La Résurrection de la Fille Unique

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 10 octobre 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

La Résurrection de la fille unique est un conte sioux qui raconte l'histoire d'une jeune fille qui meurt et revient à la vie, aidée par un chasseur et sa femme, et qui vit ensuite jusqu'à un âge avancé. L'histoire se prête à de nombreuses interprétations, y compris le concept de destin et le fait qu'il y a un moment déterminé pour la mort.

Sioux Girl
Fille Sioux
Alfred Jacob Miller (Public Domain)

L'histoire pourrait être interprétée conformément à l'un des sept rites sacrés des Sioux - la conservation de l'âme - dans lequel une mèche de cheveux du défunt est prélevée, purifiée et conservée dans le paquet sacré (également connu sous le nom de sac médicinal) pendant un certain temps, généralement un an, avant d'être relâchée dans l'air, libérant ainsi l'âme pour qu'elle retourne au Grand Mystère (Wakan Tanka) à l'heure convenue. Le conte peut également être interprété comme un encouragement à profiter au maximum du temps qui nous est imparti, à faire le deuil d'une perte pendant une période culturellement appropriée, puis à lâcher prise et à aller de l'avant, ainsi qu'à souligner l'importance de l'hospitalité et de la gentillesse envers les étrangers, même s'ils viennent de la terre des morts.

Supprimer la pub
Publicité
Le conte contient plusieurs détails relatifs aux rituels funéraires des Sioux et à leur conception de la vie après la mort.

Le conte, qui est présenté comme le récit d'un événement historique, contient plusieurs détails relatifs aux rituels funéraires des Sioux et à leur conception de la vie après la mort. Le cadavre de la jeune fille est hissé sur une plate-forme à l'extérieur du village et ses parents se coupent les cheveux après sa mort et portent le deuil. Le chasseur et sa femme établissent leur campement à un demi-mille du cimetière pour éviter les "choses de l'ombre" - le royaume des morts - et pourtant, lorsque la jeune fille ressuscitée s'approche, ils l'accueillent sans crainte et lui offrent toute l'hospitalité comme s'il s'agissait d'une étrangère vivante, ce qui est tout à fait conforme aux pratiques d'hospitalité des Sioux d'hier et d'aujourd'hui.

En même temps, les Sioux considéraient - et considèrent toujours - que les morts appartiennent à leur propre royaume et ne doivent pas revenir dans le monde des vivants. L'histoire inverse donc une croyance culturelle centrale en ce sens que la femme ressuscitée, après avoir été accueillie et guérie par le chasseur et sa femme, mène une vie bien remplie, se marie trois fois et devient un médecin de renom. Néanmoins, comme sa vie après sa résurrection semble conduire à la mort de ses trois maris, l'histoire peut encore être comprise comme confirmant l'idée que l'interaction avec les morts est une entreprise risquée qui apporte des ennuis à ceux qui s'y engagent, même si elle peut apporter des bénéfices à d'autres.

Supprimer la pub
Publicité

Rites funéraires sioux et conservation de l'âme

Les Sioux, comme toutes les nations amérindiennes, croient en la nature éternelle de l'âme. Après la mort physique du corps, ce qui l'a animé survit et doit être reconnu. Les rituels funéraires ne reposent que sur les restes physiques de la personne, pas nécessairement sur son esprit. Le spécialiste Larry J. Zimmerman commente les rituels funéraires des Sioux:

Un cadavre pouvait être incinéré, enterré ou laissé en décomposition à l'air libre sur une plate-forme ou dans les arbres. Les ossements recueillis pouvaient être laissés sur le sol ou rassemblés plus tard pour être enterrés dans un tumulus conique ou linéaire. Les plates-formes et les tumulus étaient des zones sacrées considérées par certains comme dangereuses sur le plan spirituel. Chez les Lakota [Sioux], les esprits wanagi ("choses de l'ombre") sont censés garder les tombes et peuvent nuire à quiconque dérange les morts. (247)

L'âme elle-même, cependant, peut également "monter la garde" du cadavre, en particulier si elle a été libérée du corps avant l'heure prévue. Que ce soit dans de tels cas (lorsqu'une personne est morte jeune ou sans cause apparente) ou dans d'autres, les Sioux ont développé le concept du rituel de la garde de l'âme, qui se déroule en plusieurs étapes. Après la mort d'une personne, une mèche de cheveux est prélevée et purifiée à la fumée de foin d'odeur ou de sauge, puis placée dans un paquet sacré. La personne qui accepte de garder ces cheveux - et donc de prendre soin de l'âme du défunt - fait le vœu de vivre harmonieusement pendant un certain temps - en s'abstenant de toute altercation ou de tout autre comportement susceptible de déshonorer l'esprit qui lui a été confié - pendant au moins un an.

Supprimer la pub
Publicité

À la fin de cette période (quelle qu'en soit la durée), lors d'une cérémonie rituelle, l'âme est libérée dans les cieux et est censée voyager le long de la Voie lactée pour atteindre l'union avec le Grand Mystère, la force créatrice de l'univers. On pense ainsi que l'âme a été libérée au moment opportun pour une telle union, puisque le Grand Mystère (ou le Grand Esprit) l'attend. Bien que l'histoire ne mentionne pas ce rituel, on peut supposer que les parents de la jeune fille l'avaient pratiqué et c'est peut-être ainsi qu'elle a pu revenir à la vie, parce que son esprit n'avait pas encore été libéré pour voyager vers l'éternité.

Funeral Scaffold of a Sioux Chief near Fort Pierre
Plate-forme funéraire d'un chef Sioux près de Fort Pierre
Karl Bodmer (Public Domain)

Les fantômes qui restaient sur terre pour hanter les vivants, pour quelque raison que ce soit, n'étaient généralement pas les bienvenus - comme dans de nombreuses cultures à travers l'histoire - à moins qu'ils ne soient reconnus comme des amis ou des membres de la famille venus délivrer un message important. L'un des nombreux aspects fascinants de cette histoire est que la jeune fille, morte depuis deux ans, revient sous la forme d'un cadavre animé et a besoin de la gentillesse et des soins du chasseur et de sa femme pour revenir pleinement à la vie. Si le chasseur avait été maudit par la suite pour avoir aidé à revitaliser le cadavre vivant, cela serait conforme à la compréhension culturelle selon laquelle il est toujours imprudent d'interagir avec les esprits des morts.

Dans cette histoire, cependant, les actions du chasseur et de sa femme ne font pas que ressusciter la jeune fille, elles soulagent aussi ses parents de leur chagrin et, vraisemblablement, les réintègrent dans la communauté. Bien que le chasseur, puis les deux autres maris de la jeune fille, semblent le payer de leur vie, le message général de l'histoire est positif, ce qui, d'une manière générale, va à l'encontre de la conception amérindienne des interactions avec les esprits des morts.

Supprimer la pub
Publicité

Toutefois, comme dans de nombreux contes amérindiens, l'interprétation la plus évidente n'est pas toujours la bonne. Cette histoire, comme beaucoup d'autres des Sioux et d'autres nations amérindiennes, offre de nombreuses possibilités de signification et, en fin de compte, c'est au public d'arriver à sa propre conclusion quant au message final de l'œuvre.

Texte

Le texte suivant est extrait de Myths and Legends of the Sioux (1916) de Marie L. McLaughlin, qui était en partie sioux. L'histoire continue d'être racontée par les Sioux sous diverses formes aujourd'hui et fait partie de leur riche patrimoine culturel.

Il était une fois un vieux couple qui avait une fille unique. C'était une belle fille et elle était très courtisée par les jeunes hommes de la tribu, mais elle disait qu'elle préférait la vie de célibataire, et à tous leurs discours émouvants sur la profonde affection qu'ils lui portaient, elle avait toujours une seule réponse : "Non". C'était "non".

Un jour, cette jeune fille tomba malade et, jour après jour, son état s'aggrava. On fit appel à tous les meilleurs médecins, mais leurs remèdes ne servirent à rien et, deux semaines après le jour où elle était tombée malade, elle était morte. Bien entendu, le deuil fut grand dans le camp. Ils transportèrent son corps à plusieurs kilomètres du camp et le roulèrent dans de belles robes et couvertures, puis ils le déposèrent sur une plate-forme qu'ils avaient érigée (comme de coutume pour un enterrement chez les Indiens). Ils placèrent quatre poteaux fourchus dans le sol, puis attachèrent de solides perches dans le sens de la longueur et en travers des extrémités, et firent un lit de saules et de robustes broussailles de frêne. Cette plate-forme se trouvait à une hauteur de cinq à sept pieds du sol. Après les funérailles, les parents donnèrent tous leurs chevaux, leurs belles robes et couvertures, ainsi que tous les biens de la jeune fille décédée. Ils se coupèrent ensuite les cheveux au ras de la tête et s'habillèrent des vêtements les plus pauvres qu'ils purent se procurer.

Supprimer la pub
Publicité

Un an plus tard, les amis et les parents du vieux couple tentèrent en vain de leur faire oublier leur deuil. Ils leur disaient : "Vous avez assez porté le deuil". "Mettez de côté votre deuil et essayez de profiter encore un peu des plaisirs de cette vie pendant que vous vivez. Vous vieillissez tous les deux et ne pouvez plus vivre très longtemps, alors profitez au maximum de votre temps." Le vieux couple écoutait ces conseils, puis secouait la tête et répondait: "Nous n'avons aucune raison de vivre. Rien de ce à quoi nous pourrions participer ne nous amuserait, puisque nous avons perdu la lumière de notre vie."

Le vieux couple continua donc à pleurer son idole perdue. Deux ans s'étaient écoulés depuis la mort de la belle, lorsqu'un soir, un chasseur et sa femme passèrent devant la plate-forme où se trouvait la jeune fille morte. Ils étaient sur le chemin du retour, lourdement chargés de gibier, et ne pouvaient donc pas aller très vite. À environ un demi-mille de la plate-forme, une source claire jaillissait du flanc d'un talus, d'où s'écoulait un petit filet d'eau qui humidifiait les racines de la végétation bordant ses rives et faisait pousser une herbe d'un vert tendre. Le chasseur campa à cette source et, attachant ses chevaux, aida sa femme à monter le petit tipi qu'ils emportaient avec eux pour faciliter leurs déplacements.

Lorsque la nuit fut bien tombée, les chiens du chasseur se mirent à aboyer et à grogner. "Regardez dehors et voyez ce après quoi les chiens aboient", dit le chasseur à sa femme. Elle regarda par la porte, puis se recula en disant: "Il y a la silhouette d'une femme qui s'avance dans la direction de la plate-forme de la jeune fille." "Je suppose que c'est la jeune fille morte; laissez-la venir, et faites semblant de ne pas avoir peur", dit le chasseur. Bientôt, ils entendirent des pas qui s'avançaient et qui s'arrêtèrent à la porte. En regardant le bas de la porte, le chasseur remarqua une paire de petits mocassins, et sachant que c'était le visiteur, il dit : "Qui que vous soyez, entrez et venez manger quelque chose".

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

À cette invitation, la silhouette entra lentement et s'assit près de la porte, la tête couverte et une belle robe serrée sur le visage. La femme prépara un bon repas et le plaça devant le visiteur en disant: "Mangez, mon ami, vous devez avoir faim." La silhouette ne bougea pas et ne se découvrit pas pour manger. "Tournons le dos à la porte et notre visiteur pourra manger", dit le chasseur. Sa femme tourna donc le dos au visiteur et s'affaira à nettoyer les petits morceaux de viande accrochés aux tendons du cerf tué (les Indiens s'en servent comme fil). Le chasseur, remplissant sa pipe, se détourna et fuma en silence.

Enfin, le plat fut repoussé vers la femme, qui le prit et, après l'avoir lavé, le rangea. La silhouette était toujours assise devant la porte, sans émettre le moindre son, ni respirer. Le chasseur finit par dire : "Êtes-vous la fille qui a été placée sur cette plate-forme il y a deux ans?" Elle inclina la tête deux ou trois fois en signe d'assentiment. "Vous allez dormir ici cette nuit ? Si oui, ma femme vous fera un lit. La silhouette secoua la tête. "Allez-vous revenir demain soir chez nous ?" Elle acquiesça.

Pendant trois nuits consécutives, la silhouette visita le campement du chasseur. La troisième nuit, le chasseur remarqua que la silhouette respirait. Il vit une des mains dépasser de la robe. La peau était parfaitement noire et collée aux os de la main. Voyant cela, le chasseur se leva et se dirigea vers son sac médicinal accroché à un poteau. Il l'ouvrit et en sortit quelques racines qu'il mélangea à de l'huile de mouffette et à du vermillon et dit à la personne:

"Si tu nous laisses te frotter le visage et les mains avec ce remède, il redonnera vie à ta peau, tu retrouveras ton teint et tu auras de la chair. La silhouette acquiesça et la chasseur lui frotta les mains et le visage avec le remède. Puis elle se leva et retourna à la plate-forme. Le lendemain, le chasseur déplaça son campement vers son village natal. Cette nuit-là, il campa à quelques kilomètres du village. La nuit venue, les chiens, comme à l'accoutumée, se mirent à aboyer à tout rompre et, en regardant dehors, la femme vit la jeune fille s'approcher.

Lorsque la jeune fille entra et s'assit, le chasseur remarqua qu'elle ne portait pas sa robe aussi serrée sur son visage. Lorsque la femme lui donna à manger, la jeune fille tendit la main et prit le plat, dévoilant ainsi ses mains; ils remarquèrent aussitôt qu'elles étaient à nouveau naturelles. Lorsqu'elle eut terminé son repas, le chasseur lui dit : "Mon médicament t'a-t-il aidée ?" Elle acquiesça. "Voulez-vous que je vous enduise le corps de mon médicament ? Elle acquiesça à nouveau. "Je vais en mélanger suffisamment pour te frotter tout le corps et je vais sortir pour que ma femme t'en applique.

Il en mélangea une bonne quantité et sortit, laissant sa femme frictionner la jeune fille. Lorsque sa femme eut terminé sa tâche, elle appela son mari pour qu'il entre et, lorsqu'il entra, il s'assit et dit à la jeune fille: "Demain, nous arriverons au village. Veux-tu venir avec nous?" Elle secoua la tête. "Elle répondit par un signe de tête: "Veux-tu revenir à notre campement demain soir, quand nous aurons campé dans le village? Elle hocha la tête en signe d'assentiment. "Alors, veux-tu voir tes parents?" Elle hocha encore la tête, se leva et disparut dans l'obscurité.

Tôt le lendemain matin, le chasseur leva le camp et voyagea jusqu'à l'après-midi, lorsqu'il arriva au village. Il demanda à sa femme d'aller immédiatement informer le vieux couple de ce qui s'était passé. La femme s'exécuta et, au coucher du soleil, le vieux couple arriva au tipi du chasseur. Ils furent invités à entrer et un bon repas leur fut servi. Peu après qu'ils eurent terminé leur repas, les chiens du campement se mirent à aboyer à tue-tête. Le chasseur leur dit : "Elle arrive, soyez courageux et vous verrez bientôt votre fille perdue". A peine avait-il fini de parler qu'elle entra dans la tente, aussi naturelle qu'elle l'avait été dans la vie. Ses parents s'accrochèrent à elle et l'inondèrent de baisers.

Ils voulaient qu'elle rentre chez elle, mais elle resta avec le chasseur qui l'avait ramenée à la vie, et elle l'épousa, devenant ainsi sa seconde femme. Peu de temps après avoir pris la jeune fille pour épouse, le chasseur rejoignit un groupe de guerriers et ne revint jamais, car il fut tué sur le champ de bataille.

Un an après la mort de son mari, elle se remaria. Ce dernier fut également tué par une bande d'ennemis que les guerriers poursuivaient pour avoir volé certains de leurs chevaux. Le troisième mari connut le même sort que le premier. Il fut également tué sur le champ de bataille. Elle était encore une belle femme au moment de la mort du troisième mari, mais elle ne se maria plus jamais, car les hommes la craignaient, disant qu'elle était sainte et que quiconque l'épouserait serait sûr d'être tué par l'ennemi.

Elle se mit donc à soigner les malades et acquit la réputation d'être le médecin le plus habile de la nation. Elle vécut jusqu'à un âge avancé et, lorsqu'elle sentit la mort approcher, elle se fit transporter à l'endroit où elle s'était déjà reposée et, rampant jusqu'au sommet de la plate-forme nouvellement érigée, elle s'enveloppa de ses couvertures et de ses robes, se couvrit soigneusement le visage et tomba dans ce sommeil dont il n'y a plus de réveil.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

De quoi parle La Résurrection de la fille unique ?

La Résurrection de la fille unique est un conte sioux qui raconte le retour à la vie d'une jeune fille morte depuis deux ans et la longue vie qu'elle mène jusqu'à l'heure de sa mort.

Quelle est la signification de La Résurrection de la fille unique?

Le sens de l'histoire est finalement laissé à l'appréciation du public, mais le récit aborde de nombreux thèmes, notamment la façon de tirer le meilleur parti du temps dont on dispose, le fait de se défaire de son chagrin, les secondes chances, la gentillesse et l'hospitalité, ainsi que le concept de destin.

De quand date le conte sioux La Résurrection de la fille unique?

Comme la plupart des contes amérindiens, sinon tous, la Résurrection de la fille unique n'est pas datée, car il a été transmis oralement pendant des siècles jusqu'à ce qu'il ne soit consigné par les colons blancs au XIXe siècle. La forme la plus connue de l'histoire date de 1916.

La Résurrection de la fille unique est-il encore raconté aujourd'hui?

La tradition du conte est une grande valeur culturelle des Sioux, et c'est pourquoi La Résurrection de la fille unique, comme beaucoup d'autres histoires, continue d'être racontée aujourd'hui.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2023, octobre 10). La Résurrection de la Fille Unique [The Resuscitation of the Only Daughter]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2292/la-resurrection-de-la-fille-unique/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "La Résurrection de la Fille Unique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 10, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2292/la-resurrection-de-la-fille-unique/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "La Résurrection de la Fille Unique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 oct. 2023. Web. 22 juin 2024.

Adhésion