les autres ouvrages notables, citons Philosophical and Physical Opinions (1655) et Observations Upon Experimental Philosophy (1666). Ce dernier ouvrage comprend une annexe dans laquelle elle décrit une société parfaite: The Description of a New World, Called the Blazing World (La description d'un nouveau monde, appelé le monde flamboyant). Hélas, comme Cunitz avant elle, Cavendish pâtit d'être une femme dans ce domaine dominé par les hommes: "Personnellement flamboyante et excentrique, avec un don pour l'autopromotion qui était considéré comme inapproprié pour une femme, elle était ridiculisée sous le nom de "Madge Madge"" (Burns, 58). Nullement découragée par ce que ses pairs masculins pensaient d'elle, Cavendish profita de son rang social pour assister à une réunion de la Royal Society à Londres en 1667, la première femme à le faire et la seule jusqu'à ce que le miracle ne se répète en 1945.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Maria Sibylla Merian

Maria Sibylla Merian (1647-1717) se fit connaître dans le domaine de l'histoire naturelle, notamment en tant qu'illustratrice. Merian avait certainement un pedigree, puisqu'elle était issue d'une longue lignée d'éditeurs et d'artistes de Francfort. Merian s'installa à Nuremberg et y publia, en 1675, son premier livre, en fait un trio de recueils d'illustrations gravées sur cuivre. Les livres traitaient des fleurs et étaient conçus pour fournir des modèles réalistes que d'autres artistes et travailleurs à l'aiguille pouvaient copier. En 1679, elle publia un autre recueil d'illustrations, La Merveilleuse transformation et la nourriture florale de la chenille, qui montrait cette fois les différents stades de la vie des insectes qu'elle avait observés. Les illustrations étaient souvent composées de manière à inclure un grand nombre d'insectes dans une même scène naturelle. Merian ne se contentait pas de dessiner, elle élevait et étudiait les cycles de vie de nombreux types d'insectes.

Merian se sépara de son mari et s'installa à Amsterdam en 1691, puis se rendit au Suriname, en Amérique du Sud, où elle séjourna de 1699 à 1701. Le Suriname était alors une colonie hollandaise et offrit à l'artiste de nombreuses occasions de capturer, d'élever et d'étudier des insectes exotiques. Le fruit de ce travail se retrouve dans son livre La Métamorphose des insectes du Suriname, publié en 1705. Le livre, rempli d'illustrations colorées coûteuses, fut un succès et présenta aux lecteurs européens une flore et une faune jamais vues auparavant. Merian put financer son travail en vendant son livre en privé, en vendant des aquarelles individuelles et en vendant des spécimens d'insectes qu'elle avait acquis au Suriname et d'autres qui lui avaient été envoyés par des membres de sa famille dans différents pays. Dans une lettre adressée à un acheteur potentiel de spécimens, elle note que:

J'ai aussi apporté avec moi tous les animaux compris dans cette œuvre, séchés et bien conservés dans des boîtes, afin qu'ils puissent être vus par tous. J'ai encore actuellement dans des bocaux contenant du liquide un crocodile, plusieurs sortes de serpents et d'autres animaux, ainsi qu'une vingtaine de boîtes rondes de divers papillons, coléoptères, oiseaux-mouches, mouches-lanternes (appelées dans les Indes joueuses de luth à cause du son qu'elles produisent), et d'autres animaux qui sont à vendre.

(Jardine, 278)

Merian transmit son enthousiasme à capturer la vie des insectes dans des gravures vibrantes à ses filles, Dorothea et Joanna, qui devinrent d'excellentes illustratrices à leur tour.

Portrait of Maria Sibylla Merian
Portrait de Maria Sibylla Merian
Jacob Marrel (Public Domain)

Maria Winkelmann

Maria Margaretha Kirch, née Winkelmann (1670-1720) était une astronome allemande. Dans ce qui semble avoir été une attraction commune et irrésistible de personnes partageant les mêmes idées, Maria apprit l'astronomie auprès de son père et épousa ensuite un astronome, Gottfried Kirch (1639-1710), qui avait appris ses compétences en astronomie auprès de Johannes Hevelius (1611-1687). Maria et Gottfried travaillèrent d'égal à égal, mais, caractéristique de l'époque, c'est Gottfried qui obtint le poste prestigieux d'astronome à l'Académie des sciences de Berlin en 1700. Maria continua à travailler avec son mari et publia trois brochures sur l'astronomie sous son propre nom. Maria découvrit une comète en 1702, bien que son mari ait été officiellement reconnu comme le découvreur jusqu'à ce que Gottfried ne lui en attribue expressément le mérite. Un commentaire du célèbre mathématicien allemand Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) montre clairement que Maria était capable de telles identifications: "Elle observe avec les meilleurs observateurs, elle sait merveilleusement manier le quadrant et le télescope" (Jardine, 335).

À la mort de son mari en 1710, la proposition de Maria d'occuper le poste d'astronome à l'Académie de Berlin fut refusée, non pas en raison d'un manque de compétences de la part de Maria, mais par crainte pour la réputation de l'académie si une femme y était nommée. Maria poursuivit ses travaux d'astronomie, notamment la réalisation de calendriers, en utilisant l'observatoire du baron Bernhard Friedrich von Krosigk à Berlin, puis celui de feu Hevelius à Dantzig. Le fils de Maria, Christoph, poursuivit la tradition familiale et fut nommé astronome à l'Académie de Berlin en 1716.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui étaient les femmes de science pendant la révolution scientifique ?

Quatre femmes jouèrent un rôle important dans la révolution scientifique : Maria Cunitz (astronome), Margaret Cavendish (philosophe naturelle), Maria Sibylla Merian (entomologiste et illustratrice) et Maria Winkelmann (astronome).

Quel rôle les femmes scientifiques ont-elles joué dans la révolution scientifique ?

Bien qu'il y ait eu quelques femmes scientifiques lors de la révolution scientifique, leur impact fut, en réalité, très limité. En effet, les institutions éducatives et scientifiques interdisaient aux femmes de les rejoindre.

Pourquoi les femmes scientifiques étaient-elles si rares lors de la révolution scientifique ?

Si les femmes scientifiques furent si rares au cours de la révolution scientifique, c'est parce que très peu d'entre elles avaient accès à l'éducation nécessaire et que, même si elles y avaient accès, elles n'étaient pas autorisées à rejoindre les universités, les académies et les sociétés scientifiques dominées par les hommes.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2023, octobre 12). Femmes de Science dans la Révolution Scientifique [Women Scientists in the Scientific Revolution]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2301/femmes-de-science-dans-la-revolution-scientifique/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Femmes de Science dans la Révolution Scientifique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 12, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2301/femmes-de-science-dans-la-revolution-scientifique/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Femmes de Science dans la Révolution Scientifique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 12 oct. 2023. Web. 13 avril 2024.

Adhésion