Merlin

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Caroline Martin
publié le 24 avril 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien, espagnol
Merlin Constructs Stonehenge, Roman de Brut (by British Library, Public Domain)
Merlin construit Stonehenge, Roman de Brut
British Library (Public Domain)

Merlin (également connu sous le nom de Myrddin, Merlinus) est le grand enchanteur des légendes arthuriennes, plus connu grâce au livre Le Morte d'Arthur de Sir Thomas Malory (1469). Le personnage a été créé par Geoffrey de Monmouth dans son Histoire des rois de Bretagne (1136) où il apparaît pour la première fois comme un jeune homme sage et précoce doté de pouvoirs prophétiques. Le poète français Robert Wace (1110 - 1174 environ) a ensuite traduit l'œuvre de Geoffrey et l'a complétée dans son Roman de Brut (1160 environ). Merlin est ensuite présenté comme le personnage central de Merlin de Robert de Boron (12e siècle) qui le présente comme un prophète chrétien. Cette représentation, avec quelques variations, se poursuivra dans le Cycle de la Vulgate (1215 - 1235) et le Cycle post-Vulgate (1240 - 1250 environ) pour influencer la caractérisation finale du devin par Malory.

Chez Malory, Merlin est le mentor d'Arthur, qui joue un rôle déterminant dans tous les aspects de sa vie, de sa conception à son éducation, en passant par son accession au pouvoir et sa vision d'un royaume régi par la justice et la bonne volonté. Merlin est au cœur de la vie de tous les personnages principaux de la légende, capable de voir à la fois le passé et l'avenir, désireux de conseiller et de rendre service, mais incapable de modifier ce qu'il sait devoir être.

Supprimer la pub

Advertisement

Depuis sa première apparition dans la littérature médiévale, Merlin est resté parmi les personnages les plus populaires des légendes. Il est possible qu'il ait été à l'origine un dieu ou un esprit de la fertilité, craint ou vénéré pour sa grande sagesse et ses capacités magiques, et ce concept de Merlin a été remis au goût du jour dans la littérature romantique du 19e siècle. Depuis, il est apparu dans, ou il a influencé de nombreuses œuvres de fiction, des films et d’autres médias, il est presque toujours représenté ou référencé de la même manière, comme un puissant mage.

Nom et origine

LE PERSONNAGE DE MERLIN ET ISSU DU FOLKLORE GALLOIS QUI MET EN SCÈNE LE sujet DU SAUVAGE DANS LES BOIS, UN DEMI-SAUVAGE EN MARGE DE LA CIVILISATION POSSÉDANT UN GRAND POUVOIR ET UNE immense SAGESSE.

Merlin apparaît pour la première fois dans la littérature dans Histoire des Rois de Bretagne écrit par l'ecclésiastique gallois Geoffrey de Monmouth (1100 - 1155 environ). Le nom du personnage de Merlin n'est pas un nom propre (désignant un individu dans ce cas) mais un toponyme (un nom de lieu), plus précisément le gallois Caermyrddin (« Ville de Merlin »), faisant référence à la ville de Carmarthen, lieu de naissance de Merlin. Geoffrey a latinisé Myrddin en Merlinus parce que la latinisation stricte de Merdinus aurait associé le nom au latin merdus (excréments, fumier). Le personnage est issu du folklore gallois qui met en scène le sujet de l'homme sauvage dans les bois, un demi-sauvage vivant en marge de la civilisation et possédant un grand pouvoir et une immense sagesse.

Supprimer la pub

Advertisement

Le plus célèbre sauvage gallois était Myrddin Wyllt (« Myrddin le sauvage »), un barde du 6e siècle ap. JC qui aurait perdu la raison après une bataille particulièrement sanglante et qui se serait retiré dans les bois. Geoffrey a écrit une courte œuvre, Les Prophéties de Merlin (1130 environ), avant d’écrire sa célèbre histoire, mais ce Merlin n'a rien à voir avec l'enchanteur des légendes arthuriennes. Après le succès de son livre Histoire, Geoffrey a écrit une autre œuvre, La vie de Merlin (1150 environ), dans laquelle le personnage principal fait preuve de compétences magiques et prophétiques, mais cette œuvre n'a aucun lien avec les légendes arthuriennes.

Le Merlin de Geoffrey

Dans Histoire de Geoffrey, Merlin apparaît comme un personnage de premier plan dans les livres VI-VIII. Le roi Vortigern, l'usurpateur, a du mal à construire une tour car les fondations ne tiennent pas. Ses sorciers lui conseillent de trouver un jeune du royaume qui n'a pas de père et de le sacrifier, en arrosant son sang sur le mortier, et alors les fondations seraient solides. Vortigern envoie ses ministres à la recherche d'un tel jeune, et ils tombent sur Merlin dont la mère leur dit qu'il n'a pas de père terrestre mais qu'elle a été visitée par un esprit qui a pris la forme d'un homme et l'a fécondée.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Merlin est amené devant le roi qui lui explique son problème et comment il doit sacrifier le garçon, mais Merlin, peu impressionné, ordonne que les sorciers lui soient amenés afin qu'il puisse démontrer qu'ils mentent. Il leur demande ce qu'il y a sous la fondation qui l'empêche d’être stable, et ils ne peuvent pas répondre. Il dit alors à Vortigern qu'il trouvera un bassin en dessous et il lui demande d'appeler ses ouvriers pour arracher les fondations. Ils trouvent le bassin comme Merlin l'avait dit, et il demande alors aux sorciers ce que contient le bassin. Une fois de plus, ils ne peuvent pas répondre et Merlin leur dit qu'ils trouveront deux pierres creuses et deux dragons endormis à l'intérieur, l'un blanc et l'autre rouge, ils trouvent le tout quand ils vident le bassin.

Vortigern meets Merlin
Vortigern rencontre Merlin
Schekinov Alexey Victorovich (Public Domain)

Dans le livre VII, Merlin interprète la signification des dragons et prédit l'avenir. Le dragon rouge symbolise les Bretons et le dragon blanc les Saxons que Vortigern a invités dans son royaume. Le dragon blanc opprimera le dragon rouge jusqu'à ce que le sanglier de Cornouailles se lève pour chasser les Saxons ; une prophétie concernant le roi Arthur et sa future victoire sur les Saxons. Le règne illégitime de Vortigern est contesté dans le livre VIII par le noble Ambrosius Aurelius et son frère Uther Pendragon et, lorsque Vortigern est tué, Ambrosius lui succède.

Le royaume est cependant toujours en conflit, et Ambrosius doit combattre les Saxons. Après une grande victoire, il ordonne la construction d'un mémorial et Merlin déplace les pierres mystiques géantes du Mont Killare en Irlande à Amesbury près de Londres dans ce but, créant ainsi Stonehenge. Ambrosius est tué par les Saxons, et Uther devient alors roi et s'allie à Gorlois de Cornouailles mais il tombe amoureux d'Igerna, la femme de Gorlois.

Supprimer la pub

Advertisement

Merlin jette un sort qui fait ressembler Uther à Gorlois, et il couche avec elle, concevant ainsi Arthur. Gorlois meurt au combat et Uther épouse Igerna, puis il meurt quelque temps plus tard en buvant à une source empoisonnée par ses ennemis saxons. Arthur devient roi, venge son père et son oncle, et chasse les Saxons de Grande-Bretagne. Merlin disparaît du récit après avoir arrangé la nuit d'Uther avec Igerna sans qu'aucune explication ne soit donnée. Les livres IX-XII de Histoire se concentrent sur les conquêtes d'Arthur, sa trahison par Mordred qui enlève Guenièvre, et la bataille de Camlann au cours de laquelle Arthur est mortellement blessé et ses chevaliers sont presque tous tués.

Wace, Chrétien, & Robert de Boron

Robert Wace a traduit Histoire de Geoffrey mais il a fait des ajouts à l'histoire à partir de son imagination. Comme de nombreux poètes français de son époque, il était parrainé par Aliénor d'Aquitaine (1122 - 1204 environ) à qui il a dédié l'œuvre. Wace est à l'origine de certains des aspects les plus célèbres des légendes arthuriennes, comme la Table ronde et le nom de l'épée d'Arthur, Excalibur. Il a également développé les personnages principaux de manière plus complète, notamment Merlin dans l'épisode de Stonehenge qui, bien qu'il suive de près celui de Geoffrey, fait davantage appel aux capacités magiques de Merlin.

Le grand poète arthurien Chrétien de Troyes (1130 - 1190 environ), ne mentionne Merlin qu'une seule fois dans Érec et Énide (lignes 6617-6618) et uniquement en référence à une tradition remontant à l'époque de Merlin. Robert de Boron est le prochain à développer le personnage à partir de l'œuvre de Wace dans Merlin (1200 environ). Ce poème s'ouvre sur un groupe de démons qui complotent la destruction du monde en créant un être surnaturel dont le mal rivalisera avec le bien du Christ. Cette créature sera mi-humaine et mi-démon et, à cette fin, ils possèdent un homme pieux et aisé et couchent avec sa fille. La fille raconte à son confesseur ce qui s'est passé (semblant savoir que son père était possédé) et il la bénit avec le signe de la croix en guise de protection ; l'enfant naîtra alors avec des capacités surnaturelles mais sans le mauvais esprit sur lequel les démons comptaient.

Supprimer la pub

Advertisement

Merlin and His Mother Before King Vortigern
Merlin et sa mère devant le roi Vortigern
British Library (Public Domain)

Lorsque Merlin naît, il est baptisé, et ce rituel, ainsi que la piété et la bonté naturelles de sa mère et la bénédiction protectrice qu'elle a reçue peu après avoir conçu Merlin, contribuent tous à sa nature intrinsèquement bonne, tandis que les circonstances surnaturelles de sa conception le dotent de compétences dans l’art de la magie. Il peut parler presque dès sa naissance et, avant l'âge de trois ans, il est capable de raconter l'histoire de Joseph d'Arimathie et la façon dont il a apporté le Saint Graal dans le Royaume de l'île de Bretagne (le sujet du poème Joseph d'Arimathie de Robert de Boron). Merlin grandit en paix avec sa mère jusqu'à ce que le roi usurpateur Vertigier envoie ses ministres chercher un enfant sans père à sacrifier parce que les fondations de sa tour ne tiennent pas.

Le récit de Robert suit alors presque exactement celui de Geoffrey et de Wace, jusqu'à ce que Merlin déguise Uther en époux de la belle reine (nommée ici Ygerne) et la conception d'Arthur. Lorsque Arthur naît, Uther le remet à Merlin qui le place dans une famille d'accueil qui ne sait rien de sa naissance royale. L'identité d'Arthur est révélée lorsqu'il tire l'épée du roi d'une enclume, s'établissant ainsi comme le fils et l'héritier d'Uther.

Merlin de Robert de Boron est une suite de son précédent poème Joseph d'Arimathie et c’était probablement la deuxième œuvre d'une trilogie qui se terminait par un ouvrage sur Perceval et le Graal. La contribution la plus importante de Robert aux contes arthuriens est leur christianisation, qui influencera les auteurs ultérieurs. Le Graal, qui était auparavant un plateau, devient le Saint Graal, la coupe du Christ. Merlin, bien qu'étant toujours un personnage marginal, devient un voyant chrétien et Arthur et ses chevaliers deviennent des champions et des défenseurs de la cause chrétienne. Arthur en tant que roi chrétien est évident à partir de Geoffrey, mais dans Histoire de Geoffrey et Roman de Brut de Wace, Arthur se bat d'abord pour son pays et son peuple et il fait appel au Christ pour soutenir cet effort ; après Robert de Boron, Arthur est d'abord au service du Christ et tous ses grands accomplissements découlent de sa dévotion à Dieu.

Supprimer la pub

Advertisement

Cycle de la Vulgate et Merlin en prose

Cycle de la Vulgate poursuit et développe cette tradition et marque également la première apparition des légendes arthuriennes en prose. Au Moyen Âge, la prose était utilisée pour les ouvrages d'histoire, de théologie ou de philosophie, considérés comme des sujets « sérieux », tandis que la poésie était utilisée pour les œuvres d'imagination. Les auteurs anonymes de Cycle de la Vulgate ont délibérément choisi leur forme parce qu'ils souhaitaient présenter le sujet comme une histoire réelle, et non comme une romance fantaisiste.

Cycle de la Vulgate commence par une histoire du Saint Graal, il passe à la naissance de Merlin et à son implication avec Arthur, met en lumière la liaison de Lancelot avec Guenièvre, établit l'importance de la quête des chevaliers pour le Saint Graal et se termine par la mort d'Arthur après la bataille de Camlann. Cycle de la Vulgate (édité et révisé sous le nom Cycle Post-Vulgate) a inspiré une autre œuvre, Le Roman de Merlin en prose. Cette œuvre, datée du milieu du 15e siècle (peu avant que Malory n'écrive Le Morte D'Arthur), a été écrite en anglais moyen et elle se concentre entièrement sur Merlin en tant que héros et personnage central avec pour toile de fond le monde arthurien.

Le Roman de Merlin en prose s'appuie largement sur Merlin de Robert de Boron, mais des détails significatifs sont ajoutés tels que la raison spécifique du complot du démon visant à féconder une femme humaine avec un enfant démoniaque. Comme le mentionne la Bible, après sa mort sur la croix, le Christ est descendu en enfer pour libérer les patriarches qui y étaient emprisonnés (un acte connu sous le nom de « hersage de l'enfer »). Cet événement a bouleversé l'équilibre de l'enfer et les démons ont donc mis en œuvre leur plan visant à créer un agent humain sur terre qui s'opposera au sauvetage des âmes par le Christ et qui en enverra davantage dans le royaume de Satan. L'auteur explique également que Merlin a été nommé d'après son pieux grand-père chrétien, coupant ainsi toute association du devin avec Myrddin de la tradition païenne galloise.

Devils Plotting the Birth of Merlin, Vulgate Cycle
Diables complotant la naissance de Merlin, Cycle de la Vulgate
British Library (Public Domain)

Le Roman de Merlin en prose suit Robert de Boron dans ses cinq premières sections qui sont ensuite suivies de deux suites connues par les spécialistes comme la suite historique (La Suite de Merlin en prose) et la suite romantique (La Suite du Roman de Merlin, également connue sous le nom de Suite-Huth car elle est contenue dans le Manuscrit Huth de la British Library). La suite historique reprend là où se termine Merlin de Robert, avec Arthur tirant l'épée de l'enclume (sauf que maintenant, c'est une épée dans une pierre), et elle raconte ensuite la lutte d'Arthur contre ses barons rebelles, la formation de la cour et ses exploits.

La suite romantique développe tous les aspects plus mythiques des légendes arthuriennes, comme le fait qu'Arthur reçoive Excalibur de la Dame du Lac, l'enchantement d'Arthur qui le conduit à engendrer Mordred, la formation de la Table ronde, l'affaire Lancelot - Guenièvre, et la façon dont Nimue (également appelée Vivienne et Niniane dans d'autres œuvres, la protégée et l'amante de Merlin) piège Merlin, l'enfermant à jamais dans un monde dont il ne peut s'échapper et auquel elle seule a accès, le condamnant ainsi à une mort éternelle et supprimant le personnage du récit. Tous les éléments les plus résonnants de l'univers arthurien sont développés dans cette œuvre, mais Malory amènera l'histoire plus loin vers sa forme finale.

Le Merlin de Malory

Sir Thomas Malory était prisonnier politique à Newgate, à Londres, de 1468 à 1470, lorsqu'il a écrit Le Morte D'Arthur. Bien que sa source principale soit le Cycle Post-Vulgate, les spécialistes s'accordent à dire qu'il avait probablement accès à une bonne bibliothèque et qu'il connaissait bien le savoir arthurien. Le Merlin de Malory est l'aboutissement de toutes les autres versions du devin antérieures à 1469 : un puissant sorcier à la vision prophétique qui peut contrôler les éléments, se métamorphoser, alterer la perception de la réalité par les autres et lire dans le cœur des gens ainsi que leurs véritables désirs. Malory s'est très certainement inspiré par Le Roman de Merlin en prose pour la base de son personnage, mais il l'a développé de manière beaucoup plus approfondie.

LE MERLIN DE MALORY EST UN PUISSANT SORCIER QUI PEUT CONTRÔLER LES ÉLÉMENTS, SE MÉTAMORPHOSER, ALTÉRER LA PERCEPTION DE LA RÉALITÉ PAR LES AUTRES ET LIRE DANS LE CŒUR DES GENS.

Comme dans les œuvres précédentes, Merlin est né d'une femme noble et d'un démon, il aide Uther à concevoir Arthur et place le garçon dans la famille d'accueil de Sir Ector après sa naissance. Arthur grandit en tant qu'écuyer de son frère adoptif Kay, plus âgé, et le sert lors des tournois. Lors d'un de ces tournois, il s'aperçoit qu'il a oublié d'apporter l'épée de Kay depuis la tente et, sur le chemin du retour, il voit une épée dans une pierre. Il la retire et l'apporte à Kay qui la reconnaît comme l'épée du roi et qui essaie de prétendre qu'il l'a retirée lui-même, mais on découvre qu'il ment. Arthur remet alors l'épée dans la pierre et la retire à nouveau facilement, prouvant qu'il est l'héritier du trône.

Merlin revient dans la vie d'Arthur après cet événement, il le conseille sur la royauté et la justice, et il reste une figure omniprésente orchestrant les événements en coulisse ou essayant de convaincre les autres d'écouter leur meilleure nature. Il dit à Arthur que Guenièvre lui sera infidèle avec Lancelot dès qu'il annonce son intention de l'épouser, mais Arthur ne l'écoute pas. Merlin prépare Nimue comme son successeur et tombe complètement amoureux d'elle, perdant toute perspective. Il n'a aucune idée de l'ambition de Nimue jusqu'à ce qu'il lui enseigne l'étendue de ses connaissances magiques et qu'elle l'emprisonne. Avec la disparition de Merlin, Arthur perd son conseiller de confiance et, lorsque la liaison de Lancelot et Guenièvre est révélée, l'unité et la vision de la Table ronde sont perdues, Mordred usurpe le trône et le royaume tombe après la bataille de Camlann.

Conclusion

Dans toutes ces œuvres, Merlin est au cœur du récit et le personnage reste l'un des plus populaires de la légende arthurienne. Les auteurs gallois qui ont suivi Geoffrey ont écrit leurs propres œuvres sur le devin. Les poètes italiens et espagnols se sont inspirés des traditions française et galloise pour mettre en scène Merlin dans leurs propres œuvres et sa popularité est attestée par le nombre d'œuvres complètes ou de fragments de manuscrits du Moyen Âge qui le mentionnent ou le mettent en scène. L'auteur Peter H. Goodrich commente :

Merlin, le prophète et le mage, est historiquement le deuxième personnage le plus connu de la littérature médiévale, à peine devancé par son noble seigneur le roi Arthur. Au-delà de la littérature, il est entré dans notre conscience publique dans une mesure encore plus grande qu'Arthur, par l'association de son nom à toutes sortes d'appareils et de produits technologiques, dont beaucoup ne sont pas du tout arthuriens. (1)

Le personnage a influencé le concept de sorcier, de mage, de magicien et de sage depuis sa première apparition dans Histoire de Geoffrey. Des écrivains tels que J.R.R. Tolkien, C.S. Lewis et J. K. Rowling, entre autres, l'ont reconnu dans leurs œuvres. Le spécialiste William W. Kibler note que cela est dû à la nature fascinante du personnage :

Merlin est constamment au centre de l'action, prédisant les événements et utilisant ses pouvoirs magiques pour contrôler l'histoire. Il est malicieux et bienveillant et il utilise constamment ses pouvoirs de transformation pour aider et embrouiller. (Lacy, 384)

Les légendes arthuriennes sont tombées en désuétude à la Renaissance, mais Merlin est resté plus populaire que jamais. Des pèlerinages étaient régulièrement organisés à la Source de Merlin (également connue sous le nom de Fontaine de Barenton) à Brocéliande, en Bretagne, pour ses pouvoirs de guérison, jusqu'à ce que cette pratique ne soit interdite par le Vatican en 1853. L'intérêt pour les légendes arthuriennes a été ravivé peu après par Alfred, Lord Tennyson, grâce à son célèbre ouvrage Les Idylles du Roi en 1859.

Depuis lors, les légendes ont été ré-imaginées un nombre incalculable de fois pour refléter les différents esprits des époques dans lesquelles elles ont été écrites, et Merlin reste l'un des personnages les plus fascinants. Merlin est présent dans d'innombrables films, des jeux, des émissions de télévision, des romans et des nouvelles. Même lorsqu'il n'est pas cité nommément, son personnage imprègne ou influence celui de tous les sorciers, sous quelque forme que ce soit, qui lui ont succédé.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Caroline Martin
Française, ayant vécu au Royaume Uni pendant 20 ans, Caroline Martin est totalement bilingue. Lectrice passionnée depuis son plus jeune âge, elle a développé un amour de l'histoire qui remonte a ses années sur les bancs de l’école. Elle s'intéresse maintenant beaucoup à l'histoire en général et à la géopolitique.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2019, avril 24). Merlin [Merlin]. (C. Martin, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18148/merlin/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Merlin." Traduit par Caroline Martin. World History Encyclopedia. modifié le avril 24, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18148/merlin/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Merlin." Traduit par Caroline Martin. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 24 avril 2019. Web. 18 août 2022.

Adhésion