Rituel de la Danse du Soleil des Hidatsa

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3389 / $18000

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 18 octobre 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Le rituel de la danse du soleil des Hidatsa (également connu sous le nom de Danse du soleil des Hidatsa) est une histoire amérindienne de la nation Hidatsa illustrant la pratique d'un individu initiant la danse du soleil pour des raisons personnelles, en l'occurrence pour gagner la main de la fille du chef en vue de l'épouser. Ce récit est devenu important pour la préservation des détails de la danse du soleil.

Native American Sun Dance
Danse du soleil des premières nations d'Amérique du nord
Jules Tavernier and Paul Frenzeny (Public Domain)

Les Hidatsa étaient un peuple siouan, apparenté aux Sioux par la langue, mais possédant sa propre culture et ses propres traditions. La danse du soleil, un rituel observé par de nombreuses nations d'Indiens des plaines des régions aujourd'hui connues sous le nom de Canada et d'États-Unis, est une cérémonie organisée pour réveiller la Terre après l'hiver et rendre grâce pour les dons de la vie, y compris le soleil, qui proviennent de Wakan Tanka, le Grand Esprit ou le Grand Mystère. Chaque nation a sa propre version de la danse du soleil, bien que la forme de base suive le même modèle, et le rituel Hidatsa de la danse du soleil décrit l'une de ces variantes.

Supprimer la pub
Publicité

Dans chaque nation, un individu peut demander une danse du soleil après avoir reçu une vision ou en reconnaissance d'un besoin personnel ou communautaire. Même si la danse du soleil était initiée pour des raisons personnelles, elle était toujours considérée comme bénéfique pour l'ensemble de la communauté. Dans cette histoire, le jeune homme demande une danse du soleil pour prouver qu'il est digne d'épouser la fille du chef, mais, comme le montre la conclusion, c'est toute la tribu qui est bénie par ce rituel.

Danse du soleil et les éléments de l'histoire

La danse du soleil est l'un des sept rites sacrés des Sioux Lakota, et la version sioux du rituel est devenue la plus connue, mais presque toutes les nations indiennes des plaines observent le rituel pour rendre à la Terre et au Créateur ce qu'ils leur ont donné, ainsi que pour réveiller la Terre après le sommeil de l'hiver. Grâce à l'abnégation des participants lors de ce rituel, les dons de la Terre et du monde des esprits étaient salués, mais, en outre, des visions émanant des esprits, des ancêtres ou de Wakan Tanka étaient accordées et permettaient de guider les individus et la communauté toute entière. L'accent mis par le rituel sur la gratitude pour les nombreux dons reçus encourageait l'équilibre et l'harmonie dans la mesure où l'on redonnait à partir des ressources qui avaient été données.

Supprimer la pub
Publicité

Selon certains spécialistes, la danse du soleil pourrait avoir pour origine la cérémonie Okeepa de la nation Mandan, décrite par l'artiste George Catlin (1796-1872) dans les années 1830. La cérémonie Okeepa présente plusieurs similitudes avec la danse du soleil et pourrait avoir été observée plus tôt (bien que cela ne soit pas certain). Il est également possible que les deux rituels se soient développés à partir d'une observation encore plus ancienne ou que la cérémonie Okeepa décrite par Catlin, comme le rituel Hidatsa, soit simplement une variation tribale de la danse du soleil communément observée par les Indiens des plaines.

La danse du soleil, généralement observée en juin, dure au moins quatre jours et se termine par un festin d'action de grâce.

Comme pour tous les rites sacrés, le calumet de cérémonie (chanunpa) et le tabac sacré (lela wakan = "très sacré") sont au cœur de l'observance; la fumée est censée porter les prières du peuple jusqu'au royaume des esprits. La fumée n'est pas inhalée dans les poumons, mais tenue dans la bouche, avant d'être libérée avec les prières. Dans l'histoire Hidatsa, le jeune homme se rend auprès d'un "homme-médecine" (appelé ici "prêtre") et lui offre un calumet en signe de respect pour lui demander de présider le rituel. En acceptant le calumet, l'homme-médecine conclut avec le jeune homme un accord qui ne peut être rompu, car le calumet et le tabac sont considérés comme sacrés, et il serait impensable de rompre un contrat ou de revenir sur un accord scellé par le partage du calumet.

Supprimer la pub
Publicité

L'"homme-médecine" vient du concept de pouvoir spirituel traduit par "médecine". Les personnes sacrées d'une communauté étaient appelées "hommes-médecine" ou "femmes-médecine", en raison de leurs énergies spirituelles résonnantes qui leur permettaient de guérir, de prédire l'avenir, d'interpréter les visions, de donner de sages conseils, d'officier lors des cérémonies, de préserver le passé par des récits et de servir la communauté de la même manière.

Ces personnes portaient un paquet sacré - également appelé "paquet médicinal" - contenant des objets dotés d'un pouvoir spirituel, mais tout le monde pouvait porter son propre paquet. Dans l'histoire suivante, on voit les participants entrer dans la hutte, placer leur paquet sur des peaux de bison, puis les suspendre à des bâtons. En signe de respect pour les objets qu'il contient, le paquet sacré ne touche pas le sol.

La loge sacrée mentionnée dans l'histoire est une structure temporaire construite spécifiquement pour une danse du soleil donnée. Une fois la danse annoncée, toute la communauté s'implique dans sa préparation. Un arbre est abattu pour servir de poteau central et la hutte cérémonielle est construite à partir de 28 poteaux environnants qui sont ensuite recouverts, parfois, comme dans l'histoire Hidatsa, en laissant un trou ouvert au sommet par lequel les participants regarderont le soleil. La hutte est construite avec soin et dans la prière pour représenter l'univers, chacun des poteaux représentant un pouvoir spécifique, du Grand Esprit à la Terre mère, en passant par les quatre vents, les bisons et d'autres éléments naturels et surnaturels.

Supprimer la pub
Publicité

Medicine Lodge, Mandan O-kee-pa Ceremony
Vue intérieure de la Medicine Lodge, cérémonie mandan d'O-kee-pa
George Catlin (Public Domain)

Une fois que la loge est préparée et que les participants se sont purifiés, ont appris les chants sacrés, ont jeûné et ont prié, la cérémonie commence. La danse du soleil, qui a généralement lieu en juin, dure au moins quatre jours (mais elle peut durer plus longtemps) et se termine par une fête d'action de grâces. Ensuite, la hutte est démontée, ne laissant que le mât central comme souvenir de l'événement.

Texte

L'histoire suivante est tirée de Légendes indiennes: Les voix du vent de Margot Edmonds et Ella Clark. Dans le deuxième paragraphe, le jeune homme précise les raisons pour lesquelles il demande une danse du soleil, et celles-ci représentent les aspects universels de toute danse du soleil en ce sens qu'elles ont trait au bien commun autant, sinon plus, qu'à la satisfaction des désirs personnels. Dans la culture amérindienne en général, le bien du plus grand nombre est considéré comme plus important que le bien de l'individu, et cette reconnaissance est au cœur de l'observance de la Danse du Soleil.

Pendant de nombreuses lunes, ce danseur avait rêvé que la fille du chef deviendrait sa femme. Il s'est vu en train d'exécuter la danse du soleil pour exaucer son vœu secret. Cette vision l'incita à réunir sa tribu pour une danse du soleil. Le danseur se rendit alors seul dans un endroit élevé et déclara au dieu du soleil:

"Au cours de l'été prochain, je construirai ta hutte. Je me tiendrai dans le lieu sacré. Je tuerai des bisons et je prendrai les peaux pour toi. Je danserai pour toi afin d'être digne de ma bien-aimée et de pouvoir l'épouser. Je danserai pour toi afin d'avoir des visions qui me protégeront de mes ennemis, afin que mon peuple devienne fort, afin qu'aucune maladie ne vienne, afin que les bisons soient abondants, afin qu'il y ait une abondance de pluie tout au long de l'année.

Supprimer la pub
Publicité

Le jeune danseur fit appel à sa mère et à sa grand-mère et leur dit: "S'il vous plaît, dites à tous vos proches que je vais exécuter la danse du soleil." Elles répandirent la nouvelle et les hommes de la tribu rassemblèrent des peaux de bison qu'ils apportèrent aux femmes de la tribu pour qu'elles les préparent. Le danseur offrit des festins à tous ceux qui venaient assister à la célébration de sa danse du soleil.

Lorsque tout fut prêt, le danseur apporta une robe de bison au prêtre, l'un des hommes de clan de son père, qui avait l'expérience de la cérémonie de la danse du soleil. Le prêtre représentait le Dieu-Soleil. Devant lui, le danseur plaça sa robe de bison et offrit son calumet en disant: "Sage, je suis venu te voir pour être guidé. Je souhaite obtenir les bénédictions du Dieu-Soleil".

Le prêtre accepta le calumet et répondit : "Je suis heureux, mon fils, que tu sois venu me voir. Je t'aiderai dans cette cérémonie."

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Lorsque l'annonce publique de la danse du soleil fut faite, les membres du clan du père du danseur demandèrent un scalp et une main gauche pris à un ennemi. Parfois, ces deux objets étaient offerts gratuitement par un parent ou achetés à prix d'or.

Avant de dresser le mât solaire, une tête de bison fraîche avec une large bande centrale de la peau du dos et de la queue fut attachée avec de solides lanières tout en haut du mât solaire. Le mât fut ensuite levé et solidement planté dans le sol, la tête de bison orientée vers le soleil couchant.

La hutte sacrée fut construite par le danseur et ses hommes de clan. Les hommes qui possédaient des paquets sacrés les apportèrent dans la hutte du prêtre. Le danseur fournit à chaque homme une peau de bison sur laquelle déposer leur paquet sacré. Le danseur choisit un paquet favori qui pouvait être une peau de renard roux, par exemple, et pour lequel le propriétaire pouvait demander un gage au danseur.

Le chanteur tribal prit la peau de renard roux et la tint en direction de l'encens qui brûlait. Il la mit ensuite en contact avec le corps du danseur, de sa mère et de sa grand-mère. Il la replaça ensuite devant son ancien propriétaire. De cette manière, le danseur acheta de nombreux paquets de médecine et paya ce que les propriétaires demandaient, en plus des peaux de bison qu'il avait offert en cadeau et sur lesquelles reposait chaque paquet sacré.

À cette époque, le chanteur avait appris les chants sacrés et la manière de peindre que chaque médecine exigeait. Le chanteur apprit au danseur les secrets de chaque remède qu'il acheta. Certains protégeaient contre les ennemis, d'autres portaient chance dans les concours, d'autres encore assuraient le succès en amour et à la chasse. Lorsque le danseur eut acheté ce qu'il désirait, les hommes sortirent en emportant la peau de bison qu'ils avaient reçue en cadeau.

Après la construction de la hutte du soleil, le prêtre prit le scalp et la main gauche de l'ennemi et les leva vers le vent du nord, le vent du sud, le vent de l'est et le vent de l'ouest, en disant: "J'ai souvent pris ces choses au combat. Puissiez-vous toujours être protégé contre votre ennemi", et il les donna au danseur.

Les jeunes hommes, les Jeûneurs dont la chair serait percée, arrivèrent et entrèrent dans la hutte du Soleil. Chacun d'eux portait son paquet sacré et une brassée de sauge. Ils traversèrent le côté sud de la hutte et chacun choisit un endroit pour placer sa sauge. Ils accrochèrent leurs paquets sacrés à de courts bâtons plantés dans le sol devant leur sauge.

Le danseur prit les paquets qu'il avait apportés et les empila sur un crâne de bison. Le chanteur entama les chants du mystère sur un rythme lent et mesuré. L'encens fut ensuite brûlé. Le danseur tremblait d'excitation. Le prêtre prit de la peinture blanche, la maintint un instant dans la fumée de l'encens, l'étala sur le corps du danseur et traça un cercle blanc autour de son visage.

Pour achever d'habiller le danseur, le prêtre accrocha dans son dos un cercle de médecine, retenu par une corde autour de son cou. Sur sa tête, le prêtre plaça une bande de peau de lièvre, la tête tombant sur l'oreille gauche. Une plume de duvet d'aigle fut attachée à la mèche du cuir chevelu du danseur,qui pointait vers l'arrière. Un sifflet en os d'aigle fut accroché au cou du danseur.

Pendant ce temps, les danseurs ouvrirent leurs paquets sacrés, brûlèrent de l'encens, se peignèrent et se parèrent comme le leur avaient enseigné leurs aînés et leurs esprits gardiens. Ceux qui n'avaient pas de médecine se couvrirent entièrement de peinture blanche. Chaque jeûneur avait un sifflet en os d'aigle accroché à son cou et portait un bouclier et une lance.

Le chanteur se peignit et se mit des plumes de corbeau dans les cheveux. Il se plaça devant la peau de bison suspendue au mât solaire. Il tendit les bras vers la peau et se frotta le corps comme s'il recevait un pouvoir spécial du bison.

Les hommes-médecine se placèrent au sud de l'entrée de la hutte du soleil. Les vieilles femmes de la tribu qui avaient préparé l'endroit pour la danse du soleil, ainsi que les femmes-médecine, s'assirent du côté nord. Tous vinrent prier et jeûner. Les parents des jeunes jeûneurs entrèrent, portant de la nourriture. Chaque jeûneur apporta un bol de nourriture à un membre du clan de son père.

C'est alors que le courage des jeûneurs fut mis à l'épreuve. Ils s'approchèrent du prêtre et du chanteur. Deux petites entailles furent pratiquées dans la peau de l'épaule de chaque jeune homme qui se présentait. Une lanière de cuir fut enfilée dans la fente, avec une épingle en bois attachée à l'extrémité pour empêcher la lanière de sortir de la fente.

Les autres extrémités de ces lanières furent attachées au sommet du mât solaire (semblable à un mât de mai). Le prêtre et le chanteur firent tourner quatre fois chaque jeûneur dont les pieds touchaient à peine le sol. Ensuite, le jeûneur se balança librement en tournant autour du mât solaire. Mais il n'osait pas toucher la lanière avec ses mains. Toute tentative d'enfreindre les tabous était mal vue par l'ensemble de son peuple qui y voyait un manque de courage et d'endurance.

Lorsque le jeüneur se détacha enfin du mât, il tomba sur le sol. Le prêtre et le chanteur le déposèrent délicatement sur son lit de sauge curative. Il y resta et jeûna de deux à quatre jours.

Tout danseur devait d'abord avoir été un jeûneur lors d'une précédente danse du Soleil. Le danseur dansa continuellement d'avant en arrière vers le mât du soleil dans le cercle aussi longtemps qu'un jeüneur restait attaché au mât du soleil. Le danseur s'élançait du sol, les jambes rigides et les pieds joints, les yeux fixés sur la tête de bison, et soufflait dans son sifflet en os d'aigle en rythme avec les battements du tambour.

L'esprit du danseur était concentré sur son désir de gagner son vœu secret, la fille du chef, et de devenir un chef fort de sa tribu. Pendant sa danse, il pria silencieusement pour obtenir ces visions. Il poursuivit sa danse jusqu'à ce qu'il ne tombe d'épuisement. Il resta là jusqu'à ce que ses visions apparaissent, ou jusqu'au quatrième jour du jeûne, si nécessaire.

Les jeunes jeûneurs étaient allongés sur leur lit de sauge. Ils eurent des rêves et des visions qu'ils racontèrent au prêtre. S'ils étaient satisfaisants, le jeûneur quittait la Loge-Soleil, car ses supplications avaient été exaucées par le Dieu-Soleil.

Près de la porte, les hommes-médecine jeûnaient toujours et recherchaient des visions. Certains jeunes garçons de la tribu traînaient des têtes de bison à travers le village pour s'amuser.

Si l'on s'apercevait qu'un jeûneur ne pouvait pas se détacher du mât solaire et qu'il était en danger, on le libérait honorablement. À la fin du quatrième jour, il ne restait plus que quelques jeûneurs en quête de visions.

Le danseur, épuisé, était emmené dans sa loge. Si lui ou d'autres danseurs souhaitaient poursuivre la danse du soleil, la hutte du soleil pouvait rester debout pour eux. Sinon, elle était démolie. Seul le mât du soleil, surmonté d'une tête de bison, restait pour marquer l'emplacement de la danse traditionnelle du soleil.

Le danseur et l'ensemble des danseurs se remirent honorablement de leur expérience sacrée.

Peu de temps après, le chef de la tribu Hidatsa déclara que le danseur avait gagné sa fille en mariage.

Le danseur se rendit sur les hauteurs et, reconnaissant, pria et loua le Dieu-Soleil pour les nombreuses bénédictions qui lui avaient été accordées, ainsi qu'à sa femme bien-aimée et à sa tribu.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

De quoi parle l'histoire de la danse du soleil Hidatsa ?

L'histoire de la danse du soleil Hidatsa est celle d'un jeune homme qui demande un rituel de danse du soleil afin de prouver qu'il est digne de la fille du chef de sa tribu.

Pourquoi l'histoire de la danse du soleil des Hidatsa est-elle importante ?

L'histoire connue sous le nom de Danse du Soleil Hidatsa (ou Rituel de la Danse du Soleil des Hidatsa) est importante parce qu'elle a préservé les détails de la façon dont la Danse du Soleil était observée par la Nation Hidatsa.

Quelle est la date de la première danse du soleil hidatsa ?

La date la plus ancienne de la danse du soleil est inconnue. On sait que la danse du soleil était observée par les Indiens des plaines pendant des milliers d'années avant le contact avec les Européens.

La danse du soleil est-elle encore observée de nos jours ?

Les pratiques religieuses amérindiennes, dont la danse du soleil, furent interdites par les gouvernements du Canada et des États-Unis dans les années 1890 et furent pratiquées en secret jusqu'au milieu du 20e siècle. Depuis 1978, les Amérindiens sont libres de pratiquer ouvertement leurs rituels religieux, y compris la danse du soleil.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2023, octobre 18). Rituel de la Danse du Soleil des Hidatsa [Hidatsa Sun Dance Ritual]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2307/rituel-de-la-danse-du-soleil-des-hidatsa/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Rituel de la Danse du Soleil des Hidatsa." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 18, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2307/rituel-de-la-danse-du-soleil-des-hidatsa/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Rituel de la Danse du Soleil des Hidatsa." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 oct. 2023. Web. 22 juil. 2024.

Adhésion