Légendes des Pierres de Rollright, Oxfordshire

Article

Brian Haughton
de , traduit par Caroline Martin
publié le 11 mai 2016
X

Texte original en Anglais : Legends of the Rollright Stones, Oxfordshire

Les pierres de Rollright sont le nom collectif d'un groupe de monuments préhistoriques énigmatiques situés près d'une ancienne crête connue sous le nom de Jurassic Way, à la frontière entre les comtés anglais d'Oxfordshire et de Warwickshire. Le nom «Rollright » dérive de Hrolla-landriht, « la terre de Hrolla». L'ensemble monumental du site se compose de trois éléments principaux : les « King's Men » (les hommes du roi) - un cercle d'environ soixante-dix pierres, datant probablement d'environ 2500 av. JC, la «King Stone» (la pierre royale) - un monolithe solitaire altéré daté de 1792 av. JC, et les «Whispering Knights» (les chevaliers chuchotants) - les vestiges de la chambre funéraire d'un dolmen à portail du Néolithique moyen à tardif, datant selon les estimations de 3800 à 3000 av. JC. Il y a également deux autres monuments, tous deux presque complètement détruits, un cairn rond (un tertre funéraire grossièrement hémisphérique construit principalement en pierres) et un tumulus rond avec un fossé autour (un tertre funéraire hémisphérique).

Dans les environs d'Oxford, on trouve de grandes pierres, disposées comme si elles étaient reliées entre elles par la main de l'homme. Mais on ne sait pas à quelle époque, ni par quel peuple, ni pour quel souvenir ou signification. Bien que l'endroit soit appelé par les habitants Rollendrith. (De Mirabilibus Britanniae, 11ème siècle)

Rollright Stones
Pierres de Rollright
Roger Marks (CC BY-NC-ND)

Sorcellerie

Bien qu'ils ne soient pas aussi grandioses et aussi bien conservés que les sites rituels d'Avebury ou de Stonehenge, les monuments de Rollright possèdent une atmosphère unique et ils ont attiré au fil des siècles une foule de folklore surnaturel impliquant des sorcières, des fées, des envahisseurs danois et la célèbre prophétesse Mother Shipton. En effet, les monuments de la région semblent avoir attiré plus de légendes que presque tous les autres sites préhistoriques d'Angleterre.

Supprimer la pub

Advertisement

LA PREMIÈRE CROYANCE CONNUE CONCERNANT LES PIERRES, A SAVOIR QU’IL S'AGIssAIT D'HOMMES PÉTRIFIÉS, EST MENTIONNÉE POUR LA PREMIÈRE FOIS DANS BRITANNIA DE CAMDEN, ÉCRIT EN LATIN, EN 1586.

La première croyance connue concernant les pierres, à savoir qu'il s'agissait d'hommes pétrifiés, est mentionnée pour la première fois dans Britannia de Camden, écrit en latin, en 1586, où il est dit que «les gens du peuple les appellent habituellement pierres Rolle-rick, et imaginaient que parfois, c’était des hommes transformés en pierres dures par une merveilleuse métamorphose».

Dans le journal Folklore (septembre 1902), Percy Manning mentionne peut-être la première apparition d'une rime bien connue sur les pierres de Rollright, ajoutée sous forme de notes manuscrites à sa copie de Natural History of Oxfordshire du Dr R. Plot (2e édition, 1705) :

Supprimer la pub

Advertisement

Le général danois dit : «Si je vois Long Compton, alors je serai roi d'Angleterre». / Mais le général saxon [«nom britannique» effacé] répondit : «Alors, dresse-toi sur la colline et tiens-toi fermement comme la pierre / Car tu ne seras pas roi d'Angleterre».

King Stone, Rollright Stones
Pierre King Stone, Pierres de Rollright
Ed W (CC BY-NC-ND)

Au milieu du 19e siècle, le «général saxon» avait été remplacé par une sorcière. La sorcière affronta un roi conquérant à Rollright qui se trouvait à quelques pas de la crête d'où l'on peut voir le village de Long Compton, situé dans la vallée en contrebas. Selon la version la plus complète du conte, recueillie par Arthur Evans auprès de la population locale et publiée dans Folklore en 1895, la sorcière arrêta le roi dans sa course en disant: «Tu feras sept longues enjambées, et si tu vois Long Compton, tu seras roi d'Angleterre». Se rendant compte que le village serait certainement visible depuis le bord de la colline, le roi s'avança en criant: « Bâton, souche, pierre, je serai connu comme roi d'Angleterre». Après avoir fait sept pas en avant, le roi fut soudain confronté à un long monticule de terre qui s'élevait comme par magie devant lui (le monticule de terre qui se trouve toujours à côté de la pierre King Stone) et qui lui bloquait la vue sur la vallée en contrebas. La sorcière dit alors: «Tu ne peux pas voir Long Compton / Tu ne seras pas roi d'Angleterre. / Lèves-toi, bâton, et reste immobile, pierre / Car tu ne seras pas roi d'Angleterre / Toi et tes hommes, vous serez des pierres grises / Et moi, je serai un vieil arbre». Ainsi, le roi et son armée devinrent la King Stone et le cercle des King's Men, et la sorcière devint un sureau. Les Whispering Knights étaient censés être un groupe de soldats blottis les uns contre les autres et complotant une trahison contre le roi lorsqu'ils furent également transformés en pierre par la sorcière. La sorcière de ce conte était parfois identifiée comme la prophétesse mythique Mother Shipton, probablement pour la seule raison de la proximité de Rollright d'un village appelé Shipton-under-Wychwood.

Comme le montre ce conte populaire, les pierres ont un lien avec la sorcellerie dans l'imagination populaire, bien que l'origine de ce lien ne soit pas claire. Dans le magazine 3rd Stone (hiver 2000/2001), la folkloriste Jennifer Westwood a montré que les éléments du folklore de Rollright liés à la sorcière et à l'arbre de sureau sont relativement récents, car il n'y a aucune preuve de l'existence de l'un ou l'autre motif avant le milieu du 19e siècle dans les histoires du site. En fait, dans les versions du conte de la pétrification datant du début du 19e siècle, ce n'est pas une sorcière mais un «magicien» qui transforme le roi et son armée en pierre.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Whispering Knights, Rollright Stones
Whispering Knights, pierres de Rollright
David Evans (CC BY)

L'élément de sorcellerie à Rollright semble être devenu populaire en raison du fait que le village de Long Compton et ses environs avaient une réputation de sorcellerie au 19ème siècle, bien que la région ne semble pas avoir été connue pour ses sorcières pendant les persécutions pour sorcellerie des 16ème et 17ème siècles. En septembre 1875, une vieille femme de Long Compton nommée Anne Turner fut poignardée à mort avec une fourche par un ouvrier agricole faible d'esprit appelé James Haywood, qui croyait qu'elle était à la tête d'une assemblée de sorcières locales qui l'avait maudit. La croyance locale dans les sorcières était encore forte en 1945, lorsqu'un autre meurtre eut lieu, cette fois à Meon Hill, près de Lower Quinton, à quelques kilomètres au nord-ouest de Rollright. Le jour de la Saint-Valentin, un bûcheron nommé Charles Walton fut retrouvé cloué au sol par une fourche à foin, avec une croix gravée sur sa poitrine et son cou. Le meurtre ne fut jamais résolu, bien que certains aient soupçonné un meurtre rituel ou lié à la «sorcellerie», bien qu'aucune preuve n'ait jamais été produite pour cela. Au cours des dernières décennies, les pierres de Rollright ont attiré les adeptes de la sorcellerie moderne, ou «Wiccans», ainsi que d'autres groupes païens et de magie rituelle qui organisent encore aujourd'hui des cérémonies dans le cercle de pierres.

Fées

Le folklore associe souvent les fées aux monuments préhistoriques et le cercle de pierres de Rollright ne fait pas exception. À la fin du 19e siècle, Arthur Evans apprit qu'un homme du nom de Will Hughes, du village de Long Compton, avait vu des fées danser autour de la King Stone et il les avait décrites comme «des petites personnes qui ressemblent à des petites filles». La veuve de Will Hughes, Betsey (dont la mère avait apparemment été «assassinée en tant que sorcière»), une femme âgée de 70 à 80 ans lorsqu'elle fut interrogée par Evans, lui raconta que lorsqu'elle était petite fille et qu'elle travaillait dans les haies, il y avait un trou dans la berge près de la King Stone, d'où les fées sortaient pour danser la nuit. Betsey et ses amies avaient souvent placé une pierre plate sur le trou le soir pour empêcher les fées d'y pénétrer, pour la retrouver retournée le lendemain matin.

Le folklore mégalithique

Le folklore des pierres de Rollright contient trois des motifs habituels liés aux monuments mégalithiques. Le premier est que quiconque enlève une pierre du site en subira les conséquences, ce qui est bien illustré par l'histoire du fermier qui emporta la pierre de couronnement des Whispering Knights pour en faire un pont sur le ruisseau de Little Rollright. Après une épreuve épuisante où il fallut «une vingtaine de chevaux» pour traîner la pierre jusqu'au ruisseau, le fermier et ses aides la posèrent en travers pour former le pont. Mais chaque matin, la pierre était retrouvée dans l'herbe, après s'être retournée pendant la nuit. Décidant que la pierre posait plus de problèmes qu'elle n'en valait la peine, le fermier réussit à la ramener en utilisant un seul cheval pour la tirer jusqu'en haut de la colline.

Supprimer la pub

Advertisement

Un autre élément commun au folklore mégalithique est l'idée qu'il est impossible de compter avec précision le nombre de pierres sur un site. L'histoire de Rollright raconte qu'un boulanger plaça une miche de pain sur chaque pierre afin de les compter correctement, mais quelle que füt la façon dont il les disposait, il trouva toujours une pierre sans miche à la fin.

Le troisième motif lié aux mégalithes est celui des «pierres qui boivent». On dit que la King Stone et les Whispering Knights descendent la colline à minuit pour boire à une source dans Little Rollright Spinney. La pierre Banbury Stone, dans le Worcestershire, la pierre Whetstone à Kington dans le Herefordshire et la pierre Hoarstone à Enstone dans l'Oxfordshire sont d'autres exemples de «pierres qui boivent».

The King's Men, Rollright Stones
Les pierres King's Men, pierres de Rollright
Rockman of Zymurgy (CC BY-NC-ND)

Malheureusement, l'histoire récente des pierres de Rollright, maintenant propriété du Rollright Trust, est loin d'être amusante. Au cours des dernières années, les pierres ont été vandalisées à plusieurs reprises. En mars 2004, plusieurs des King's Men ont été recouverts de peinture jaune, tandis que le 23 mars 2006, la cabane du gardien du site a été forcée et brûlée. Le dernier acte de vandalisme aveugle a eu lieu en septembre 2007, lorsque la plaque commémorative de la King Stone a été arrachée de la balustrade et brisée, et que le panneau d'information a été recouvert de graffitis. Plus grave, un pneu a été forcé sur l'une des pierres du cercle des King's Men, rempli de bois et enflammé, noircissant une grande partie de la pierre et provoquant des fissures sur sa circonférence. On ne sait pas très bien le pourquoi de tels actes, mais George Lambrick, président de l'association caritative Rollright Trust, a déclaré qu'ils envisagent maintenant «d'installer une sorte de système de vidéosurveillance ici pour dissuader de nouvelles attaques». Une telle action pourrait en effet être nécessaire si nous voulons préserver ce qui reste de l'ancien site rituel de Rollright avant qu'il ne soit trop tard.

Supprimer la pub

Advertisement

Bibliographie

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Caroline Martin
Française, ayant vécu au Royaume Uni pendant 20 ans, Caroline Martin est totalement bilingue. Lectrice passionnée depuis son plus jeune âge, elle a développé un amour de l'histoire qui remonte a ses années sur les bancs de l’école. Elle s'intéresse maintenant beaucoup à l'histoire en général et à la géopolitique.

Auteur

Brian Haughton
Author and researcher of books on ancient civilisations & monuments, sacred places and supernatural folklore. Qualified archaeologist with a BA (Hons) from the University of Nottingham and an MPhil in Greek Archaeology from the University of Birmingham.

Citer cette ressource

Style APA

Haughton, B. (2016, mai 11). Légendes des Pierres de Rollright, Oxfordshire [Legends of the Rollright Stones, Oxfordshire]. (C. Martin, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-903/legendes-des-pierres-de-rollright-oxfordshire/

Style Chicago

Haughton, Brian. "Légendes des Pierres de Rollright, Oxfordshire." Traduit par Caroline Martin. World History Encyclopedia. modifié le mai 11, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-903/legendes-des-pierres-de-rollright-oxfordshire/.

Style MLA

Haughton, Brian. "Légendes des Pierres de Rollright, Oxfordshire." Traduit par Caroline Martin. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 11 mai 2016. Web. 18 oct. 2021.