Laocoon: La souffrance d'un prêtre troyen et sa vie après la mort

Article

Cindy Meijer
par et , traduit par Zsuzsanna Rigó
publié le 06 février 2020
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Le Groupe du Laocoon, exposé au Vatican depuis sa redécouverte en 1506, représente les souffrances du prince et prêtre troyen Laocoon (frère d'Anchise) et de ses jeunes fils Antiphas et Thymbrée et constitue l'une des statues les plus célèbres et les plus fascinantes de l'Antiquité. Dans son Histoire naturelle, Pline l'Ancien affirme que le Groupe du Laocoon, créé par les éminents sculpteurs rhodiens Agésandros, Polydore et Athénodore, "est une œuvre d'art à préférer à toute autre peinture ou statue" (36.37). Parmi les historiens de l'art, le groupe sculptural reçoit un éloge quasi universel depuis sa redécouverte dans des circonstances douteuses en 1506.

Laocoon
Laocoon
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

La statue, célèbre depuis sa découverte dans le nouveau jardin du Belvédère du palais du Vatican, est-elle réellement l'ancienne sculpture mentionnée par Pline l'Ancien, ou plutôt une habile contrefaçon de la Renaissance? Dans le dernier cas, qui aurait pu concevoir cette remarquable tromperie? Dans le premier cas, s'agit-il d'un original ou d'une copie en marbre d'un bronze hellénistique réalisé pour un mécène romain?

Supprimer la pub
Advertisement

Méfiez-vous des Grecs qui apportent des cadeaux

Dans la version la plus célèbre de l'histoire, racontée par Virgile (70-19 av. J.-C.) dans son Énéide, Laocoon mit en garde ses concitoyens contre les Grecs "même s'ils apportent des cadeaux" et tenta de révéler la véritable nature du cheval de bois en le frappant avec une lance (le cheval de bois en question étant bien sûr le fameux "Cheval de Troie", laissé par les forces grecques sur la côte afin de permettre aux troupes cachées dans la construction d'accéder à la ville). Lorsque, plus tard, deux serpents surgirent de la mer pour tuer le prêtre et ses fils, les Troyens interprétèrent leur mort horrible comme un acte de châtiment divin et décidèrent rapidement de déplacer le cheval de bois dans la ville, croyant qu'il s'agissait d'une offrande à Minerve (Athéna).

MALGRÉ SON APPARITION DANS LA LITTÉRATURE ANCIENNE, DE LA TRADITION POST-HOMÉRIQUE À LA TRADITION BYZANTINE, LES REPRÉSENTATIONS ARTISTIQUES DE LA SOUFFRANCE DE LAOCOoN SONT RARES.

Selon Arctinos de Milet, qui rédigea la tradition la plus ancienne de la tragédie (qui ne survit que par des citations ultérieures), Apollon avait envoyé les deux serpents pour tuer Laocoon et un de ses fils, tandis que selon l'auteur plus tardif Quintus de Smyrne les serpents avaient tué les deux fils mais avaient épargné le père.

Supprimer la pub
Advertisement

Servius, un autre écrivain plus tardif (vers 400ap. J.-C.), nous raconte comment Laocoon réussit à s'attirer la colère d'Apollon en couchant avec sa femme devant la statue de culte dans le temple du dieu. Une source encore plus tardive, l'érudit byzantin Jean Tzétzès, ajoute que la mort de Laocoon se déroula dans le temple d'Apollon Thymbrien - plaçant ainsi de manière appropriée le châtiment sur le lieu du crime.

Le dramaturge grec Sophocle du Ve siècle av. J.-C. produisit une tragédie sur le sujet, dont seulement quelques fragments subsistent dans des citations ultérieures. Outre les sources mentionnées ci-dessus, les poètes hellénistiques Apollodore et Euphorion, l'historien Denys d'Halicarnasse, l'écrivain romain Pétrone, les fables latines attribuées à Hygin, ainsi que quelques autres fragments, fournissent tous divers détails de l'histoire tragique.

Supprimer la pub
Advertisement

Malgré son apparition dans la littérature ancienne, de la tradition post-homérique à la tradition byzantine, les représentations artistiques de la souffrance de Laocoon sont rares. Des représentations apparaissent dans quelques peintures de vase greques (du Ve au IVe siècle av. J.-C.) et dans deux fresques de Pompéi (c. 25-75). Le groupe sculptural en marbre du Groupe du Laocoon reste donc la représentation la plus exceptionnelle des quelques rares œuvres antiques illustrant la souffrance de Laocoon.

Fresco of Laocoön in the Casa del Menandro
Fresque de Laocoon dans la Casa del Menandro
Korrekturen (Public Domain)

Michel-Ange & la redécouverte du Laocoon

Après le Ier siècle de notre ère, la souffrance de Laocoon semble s'être progressivement effacée des mémoires. Ce n'est qu'à la Renaissance que sa tragédie - et surtout l'importance du groupe sculptural de marbre pour l'histoire de l'art - fut pleinement reconnue. Cependant, cette redécouverte ne se déroula pas sans problèmes. D'une part, Felice de Fredis aurait déterré la sculpture presque intacte le 14 janvier 1506, alors qu'il posait les fondations de sa maison dans un vignoble nouvellement acheté sur la colline d'Oppian. Informé de la découverte, le pape Jules II envoya son architecte Giuliano da Sangallo ainsi que Michelangelo Buonarroti pour inspecter la sculpture encore partiellement enterrée.

Reconnu sur place par Giuliano da Sangallo comme étant le Laocoon mentionné par Pline l'Ancien, le pape acquit l'œuvre d'art le 23 mars 1506 et après six mois l'exposa au public dans le jardin du Belvédère nouvellement conçu cette année-là pour relier l'ancien Palais du Belvédère au Palais du Vatican (qui fait aujourd'hui partie des Musées du Vatican).

Supprimer la pub
Advertisement

Detail of the Laocoön Group - Thymbraeus
Détail du Groupe du Laocoon - Thymbrée
Jastrow (Public Domain)

Même si le groupe sculptural était remarquablement bien conservé pour une œuvre mise au jour près de 1500 ans plus tard, il manquait plusieurs parties: notamment le bras droit de Laocoon, une partie de la main du fils aîné, le bras droit du fils cadet et plusieurs segments des serpents; de plus, le dos de l'autel avait été construit dans marbre différent (ce qui souleva des doutes quant à sa date de construction).

En 1510, un concours informel fut organisé parmi des artistes, dont Raphaël devait être le juge, invitant à faire des suggestions pour la restauration du bras droit de Laocoon. Jacopo Sansovino, sculpteur des œuvres de la place Saint-Marc à Venise, remporta le concours en proposant un bras héroïquement tendu, alors que Michel-Ange suggéra que le bras manquant soit plié en arrière jusqu'à l'épaule. Des années plus tard, un bras encore plus tendu fut ajouté à la figure de Laocoon; le bras du fils cadet et les parties manquantes des serpents furent ajoutés au cours des siècles suivants.

Étonnamment, en 1905, l'archéologue classique Ludwig Pollack découvrit une partie d'un bras de marbre plié en arrière dans une cour près du site où le Laocoon lui-même avait été mis au jour. Un demi-siècle plus tard, le "bras Pollack" fut ajouté à la statue, car il fut démontré qu'un trou de forage dans le bras s'adaptait parfaitement à un trou correspondant dans l'épaule.

Supprimer la pub
Advertisement

Lorsque le groupe sculptural fut démonté dans les années 1980, des altérations anciennes et celles du début de l'ère moderne furent découvertes à partir de diverses cassures, coupures, trous et des tendons métalliques reliant les différentes pièces. Le démontage conduisit Seymour Howard à conclure que la composition originale du Laocoon était une composition pyramidale plus compacte, dynamique, disposée en diagonale et donc plus cohérente, en accord avec un style "baroque" de la fin de l'époque hellénistique inspiré par les œuvres d'art du milieu de l'époque hellénistique de Pergame.

Impression of the Laocoön Group
Illustration du Groupe du Laocoon
Cindy Meijer (CC BY-NC-SA)

Selon l'historienne de l'art Lynn Catterson, la présence de Michel-Ange lors de la découverte du Laocoon était loin d'être une coïncidence. S'appuyant sur une recherche minutieuse de preuves circonstancielles, elle affirme que le Laocoon est une pièce fausse soigneusement élaborée à la Renaissance. En effet, elle suggère que c'était Michel-Ange qui avait "le motif, les moyens et l'occasion" de créer cette œuvre frauduleuse - c'est-à-dire l'ambition de tromper ses contemporains (comme il l'avait déjà fait), l'argent pour acheter le marbre (comme le prouvent ses documents) et le temps pour produire l'œuvre dans les années avant sa découverte (à peu près au moment où il créa son chef-d'œuvre sans précédent, la Pietá).

S'il est difficile d'imaginer que Michel-Ange n'ait pas fini par révéler sa magnifique supercherie, il est encore moins probable qu'aucun de ses contemporains n'ait dénoncé la supercherie, car il devait avoir des complices; si ce n'est dans la création elle-même, au moins dans le transport jusqu'au point de découverte dans le vignoble. Il est communément admis qu'à contrario, le Laocoön eut un effet profond sur le développement du style de Michel-Ange. On ne sait toujours pas où il aurait trouvé son inspiration pour ce chef-d'œuvre. En outre, du point de vue stylistique, le Laocoon ressemble à des œuvres d'art hellénistiques inconnues de Michel-Ange, telles que l'autel de Pergame (se trouve aujourd'hui à Berlin et fut retrouvé à la fin du XIXe siècle) et les sculptures de Sperlonga (découvertes en 1957 dans les ruines de la villa de Tibère, entre Rome et Naples). Pour ces raisons et d'autres encore, la plupart des historiens de l'art, si ce n'est tous, rejettent l'affirmation de Catterson comme étant problématique et donc hautement improbable.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

De la commission impériale à l'idéal de l'histoire de l'art

Selon Pline l'Ancien, le Laocoon aurait été installé dans le palais de l'empereur romain Titus (r. de 79 à 81 de notre ère), fils et successeur de Vespasien (r. de 69 à 79 de notre ère). L'emplacement de ce palais n'est toutefois pas connu. Le vignoble de Felice de Fredis se trouvait juste à l'intérieur du mur Servien, sur l'éperon sud de l'Esquilin, à l'est de la Cisterna delle Sette Sale (les citernes) qui alimentaient les thermes romains de Titus et Trajan (construits sur la Domus Aurea tant décriée de Néron), en face du Colisée. Cette zone de l'Esquilin était autrefois le site des jardins de Mécène, où Tibère (r. de 14 à 37 de notre ère) résida après son retour à Rome. La déclaration de Pline l'Ancien concernant Titus pourrait être interprétée comme l'indication d'une commission impériale.

LES HISTORIENS MODERNES ADMETTENT GÉNÉRALEMENT QUE LE LAOCOoN EXPOSÉ AU VATICAN PEUT ÊTRE IDENTIFIÉ COMME L'ŒUVRE D'ART MENTIONNÉE PAR PLINE l'ancien.

Cependant, une indication plus significative de la date - et de l'éventuelle commission - fut découverte en 1957 sur le site de la grotte effondrée sur le terrain de la villa de Tibère à Sperlonga (sur la côte entre Rome et Naples). En effet, parmi les groupes sculpturals hellénistiques en marbre à thème homérique de Sperlonga, le bateau de la scène de Scylla est signé par les trois sculpteurs Athénodore, Agésandros et Polydore.

Il est significatif que ces noms soient les mêmes que ceux des trois artistes rhodiens auxquels Pline l'Ancien attribua le Laocoon (même s'il leur donna des versions latinisées). Bien que les sculptures de Sperlonga aient pu être commandées une génération plus tôt, le lien avec Tibère et les thèmes homériques de ces sculptures ainsi que du Laocoon (relatifs à la descendance mythique supposée de Tibère d'Ulysse et d'Énée) indiquent clairement une date au début du 1er siècle de notre ère (la grotte de Sperlonga s'effondra en 26 av. J.-C. et faillit tuer Tibère). De plus: Tibère se retira à Rhodes pendant quelques années (6 av. J.-C. - 2 ap. J.-C.), avant d'être rappelé à Rome par Auguste (r. de 27 av. J.-C. à 14 ap. J.-C.).

En effet, les historiens modernes admettent généralement que le Groupe du Laocoon exposé au Musée Pio-Clementino du Vatican peut être identifié comme l'œuvre d'art mentionnée par Pline l'Ancien. Les travaux de restauration menés au siècle dernier montrent toutefois que le groupe sculptural se compose de sept pièces. Cela semble contredire l'affirmation de Pline l'Ancien selon laquelle l'œuvre fut sculptée "d'un seul bloc de pierre". Cette affirmation peut être interprétée de la manière suivante: les sculpteurs utilisèrent un seul morceau de marbre, qui dut être coupé en plusieurs morceaux, par exemple pour des raisons de transport, ou pour toute autre raison; la sculpture aurait pu également être reconstruite dans l'Antiquité, après l'époque de Pline l'Ancien (comme le démontage semble le confirmer); ou bien il aurait pu se tromper à cause de joints invisibles.

Plaster Copy of the Laocoön Group
Copie en plâtre du Groupe du Laocoon
Allard Pierson Museum (CC BY-NC-SA)

Même si le Laocoon du Vatican est la même œuvre d'art que celle mentionnée par Pline l'Ancien - et peut-être commandée par Tibère pour sa résidence dans les jardins de Mécène - deux concepts s'affrontent quant à son origine: un chef-d'œuvre de la sculpture romaine précoce dans le style "baroque" de l'époque hellénistique tardive, ou une copie en marbre d'une œuvre en bronze de l'époque hellénistique moyenne, peut-être de l'école de Pergame (IIe siècle av. J.-C.).

L'opinion la plus ancienne selon lequel le Laocoon date du IIe siècle av.J.-C. n'a plus de raison d'être. Alors que les caractéristiques stylistiques associent le Laocoon à l'école de Pergame, le désintérêt artistique général pour le sujet de la souffrance du Laocoon à l'époque hellénistique pourrait favoriser la suggestion que les trois sculpteurs rhodiens auraient créé leur chef-d'œuvre de leur propre inspiration et sur commande romaine - et seraient à l'origine de l'essor quasi-contemporain des représentations de ce sujet à Pompéi.

Il n'est guère surprenant que le groupe du Laocoon ait fait une si grande impression sur les artistes de la Renaissance tels que Michel-Ange. Les expressions faciales des personnages, presque grandeur nature, expriment l'agonie, le désespoir et l'angoisse. Les serpents malveillants qui s'enroulent autour des corps ne se contentent pas d'étrangler leurs victimes, mais mordent également leur chair avec leurs crocs empoisonnés dans une scène de torture sans fin. Les poses dynamiques et déformées des personnages montrent clairement leur douleur et leur détresse. Cette sculpture est un chef-d'œuvre d'émotion, d'action et de drame qui inspira les artistes presque immédiatement après sa mise au jour, notamment Michel-Ange.

La version en anglais de cet article a été initialement publiée sur AncientWorldMagazine.com.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Zsuzsanna Rigó
Je suis passionnée par l'histoire et j'aimerais contribuer au travail du site en informant d'autres sur les faits intéressants et en même temps faire des traductions en français, la langue dont je suis amoureuse depuis mon enfance.

Auteur

Cindy Meijer
Cindy Meijer est doctorante en histoire ancienne. Ses recherches portent sur le contexte politique des textes prédictifs du Proche-Orient hellénistique.

Citer cette ressource

Style APA

Meijer, C. (2020, février 06). Laocoon: La souffrance d'un prêtre troyen et sa vie après la mort [Laocoön: The Suffering of a Trojan Priest & Its Afterlife]. (Z. Rigó, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1495/laocoon-la-souffrance-dun-pretre-troyen-et-sa-vie/

Style Chicago

Meijer, Cindy. "Laocoon: La souffrance d'un prêtre troyen et sa vie après la mort." Traduit par Zsuzsanna Rigó. World History Encyclopedia. modifié le février 06, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1495/laocoon-la-souffrance-dun-pretre-troyen-et-sa-vie/.

Style MLA

Meijer, Cindy. "Laocoon: La souffrance d'un prêtre troyen et sa vie après la mort." Traduit par Zsuzsanna Rigó. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 06 févr. 2020. Web. 20 mai 2024.

Adhésion