Civilisation Chimú

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 14 avril 2015
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Chimu Gold Rattle (by Daderot, Public Domain)
Hochet en or Chimu
Daderot (Public Domain)

La civilisation Chimú, également appelée royaume de Chimor, prospéra sur la côte nord du Pérou entre le XIIe et le XVe siècle de notre ère. Avec leur capitale à Chan Chan, les Chimu étaient la culture la plus importante et la plus prospère de la période intermédiaire tardive et ont forgé le deuxième plus grand empire de l'histoire des anciennes Andes. Leur architecture, leur approche de la gouvernance régionale et leur art ont également influencé leurs successeurs plus célèbres, les Incas.

Aperçu historique

Le souverain fondateur traditionnel des Chimú était Taycanamo, considéré comme étant né d'un œuf d'or et arrivé par la mer. Parmi les autres souverains notables, citons Guacricaur qui agrandit son territoire en s'étendant aux vallées de Moche, Santa et Zaña. Par la suite, les Chimú élargirent leur territoire encore plus au sud et, en 1375, sous le règne de Nancinpinco, ils conquirent la culture Lambayeque (Sicán), dont ils absorbèrent certaines pratiques culturelles et idées artistiques. La vallée de La Leche est également passée sous le contrôle des Chimú, si bien qu'à son apogée, sous le règne de Minchançaman vers 1400, la zone d'influence des Chimú s'étendait sur 1300 km le long de la côte du nord du Pérou.

Supprimer la pub

Advertisement

Chan Chan était la plaque tournante d'un vaste réseau de commerce et de tributs ; pas moins de 26 000 artisans et femmes y résidaient.

La prospérité initiale des Chimú était en grande partie due à leurs compétences agricoles, car ils ont construit un vaste système d'irrigation à l'aide de canaux. Plus tard, leurs campagnes militaires réussies et leur politique d'extorsion de tribut leur ont permis de devenir la puissance régionale dominante. Chan Chan devint la capitale d'autres centres administratifs, comme ceux de Farfán, Manchan, El Milagro, Quebrado Katuay et la forteresse de Paramonga. Cette domination prit fin avec l'ascension des Incas qui, sous la direction de Tupac Yupanqui, capturèrent le 11e souverain chimú connu, Minchançaman, vers 1470. Par la suite, les Chimú devinrent un État vassal de l'Empire inca, et leur roi fut gardé prisonnier en permanence à Cuzco pour garantir le respect du nouvel ordre. Les Incas assimilèrent également certains aspects de la culture Chimú, comme le fait que les souverains héritaient du titre mais pas des biens de leurs prédécesseurs, la politique consistant à accorder une certaine autonomie aux souverains conquis, l'idée d'avoir des groupes d'artistes étrangers travaillant pour l'État, ainsi que certaines caractéristiques de l'art Chimú. Les Incas ont également conservé des archives de la culture Chimú, et grâce à celles-ci, nous disposons d'informations, bien que rares, sur leurs dirigeants et leurs principaux dieux. Ces derniers comprennent le dieu créateur Ai Apaec, le dieu de la mer Ni et, peut-être la divinité la plus importante du panthéon Chimú, la déesse de la lune Si.

Chimu Textile
Textile Chimu
Wikipedia User: DcoetzeeBot (Public Domain)

Chan Chan

La capitale des Chimú était Chan Chan (connue sous le nom de Chimor par ses premiers habitants) qui, construite à l'embouchure du Rió Moche, couvrait environ 20 kilomètres carrés et comptait jusqu'à 40 000 habitants à son apogée. La ville devint la plaque tournante d'un vaste réseau de commerce et de tribut, et pas moins de 26 000 artisans y résidaient, souvent enlevés de force aux villes conquises pour produire en masse des biens de haute qualité dans une large gamme de matériaux précieux.

Supprimer la pub

Advertisement

L'architecture chimú se caractérise par des bâtiments monumentaux en briques d'adobe. Dix palais ou enceintes royales furent construits au fil des siècles selon un plan rectangulaire, chacun avec des murs extérieurs doubles de 10 mètres de haut, des intérieurs labyrinthiques et une seule entrée. Les salles d'audience en forme de U qui contrôlaient l'accès aux entrepôts sont particulièrement remarquables. Les murs des enceintes, construits pour limiter l'accès des roturiers, étaient décorés à l'intérieur de motifs en relief audacieux, généralement des formes géométriques répétées, des animaux et des animaux marins, notamment des poissons. Les motifs découpés imitaient peut-être ceux des tentures textiles. Des complexes en adobe similaires furent construits sur d'autres sites Chimú, par exemple neuf à Manchan et six à Farfán.

Les structures fonctionnelles de chaque enceinte comprennent des bâtiments administratifs et de stockage, ainsi que des plates-formes funéraires accessibles par des rampes et contenant des chefs momifiés. Au fil du temps, les palais les plus récents gagnèrent en ampleur - le plus grand couvre une superficie de 220 000 mètres carrés - et davantage d'espace fut consacré au stockage, ce qui témoigne de la politique des Chimú consistant à extorquer un tribut aux territoires conquis. Chan Chan s'agrandit également de manière générale, avec davantage de résidences pour les administrateurs et les artisans, ces derniers vivant dans de modestes habitations en torchis avec des toits pentus et un seul foyer. La ville disposait également d'un vaste système d'irrigation qui combinait canaux, réservoirs peu profonds et puits.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Chimu Spondylus Shell Necklace
Collier en spondylus chimú
Daderot (Public Domain)

L'art Chimú

Influencés par les civilisations Wari et Moche, les Chimú ont poursuivi et développé des thèmes artistiques qui sont devenus des caractéristiques essentielles de l'art andin depuis lors. La poterie chimú se caractérise par des poteries noires et rouges moulées avec des décors sculptés et une finition hautement polie. Les formes les plus courantes sont les jarres bulbeuses à double bec. Les textiles présentent des couleurs naturelles, les plus précieux étant les décorations exotiques en plumes, où les plumes sont cousues en rangées sur un support en coton et teintes pour créer des motifs. Parmi les motifs populaires, on trouve des personnages aux bras ouverts portant des coiffes - représentant probablement la classe dirigeante - et des serpents "arc-en-ciel" à deux têtes. Les textiles pouvaient également être décorés avec des ajouts de métaux précieux. Une tunique très bien conservée présente 7 000 petits carrés d'or cousus individuellement sur le tissu.

Les coquillages spondylus sculptés et incrustés, acquis en Équateur, étaient un autre support populaire de l'art Chimú, les incrustations en forme de diamant créaient des bijoux remarquables. Des objets précieux pouvaient également être fabriqués à partir d'or, d'argent, d'ambre et d'émeraudes importés de Colombie. De nombreux exemples de sculptures en bois ont été retrouvés dans deux structures pyramidales à l'extérieur de Chan Chan (Huaca el Dragón et Huaca Tacaynamo). La plupart de ces figures représentent des membres de processions funéraires.

Enfin, il est intéressant de noter que les souverains chimú étaient eux-mêmes des collectionneurs d'art d'autres cultures et que leurs palais étaient remplis de niches dans lesquelles étaient placés des objets et des statues à exposer. Les artistes de Chan Chan eux-mêmes avaient une telle réputation que les Incas ont transféré de force des milliers d'entre eux, ainsi que leurs plus belles œuvres, dans leur capitale à Cuzco, ce qui était aussi une méthode efficace pour contrôler la production de biens précieux et ainsi limiter les ressources pour financer une potentielle rébellion.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2015, avril 14). Civilisation Chimú [Chimu Civilization]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13711/civilisation-chimu/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Civilisation Chimú." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 14, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13711/civilisation-chimu/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Civilisation Chimú." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 14 avril 2015. Web. 26 juin 2022.

Adhésion