Vêtements Étrusques

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 17 février 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais

Les vêtements des anciens Étrusques, une civilisation qui s'épanouit dans le centre de l'Italie entre le VIIIe et le IIIe siècle avant J.-C., sont représentés sur de nombreux supports artistiques, notamment les peintures murales, les sculptures en bronze, les reliefs en pierre et les figures peintes sur les urnes funéraires en terre cuite, ainsi que dans les descriptions occasionnelles d'anciens auteurs étrangers. L'histoire et l'étude de la civilisation étrusque ont souffert dans de nombreux domaines en raison du manque de textes de première main et de leur assimilation culturelle finale dans le monde romain, mais l'habillement est un sujet où les Étrusques ont un avantage sur la plupart des peuples anciens. Les vêtements sont périssables et même lorsqu'ils survivent, leur couleur originale ne survit pas, mais avec les Étrusques, nous avons la chance d'avoir les peintures murales miraculeusement préservées de leurs tombes qui nous donnent une occasion unique d'entrevoir en technicolor le monde flamboyant de la mode étrusque.

Dancers, Tomb of the Triclinium, Tarquinia
Danseurs, tombe du Triclinium, Tarquinia
The Yorck Project (Public Domain)

Origines et développement

Le tissage était une industrie importante dans la plupart des cultures anciennes, et les Étrusques n'étaient pas différents. Les découvertes d'outils en bronze, tels que des poids de métier à tisser, des bobines et des fuseaux, prouvent que cet artisanat remonte à la culture villanovienne, précurseur des Étrusques, durant l'âge du fer en Italie centrale (1100-750 av. J.-C.). Le tissage de la laine fut d'abord pratiqué dans les maisons privées, à petite échelle, mais pas nécessairement seulement par les femmes, comme le suggèrent les dépôts de matériel dans les tombes des hommes. À mesure que l'agriculture se développa et que les ressources naturelles telles que les métaux furent mieux exploitées, les communautés prospérèrent et une classe manufacturière se développa; cette classe pouvait se consacrer à la production de biens quotidiens de meilleure qualité. L'habillement en faisait partie, et les Étrusques se firent particulièrement remarquer dans l'Antiquité pour leur production de lin utilisé pour les livres et les vêtements. La laine, plus facile à teindre et plus lourde, était utilisée pour les vêtements extérieurs tandis que les vêtements intérieurs étaient en lin. Les peaux d'animaux et, beaucoup plus rarement, le coton, pouvaient également être utilisés pour les vêtements.

Supprimer la pub
Advertisement

L'influence de l'Ionie et du Proche-Orient sur la culture étrusque se manifesta également dans les vêtements, notamment dans les chaussures pointues, les chapeaux coniques souples et les motifs généralement très décoratifs. Puis, à mesure que les contacts avec la Grèce et la Grande-Grèce se multiplièrent par le biais du commerce, l'influence sur la mode s'accrut également. Des longues robes fixées à l'épaule par une broche, des châles légers, de longues et simples capes blanches (himation) avec une bordure rouge ou noire, et des tuniques à manches courtes (chiton) en lin. tous peuvent être observés dans les peintures de tombes étrusques, en particulier sur les sites côtiers où le contact avec le monde grec était plus fréquent.

Musicians Wall-painting, Tarquinia
Peinture murale de musiciens, Tarquinia
Yann Forget (Public Domain)

La caractéristique la plus frappante des vêtements étrusques, tant pour les hommes que pour les femmes, est la grande variété de couleurs et de coupes utilisées. Il faut être prudent et se rappeler que les costumes des musiciens, des danseurs et même des convives dans les peintures murales peuvent avoir été représentés dans leurs atours cérémoniels, ce qui ne reflète pas nécessairement les vêtements de tous les jours pour ces personnes spécifiques ni pour les gens en général. Néanmoins, il ne fait aucun doute que les vêtements des riches citoyens d'Étrurie (dont les tombes sont les seules à être peintes) et de leurs esclaves étaient audacieux en termes de couleurs, de motifs et de variété, reflétant à la fois le climat plus varié de l'Italie centrale par rapport aux autres régions de la Méditerranée et un goût plus flamboyant que celui des cultures contemporaines ou de ce que nous en connaissons. Le contraste avec les goûts plus austères des Grecs et des Romains en matière de mode était tel que Posidonios, l'érudit grec, nota que les vêtements extravagants des artistes étrusques étaient "plus beaux que ceux des esclaves" (Heurgon, 172).

Supprimer la pub
Advertisement
La caractéristique la plus frappante des vêtements étrusques, tant pour les hommes que pour les femmes, est la large gamme de couleurs et de coupes utilisées.

Vêtements pour femmes

Les couleurs vives abondent avec des manteaux, des corsages et des vestes courtes de couleur rouge, bleu roi, vert pâle, orange, jaune, parfois avec des rayures horizontales, verticales ou à pois. Les robes sont sans manches, à manches courtes ou à manches longues, avec des longueurs d'ourlet variables, parfois avec une coupe arquée au-dessus des pieds. Les vêtements d'extérieur sont souvent somptueusement brodés de motifs décoratifs, comme la dame de la tombe Francesca Giustiniani à Tarquinia dont le manteau rose orangé est moucheté de points et d'étoiles. La cape rouge foncé d'une dame de la tombe des Lionnes de Tarquinia (530-520 av. J.-C.) est décorée de fleurs brodées et comporte des ajouts bleus sur le devant qui pendent comme de larges lanières. Les danseurs des tombes de Chiusi ont le même type de revers ou de revers pendants sur le devant. Les ourlets des vêtements comportent parfois des franges de glands ou d'autres éléments décoratifs.

Dancer, Tomb of the Lionesses, Tarquinia
Danseuse, Tombeau des lionnes, Tarquinia
Unknown Artist (Public Domain)

Les vêtements sont coupés de façon extravagante et contrastent fortement avec les lignes perpendiculaires austères des vêtements grecs. Les manches s'évasent aux poignets, tout comme les pantalons à fond évasé, une silhouette qui n'est accentuée que par des ceintures serrées à la taille. Les capes et les manteaux enveloppants à encolure ronde et basse apparaissent aussi bien chez les hommes que chez les femmes et semblent être faits d'un tissu épais (comme ils devraient l'être pour protéger des températures froides de l'hiver) avec de lourds plis. Ils ont une doublure de couleur différente de celle de l'extérieur et comportent souvent des bordures colorées sur les deux côtés.

Supprimer la pub
Advertisement

Vêtements pour hommes

Nous avons vu que les vêtements des femmes pouvaient être colorés avec des décorations brodées, et les vêtements des hommes n'étaient parfois pas très différents. Le magistrat ou auspicium (lecteur de présages) connu sous le nom de Vel Saties de la tombe François à Vulci (fin du IVe siècle av. J.-C.) en est un exemple. Il porte une cape brodée bleu foncé frappante sur laquelle figurent plusieurs personnages masculins nus qui dansent en portant des boucliers, dans une composition légèrement criarde digne d'une création Dolce & Gabbana du XXIe siècle. Un autre élément couramment représenté est la tunique courte (tunica), portée avec une ceinture. Enfin, les prêtres ont leur propre costume : une peau de mouton portée à l'envers sur une tunique à manches simples qui pend jusqu'aux bottes. Le costume est complété par un chapeau souple à sommet conique maintenu par une mentonnière.

Vel Saties & Arnza, Francois Tomb
Vel Saties et Arnza, Tombe François, Vulci
Louis-garden (CC BY-SA)

L'une des modes les plus durables que les Étrusques ont léguées à l'Antiquité est la toge, pour eux la trebenna. Portée sur l'épaule gauche et laissant l'épaule droite nue, elle est visible sur les plaques de terre cuite du milieu du VIe siècle avant J.-C. de Cerveteri où un roi en porte une violette. D'autres personnages en portent une, cette fois décorée d'une bordure rouge, dans la tombe des Augures à Tarquinia (c. 520 av. J.-C.). Les Romains adopteront la toge, en l'allongeant un peu et en variant ses plis, comme insigne de distinction de la classe patricienne, en conservant la bordure rouge ou pourpre (dérivée de la teinture pourpre de tyr) et en réservant la robe entièrement violette aux empereurs et à ceux qui savouraient la gloire d'un triomphe romain. Les Étrusques, cependant, semblent avoir été un peu plus démocratiques avec leurs vêtements, car la toge, généralement toute blanche, est vue dans les peintures de tombeaux portée par des musiciens, par exemple à Tarquinia.

Les chaussures

Les Étrusques avaient la particularité de porter des chaussures, apparemment plus fréquemment que leurs homologues grecs. Les chaussures pointues, tant pour les hommes que pour les femmes, sont particulièrement courantes dans l'art, là encore une influence de l'Ionie et du Proche-Orient. Celles de la Tombe des Augures et de la Tombe du Baron de Tarquinia (vers 510 av. J.-C.) ressemblent à un croisement entre des bottes et des pantoufles et sont de couleur verte, rouge ou bordeaux. Elles s'élargissent à l'avant, puis se terminent en une pointe légèrement relevée au niveau des orteils. S'élevant jusqu'au mollet, elles se terminent par une fente à l'avant. Les types similaires représentés sur les plaques de terre cuite ont une longue languette et des sangles horizontales pour attacher les bottes autour du talon, ainsi qu'une autre attache qui passe par un petit trou en haut de la botte.

Supprimer la pub
Advertisement

Musician, Tomb of the Triclinium, Tarquinia
Musicien, Tombeau du Triclinium, Tarquinia
The Yorck Project (Public Domain)

Les esclaves portent des chaussures moins compliquées qui ne couvrent que les pieds et la plus typique est la simple sandale maintenue sur le pied par des sangles croisées. On peut imaginer que les sandales étaient portées par tous par temps chaud, comme le suggère une paire apparaissant dans la Tombe des Reliefs de Cerveteri (dernier quart du IVe siècle av. J.-C.). Ces sandales ont des bandes semi-circulaires et un cordon pour les orteils et apparaissent au bout du lit de l'occupant aristocratique de la tombe. Les Grecs appelaient les sandales étrusques Tyrrhenica sandalia, et elles sont décrites comme ayant de hautes semelles en bois avec des lanières dorées plutôt tape-à-l'oeil. Les semelles découvertes à Cerveteri et Bisenzio sont munies de clous métalliques, sans doute pour les faire durer plus longtemps. En revanche, par temps humide, les chaussures et les pieds étaient parfois protégés par des couvre-chaussures en feuille de bronze très fine.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, février 17). Vêtements Étrusques [Etruscan Clothing]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1018/vetements-etrusques/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Vêtements Étrusques." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 17, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1018/vetements-etrusques/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Vêtements Étrusques." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 févr. 2017. Web. 28 févr. 2024.

Adhésion