Cartes de Vœux de l'Époque Victorienne

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 06 décembre 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais, arabe, portugais, espagnol
X

Les cartes de Noël imprimées sont devenues populaires à l'époque victorienne (1837-1901) grâce à la combinaison de techniques d'impression moins coûteuses et d'une poste encore moins chère, avec l'arrivée du timbre-poste Penny Black. De toutes formes, tailles et matières, les cartes de Noël ont été envoyées par millions aux quatre coins de l'Empire britannique. Les illustrateurs de l'époque victorienne ont créé toute une mythologie de ce à quoi un Noël européen devrait ressembler dans l'imaginaire collectif, avec leurs scènes désormais classiques d'arbres de Noël couverts de cadeaux, de houx, de rouges-gorges, de traîneaux et de chemins de campagne enneigés. Lorsque nous rêvons d'un Noël blanc, ce sont les cartes de fête du 19e siècle qui sont en grande partie responsables de cette imagerie intemporelle.

19th-Century Christmas Card
Carte de Noël du XIXe siècle
Victoria and Albert Museum, London (CC BY-NC-SA)

Origines

Les adultes écrivent bien sûr des lettres depuis des siècles. Même avant l'existence d'un système postal public officiel, les lettres étaient remises en personne, par des domestiques ou grâce à des chariots de transport. Il existait également des impressions dès le 15e siècle, qui utilisaient des techniques de gravure sur bois ou de gravure sur cuivre, notamment pour les calendriers. C'est toutefois à l'époque victorienne que plusieurs facteurs se conjuguèrent pour faire des cartes de Noël imprimées le phénomène extrêmement populaire qu'elles sont devenues.

Supprimer la pub
Publicité
Les sources d'inspiration pour la carte de Noël décorative peuvent avoir été des feuilles de musique imprimées ou des cartes de visite ornées.

Les historiens Antony et Peter Miall suggèrent dans The Victorian Christmas Book que les origines des cartes pour les fêtes de fin d'année se trouvent dans les salles de classe. Dès le XVIIIe siècle, les maîtres d'école faisaient travailler leurs élèves sur une "œuvre de Noël" au mois de décembre. Ce travail consistait pour les élèves à choisir une feuille de papier fin et à produire un échantillon de leur écriture, principalement pour montrer à leurs parents la preuve de leurs progrès scolaires de l'année. Le papier était souvent pourvu d'une bordure gravée et décorée, et au 19e siècle, il était courant que les élèves dessinent leurs propres bordures décoratives à l'encre de couleur. "Ces cadeaux étaient les précurseurs de la grande carte de Noël victorienne" (Miall, 37).

D'autres sources d'inspiration pour la carte de Noël décorative peuvent avoir été des feuilles de musique imprimées avec des bordures et des couvertures décoratives, des gravures commandées pour marquer des anniversaires importants, des cartes de récompense scolaire pour les élèves qui travaillaient bien, du papier à lettres illustré de qualité et les cartes de visite plus ornées que l'on laissait lorsqu'on rendait visite à quelqu'un et qu'il n'était pas à la maison.

Supprimer la pub
Publicité

The First Printed Christmas Card
La première carte de Noël imprimée
Victoria and Albert Museum, London (CC BY-NC-SA)

La première carte de Noël

Sir Henry Cole (1808-1882) était un fonctionnaire qui, en 1840, réforma le système postal britannique en participant à la création du penny postal, où les expéditeurs utilisaient les désormais célèbres timbres postaux noirs d'une valeur de un penny. Cole deviendrait plus tard le premier directeur du Victoria and Albert Museum à Londres. En 1843, Cole eut une brillante idée. Non seulement il pouvait s'épargner la peine d'écrire différentes lettres personnalisées à ses amis et à sa famille à Noël, mais il pouvait aussi égayer la saison avec une carte colorée imprimée dans le seul but d'envoyer ses vœux d'usage. En conséquence, Cole chargea John Callcott Horsley (1817-1903), un artiste et illustrateur membre de la Royal Academy, de produire la première carte de Noël imprimée.

Les premières cartes furent mises en vente au public au prix assez élevé d'un shilling par carte.

Le dessin de Horsley pour la carte, qui avait à peu près la taille d'une carte de visite ordinaire (5 x 7,5 cm), montrait différentes générations de la famille Horsley portant un toast - vraisemblablement à l'ami absent destinataire de la carte - tout en étant flanqué de scènes montrant des actes de charité, qui étaient alors, comme aujourd'hui, un élément important de la période de Noël. À gauche, des personnes donnaient de la nourriture aux nécessiteux, et à droite, elles donnaient des vêtements. La bordure était constituée d'un cadre en bois entrelacé de lierre et, sous l'image principale, d'un message de vœux : "Joyeux Noël et bonne année à vous". Un espace vide était prévu en haut et en bas de la carte pour écrire un court message manuscrit et personnalisé au destinataire. Mille cartes de ce type furent imprimées, puis colorées à la main. Les cartes furent mises en vente au public au prix assez élevé d'un shilling par carte. Comme on pouvait s'y attendre pour une idée nouvelle et relativement coûteuse, il y eut peu d'acheteurs.

Supprimer la pub
Publicité

Edgley Christmas Card
Cartes de Noël de Edgley
The British Museum (CC BY-NC-SA)

L'idée fait son chemin

Heureusement pour l'avenir des cartes de Noël, la famille royale adorait tout ce qui concernait Noël. En particulier, le prince Albert (1819-1861) qui introduisit en Angleterre les traditions de Noël allemandes, comme le sapin de Noël. Ce sont toutefois les membres les plus jeunes de la famille royale qui adoptèrent l'idée de s'envoyer des cartes de vœux faites à la main à Noël et au Nouvel An. La reine Victoria dut approuver cette initiative puisqu'elle lança ensuite la mode de l'envoi de cartes de Noël "officielles" par des personnalités publiques, montrant le plus souvent leur famille et eux-mêmes dans un cadre festif.

En 1844, il y eut une nouvelle tentative de carte de Noël commerciale, qui eut beaucoup plus de succès. M. W. C. T. Dobson vendit une carte imprimée portant une illustration de "l'esprit de Noël". En 1848, une carte imprimée par William Maw Edgley (1826-1916) reprenait le thème de la carte de Cole mais ajoutait des scènes de démonstrations de joie et du houx à l'imagerie. Les imprimeurs savaient désormais qu'ils étaient sur la bonne voie et ils devinrent de plus en plus ambitieux dans la conception de leurs cartes qui étaient désormais disponibles à la vente dans les papeteries et les librairies. À partir de 1879, au lieu de cartes individuelles coûteuses, les gens pouvaient acheter des paquets de cartes bon marché, souvent importés d'Allemagne, dans les bureaux de tabac et les magasins de jouets. Cette évolution allait de pair avec le nouveau timbre à un demi-penny pour les cartes postales, de sorte que les gens de toutes les classes sociales pouvaient désormais envoyer des cartes de Noël à leurs proches.

Victorian Christmas Card
Carte de Noël victorienne
Minnesota Historical Society (CC BY-SA)

Modèles de cartes de Noël de l'époque victorienne

Les premières cartes étaient imprimées sur de petites feuilles de carton, mais elles évoluèrent rapidement pour prendre toutes les formes et toutes les tailles. Les cartes de Noël victoriennes étaient généralement lithographiées et colorées à la main avant que l'impression en couleur ne prenne le dessus. Beaucoup utilisaient du papier gaufré, parfois avec des parties découpées pour ressembler à de la dentelle, notamment pour les bordures. Il y avait même des cartes décorées de rubans, de glands, de vraie dentelle, de guirlandes et de verre coloré. Le satin, la soie et le brocart étaient également des matériaux populaires pour enrichir la sensation au toucher de la carte. Les cartes les plus exotiques étaient parfumées, avaient des ajouts rembourrés et incorporaient des fleurs pressées. Une carte en en particulier se vantait même d'être composée de pas moins de 750 parties distinctes. S'il existait une création pour refléter l'amour de l'époque victorienne pour l'accumulation de beaux matériaux individuels afin de créer un article fini encore plus beau, c'était bien la carte de Noël. Avec autant de matériaux possibles utilisés dans une seule carte, il n'est pas étonnant que les magasins de draperie les aient inclus dans leur stock de Noël.

Supprimer la pub
Publicité
Les illustrateurs victoriens sont en grande partie responsables de ce que nous imaginons aujourd'hui comme une "scène de Noël" classique.

La forme des cartes était également très variée, les plus populaires allant de la forme rectangulaire classique aux cartes ovales, circulaires, en forme de diamant, de croissant et de cloche. Certaines cartes étaient pliées, d'autres formées en éventail, ou reflétaient l'objet qu'elles illustraient, comme une boîte aux lettres ou un sac à main. Les cartes pouvaient comporter des parties mobiles ou des rabats que l'on ouvrait pour révéler une scène ou un message supplémentaire. Certaines avaient des languettes qui, lorsqu'on les tirait, faisaient bouger les jambes et les bras d'un personnage au recto de la carte, ou bien elles avaient un disque que l'on pouvait tourner pour montrer différentes scènes dans une fenêtre centrale.

Toutes sortes de sujets étaient représentés sur les cartes, dont de nombreux dessins humoristiques et des scènes de la vie quotidienne, parfois sans aucun rapport avec Noël. Les thèmes religieux demeuraient populaires, comme les anges et les scènes de la Nativité, mais on constata une nette évolution vers des sujets plus profanes à mesure que l'ère victorienne progressait. Les illustrateurs de l'époque victorienne ne manquaient pas d'humour et n'avaient pas peur de prendre des risques. Ils ne manquaient pas non plus l'occasion de feinter le lecteur, de nombreuses cartes montrant deux scènes selon la direction dans laquelle on tenait la carte.

Two 1899 Christmas Cards
Deux cartes de Noël de 1899
The British Museum (CC BY-NC-SA)

Les illustrateurs de l'époque victorienne sont en grande partie responsables de ce que nous imaginons aujourd'hui comme une "scène de Noël" classique: vieilles églises et chemins de campagne enneigés, promenades en traîneau, rouges-gorges dodus, houx et gui scintillants, et cadeaux sur ou sous le sapin de Noël. Les scènes de neige populaires sur les cartes de Noël victoriennes reflétaient la série d'hivers rigoureux que connut l'Angleterre dans les années 1830 et 1840. Les Noëls blancs devinrent beaucoup plus rares par la suite, mais le décor dans l'imaginaire des gens était alors fixé. De même, les plats de Noël que nous imaginons être consommés par les personnages de Dickens au XIXe siècle sont, comme dans les cartes, toujours des dindes rôties dorées et de grands puddings de Noël fumants de la taille d'un boulet de canon.

Supprimer la pub
Publicité

Le Père Noël était une figure populaire sur les cartes, mais il évolua au fil des décennies, son apparence passant d'un personnage Falstaffien à un vieil homme jovial avec un pantalon bleu et une couronne de houx, et enfin à son ultime costume rouge avec une bordure de fourrure blanche. Le Père Noël victorien utilisait tous les moyens possibles pour atteindre les cheminées des gens, comme la populaire bicyclette des années 1880, la toute nouvelle voiture à moteur des années 1890, le réseau ferroviaire moderne en pleine expansion, ou même une montgolfière.

Soldier Christmas Card, 1887
Carte de Noël de soldat, 1887
Victoria and Albert Museum, London (CC BY-NC-SA)

Les cartes de Noël étaient devenues un tel élément incontournable de la saison qu'elles attiraient désormais les meilleurs artistes pour les illustrer, des noms comme Linnie Watts, qui produisit une série de cartes représentant des enfants, et Harry Payne, qui dessina des soldats, un thème poignant pour ceux dont les proches servaient loin de chez eux dans les forces armées de l'Empire britannique.

Les cartes évoluèrent au fil du temps, au gré des goûts. Par exemple, les fonds noirs pour rendre l'image principale plus frappante étaient populaires dans les années 1870. Les cartes reflétaient également les tendances modernes en matière d'art. À la fin du siècle, on assista à l'apparition des motifs de l'art nouveau, avec des dessins très décoratifs et des sujets inspirés des œuvres d'artistes en vogue tels qu'Alphonse Mucha (1860-1939). Les cartes étant envoyées dans le monde entier, la tradition s'implanta rapidement dans d'autres pays, notamment aux États-Unis à partir de 1874, avec les cartes imprimées par Louis Prang (1824-1909), populairement connu comme "le père des cartes de Noël américaines".

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Textes des cartes de Noël

Au recto, à l'intérieur ou au verso de la carte, le texte imprimé se diversifia également au fil des ans. Voici quelques exemples du XIXe siècle :

Que l'amour et la paix soient avec toi
Tout au long de la sainte fête de Noël !

Que ce soit un très heureux
Noël pour toi et les tiens.

Nous vivons en actions,
en pensées, pas en respirations,
pas en années, en sentiments,
pas en chiffres sur un cadran.

Que Noël vous apporte la paix et l'abondance,
Des granges et des caves jamais vides.
Une corne de bière authentique,
réchauffera le coeur et égayera l'esprit.

Que ton Noël soit heureux,
rempli de choses qui te rendent joyeux ;
Et tout au long de chaque année à venir,
Que la paix soit avec toi à n'en plus finir.

1898 Christmas Cards
Cartes de Noël de 1898
The British Museum (CC BY-NC-SA)

Les cartes étaient souvent accompagnées de textes imprimés plus longs, comme des poèmes ou plusieurs versets de chants populaires. Voici un exemple de verset typique d'une carte de Noël victorienne :

Oh, Life is but a river;
And in our childhood, we
But a fair running streamlet
Adorn'd with flowers see.

But as we grow more earnest,
The river grows more deep;
And where we laugh'd in childhood,
We, older, pause to weep.

Each Christmas as it passes,
Some change to us doth bring;
Yet to our friends the closer,
As Time creeps on, we cling.

(Miall, 43)

Oh, la vie n'est qu'une rivière;
Et dans notre enfance, nous ne
Voyions seulement qu'un beau ruisseau. orné de fleurs qui coulait.

Mais quand nous devenons plus sérieux,
La rivière devient plus profonde ;
Et là où nous riions dans notre enfance,
Nous, plus âgés, nous nous arrêtons pour pleurer.

Chaque Noël qui passe,
nous apporte quelques changements ;
Mais près de nos amis, de plus en plus,
Alors que le temps s'écoule, nous nous serrons.

(Miall, 43)

Collectionner les cartes de Noël

Les classes moyennes de l'époque victorienne devinrent de fervents collectionneurs de cartes de Noël, ce qui explique pourquoi il était courant que l'année soit imprimée quelque part sur la carte. Le plus célèbre collectionneur de cartes était peut-être George Buday - il écrivit même un livre célèbre sur l'histoire des cartes de Noël, The Story of the Christmas Card - et il fit don de sa collection de plus de 3 000 cartes au Victoria and Albert Museum. Ce musée possède aujourd'hui plus de 15 000 cartes de Noël dans ses archives et réimprime chaque Noël les anciens modèles victoriens afin qu'ils puissent, une fois de plus, comme autrefois, transmettre les souhaits de Noël des gens dans le monde entier.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

À quoi ressemblait une carte de vœux victorienne ?

Les cartes de vœux de l'époque victorienne se présentaient sous des formes et des motifs variés. Les scènes religieuses étaient moins populaires que celles représentant des scènes de neige, des rouges-gorges, du houx, des festins et des cadeaux. De nombreuses cartes victoriennes utilisaient un ensemble de matériaux comme des rubans et du papier perforé.

Qu'y avait-il sur la première carte de Noël victorienne ?

La première carte de Noël victorienne, commandée par Henry Cole en 1843, montre différentes générations de la famille de Cole portant un toast et deux actes de charité envers les pauvres.

Qu'est-ce qui favorisa l'envoi de cartes de vœux à l'époque victorienne?

Les Victoriens ont pu s'envoyer des cartes de vœux grâce aux cartes imprimées bon marché disponibles pour la première fois et à l'introduction de la poste à un sou en 1840.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, décembre 06). Cartes de Vœux de l'Époque Victorienne [Victorian Christmas Cards]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2125/cartes-de-voeux-de-lepoque-victorienne/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Cartes de Vœux de l'Époque Victorienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 06, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2125/cartes-de-voeux-de-lepoque-victorienne/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Cartes de Vœux de l'Époque Victorienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 06 déc. 2022. Web. 25 mai 2024.

Adhésion