Inhumation en Égypte Ancienne

Définition

Joshua J. Mark
par , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié sur 19 janvier 2013
X
translations icon
Disponible dans d'autres langues: Anglais, Bengali
Book of the Dead Detail (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Détail du Livre des Morts
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

L'inhumation égyptienne est le terme courant pour désigner les rituels funéraires de l'Égypte ancienne concernant la mort et le voyage de l'âme dans l'au-delà. Selon la spécialiste Margaret Bunson, "l'éternité était la destination commune de chaque homme, femme et enfant en Égypte" (87), mais pas une "éternité" au-dessus des nuages, mais une Égypte éternelle reflétant la vie d'un individu sur terre.

Pour les anciens Égyptiens, l'au-delà était le champ des Roseaux (ou Champs d'Ialou), qui reflétait parfaitement la vie que l'on avait vécue sur terre. Tout ce que l'on pensait avoir perdu à la mort attendait sous une forme idéalisée dans l'au-delà et les biens terrestres, enterrés avec le cadavre, suivaient le mouvement et étaient là, à portée de main.

Les rites funéraires furent pratiqués dès la période prédynastique en Égypte (c. 6000 - c. 3150 av. J.-C.) et reflètent cette vision de l'éternité. Le plus ancien corps conservé dans une tombe est celui de "Ginger", découvert à Gebelein, en Égypte, et daté de 3400 avant notre ère, qui contenait des objets funéraires destinés à l'au-delà. Les rites funéraires évoluèrent entre la période prédynastique et la dynastie ptolémaïque (323-30 av. J.-C., dernière époque égyptienne avant qu'elle ne devienne une province romaine), mais l'accent était toujours mis sur la vie éternelle et la certitude de l'existence personnelle au-delà de la mort.

Cette croyance se répandit dans le monde antique grâce à la transmission culturelle par le commerce (notamment par la route de la soie) et influença d'autres civilisations et religions. On pense qu'elle inspira la vision chrétienne du paradis et qu'elle exerça une influence majeure sur les pratiques funéraires dans d'autres cultures.

Le deuil et l'âme

Selon Hérodote (c. 484-425/413 av. J.-C.), les rites égyptiens concernant l'enterrement étaient très spectaculaires pour pleurer les morts, même si l'on espérait que le défunt trouverait la félicité dans une terre éternelle au-delà de la tombe. Il écrit:

Le deuil et les funérailles se font de cette manière: quand il meurt un homme de considération, toutes les femmes de sa maison se couvrent de boue la tête et même le visage; elles laissent le mort à la maison, se découvrent le sein, et, ayant attaché leur habillement avec une ceinture, elles se frappent la poitrine, et parcourent la ville accompagnées de leurs parentes. D'un autre côté, les hommes attachent de même leurs habits et se frappent la poitrine : après cette cérémonie, on porte le corps à l'endroit où on les embaume. (II.85)

La momification fut pratiquée en Égypte dès 3500 avant notre ère et on pense qu'elle fut suggérée par la conservation de cadavres enterrés dans le sable aride. Le concept égyptien de l'âme - qui se développa peut-être très tôt - imposait la présence d'un corps préservé sur la terre pour que l'âme puisse espérer une vie éternelle. On pensait que l'âme était composée de neuf parties distinctes:

  • Khat : le corps physique
  • Ka : la double forme de l'individu
  • Ba était un oiseau à tête humaine qui pouvait se déplacer à toute vitesse entre la terre et les cieux.
  • Shuyet était le moi de l'ombre
  • Akh est le moi immortel et transformé.
  • Sahu et Sechem étaient des aspects de l'Akh
  • Ab est le cœur, la source du bien et du mal.
  • Ren était le nom secret d'une personne

Le Khat devait exister pour que le Ka et le Ba puissent se reconnaître et le corps devait donc être préservé aussi intact que possible.

Après la mort d'une personne, la famille apportait le corps du défunt aux embaumeurs où les professionnels "produisent des modèles en bois, classés par qualité". Ils demandent lequel des trois est requis, et la famille du défunt, ayant convenu d'un prix, laisse les embaumeurs à leur tâche" (Ikram, 53). Les funérailles égyptiennes comportaient trois niveaux de qualité et un prix correspondant, et les embaumeurs professionnels proposaient les trois choix aux personnes en deuil. Selon Hérodote, "le meilleur et le plus cher est censé représenter [Osiris], le suivant est quelque peu inférieur et moins cher, tandis que le troisième est le moins cher de tous" (II.86).

Egpytian Sarcophagus
Sarcophage égyptien
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Types de momification

Ces trois choix de sépulture déterminaient le type de cercueil dans lequel le défunt était enterré, les rites funéraires disponibles et, également, le traitement du corps. Selon l'universitaire Salima Ikram:

L'ingrédient clé de la momification était le natron, ou atroun, le sel divin. Il s'agit d'un mélange de bicarbonate de sodium, de carbonate de sodium, de sulfate de sodium et de chlorure de sodium qui se trouve à l'état naturel en Égypte, le plus souvent dans le Ouadi Natroun, à quelque 64 kilomètres au nord-ouest du Caire. Il a des propriétés déshydratantes et dégraissantes et était le déshydratant préféré, bien que le sel commun ait également été utilisé dans les sépultures plus économiques. (55)

Le corps du défunt, dans le type de sépulture le plus coûteux, était déposé sur une table et le cerveau était retiré

par les narines, en partie avec un ferrement recourbé, en partie parle moyen des drogues qu'ils introduisent dans la tête; ils font ensuite une incision dans le flanc avec une pierre d'Éthiopie tranchante; ils tirent par cette ouverture les intestins, les nettoient, et les passe au vin de palmier; ils les passent encore dans des aromates broyés; ensuite ils remplissent le ventre de myrrhe pure broyée, de cannelle et d'autres parfums, l'encens excepté ; puis ils le recousent. Lorsque cela est fini, ils salent le corps, en le couvrant de natrum pendant soixante et dix jours. Il n'est pas permis de le laisser séjourner plus longtemps dans le sel. Ces soixante et dix jours écoulés, ils lavent le corps, et l'enveloppent entièrement de bandes de toile de coton, enduites de commi dont les Égyptiens se servent ordinairement comme de colle. Les parents retirent ensuite le corps ; ils font faire en bois un étui de forme humaine, ils y renferment le mort, et le mettent dans une salle destinée à cet usage. (Hérodote II.86)

Le deuxième type d'enterrement le plus coûteux diffère du premier en ce sens que le corps fait l'objet de moins de soins.

on remplit des seringues d'une liqueur onctueuse qu'on a tirée du cèdre; on en injecte le ventre du mort, sans y faire aucune incision, et sans en tirer les intestins. Quand on a introduit cette liqueur par le fondement, on le bouche, pour empêcher la liqueur injectée de sortir ; ensuite on sale le corps pendant le temps prescrit. Le dernier jour, on fait sortir du ventre la liqueur injectée: elle a tant de force, qu'elle dissout le ventricule et les entrailles, et les entraîne avec elle. Le natrum consume les chairs, et il ne reste du corps que la peau et les os. Cette opération finie, ils rendent le corps sans y faire autre chose. (Hérodote II.87)

La troisième méthode d'embaumement, la moins chère, consistait "simplement à laver les intestins et à conserver le corps pendant soixante-dix jours dans du natron" (Ikram, 54, citant Hérodote II.88). Les organes internes étaient enlevés afin d'aider à la conservation du cadavre, mais comme on pensait que le défunt en aurait encore besoin, les viscères étaient placés dans des bocaux canopes pour être scellés dans la tombe. Seul le cœur était laissé à l'intérieur du corps, car on pensait qu'il contenait l'aspect Ab de l'âme. Le prélèvement des organes des personnes considérées comme justes symbolisait également l'élimination des péchés qui avaient entaché ces organes, désormais purifiés et placés dans les jarres. Selon certains érudits, le jugement de l'âme commençait pendant l'embaumement du corps.

Funérailles et sépultures

Même l'Égyptien le plus pauvre avait droit à une sorte de cérémonie, car on pensait que si le défunt n'était pas enterré correctement, son âme reviendrait sous la forme d'un fantôme pour hanter les vivants. Les fantômes étaient considérés comme une menace réelle et sérieuse, et les familles en deuil avaient souvent du mal à s'offrir le genre de rites funéraires que les thanatopracteurs présentaient comme les meilleurs pour garder l'âme du défunt heureuse et les membres survivants de la famille sans fantôme.

La momification pouvant être très coûteuse, les pauvres donnaient leurs vêtements usagés aux embaumeurs pour qu'ils les utilisent pour envelopper le cadavre. C'est ainsi que naquit l'expression "le linge d'hier", qui fait allusion à la mort. "Les pauvres n'ayant pas les moyens d'acheter du linge neuf, ils enveloppaient leurs cadavres bien-aimés dans du linge d'hier" (Bunson, 146). Avec le temps, l'expression s'appliquait à toute personne décédée et était utilisée par les cerfs-volants de Nephthys (les pleureuses professionnelles lors des funérailles) dans leurs lamentations.

Bunson note: "Ces pleureuses s'adressent au défunt comme à quelqu'un qui s'habillait de lin fin mais qui dort maintenant dans le "lin d'hier". Cette image faisait allusion au fait que la vie sur terre était devenue "hier" pour le défunt" (146). Les bandages de lin étaient également connus sous le nom de "Tresses de Nephthys" après que cette déesse, sœur jumelle d'Isis, eut été associée à la mort et à l'au-delà. Les pauvres étaient enterrés dans des tombes simples avec les objets qu'ils avaient appréciés dans leur vie ou tout autre objet dont la famille pouvait se séparer.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Sarcophagus of Kha (Detail)
Sarcophage de Kha (détail)
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Chaque tombe contenait une sorte de provision pour l'au-delà. Les tombes égyptiennes étaient à l'origine de simples tombes creusées dans la terre, qui évoluèrent ensuite vers les mastabas rectangulaires, des tombes plus ornées construites en briques crues. Les mastabas se transformèrent ensuite en structures connues sous le nom de "pyramides à degrés", qui devinrent ensuite de "véritables pyramides". Ces tombes devinrent de plus en plus importantes au fur et à mesure que la civilisation égyptienne progressait, car elles constituaient le lieu de repos éternel du Khat et cette forme physique devait être protégée des pilleurs de tombes et des éléments.

Le cercueil, ou sarcophage, était également solidement construit à des fins de protection symbolique et pratique du cadavre. La ligne de hiéroglyphes qui s'étend verticalement à l'arrière du sarcophage représente la colonne vertébrale du défunt et était censée donner de la force à la momie pour qu'elle puisse manger et boire. Les instructions destinées au défunt étaient écrites à l'intérieur du sarcophage et sont aujourd'hui connues sous le nom de Textes des sarcophages (utilisés vers 2134-2040 av. J.-C.), qui sont issus des Textes sur les pyramides (c. 2400-2300 av. J.-C.).

Ces textes furent ensuite développés au cours du Nouvel Empire d'Égypte (v. 1570 - v. 1069 av. J.-C.) sous la forme du Livre des morts égyptien (connu des Égyptiens sous le nom de Livre de la naissance du jour, c. 1550-1070 av. J.-C.). Tous ces textes servaient à rappeler à l'âme qui elle avait été dans la vie, où elle se trouvait maintenant et comment procéder dans l'au-delà. Le Livre des morts était le plus complet des trois, indiquant comment naviguer dans l'au-delà jusque dans les moindres détails.

Les chaoubtis étaient placées dans la tombe pour servir de remplaçant au travailleur lorsque le dieu Osiris faisait appel à lui.

L'approvisionnement de la tombe dépendait bien sûr de la richesse personnelle de chacun, mais les poupées chaouabtis figuraient parmi les objets que tout le monde souhaitait voir figurer dans la tombe. Dans la vie, les Égyptiens étaient appelés à consacrer chaque année une partie de leur temps à des projets de construction publique tels que les pyramides, les parcs ou les temples. Si l'un d'entre eux était malade ou n'avait pas les moyens de donner de son temps, il pouvait envoyer un travailleur de remplacement. On ne pouvait le faire qu'une fois par an, sous peine d'être puni pour s'être soustrait à son devoir civique.

Dans la mort, pensait-on, les gens devaient continuer à rendre ce même type de service (l'au-delà n'étant qu'une continuation de la vie terrestre) et les poupées chaouabtis étaient donc placées dans la tombe pour servir de remplaçant au travailleur lorsque le dieu Osiris ferait appel à lui pour le service.

Plus il y avait de poupées chaouabtis dans une tombe, plus la richesse de celui qui y était enterré était grande. Comme sur terre, chaque chaouabti ne pouvait être utilisée qu'une seule fois en tant que remplaçante, de sorte que plus on avait de poupées, mieux c'était, et cette demande donna naissance à une industrie de fabrication. La plupart des chaouabtis étaient en bois, mais celles destinées à un pharaon pouvaient être en pierre précieuse ou en métal.

Une fois le corps momifié et la tombe préparée, les funérailles étaient organisées pour honorer la vie du défunt et pleurer sa perte. Même si le défunt était populaire et que les pleureuses ne manquaient pas, le cortège funèbre et l'enterrement étaient accompagnés de cerfs-volants de Nephtys (toujours des femmes) qui étaient payés pour se lamenter bruyamment tout au long de la cérémonie.

Elles chantaient la Lamentation d'Isis et de Nephtys, qui trouve son origine dans le mythe des deux sœurs pleurant la mort d'Osiris, et étaient censés inspirer aux autres personnes présentes aux funérailles une décharge émotionnelle qui les aiderait à exprimer leur chagrin. Comme dans d'autres cultures anciennes, le souvenir des morts garantissait leur existence dans l'au-delà et l'on pensait qu'une grande manifestation de chagrin lors des funérailles avait des échos dans la salle de la Vérité (également connue sous le nom de salle d'Osiris), où se rendait l'âme du défunt.

Shabti Box
Coffret de chaouabtis
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

À partir de l'Ancien Empire (c. 2613-2181 av. J.-C.), la cérémonie de l'ouverture de la bouche était pratiquée soit avant la procession funéraire, soit juste avant de placer la momie dans la tombe. Cette cérémonie souligne une fois de plus l'importance du corps physique, puisqu'elle avait pour but de réanimer le cadavre afin que l'âme puisse continuer à s'en servir.

Un prêtre récitait des formules magiques tout en utilisant une lame cérémonielle pour toucher la bouche du cadavre (afin qu'il puisse à nouveau respirer, manger et boire) ainsi que les bras et les jambes afin qu'il puisse se déplacer dans la tombe. Une fois le corps reposé et la tombe scellée, d'autres sorts et prières, comme la Litanie d'Osiris (ou, dans le cas d'un pharaon, les Textes des Pyramides) étaient récités et le défunt était alors laissé à lui-même pour entamer son voyage vers l'au-delà.

Conclusion

Une fois la tombe scellée, les personnes en deuil célébraient la vie du défunt par un festin, généralement organisé à côté de la tombe. Une fois la fête terminée, les gens rentraient chez eux et reprenaient leur vie, mais on pensait que l'âme du défunt ne faisait que commencer la phase suivante de son voyage éternel. L'âme se réveillait dans la tombe, était rassurée et instruite par les textes inscrits à l'intérieur du sarcophage et des murs, et se levait pour être guidée par le dieu Anubis jusqu'à la salle de la Vérité où son cœur était pesé contre la plume blanche de la déesse Ma'at, sous la supervision d'Osiris et de Thot.

Si le cœur était plus lourd que la plume de vérité de Ma'at, il tombait sur le sol où il était consumé par le monstre Âmmout et la personne cessait d'exister. Si le cœur était plus léger, l'âme poursuivait son chemin vers le paradis du Champ des Roseaux où l'on vivait éternellement. Cependant, même si l'on avait mené une vie exemplaire, on n'atteignait pas le paradis si l'on n'avait pas été enterré correctement et si l'on n'avait pas respecté tous les rites funéraires conformément à la tradition. C'est pour cette raison que les rituels d'enterrement étaient si importants et si strictement observés.

Questions et réponses

Pourquoi les anciens Égyptiens momifiaient-ils les morts ?

Les anciens Égyptiens momifiaient leurs morts parce que le corps devait être préservé pour que l'âme le reconnaisse et puisse revenir dans la tombe pour se nourrir sous forme de prières et d'offrandes de nourriture et de boisson.

Y avait-il différents types de momification dans l'Égypte ancienne ?

Il en existait trois types: le plus cher, réservé à la noblesse et à la classe supérieure, un type intermédiaire moins cher et une option pour la classe inférieure. Cependant, tous les Égyptiens de l'Antiquité recevaient des obsèques en bonne et due forme.

Quelle était la signification spirituelle de la momification ?

Les cadavres étaient momifiés pour extraire les aspects pécheurs des justes et préparer le corps pour l'éternité afin que l'âme puisse reconnaître son ancienne demeure et s'y rendre pour y retrouver une vitalité renouvelée.

Avec quoi les anciens Égyptiens étaient-ils enterrés ?

Les anciens Égyptiens étaient enterrés avec les objets qu'ils avaient aimés de leur vivant ainsi qu'avec des outils utiles, des poupées chaouabtis et d'autres objets dont ils auraient besoin dans l'au-delà, tels que des sandales, une brosse à dents, des peignes et d'autres objets familiers.

À propos du traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

A propos de l'auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer ce travail

Style APA

Mark, J. J. (2013, janvier 19). Inhumation en Égypte Ancienne [Ancient Egyptian Burial]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Récupéré de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10751/inhumation-en-egypte-ancienne/

Le style Chicago

Mark, Joshua J.. "Inhumation en Égypte Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. Dernière modification janvier 19, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10751/inhumation-en-egypte-ancienne/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Inhumation en Égypte Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 janv. 2013. Web. 22 avril 2024.

L'adhésion