Système Dowding

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2012 / $18000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 30 avril 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
The Dowding  System of WWII (by Simeon Netchev, CC BY-NC-ND)
Le système Dowding de la Seconde Guerre mondiale
Simeon Netchev (CC BY-NC-ND)

Le système de défense aérienne intégré de la Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-45), connu sous le nom de système Dowding, d'après le maréchal de l'air du même nom, comprenait des décrypteurs, des stations radar, des observateurs, des projecteurs, des ballons de barrage, des canons antiaériens et des avions de chasse. En travaillant ensemble par l'intermédiaire d'un centre d'opérations combiné, le système Dowding permit de mieux suivre et intercepter l'armée de l'air allemande, ce qui contribua à la victoire de la bataille d'Angleterre.

Le maréchal de l'air Hugh Dowding (1882-1970), commandant en chef du Fighter Command de la RAF, était déterminé à améliorer les défenses aériennes de la Grande-Bretagne dans l'entre-deux-guerres, à commencer par l'idée d'un concours de conception de nouveaux avions de chasse, dont les gagnants furent le Hawker Hurricane et le Supermarine Spitfire. En 1936, Dowding fut nommé à la tête du Fighter Command de la RAF. Ce poste signifiait que Dowding contrôlait les opérations des avions de chasse, le Anti-Aircraft Command (qui utilisait les canons de DCA et les projecteurs), le Balloon Command (qui s'occupait des ballons de barrage antiaériens), un millier d'unités d'observateurs volontaires pour l'alerte précoce et plus de 50 stations radar, une nouvelle technologie dont Dowding avait soutenu le développement. Tous ces éléments se combinaient pour former ce que l'on appelle désormais le système de défense aérienne Dowding, qui permit la détection et la réception rapides des avions ennemis survolant la Grande-Bretagne.

Supprimer la pub
Publicité

Défense intégrée

Le système intégré de défense aérienne (IADS) britannique fut créé le 1er mai 1936, après que l'agression allemande en Europe fut devenue évidente avec la réoccupation de la Rhénanie en mars de la même année. L'idée de mettre en commun des ressources pour la défense aérienne remontait à la Première Guerre mondiale (1914-18), lorsque l'Allemagne avait bombardé la Grande-Bretagne à l'aide d'aéronefs tels que les dirigeables Zeppelin. La Défense aérienne de la Grande-Bretagne (ADGB) avait cessé d'exister dans les années 1920, mais elle fut relancée et élargie. Au final, le système Dowding se composait de sept parties:

  • les escadrons de chasse de la RAF Fighter Command
  • l'artillerie antiaérienne du Anti-Aircraft Command
  • les projecteurs des Royal Engineers
  • les guetteurs du Royal Observer Corps
  • les ballons de barrage statiques pour dissuader les attaques aériennes sur les sites importants
  • les stations radar statiques et mobiles
  • Le renseignement militaire ultra

Air Chief Marshall Hugh Dowding
Air Chief Marshall Hugh Dowding
Ministry of Information Photographer (Public Domain)

Supprimer la pub
Publicité

Les premiers IADS couvraient le sud de l'Angleterre, le nord et l'ouest de l'Angleterre, ainsi que l'Écosse. Des volontaires du Royal Observer Corps scrutaient le ciel à la recherche d'avions ennemis et signalaient leurs observations par téléphone à un centre de rapport local qui, à son tour, contactait le quartier général du centre d'opérations. Les observateurs présents sur les sites de l'artillerie antiaérienne et des unités de projecteurs faisaient de même. L'espace aérien britannique étant divisé en une immense grille, les traceurs du quartier général pouvaient suivre les avions nationaux et ennemis, en faisant des mises à jour toutes les cinq minutes. Tout cela était bien beau, mais le système présentait deux faiblesses fondamentales. Tout d'abord, les avions ennemis n'étaient repérés que lorsqu'ils s'approchaient de la côte, où se trouvait le corps d'observateurs. La seconde était que, par temps nuageux ou la nuit, les avions ennemis pouvaient pénétrer dans l'espace aérien britannique sans être observés. Ces problèmes semblaient désormais très importants et devaient être résolus rapidement. La Grande-Bretagne déclara la guerre à l'Allemagne en septembre 1939, à la suite de l'invasion de la Pologne par cette dernière. En 1940, l'Allemagne avait traversé les Pays-Bas et la France était tombée. Une invasion allemande de la Grande-Bretagne (opération Sea Lion) semblait imminente, et elle serait certainement précédée d'une attaque de la Luftwaffe (l'armée de l'air allemande) contre les aérodromes et les industries d'importance stratégique de la Grande-Bretagne, afin de tenter d'obtenir la supériorité aérienne. Heureusement pour la Grande-Bretagne, la technologie vint à la rescousse avec une nouvelle "arme" très secrète qui s'avéra décisive dans la bataille aérienne à venir, la bataille d'Angleterre, officiellement datée du 10 juillet au 31 octobre 1940 par le ministère de l'Air.

Les stations radar

La solution pour créer un véritable système d'alerte précoce pour les attaques aériennes était le RADAR: Radio Detection and Ranging (détection et télémétrie par ondes radioélectriques). L'Allemagne disposait de sa propre version du radar, tout comme plusieurs autres pays. La version britannique, connue sous le nom de Radio Direction Finding (RDF), fut mise au point par Robert Watson-Watt (1892-1973) grâce à des travaux de recherche et de développement financés par le ministère de l'Air. Le système pouvait (plus ou moins) détecter la position et la hauteur des avions en approche et, en traçant des relevés multiples et des références croisées d'autres stations radar, leur direction générale. Cette technologie était essentielle pour défendre la Grande-Bretagne contre les attaques aériennes qui pouvaient survenir n'importe où et à n'importe quel moment, comme l'explique le Wing Commander 'Max' Aitken:

Supprimer la pub
Publicité

Nous disposions du plus grand atout que l'armée de l'air ait jamais eu, à savoir le radar. Le radar a vraiment permis de gagner la bataille d'Angleterre, car sans lui, nous aurions dû effectuer des patrouilles permanentes et avec le nombre limité d'avions et de pilotes, nous n'aurions pas pu le faire.

(Holmes, 134)

Chain Home Radar Towers
Tours radar Chain Home
Royal Air Force Photographer (Public Domain)

Le système radar, testé à partir de mars 1936, se composait de groupes de tours en acier de 107 mètres de haut entre lesquelles étaient suspendues plusieurs antennes de transmission filaire. Les fils émettaient des signaux sur un arc de 100 degrés, qui étaient interrompus par les avions ennemis et renvoyaient des "échos électroniques" aux tours réceptrices. Ce type de radar était connu sous le nom d'AMES Type 1. Il existait une alternative plus sophistiquée, l'AMES de type 2, qui utilisait des tours plus courtes et, au lieu de fils suspendus, deux antennes rotatives pour envoyer les signaux. Les radars de type 2 furent développés par la Royal Navy pour surveiller les navires et, bien qu'ils aient eu une portée plus courte que les radars de type 1, ils pouvaient envoyer un signal à 360 degrés et mieux déterminer la position d'une cible. Des tours radar furent rapidement construites le long des côtes sud et sud-est de l'Angleterre, ainsi qu'à l'intérieur des terres. Une tour radar de type 1 pouvait détecter des avions ennemis à une distance de 60 à 100 miles (100 à 160 km). Le réseau de tours de type 1 était appelé Chain Home (CH), tandis que le type 2 était appelé Chain Home Low (CHL), car il permettait de repérer les avions volant à moins de 1 000 pieds (300 m). À l'été 1940, la Grande-Bretagne disposait de 20 stations CH et de 30 stations CHL. En prévision de la destruction des tours radar par l'ennemi, 24 unités mobiles furent créées, appelées MB2, qui pouvaient être déplacées n'importe où pour remplacer une station endommagée. Des groupes de tours renvoyaient des signaux à une station qui communiquait ensuite (grâce à des lignes téléphoniques souterraines) avec le cerveau de l'ensemble du système: le QG de la salle des opérations du Fighter Command de la RAF.

Le quartier général du Fighter Command était un complexe souterrain à l'épreuve des bombes situé à Bentley Priory.

Bien que les tours radar aient été une cible évidente pour les bombardiers en piqué de la Luftwaffe, elles se révélèrent remarquablement résistantes et relativement faciles à réparer. À partir de 1941, des avions de chasse de nuit équipés de radars vinrent renforcer les capacités du Fighter Command à suivre les avions ennemis. Le Coastal Command de la RAF, qui effectuait des vols de reconnaissance au-dessus de la Manche, de la mer du Nord et des ports du nord de l'Europe, constituait une autre source d'informations dans le système Dowding.

Royal Observer Corps

Le Fighter Command recevait des informations supplémentaires du Royal Observer Corps, officiellement créé en 1929 et placé en 1940 sous le commandement de l'Air Commodore Alfred Warrington-Morris (1883-1962). L'Observer Corps comptait plus de 30 000 volontaires répartis sur 1 000 postes de guet (1 500 en 1944). Chaque poste était occupé 24 heures sur 24 et contenait des jumelles, un estimateur d'altitude (un instrument semblable à un sextant), une carte quadrillée, un téléphone et, bien sûr, de quoi faire du thé. Les observateurs communiquaient les observations à un centre de groupe, qui était ensuite relié au centre local de défense contre les avions de combat. Lorsque l'Allemagne envoya des fusées V-1 sans pilote vers la fin de la guerre, les observateurs tiraient des fusées éclairantes pour aider les chasseurs à les intercepter.

Supprimer la pub
Publicité

Observer Corps Members Sighting Enemy Aircraft
Des membres du corps d'observateurs aperçoivent un avion ennemi
P.O. Bridge (RAF Photographer) (Public Domain)

Le public contribua à l'effort d'observation dans le système Dowding, en particulier après que la RAF eut commencé à organiser des cours de repérage d'avions dans toute la Grande-Bretagne. Un livre spécifique fut même publié par Penguin, Aircraft Recognition (reconnaissance des avions), bien que différencier les avions ennemis des avions nationaux ait été compliqué.

L'ultra-renseignement

Il existait une autre source d'information très secrète, appelée Ultra Intelligence, de l'anglais "ultra secret". Il s'agissait de la capacité de la Grande-Bretagne à décoder les communications allemandes réalisées à l'aide, entre autres, de la machine à chiffrer Enigma, dont les spécialistes du décryptage, comme Alan Turing (1912-54) à Bletchley Park (près de Londres), apprirent les secrets. Il s'agissait d'une percée inconnue de l'ennemi, qui restait persuadé que les machines Enigma étaient inviolables (les Français et les Polonais déchiffrèrent également le code). Chaque clé de la machine Enigma pouvait produire des millions de variations codées, mais, pour la plus grande joie des cryptographes, le système présentait la faiblesse inhérente de ne pas avoir de clés numériques pour augmenter les variations. La capture occasionnelle de listes de codes (qui changeaient régulièrement) et le fait que les opérateurs ne respectaient pas toujours des procédures de sécurité strictes constituaient des aides supplémentaires pour les décrypteurs de codes. La station d'écoute de la RAF à Cheadle était une autre source utile de renseignements, car les opérateurs pouvaient y intercepter les conversations radio entre les pilotes de la Luftwaffe.

Le QG des opérations

Le quartier général du Fighter Command était un complexe souterrain à l'épreuve des bombes situé à Bentley Priory. La salle des filtres y recevait des informations de toutes les sources mentionnées ci-dessus et transmettait les données pertinentes aux "traceurs", membres de la Women's Auxiliary Air Force (WAAF), qui marquaient la progression des avions ennemis et le déploiement des escadrons de chasse de la RAF sur une carte géante appelée General Situation Map (GSM) dans la salle d'opérations du QG. Le QG transmettait à chaque chasseur les mises à jour du quartier général du groupe qui, à leur tour, étaient communiquées aux stations de secteur qui communiquaient par radio avec les aérodromes réels, indiquant aux chasseurs quand décoller et où aller. Les avions de la RAF en vol étaient ensuite suivis à l'aide de la radiogoniométrie téléphonique (R/T-D/F).

Supprimer la pub
Publicité

Enigma Cypher Machine
Machine à chiffrer Enigma
Alessandro Nassiri (CC BY-SA)

Les unités ARP (Air Raid Precaution) étaient averties par le Fighter Command afin que les sirènes de raids aériens puissent être déclenchées pour prévenir les civils. Le Fighter Command envoyait des messages téléphoniques aux centres de contrôle, qui les relayaient ensuite à l'un des 111 districts d'alerte que comptait la Grande-Bretagne. Des codes de couleur indiquaient la proximité des avions ennemis. Une alerte jaune signifiait que les avions étaient à 22 minutes. Une alerte violette signifiait que l'on s'attendait à ce que les avions ennemis survolent mais n'attaquent pas une certaine zone - cette zone devait être dépourvue de tout éclairage extérieur. Une alerte rouge signifiait que les avions n'étaient plus qu'à 12 minutes et la police locale faisait retentir les sirènes d'alerte aérienne. En réponse à ces sirènes, les citoyens devaient se réfugier dans leurs caves, dans les abris Anderson (abris antiaériens) situés dans leurs jardins ou dans des abris communautaires tels que les stations de métro. Un message vert signifiait que l'avion était passé, une situation communiquée au public par une sirène qui sonnait de façon régulière.

Canons antiaériens

Les canons d'artillerie antiaérienne (AA), ou canons Ack-Ack comme on les appelait en raison de leur bruit répétitif caractéristique, étaient exploités par le commandement antiaérien, créé en avril 1939 et dirigé par le lieutenant-général Frederick Pile (1884-1976). Au départ, les unités AA avaient été mises en place pour défendre les aérodromes et les usines pendant la bataille d'Angleterre. Après les attaques contre les villes, les canons AA furent ajoutés aux défenses urbaines. Les canons AA légers, utiles uniquement contre les avions volant à basse altitude, tiraient des obus de 1,4 à 1,6 pouce (37-40 mm). Les canons AA lourds tiraient des obus de calibre 3,7 pouces (9,4 cm) à une cadence de dix coups par minute. Certains canons plus récents avaient un calibre de 4,5 pouces (11,4 cm). Les obus étaient efficaces jusqu'à une hauteur de 7 600 mètres. Les obus explosaient lorsqu'ils étaient déclenchés par une minuterie, projetant des éclats dans un rayon de 45 pieds (13,7 m). Pour concentrer les tirs, les canons AA étaient généralement regroupés en batterie de quatre, six ou huit pièces.

Les unités AA étaient alertées des avions ennemis dans leur secteur par le QG du Fighter Command. Malheureusement pour la défense de la Grande-Bretagne, le nombre d'unités AA était remarquablement faible, compte tenu du territoire à protéger. "En juin 1940, il y avait 1 204 canons antiaériens lourds et 581 canons antiaériens légers (Overy, 43). Toucher les avions ennemis qui se déplaçaient rapidement la nuit (ou même le jour) était souvent au-delà des capacités de la technologie des canons de 1940. En conséquence, "en septembre, 30 000 obus étaient tirés pour chaque avion ennemi détruit" (Ziegler, 117). Les équipages s'améliorèrent avec la pratique et l'ajout de l'assistance radar, de sorte que l'année suivante, 4 000 obus étaient nécessaires pour une "touche". Les canons poussaient les avions à voler à plus haute altitude et renforçaient le moral de la population locale, qui se rendait compte que l'on faisait quelque chose d'actif en termes de défense.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

British Searchlight Operators
Opérateurs de projecteurs britanniques
Lt. Taylor - War Office Photographer (Public Domain)

Les projecteurs

Les projecteurs étaient installés près des batteries AA dans l'espoir que leurs faisceaux mettent en évidence la position des avions afin d'aider les artilleurs à viser. Pendant la bataille d'Angleterre, un projecteur typique avait un faisceau de 36 pouces (90 cm) d'une puissance de 210 millions de bougies, efficace jusqu'à 12 000 pieds (3 660 m). À la fin de l'année 1940, des projecteurs de 60 pouces (150 cm) étaient utilisés, dont la puissance était plus que doublée. Une autre évolution consistait à doter les projecteurs d'une capacité radar. Les projecteurs pouvaient être utilisés pour guider les bombardiers endommagés de la RAF vers leurs bases ou pour les aider à atterrir en toute sécurité. Pour ce faire, une section de projecteurs émettait des faisceaux verticaux, puis se déplaçait horizontalement dans la direction de la zone d'atterrissage. Environ 3 000 bombardiers furent aidés à rentrer chez eux grâce à cette méthode pendant la guerre.

Les unités antiaériennes et les équipes de projecteurs communiquaient également au commandement des chasseurs leurs observations, en particulier la vitesse, la direction et la force d'une force ennemie entrante ou sortante.

Les ballons de barrage

Les ballons de barrage, fabriqués par des entreprises telles que le fabricant de pneus Dunlop, étaient des défenses statiques hissées dans les airs au-dessus des villes, des docks et des cibles industrielles dans l'espoir que les avions volant à basse altitude s'empêtrent dans les fils métalliques qui libéraient alors des parachutes provoquant le décrochage des moteurs de l'avion. Les ballons de barrage pouvaient être attachés jusqu'à une hauteur de 5 000 pieds (1 500 m). Ils étaient généralement utilisés par les membres de la WAAF. Comme les canons antiaériens, les ballons peinaient à causer des pertes directes (sur l'ensemble de la guerre, ils n'ont abattu que 30 avions), mais ils obligeaient les avions à voler plus haut, ce qui réduisait la précision des bombardements. Londres comptait environ 1 000 ballons de barrage en 1940, d'abord argentés puis peints en vert. Les ballons étaient efficaces contre les roquettes V-1 tirées sur la Grande-Bretagne vers la fin de la guerre, puisque 231 d'entre elles furent détruites. Les communautés locales donnaient souvent au ballon le plus proche un surnom tel que "Bishop of London" (évêque de Londres), et le nom général de ces défenseurs silencieux mais omniprésents était "pigs" (cochons).

Barrage Balloons over London
Ballons de barrage au-dessus de Londres
Unknown Photographer (Public Domain)

Avions de combat

Après les pertes en hommes et en avions subies lors de l'évacuation de Dunkerque, le Fighter Command ne disposait plus que d'environ 500 avions de combat opérationnels. En août 1940, ce chiffre était passé à plus de 1 000 avions opérationnels, ce qui signifiait qu'environ 600 à 750 chasseurs pouvaient être mis en vol (bien que Dowding ait rarement engagé plus de la moitié de sa force à un moment donné). La Luftwaffe disposait à peu près du même nombre d'avions.

La RAF, grâce à d'excellents taux de production, pouvait mieux remplacer ses pertes que la Luftwaffe, qui opérait à partir d'un territoire occupé et ne pouvait donc pas remplacer les avions perdus aussi efficacement. La Luftwaffe avait l'avantage de pouvoir concentrer la grande majorité de ses avions dans le sud-est de l'Angleterre. La RAF devait stationner des avions de combat dans toute la Grande-Bretagne, mais elle avait l'avantage du terrain, ce qui signifiait que les chasseurs avaient plus de carburant et plus de temps dans les airs que l'ennemi. Les deux camps avaient du mal à remplacer les pilotes perdus. La bataille d'Angleterre serait finement équilibrée tout au long de son déroulement.

Le système Dowding assura une défense bien coordonnée, mais deux problèmes fondamentaux subsistaient: Les avions allemands pouvaient traverser la Manche en seulement six minutes et les bombardiers pouvaient attaquer n'importe quelle cible. La rapidité était donc essentielle pour organiser une réponse efficace.

Deux des quatre commandants de groupe de Dowding étaient Keith Park (1892-1975) et Trafford Leigh-Mallory (1892-1944). Park, célèbre pour se rendre régulièrement à ses aérodromes à bord d'un Hurricane, commandait le 11e groupe de chasseurs, le secteur qui protégeait le sud de l'Angleterre et qui fut le plus souvent engagé contre la Luftwaffe. Leigh-Mallory commandait le No. 12 Fighter Group qui protégeait les industries des Midlands. Il y avait des frictions entre les deux commandants car Park voulait que Leigh-Mallory protège les aérodromes du sud pendant que ses chasseurs étaient au combat. Leigh-Mallory préférait envoyer ses chasseurs à l'offensive contre toutes les cibles qu'ils pouvaient trouver. Une autre controverse concernait le soutien de Leigh-Mallory à l'idée du Wing Commander Douglas Bader d'une "grande escadre", une stratégie qui n'avait pas les faveurs de Dowding. L'idée de la "grande escadre" consistait à rassembler plusieurs escadrons dans les airs avant d'attaquer l'ennemi. L'impact d'une "grande escadre" était bien plus important que celui d'un seul escadron, mais il fallait du temps pour assembler la formation et, en général, les bombardiers ennemis avaient déjà atteint leur cible avant que les chasseurs ne l'atteignent.

Map of the Battle of Britain, 1940
Carte de la bataille d'Angleterre, 1940
Simeon Netchev (CC BY-NC-ND)

En septembre, la Luftwaffe changea de tactique et commença à bombarder Londres dans le cadre de ce que l'on appelle le Blitz londonien. Dowding disposa alors du temps nécessaire pour reconstituer ses défenses de chasseurs. La bataille d'Angleterre, une bataille d'usure, avait été gagnée. Les pertes totales de la RAF s'élevèrent à environ 788 avions, contre 1 294 pour la Luftwaffe (Dear, 127). Dowding fut décoré de la Knight Grand Cross of the Order of the Bath pour avoir mené à bien la défense de la Grande-Bretagne. Comme l'a noté Robert Wright, l'assistant de Dowding, "il disait qu'il savait très bien qu'il ne pourrait jamais gagner la guerre, mais il était très conscient du fait qu'il était le seul homme qui pouvait facilement la perdre" (Holmes, 132).

L'Allemagne continua à bombarder la Grande-Bretagne tout au long de la guerre, bien qu'à une échelle beaucoup plus réduite que le Blitz de 1940-41, qui toucha si durement Londres, Coventry, Plymouth, Cardiff et bien d'autres villes du pays. Le système Dowding, bien que loin d'être infaillible, continua à aider les défenses du pays bien après que le maréchal en chef de l'air soit passé à d'autres fonctions, telles que la promotion des relations avec les États-Unis. Comme l'a noté Winston Churchill, le système Dowding "avait été façonné et affiné dans une action constante, et tout était maintenant fusionné en un instrument de guerre des plus élaborés, comme il n'en existait nulle part ailleurs dans le monde" (Saunders, 38).

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que le système Dowding?

Le système Dowding était le système de défense aérienne intégré de la Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce système combinait des informations de renseignement et des radars pour organiser les défenses, comme les canons antiaériens et les escadrons de chasse, contre les avions ennemis en approche.

Qui était Dowding pendant la Seconde Guerre mondiale?

Hugh Dowding était un maréchal de l'air de la Royal Air Force qui dirigea le Fighter Command, créa le système Dowding et remporta la bataille d'Angleterre contre l'Allemagne en 1940.

Comment fonctionne le système Dowding?

Le système de défense aérienne Dowding fonctionnait grâce aux informations provenant des radars et des observateurs qui étaient transmises à un QG central, puis traitées et redistribuées aux escadrons de chasse, aux unités de canons antiaériens et aux gardiens de la protection contre les raids aériens, là où se dirigeaient les avions ennemis.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2024, avril 30). Système Dowding [Dowding System]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22973/systeme-dowding/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Système Dowding." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 30, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22973/systeme-dowding/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Système Dowding." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 avril 2024. Web. 12 juil. 2024.

Adhésion