Zheng Yi

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 12 novembre 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
South China Sea Pirates (by triotriotrio, CC BY-SA)
Pirates de la Chine méridionale
triotriotrio (CC BY-SA)

Zheng Yi (également Cheng I, Ching Yih, Cheng Yao-I, Cheng Wen-Hsien ou Cheng Yud) était un pirate chinois qui vécut de 1765 à 1807. Opérant dans la mer de Chine méridionale, Zheng Yi devint célèbre en dirigeant une confédération de pirates composée de 600 navires. Cette force de plus de 40 000 hommes était divisée en six flottes et terrorisait les navires marchands de toutes nationalités voyageant entre Hong Kong et la Malaisie.

La flotte personnelle de Zheng Yi était la flotte du drapeau rouge, appelée ainsi parce que chaque navire arborait un drapeau de cette couleur pour se distinguer des autres navires de la confédération pirate qui arboraient des drapeaux d'une autre couleur. Pillant les cargaisons d'or, d'argent, de soie et d'épices, les pirates de Zheng Yi attaquaient également les villes et villages côtiers et exigeaient une protection financière. Après la mort de Zheng Yi en 1807, la confédération de pirates fut reprise avec succès par sa veuve, Zheng Yi Sao (alias Ching Shih).

Supprimer la pub

Advertisement

Début de carrière

Zheng Yi était issu d'une longue lignée de pirates et a donc pleinement apprécié, dès son plus jeune âge, les risques et les opportunités liés à la prise de navires marchands en haute mer. Il semble également avoir participé à des guerres impliquant des rebelles au Vietnam. Dans certains documents européens, il est décrit comme étant bossu.

Les 200 navires de Zheng Yi arboraient tous un drapeau rouge et étaient donc connus sous le nom de flotte à drapeau rouge.

De retour en Chine en 1801, Zheng Yi choisit la province de Guangdong comme base. Il opéra dans la mer de Chine méridionale, du Viêtnam à Hong Kong, en profitant des routes maritimes très fréquentées entre la Chine et le Viêtnam et vice-versa, ainsi que des navires empruntant les routes commerciales entre la Chine et la Malaisie. En 1802, Zheng Yi s'était imposé comme le chef des pirates dans cette région, une position précédemment occupée par son cousin (ou oncle) Cheng Chi (1760-1802). Ses cibles allaient des petits bateaux de pêche locaux aux navires marchands intercontinentaux. Ces derniers transportaient de l'or et de l'argent ainsi que des cargaisons précieuses comme des rouleaux de soie, des épices, de la porcelaine chinoise, du coton et du thé. Les pirates attaquaient si fréquemment les navires dans la région de Canton (l'actuelle Guangzhou) et autour des petites îles qui parsèment le delta du fleuve Canton que les marins européens appelèrent la région et les personnes qui la hantaient les Ladrones (ce qui signifie voleurs ou brigands). Lorsque les pirates ne trouvaient pas suffisamment de provisions sur les navires qu'ils capturaient, ils attaquaient et pillaient les villages côtiers.

Supprimer la pub

Advertisement

Chinese Junk Ship
Jonque chinoise
National Maritime Museum, Greenwich (CC BY-NC-ND)

Les cargaisons capturées étaient vendues à des marchands désireux de mettre la main sur des marchandises à prix réduit, tandis que des fonctionnaires corrompus recevaient des pots-de-vin pour fermer les yeux sur ce commerce illicite. Zheng Yi n'avait aucun scrupule à prendre des navires européens qui n'étaient pas trop lourdement armés. Leurs cargaisons étaient tout aussi précieuses, et il y avait en plus la possibilité d'obtenir une rançon pour les équipages. Bien que les marins chinois aient souvent été torturés lorsqu'ils étaient capturés afin de révéler où étaient cachés leurs objets de valeur, ou simplement par caprice sadique, il n'existe cependant aucune trace d'Européens traités de la sorte par les pirates chinois.

Un marin européen, John Turner, fut capturé par les pirates de Zheng Yi en 1806. Turner était le second du Tay, et il fut retenu captif dans des conditions terribles pendant cinq mois jusqu'à ce qu'une rançon ne soit payée. Il décrit dans un passage comment un officier de la marine impériale chinoise eut les pieds cloués sur le pont avant d'être battu avec une canne en rotin, emmené à terre et démembré. Ce n'est pas pour rien que Turner intitula ses mémoires "The Sufferings of John Turner, Chief Mate of the Country Ship Tay Bound for China and Captivity Among the Ladrones" (Les souffrances de John Turner, second capitaine du navire de campagne Tay en partance pour la Chine et la captivité chez les Ladrones), publiées en 1809. Dans un autre passage, Turner décrit un autre meurtre brutal :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Un homme fut mis à mort dans des circonstances particulièrement horribles. Fixé debout, on lui ouvrit les intestins et on lui arracha le cœur qu'ils trempèrent ensuite dans de l'alcool avant de le manger. M. Turner n'a pas assisté à cette exécution sanglante, mais on lui a montré le corps mutilé. Il a également compris que ce traitement choquant est fréquemment subi par ceux qui, après avoir offensé les Ladrones, ont le malheur d'être en leur pouvoir par la suite.

(Turner, 19)

The South China Sea in the 18th Century
La mer de Chine méridionale au XVIIIe siècle
R. Bonne & G. Raynal (Public Domain)

La Confédération Pirate

Après une longue série de succès, Zheng Yi devint le chef d'une confédération de six chefs pirates asiatiques vers 1805. Chaque chef de la confédération opérait de manière indépendante, mais ils étaient tous d'accord pour ne pas cibler les mêmes eaux et ne pas se disputer les prises.

Les pirates utilisent des drapeaux depuis l'Antiquité, comme le drapeau noir pour montrer qu'ils étaient des criminels de haute mer, le drapeau rouge pour indiquer qu'ils ne feraient pas de quartier, ou le Jolly Roger avec divers symboles horribles pour faire peur à leurs victimes. Les pavillons maritimes étaient également très utiles pour d'autres types de communication, bien sûr, et Zheng Yi utilisa des drapeaux de couleur pour coordonner les activités de son alliance de six flottes de pirates. Chaque commandant de flotte veillait à ce que chacun de ses navires arbore un drapeau triangulaire ou carré spécifique. Les couleurs utilisées étaient le rouge, le noir, le blanc, le vert, le bleu et le jaune.

Très peu de capitaines naviguaient dans les mers de Chine méridionale sans prendre la précaution de verser à Zheng Yi et à ses associés une somme d'argent pour leur protection.

Les 200 navires du commandement personnel de Zheng Yi arboraient tous un drapeau rouge et étaient donc connus sous le nom de flotte à drapeau rouge. La flotte du drapeau blanc était dirigée par Liang Pao, qui avait également l'expérience de la lutte pour les forces rebelles au Viêtnam. En raison de sa petite taille, cette flotte naviguait généralement de concert avec la flotte du drapeau rouge. La flotte du pavillon noir, composée de 100 navires, était commandée par le célèbre pirate Kuo P'o-Tai (alias Kuo Hsüeh-hsien), un protégé de Zheng Yi, qui était un tel amateur de littérature que son navire amiral transportait toujours une impressionnante bibliothèque. La flotte du drapeau vert était commandée par Li Shang-Ch'ing (alias Li Hsiang Ch'ing) qui était surnommé "Fils de grenouille" ou Hsia Mo-Yang. La flotte à pavillon jaune était commandée par Tung Hai Pa (alias Wu Chih-ch'ing). Les flottes verte et jaune étaient également de petite taille et naviguaient donc souvent de concert avec la flotte du pavillon bleu dirigée par Wu-shih Erh (alias Mai Yu-chin, mort en 1810) qui, avec plus de 160 navires, était la deuxième plus grande de la confédération.

Supprimer la pub

Advertisement

Les commandants opéraient dans des couloirs convenus au préalable afin de ne pas se gêner mutuellement et les pavillons de couleur étaient particulièrement utiles lorsqu'ils naviguaient aux limites de ces zones ou lorsque des navires cibles étaient poursuivis dans deux zones ou plus. Lorsqu'un navire pirate croisait un autre navire battant le pavillon de couleur convenu pour cette zone, le capitaine savait qu'il s'agissait d'un membre de la confédération et ne l'attaquait donc pas ou n'interférait pas avec une poursuite en cours.

1804 Chinese Junk
Jonque chinoise de 1804
Unknown Artist (Public Domain)

Les différentes flottes avaient leurs propres bases, choisies par leurs commandants respectifs, où elles avaient des liens établis de longue date. La plupart des bases étaient situées dans des baies et des îles isolées, bien que les pirates étaient si nombreux qu'ils n'avaient sûrement pas grand-chose à craindre des autorités, chinoises ou autres. En effet, les pirates attaquaient fréquemment non seulement des villages entiers mais aussi des forteresses, les écrasant par leur nombre et s'emparant de leurs canons pour les utiliser lors de futurs engagements navals.

La flotte à pavillon rouge de Zheng Yi

La flotte personnelle de Zheng Yi était immense et la majorité de ses plus de 200 navires étaient des jonques. Il s'agissait de grands navires pouvant transporter jusqu'à 800 tonnes de marchandises et jusqu'à 40 canons. Les jonques étaient d'excellents voiliers de haute mer, avec un fond plat et une poupe très haute ; leur gouvernail pouvait être relevé, ce qui leur permettait de pénétrer dans des eaux peu profondes que d'autres grands navires ne pouvaient pas atteindre. Les jonques avaient généralement deux ou trois mâts portant des voiles distinctives en bambou ou en rotin avec quatre côtés inégaux. Une grande jonque mesurait environ 24,4 mde long (80 pieds) et avait une largeur de 5,5 m (18 pieds). Les plus grandes jonques pouvaient également transporter des chaloupes permettant de transporter jusqu'à 20 hommes pour des attaques furtives. L'équipage des navires de Zheng Yi comptait au moins 20 000 marins, et le nombre total d'hommes sous le commandement de Zheng Yi pouvait atteindre 40 000.

Supprimer la pub

Advertisement

Un membre d'équipage très spécial de Zheng Yi était Chang Pao (alias Cheung Po Tsai, c. 1786-1822), un fils de pêcheur qui avait été capturé par les pirates vers 1801. Zheng Yi fit de Chang Pao le capitaine d'un de ses navires à pavillon rouge, et le jeune homme devint à la fois son amant et son fils adoptif. Les relations homosexuelles, en particulier entre les pirates de haut rang et les jeunes, n'étaient pas rares. Une étude des dossiers de procès chinois entre 1796 et 1800 révèle 50 cas connus de relations homosexuelles entre pirates chinois. Comme le note l'historien D. Cordingly :

Lorsque les bandes de pirates avaient besoin de nouvelles recrues, il n'était pas rare de prendre des captifs et de les forcer à rejoindre la communauté pirate par le biais d'agressions sexuelles... [par conséquent] il est difficile de savoir dans quelle mesure l'homosexualité était pratiquée de plein gré entre les participants, et dans quelle mesure elle était imposée aux captifs par les chefs pirates.

(102)

1801 fut l'année où Zheng Yi épousa une ancienne prostituée cantonaise, Zheng Yi Sao (alias Cheng I Sao, Ching Yih Saou, ou Ching Shih). Mme Cheng, comme on l'appelle parfois, apportera sa propre contribution à l'histoire des pirates asiatiques après la mort de son mari.

Junk Ship
Jonque
Christoph Swoboda (CC BY-SA)

Avec une telle flotte sous son commandement, aucun navire n'était à l'abri dans la mer de Chine méridionale, et le pouvoir et l'influence de Zheng Yi s'accrurent davantage. La flotte du chef pirate ne cessa de croître pour atteindre plus de 800 jonques au moment de sa mort ou peu après. Le contrôle de Zheng Yi sur ces eaux était tel qu'il n'était plus obligé d'attaquer réellement les navires marchands, mais seulement de les intimider par une attaque potentielle. Très peu de capitaines étaient assez téméraires pour naviguer dans les mers de Chine méridionale sans prendre la précaution de verser à Zheng Yi et à ses associés de l'argent pour leur protection. La piraterie était si répandue que le commerce était gravement perturbé et que de nombreuses villes ne pouvaient obtenir les fournitures nécessaires pour nourrir leur population. Même la ville portugaise de Macao fut soumise à un blocus en 1804, et seule l'arrivée de quatre navires de guerre portugais lourdement armés incita les pirates à battre en retraite vers des cibles plus faciles.

Supprimer la pub

Advertisement

La mort et Zheng Yi Sao

Une plus grande présence de la Royal Navy britannique dans les eaux asiatiques commença à poser un vrai défi à la confédération des pirates. De plus, le gouvernement chinois, désireux d'éviter qu'une force navale européenne ne remplace simplement les pirates en tant que contrôleurs de la mer de Chine méridionale, commença à jouer un rôle plus actif dans la répression de la piraterie. Une force de 80 navires commandée par un général chinois fut envoyée pour traquer Zheng Yi et ses hommes. Les bases de pirates disséminées dans la baie de Kuang-chou (près de l'actuelle Guangzhou) furent durement frappées en septembre 1805, mais si les autorités espéraient un coup fatal, elles furent cruellement déçues. Zheng Yi ne perdit que 26 navires lors de ce raid. Changeant de stratégie, les Chinois proposèrent une carotte au lieu d'un bâton et promirent que tout pirate qui se rendrait serait gracié. Environ 3 000 hommes acceptèrent l'offre au cours des trois mois suivants. En fait, c'est le destin qui mettrait fin au règne de terreur de Zheng Yi.

En novembre 1807, Zheng Yi fut tué en mer. Il existe deux versions de la mort du pirate. L'une est qu'il fut emporté par-dessus bord pendant un typhon, l'autre qu'il fut tué en combattant au Viêtnam. La mort de leur chef ne mit cependant pas fin aux activités des pirates de la flotte du Drapeau rouge ou de la confédération, car Zheng Yi fut remplacé par sa propre femme, Ching Shih. Élue à ce poste par les capitaines de son défunt mari, Ching Shih reprit la confédération des pirates, l'agrandit et continua à mener des raids avec succès. Ching Shih se concentra sur la région de Canton, qui était le principal centre commercial de cette côte, et parvint même à vaincre trois flottes chinoises envoyées contre elle. Elle continua à piller pendant trois autres années, puis fut graciée et passa le reste de sa carrière à gérer un vaste et fructueux trafic de contrebande, chapeauté par une maison de jeu. La piraterie, quant à elle, se poursuivit dans les mers de Chine méridionale tout au long du XIXe siècle, avec des personnages célèbres tels que Chui-Apoo (mort en 1851) et Shap-ng-Tsai (actif dans les années 1840-50).

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un master en philosophie politique et est le directeur d'édition de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2021, novembre 12). Zheng Yi [Zheng Yi]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20207/zheng-yi/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Zheng Yi." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 12, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20207/zheng-yi/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Zheng Yi." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 12 nov. 2021. Web. 03 oct. 2022.

Adhésion